www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

A retenir de l'audition de M. Sauzay

790 appréciations
Hors-ligne
On peut lire dans le compte rendu d'audition :
"Le but est de développer la commercialité, pour aller là où il y a des flux : il faut proposer la presse dans les lieux où la demande s'exprime, afin de vendre davantage d'exemplaires de magazines et de presse quotidienne. De leur côté, les marchands de journaux pourraient voir d'un mauvais oeil la vente de journaux et de magazines dans les boulangeries ou les jardineries en face de leur magasin. Mais, face à la presse digitale, si la presse papier ne va pas là où se trouve la demande, elle va mourir à petit feu."

Deux informations à retirer de ce propos :

1/ Ils savent qu'ils nous tuent mais ils le font sciemment car ils estiment que c'est vital pour eux.
2/  Ils ne tentent pas de créer de la valeur mais se contentent de suivre la demande et de l'exploiter.

Pour eux, développer la commercialité, c'est aller où sont les flux. Ce n'est pas de créer des flux, ni même de les capter dans les lieux où leurs produits sont présents, c'est uniquement de les suivre en parasite.
C'est évidemment faux et mensonger. L'objectif est de valider la politique de libéralisation de la distribution de la presse.

Par ailleurs, selon lui (et ceux qu'il représente), il y a peut-être eu des malversations mais il ne faut pas les chercher car c'est le passé et qu'il est plus constructif de se tourner vers l'avenir. Chacun appréciera.

Enfin, pour parler de l'avenir, demain on rase gratis. Mme Benbunan et son équipe sont ce qu'il y a de mieux pour Presstalis. Et pour la filière ? 
Comme toujours le passé doit être oublié et demain sera meilleur.

Eh bien non Monsieur.
Pour que demains soit meilleur il faut accepter de tirer les leçons du passé.
Les Sénateurs peuvent se montrer déçus du peu de cas qui a été fait de leurs questions et échaudés par le peu de résultats obtenus malgré leurs interventions suite aux précédentes sollicitations (2011 et 2015).
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

250 appréciations
Hors-ligne
Oui c'est étrange il n'y a pas eu d'enrichissements personnels. 
Probablement pas directement, mais d'une façon indirecte tout de même en bénéficiant d'avantages au niveau des contrats.  

Une fois encore on mélange volontairement le numérique et le papier.  Bien sûr ou oublie encore volontairement que c'est grâce au papier (donc des marchands de presse) que le numérique existe. Les aides ont été détournées vers le digital, les marchands de presse, n'ont pas été augmentés pour le financer, les prix de ventes ont flambés pour envoyer nos clients vers internet.

Concernant le réseau.  N'oublions pas de rappeler à ce Monsieur que le réseau existait. Les éditeurs n'ont pas voulu le financer, ils l'ont exploités, et maintenant, après des milliers et des milliers de fermetures .... ils veulent de nouveaux points de vente. L'objectif est clair il n'est pas de pérenniser et moderniser le réseau existant, mais de le renouveler avec de nouveaux acteurs.  Evidemment en vivant sur son dos, en lui offrant une faible rémunération (plan supérettes).L'important pour ces grands éditeurs, n'étant pas forcément de vendre, mais d'être vu pour le monde de la publicité, dont ils sont dépendants.   

J'avais un bonne image de Bauer, groupe familiale Allemand, mais Ils ont vraiment un très mauvais représentant. Il oublie ou méconnait l'article 1 de la loi Bichet. Rien n'impose à éditeur de se distribuer par lui même.  Combien aurait dû investir Bauer s'il avait voulu se distribuer seul ? Beaucoup d'argent et très peu en passant pas une coopérative. C'est une des vertus de la distribution de la presse en France.
-  Il oublie la péréquation et de citer les aides que Presstalis reçoit pour la distribution des quotidiens
-  Qui peut croire que MLP travaillaient avec des camionnettes !
Quel aveu : "La Poste est un partenaire remarquable, dont il ne faut pas oublier qu'il assure la distribution de la moitié de la presse française. Son service est remarquable et elle offre un bon rapport qualité-prix. "   Alors pourquoi aider le transport !  L'Etat devrait bien en tenir compte.

103 appréciations
Hors-ligne
C’est fabuleux ! Je n’attendais aucune avancée des éditeurs ,si l’Etat n’intervient pas pour réformer en profondeur cette filière, mais je n’y crois pas une seconde , parce c’est l’orientation générale de l’économie , l’exploitation à bas coût , l’Etat le pratique aussi , il ne va pas aller à l’encontre des intérêts des libéraux, il est lui même libéral ? La presse sera là, où se sera le moins cher . Il casseront la loi Bichet dans le temps pour n’avoir plus aucune règle à respecter, de toutes façons , ils ne la respectent plus déjà depuis belles lurette .

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9978 autres membres