www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

PRESSTALIS

758 appréciations
Hors-ligne
Nous prévoyons de demander un entretien à la direction de Presstalis.
De votre côté, quels sont les sujets que vous souhaitez que nous abordions ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

27 appréciations
Hors-ligne
Que la réponse au réclamation contienne notre réclamation et ne donne pas une référence qui est source d'incompréhension

154 appréciations
Hors-ligne
- 3 modes de paiement : chèque, prélèvement et virement

- assouplissement des procédures de relances et coupures
 
- au 1/01/2017 mise en place des nouveaux taux de commission selon quelle procédure :
taux de base 15% + sur-commissions semestrielles selon les critères, qu'en est il pour la géocommercialité des grands centre urbain (ex Paris +5% sera aussi versé en sur-commission semestrielle ? Si oui baisse des commission au fil de l'eau de 3% en moyenne et donc problèmes de trésorerie... Est il prévu pour compenser cette baisse de trésorerie des conditions de paiement avec des délais allongés ? etc...)

11 appréciations
Hors-ligne
"I HAVE THE DREAM"

- que je puisse faire les réglages des titres dans mon magasin,

- que la surrémunération semestrielle soit versée au "fil de l'eau" comme prévu,

- les éditeurs faisant 50% de remises au consommateurs, qu'ils nous rémunèrent au moins à 25%, mais la je rêve un peu trop !
jpC

758 appréciations
Hors-ligne
jpC ces questions ne sont pas à discuter avec PRESSTALIS mais avec les éditeurs et leurs coopératives, ainsi qu'avec l'Etat, ce que nous faisons régulièrement.

Ce que nous demandons ici ne concerne que PRESSTALIS.
Quels sont les problèmes que vous rencontrez dans votre activité de tous les jours et qui sont liés à la messagerie qui vous livre ou à ses sous-traitants ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

taux remise passant à 13 % au 01/01/2017
autant vous dire que j'ai déjà anticipé et qu'il ne me reste plus que 20 mètres linéaires au profit des autres produits;
quant à mlp , dites-moi comment peut-on fermer le compte , je renvoie tout chaque jour .
merci de votre réponse.
laky38

les mêmes revendications que grigri.
 que le service recouvrement arrete son chantage à la coupure pour des relevés ayant 2 jours de retard.

que le service commercial se fasse connaitre : plus aucun ne passe nous voir.
que le réassort soit aussi performant que celui de MLP.

38 appréciations
Hors-ligne
Les représentants de Presstalis que vous verriez, seront toujours là pour défendre leur rôle, et leur employeur.
Par conséquent, toute initiative plaçant Prestalis juge, ne peut aboutir sur quoi que ce soit.
Ils ne sont plus autonomes, toujours aussi inefficaces, encore bien plus chers que les solutions qu'on connait tous...celles proposées par les rapports parlementaires pour pallier à ce verrou....
De plus, ils sont en train de se faire fusionner aux MLP.
Pourquoi voulez vous les mettre en avant, comme s'il avaient les moyens de décider ?
C'est comme si vous demandiez poliment au Sénateurs s'ils seraient d'accord pour disparaître, dans l'intérêt général.
Le temps vertueux de la reconstruction de la presse écrite où les NMPP ont été utiles est passé. Mais personne ne veut tourner cette page qui colle, qui pique, qui irrite.

Dernière modification le samedi 01 Octobre 2016 à 18:23:24

99 appréciations
Hors-ligne
Durand,
Depuis 1 dizaine de jours , suite à notre intervention auprès de monsieur Charbit , nommé par Presstalis pour remonter les problèmes , nous avons en effet déjà aborder ce problème , il a fait le nécessaire et depuis 2 semaines la réponse de Zendesk reprend notre réclamation , peut être n'avez vous même plus regarder les réponses parce qu'en effet avant cela n'avait aucun sens ! Pour le reste , il n'a surement pas de marge de manœuvre, " les credits d'invendus encore trop souvent faux l

