www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Refonte des activités des kiosquiers .....

129 appréciations
Hors-ligne
GROUPE ECOLO DE PARIS  

http://elus-paris.eelv.fr/2016/05/17/refonte-des-activites-des-kiosquiers/


Refonte des activités des kiosquiers17 mai 2016 Conseil de mai 2016


intervention de David Belliard relative au marché de conception, fourniture, entretien, maintenance et exploitation publicitaire de kiosques de presse et quelques kiosques à autre usage, et de gestion des kiosquiers. 

Madame la Maire,
Cher-e-s collègues,
« Le projet qui nous est proposé prévoit de confier une nouvelle fois cette gestion des kiosques de presse, pour 15 ans à un opérateur privé, qui à n’en pas douter sera Mediakiosk filiale de JC Decaux ». C’est par ces mots que je concluais mon intervention du conseil de février 2015. Nous voici ici, un an et un recours plus tard, et nous ne pouvons que constater que notre futur délégataire sera, sans surprise donc, Médiakiosk à nouveau. Médiakiosk, c’est, rappelons-le, JC Decaux qui assure déjà la gestion de Vélib’, est présent sur les palissades de chantiers, les panneaux d’affichage, bref, qui est présent sur la quasi-totalité de notre espace public. Pourtant face à cet important enjeu de l’avenir des kiosques de presse nous aurions voulu - et nous avons défendu cette voie - que notre majorité utilise tout ce temps à travailler - avec les kiosquiers notamment - à un mode de gestion plus innovant mêlant efficience économique, indépendance et éthique.

J’ai bien entendu que le choix d'avoir recours à une délégation de service public a été fait sous la précédente mandature. Soit. Mais je réitère que nous aurions dû et que surtout nous aurions eu le temps de sortir de cette paresse idéologique pour travailler avec les kiosquiers, l’actuel délégataire, les messageries, les éditeurs, les lecteurs, les directions de la Ville, afin d’imaginer un mode de gestion innovant qui aurait notamment permis à chaque kiosquier de trouver un modèle économique efficient. Nous pensions à l’époque - et c’est toujours le cas- que la SCIC, Société Coopérative d’Intérêt Collectif aurait pu être un montage juridique de l’ESS particulièrement adapté à ce secteur. Nous ne pouvons que déplorer que nos partenaires de l’exécutif ne l’aient même pas envisagé.

Je déplore d’autant plus cette situation figée que l’on nous impose que nous tenons à nos kiosques de presse qui participent au rayonnement de la capitale.

La crise complexe que traverse la presse nous oblige en effet à investir pour améliorer les kiosques, en faire des lieux innovants, accueillants pour les clients ; des lieux offrant de meilleurs conditions de travail aux kiosquiers ; des lieux d’échanges offrant des services et des produits utiles aux parisiens et aux touristes. 52,4 millions d’euros d’investissement au total prévu dans la délibération pour le renouvellement de 360 kiosques et la rénovation de 49. C’est un fait notable que nous évaluons à sa juste valeur.

De fait, l’offre actuelle de Mediakiosk est meilleure que celle proposé l’année passée, néanmoins des insatisfactions demeurent.

Au-delà du design des nouveaux kiosques, que j’ai qualifié d’atypique par politesse – l’écrasante majorité des kiosquiers ne disposent toujours pas de sanitaires dans ou à proximité des kiosques, les enjeux de la formation des kiosquiers et d’une meilleure gestion des stocks sont encore le parent pauvre de l’offre de Mediakiosk. Aucune proposition n’est faite pour la création d’un pool de remplaçants quand un kiosquier est malade ou en congés. Et je n’aborderai pas ici le chiffre d’affaires des kiosquiers, parfois indigent, une seconde délibération m’en donnera l’occasion. On est encore loin d’une gestion optimale dans un environnement économique complexe et difficile pour ses acteurs.

