www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Pourquoi la Loi votée en 2019 n'est toujours pas appliquée ?

916 appréciations
Hors-ligne
Beaucoup des acteurs en amont de la filière ne voulaient pas de cette Loi.
Ils jouent la montre pour ne pas l'appliquer.
Certains parce qu'il leur faut du temps pour adapter les outils informatique au changement (FM).
D'autres parce qu'ils sont résolument opposés à l'appliquer (MLP) et ne le feront que sous la contrainte. 
Or le nouveau régulateur ne pouvait pas contraindre dès le début car il devait d'abord :
- découvrir le secteur, ses acteurs, son fonctionnement et ses défauts,
- tenter d'amener les acteurs à accompagner la réforme plutôt que de l'imposer sans discussion,
- mettre en place les outils pour encadrer le nouveau système de distribution (contrôle des barèmes, cahier des charges des agréments engageant les sociétés de distributions, nouvelles règles d'approvisionnement des points de vente).

Ces trois étapes sont en voie de se terminer avec très certainement la publication d'une décision concernant les règles d'approvisionnement des points de vente avant la fin 2021, ainsi que l'agrément des deux messageries en SADP.

L'étape suivante est le contrôle du respect des nouvelles règles, dès lors qu'elles seront fixées. 
Il faudra peut-être même encore un délai pour que les SADP et les éditeurs soient pleinement en mesure de s'y conformer (de nouveaux programmes devant être mis en place).
FM s'est engagé à respecter le cahier des charges pour partie en juillet (choix des titres par les marchands) et pour le reste avant fin 2022. 
MLP fait de la résistance mais la messagerie a déjà cédé sur la mise en conformité de ses barèmes et sera obligée de céder sur le respect des règles d'approvisionnement des points de vente. 
L'ARCEP l'y contraindra. 

Elle s'appuiera sur les plaintes des irrégularités constatées par les marchands remontées via son site et traitera en priorité les dysfonctionnements récurrents et les pics d'alertes.

Tout dépendra donc de la volonté individuelle des marchands de faire respecter leurs nouveaux droits. Si chacun compte sur l'autre pour alerter à sa place le nombre de plaintes sera trop faible pour que les problèmes soient traités. Si au contraire chacun se prend en charge en alertant l'ARCEP sur les irrégularités qu'il subit, non seulement son problème sera traité mais celui de toute la filière aussi. 

Faire respecter son droit n'est pas un dû, c'est le devoir de chacun !

Dès à présent vous devez signaler toutes les irrégularités que vous constatez au quotidien. 
Le droit va s'appliquer si vous vous en saisissez.  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

265 appréciations
Hors-ligne
Que le monde est bizarre ...
Ceux qui ne veulent pas de cette loi sont les mêmes qui alliés à Culture Presse revendiquent la paternité de l'assortiment et des trois catégories de presse !

1. Puisque l'article 5.3 s'applique depuis le 19 octobre 2019 et n'a pas été respecté, je suggère que l'AADP demande à l'ARCEP de considérer tous les titres parus après cette date comme des N°1.

2. On regrettera quand même que le régulateur n'a pas imposé des mesures temporaires laissant s’installer une certaine défiance à son égard.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9912 autres membres