99 appréciations
Hors-ligne
Je ne sais sur la province et la banlieue , mais à Paris nous avons sans cesse des problèmes sur les credits d'invendus , sur les rejets de quotidiens de la veille ( voir moins d'une semaine ) ils les rejettent même en prématurés ? Parfois ils renvoient là marchandises mais le plus souvent non .
Il n'est pas normal de nous demander de déclarer sous 48 heures nos reclamations, alors qu'ils mettent jusqu'à 3 semaines 1 mois pour les traiter et nous créditer , s'ils n'oublient pas carrément de créditer , ils sont tellement long que nous ne savons plus quand , nous devons nous inquiéter pour les relancer , total vous avez plusieurs mails en cours pour la même réclamation et je ne sais combien de numéros de tickets ( joyeux bazard) donc credits et traitements des reclamations maximum sur 1 semaine ! Voir 48 heures comme avant ! Nous avons autant de travail qu'eux !
Presstel qui ne fonctionne toujours pas correctement
La saturation de l'accueil téléphonique est un scandale, l'accueil devait servir aux marchands , total nous devons les joindre parfois des heures avant d'obtenir quelqu'un et le répondeur est toujours saturés ? Nous l'avons signalé , ils répondent que c'est en cours d'amélioration ? S'ils mettent encore 3 ans ?
Nous voulons des représentants de marchands de journaux , payés par Presstalis pour venir contrôler avec eux les invendus des collègues parce qu'ils n'ont pas le monopole de la véracité des contrôles, ils se trompent en notre defaveur !

758 appréciations
Hors-ligne
123456 nous connaissons votre point de vue sur cette messagerie.
Pour autant il ne nous apparaît pas judicieux de nier son existence en refusant la discussion.

Ce n'est pas en adoptant cette position négative que nous résoudrons les problèmes.
C'est en échangeant que nous pouvons faire avancer les choses.
Avec tous les acteurs sans distinction.

Mettons les problèmes sur la table. Discutons-en. Chacun y apportera sa vision suivant sa culture et son intérêt. L'essentiel est de communiquer car c'est de ce manque de communication que naissent l'incompréhension et le désintérêt d'une partie pour l'autre. A l'inverse, il est possible de trouver des intérêts communs, voire des solutions en partie satisfaisantes pour les deux parties, Encore faut il accepter de se voir. 

il ne s'agit en aucun cas de placer la messagerie en juge mais de permettre l'échange d'informations. Nous rencontrons également les MLP et résolvons quelques problèmes grâce à nos contacts. Il n'y a aucune raison pour que cette approche constructive ne soit pas bénéfique, à court ou à moyen terme.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

171 appréciations
Hors-ligne
Dans le 05 pas de SAD mais 2 dépositaires, nous ne connaissons pas du tout ce type de problèmes.
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

154 appréciations
Hors-ligne
Neltod : merci pour votre action, en effet j'ai constaté, en tout cas sur ma SAD, que depuis une 15aines de jours, notre demande de réclamation était systématiquement reprise dans le mail de ticket de réclamation, cela facilite le suivi.

Descartes : voir avec Presstalis la possibilité pour les diffuseurs d'obtenir, afin d'humaniser les relations, l'organigramme (nom, qualité et mail) des différents responsables ( commercial, comptable, qualité...) à la fois de Prestsalis et aussi du dépôt dont dépend chaque marchand (ex SAD Paris presse ouest, SA Paris presse est, etc.)
informations : Monde dimanche/lundi en page 12,article sur loi liberté de la presse est fait mention de Me Christophe BIGOT,spécialiste du droit de la presse, peut'il être de coseil intéressant pour avancée de nos dossiers ?

123456 : toute votre argumentation, systematique sur ce blog en tout cas, semble être faite pour justifier, voir même excuser, l'inactivité de notre syndicat soi disant représentatif.
Vous êtes excusable en regard de votre historique de DIFFUSEUR de presse.

Dernière modification le dimanche 02 Octobre 2016 à 10:11:39

38 appréciations
Hors-ligne
Contrairement à vous tous ici, j'ai passé pas mal de temps à l'undp. Quand on y est, on sait ce qu'il s'y passe, où sont les verrous, qui est pour ou contre telle on telle mesure, et qui tient un double langage dans le métier. Et vous saurez qu'on a peu d'emprise.
Parler d'inactivité, c'est un raccourci de militant d'opposition. Qui est évidemment faux.
La preuve de tout ça : vous demandez une info de base sur les messageries et les dépôts, que chaque diffuseur est sensé déja connaître par ses contacts directs, ou dispo sur internet.
Le vrai problème, c'est qu'ils ne répondent pas !
Si vous limitez des questions de ce niveau lors d'un RV avec Presstalis, ça ne fera rien évoluer non plus, et vous allez passer pour des révolutionnaires très très sympathiques.

154 appréciations
Hors-ligne
Merci 123456 de continuer d'apporter des arguments à mes constatations...

758 appréciations
Hors-ligne
Quand on y est, on sait ce qu'il s'y passe, où sont les verrous, qui est pour ou contre telle on telle mesure, et qui tient un double langage dans le métier. 