Pour toutes ces raisons, et en cohérence avec notre position déjà mainte fois exprimée, nous ne pouvons accepter cette proposition, nous nous abstiendrons donc sur cette délibération.
Je vous remercie
Des infos et des .... A vos commentaires

38 appréciations
Hors-ligne
Que ce soit pour des magasins indépendants ou pas, des décisions sont à prendre pour l'avenir.
C'est encore plus compliqué pour les kiosques (dont c'est ici le sujet), au nombre de couches décisionnelles à ne pas en finir.
Deux options différentes :
- 1) Faut il défendre la distribution de l'écrit dans les kiosques ?
- 2) Faut-il défendre les kiosques, dont la vente de la presse ne serait plus qu'accessoire ?

1° option : Ne fonce t on pas dans le mur, à trop négliger la réalité économique ? Tout le monde cherche à se persuader qu'il s'agit d'une baisse conjoncturelle, qui peut se redresser "à moindre frais"...échec assuré.
2° : A quoi servirait de dépenser tant d'argent, si ce n'est pour garder que le squelette de la presse ? Gaspillage assuré sauf si les kiosques servent à d'autres intérêts premiers que ceux de la presse. Alors qu'on ne nous fasse pas passer ça pour la défense de la presse, sur des budgets qui seraient prévus pour.
Les élus et les élites du métier qui ont toujours tout réussi feront leur choix.

Dernière modification le lundi 23 Mai 2016 à 10:20:32

750 appréciations
Hors-ligne
Quand les dirigeants d'une activité peuvent se permettre de négliger plusieurs dizaines de millions d'économies annuelles c'est que le secteur n'est pas si mauvais qu'ils le prétendent.
La durée de mise sur le marché des titres, lorsqu'un "éditeur" veut s'en séparer, atteste de l'intérêt réel pour l'activité.

Il n'est pas raisonnable de croire les discours lénifiants qui sont tenus à longueur d'année pour justifier l'intervention financière de l'Etat.

Le marché existe. Les produits aussi. Seule la gestion en est défectueuse.
La faute en incombe forcément aux gestionnaires.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

96 appréciations
Hors-ligne
Nous continuerons d'exister , pas pour relancer la presse papier , juste pour accompagner sa fin , en attendant que les éditeurs se développent totalement sur le net , en attendant que Mediakiok rentabilise son investissement par l'affichage publicitaire et qu'elle reverse la grosse taxe annuelle à la mairie de Paris , pour cela la presse n'étant pas rentable , les économies se feront sur le dos des marchands , qui travailleront pour environ 4,50 e de l'heure avec la nouvelle obole de la mairie , comparée au 3,00 e d'avant , attention ils vont devenir riches ! S'ils ne développent ou ne peuvent pas developper d'autres services , ils seront probablement les travailleurs les plus pauvres , 8500,00
e d'aides annuelles pour 100000,00e de chiffre d'affaire payées par trimestres , pour 72 à 80 heures par semaine de travail , ils devront vivre avec 4,50 e de l'heure , avec une journée ou pas de congé par semaine ? L'on ne peut pas enrichir tout le monde ?
Les kiosquiers sont trop souvent entendus , les négociations interprofessionnelles sont inexistantes , ce n'est pas dans la culture du secteur , et les marchands sont acculés par tous les problèmes et très gravement fatigués et endormis ? Espérons que cela ne durera pas ?

129 appréciations
Hors-ligne
Kiosques parisiens : derrière le changement de design, le pactole de la publicité



MEDIAPART

1 JUIN 2016 PAR JEAN-MARC ADOLPHE BLOG : LE BLOG DE JEAN-MARC ADOLPHE 

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-adolphe/blog/010616/kiosques-parisiens-derriere-le-changement-de-design-le-pactole-de-la-publicite

Dernière modification le jeudi 02 Juin 2016 à 08:34:52
Des infos et des .... A vos commentaires

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9994 autres membres