Pourquoi ne pas en faire état alors ?

La qualification de révolutionnaire ne nous est pas adaptée.
Nous sommes des réformateurs.
Mais il est vrai que pour des gens satisfaits (cf. les éditos de l'UNDP depuis des années) vouloir changer les choses est être révolutionnaire.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

758 appréciations
Hors-ligne
L'UNDP ne voulait pas que nous rentrions en contact avec le Ministère : c'est raté. Nous avons établi des contacts et entretenons des relations suivies.

L'UNDP ne voulait pas que nous intervenions dans le débat : encore raté. Nous mettons en évidence les malversations des accords imposés.

L'UNDP ne voulait pas admettre le besoin de limiter les avancées de trésorerie : encore raté. Le Ministère est intervenu à notre demande pour imposer la fin du système de facturation actuel favorisant les invendus.

L'UNDP ne voulait pas que les messageries aient d'autres interlocuteurs que ses représentants : toujours raté. Nous sommes en contact avec tous maintenant et au fur et à mesure de la découverte la conception qu'ils ont de nous change radicalement et l'intérêt d'entretenir la relation est suscité.

L'UNDP ne voulait pas communiquer sur les sujets en cours : encore raté. A tel point qu'elle à même commencé à imaginer l'envoi d'information par mail et l'animation de son site.

On pourrait continuer ainsi mais j'abrège.

L'UNDP ne veut pas du changement de gouvernance : je vous laisse deviner la suite
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

239 appréciations
Hors-ligne
Nous devons aller au delà des questions pratiques sans entrer dans le politique puisque l'Aadp est pour l'Undp un groupuscule à vocation politique.

Il faudrait aborder je pense les points suivants
- Vision de Presstalis sur le secteur de la presse papier
- Comment cette entreprise peut elle agir pour protéger son marché
- Vu son passé, Presstalis n'a t-elle un obligation morale d'avoir de la considération pour ceux qui ont participé et participent à sa pérennité.
- En raison de sa position de leader, comment entend-elle redynamiser les ventes, sans favoriser un réseau ou une enseigne
- Quelles réformes jugent Presstalis indispensable pour l'avenir du réseau.
- Presstalis a t-elle déjà mesuré l'impact de la nouvelle grille de rémunération sur son activité.

Voilà quelques points pouvant être abordé avec vos interlocuteurs.




Dernière modification le dimanche 02 Octobre 2016 à 13:44:47

Gamma,
Les réponses de Presstalis à ces questions sont connues.
Ils freinent pour que la structure actuelle de distribution ne bouge pas. Et en continuant d'obtenir le renflouement des Pouvoirs Publics. Donc, tout mettre en oeuvre pour que ça continue ainsi.
Pourquoi changeraient-ils volontairement, au risque de s'affaiblir par rapport aux MLP ?
La considération du réseau, on la connaît...ça passe loin derrière le reste.
En tant que leaders, ils ont été mauvais (concepts, hors presse, formation, inadaptations diverses...). Qu'attendre d'eux maintenant qu'ils ne peuvent plus rien financer ?
Les impacts du changement des grilles de rém ne sont que d'un intérêt mineur par rapport à la baisse des ventes. Là dessus, ils sont comme le réseau, victimes des abonnements abusifs des éditeurs, leurs créateurs...
Vous auriez plus intérêt à vous rapprocher des syndicats d'éditeurs ou des Pouvoirs Publics pour avancer dans le métier que de traiter avec de si mauvais intermédiaires (intéressés) au pouvoir de décision quasi nul. A vous d'être responsables.


758 appréciations
Hors-ligne
Je vous rejoins sur un point : ils ont été mauvais.
J'ajoute qu'ils le sont toujours.
Mais vous faites erreur sur le "ils".
Je n'absous pas pour autant la (ou) les messagerie(s).
Elles ont une large part de responsabilité, dans leur domaine (logistique et information).
Mais elles sont également le jouet des éditeurs, comme nous.
La preuve en est la politique en faveur de l'abonnement actuellement dont les messageries font autant les frais que nous.
Aussi ont elles aujourd'hui, pour partie, intérêt à se rapprocher de nous.
Cela n'ôte rien à la défense de leurs intérêts propres (recherche d'économie, diversification).
Il leur faut seulement changer de paradigme : abandonner l'exploitation contrainte pour l'intérêt commun.
Il ne nous faut pas rester dans le ressassement du passé mais construire l'avenir.
Le soutien financier de l'Etat diminue et se réduira encore. Les ressources ne peuvent plus venir que du marché, s'ils savent le préserver et l'élargir. Dans cette optique nous avons une carte à jouer, ensemble. En opposition ils n'arriveront à rien et nous non plus.
Quant à la nécessité de se rapprocher des syndicats d'éditeurs, vous avez raison mais nous avons déjà commencé cette démarche depuis longtemps, avec plus ou moins de réussite pour l'instant. Mais Rome ne s'est pas faite en un jour et, dans la période actuelle, compte tenu des changements importants d'environnement, les éditeurs ont du mal à définir leur orientation.
(Publicité, datas, ventes, retrait du marché,...).Comme dans tous les secteurs le court terme l'emporte sur l'investissement.
C'est aux pouvoirs publics de recentrer le débat en fixant les contraintes.
Nous travaillons également avec eux pour les convaincre d'aller dans ce sens.
C'est là notre responsabilité, celle que n'a jamais su prendre l'UNDP qui s'est toujours contentée de suivre au mieux de ses intérêts. 



Si tu veux la paix, prépare la guerre.

239 appréciations
Hors-ligne
Merci 123456 de vouloir uniquement cantonner notre réflexion à des questions pratiques qui seront inévitablement abordés .... si l'AADP est reçu.

De la même façon qu l'Undp doit faire vivre l'Undp  et ses permanents.  Presstalis et son train de vie veut aussi survivre.  Nous savons tous que les éditeurs ont surpayé la distribution pour acheter la paix sociale. Nous en voyons les limites.


je vous cite :La considération du réseau, on la connaît...ça passe loin derrière le reste.
c'est malheureusement un problème historique et récurrent chez Presstalis ou plutôt chez les dirigeants de cette entreprise de ne pas considérer les marchands puisque nous n'avons pas le statut de client à part entière. C'est évidemment peu motivant pour le reste du personnel de Presstalis !

Pour ce qui est des organisations d'éditeurs, je n'y crois pas trop .  De belles paroles et ensuite plus rien.  Concernant les éditeurs je ferais plutôt confiance à l’État pour agir auprès d'eux, comme il l'a fait en 2013. Il y a encore des réformes à faire et des marges de manœuvres  qui demandent peu.

Dernière modification le lundi 03 Octobre 2016 à 13:32:47

17 appréciations
Hors-ligne
Questions sur la presse étrangère :
- quels sont les dysfonctionnement qui amènent à recevoir le programme TV (qui commence le samedi) au mieux le samedi, voir au pire le mardi (de la semaine en cours, bien sûr) ?
- comment se fait-il que les lendemains de jours fériés français, l'on ne reçoive pas de quotidiens étrangers ?

38 appréciations
Hors-ligne
A vérifier si c'est toujours comme il y a qq années, l'import est une activité déficitaire pour Presstalis.
Vu la baisse des ventes + les abonnements (temps réel pour les quot) cc la presse étrangère, de - en - de moyens y seront consacrés. Presstalis prend souvent le cas des quotidiens, chers à distribuer pour expliquer leurs surcoûts par rapport à MLP. L'import des quot. en est le symbole puissance 10 : ils arrivent si tard que peu sont distribués au jour J, et le reste à J + 1 n'est plus adapté aujourd'hui. Pour les publicatons, les tx d'invendus moyens sont certainement effrayants.
Pour les fériés au jour J et J+1 le plus souvent, n'avez vous pas une petite idée ?

Dernière modification le lundi 03 Octobre 2016 à 17:24:20

17 appréciations
Hors-ligne
Mais au final, qu'est ce qui est bénéficiaire chez Presstalis ?

A part nous pomper notre trésorerie (comptant négatif, certes bien moindre que MLP) et répondre aux abonnées absents ?

38 appréciations
Hors-ligne
Pas grand chose de bénéficiaire chez Presstalis, à part la situation de rente pour certains, on est d'accord là-dessus.
Mais il est pitoyable de constater que vous ne comprenez pas vos propres docs professionnels.
Oui, il y a du  comptant négatif...c'est du différé.
Vous parlez de trésorerie avancée, alors que justement, ce n'est pas prélevé "comptant".
Le réel problème est de vous facturer (comptant ou pas) des quantités inappropriées.
Quantités qui seront évidemment un jour à échéance et dont une partie génèrera une permanente avance de trésorerie.
C'est ça qu'il faut combattre, pas les différés.

758 appréciations
Hors-ligne
Tiens le discours a changé.
Quand nous défendions l'idée de la corrélation du taux d'invendus et de l'avance de trésorerie le discours était qu'il n'y avait pas d'avance de trésorerie et que notre démonstration mathématique était fausse.

Comme quoi tout avance.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

154 appréciations
Hors-ligne
Exact DESCARTES, c'est ce que j'appelle l'argumentation pour excuser, voir justifier l'inactivité de notre syndicat non-représentatif...

38 appréciations
Hors-ligne
"Discours" inchangé.
Vous faites un raccourci à votre avantage. Dommage qu'il faille sans cesse vous expliquer.
Une partie des livraisons génère une avance de trésorerie.
La plus grande cause de ça était les mensuels au comptant. Ils sont maintenant en DIFFERES.
Ensuite, HS, spéciaux... et tout ce qui était livré en trop grande quantité et qui ne se vend pas ou peu, tout ça fait de l'avance.
N'oubliez pas que les quotidiens, hedbos et tout le reste qui est vendu avant l'échéance compense les mauvais élèves...
Faire le point proche de la réalité reste facile pour chacun d'entre vous si vous êtes informatisés, la recette est toujours la même :
- Sur votre dernier relevé, totalisez ce que vous devez à votre dépôt (en excluant le hors presse facturé à part). cad total des 2 messageries + le montant du relevé en cours si pas encore prélevé.
- Comparez le au total presse selon votre PC, en le remettant au prix d'achat.
- Si votre dette est supérieure à la consigne, c'est qu'il n'y a pas d'avance.
- Si votre dette est inférieure, c'est que c'est déja payé, et vous avez avancé.
Ca, c'est factuel, pas du bla-bla hors sujet.
A chacun d'entre vous d'être actif sur son propre taf. Alors ?

Dernière modification le mardi 04 Octobre 2016 à 11:38:10

rencontrer la direction d'une entreprise, qui perd 8% de CA tous les ans et dont le réseau de revendeurs sombre sans trouver de solutions est du temps perdu Leur incompétence les empèche de changer d'entreprise et ils n'ont d'autre choix que de s'accrocher à ce poste inespéré
Seul du lobbying auprès du ministère de la culture peut faire avancer notre dossier

38 appréciations
Hors-ligne
Des consciences clairvoyantes existent...
Au delà du ressentiment envers les messageries, tout est là.

758 appréciations
Hors-ligne
Sur l'avancée de trésorerie : n'oubliez pas non plus que les ventes de quotidiens ayant fortement chuté la compensation que vous évoquez devient très réduite. Et elle diminuera encore.

A l'inconnu et 123456 qui l'approuve, il est facile mais pas bon de regarder la paille dans l'oeil du voisin. Si la messagerie perd du CA, nous aussi. Et ce n'est pas forcément dû à leur incompétence, même si, je vous l'accorde, celle-ci se traduit dans bien des domaines. C'est notamment dû, comme pour nous, au court-circuitage commercial opéré par les éditeurs à leur profit (abonnements, numérique,...).
Quand on juge une entreprise ce n'est pas sur l'évolution de son CA mais sur celle de son résultat, de sa CAF, de l'équilibre de son bilan, etc.

Dans tous les cas il nous faudra des logisticiens et ce n'est pas nous qui en feront le choix.
Inutile donc de mettre au ban ceux qui sont maintenus en place par les pouvoirs publics.
Au contraire il est souhaitable de recréer des liens aujourd'hui inexistants pour tenter, grâce à l'échange, de permettre une prise de conscience et d'améliorer le quotidien.

Nous avons vu la position d'123456 à l'égard de la messagerie. Ancien membre de l'équipe dirigeante de l'UNDP il traduit bien cette ligne choisie par le syndicat qui consiste à ne surtout rien changer et à limiter autant que faire se peut la communication pour préserver son pré carré.
Nous avons déjà constaté que le fait d'intervenir en direct auprès des représentants de l'Etat avait permis de mettre fin à cette omerta et de faire prendre conscience de réalités masquées à leurs yeux. Moyennant quoi quelques premières décisions ont été prises.
Il en ira de même avec les messageries.
Déjà avec les premiers contacts que nous avons eus, ils sont agréablement surpris nous remonte t'on, de l'ouverture dont nous faisons preuve et de notre volonté de faire progresser la filière au lieu de tenter de faire du corporatisme intéressé.
Nous poursuivrons notre démarche adoptée dès les premiers jours d'existence de l'AADP car la communication est la source de la transparence, elle même étant la solution qui permettra à la filière de faire passer l'intérêt collectif avant les intérêts individuels protégés par les secrets et l'opacité entretenue par les acteurs historiques.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9991 autres membres