www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Vous y croyez vous ?

773 appréciations
Hors-ligne
Une société en difficulté financière depuis des années est sous surveillance resserrée.
Loin de ne publier ses comptes qu'une fois par an Presstalis est sous surveillance d'une commission spécialement créée par le CSMP pour surveiller la  situation financière des deux messageries. Cet organisme produit un rapport tous les six mois. Le rapport à mi-2017 n'a rien remarqué. La Présidente précédente de Presstalis affirmait que la situation était bonne.

Alors, deux possibilités seulement.
Soit le CSMP est composé d'incapables et il n'a aucune raison d'exister plus longtemps.
Soit la situation n'était pas celle publiquement déclarée en fin d'année 2017.

37 M€ de trou de trésorerie, sur un CA annuel de 170 M€ ça ne passe pas inaperçu. 
Alors la question se pose : s'il n'y avait pas ce trou au milieu de l'année et qu'il existe réellement en fin d'année, que s'est il passé entre-temps ?
Presstalis aurait elle été amenée à rembourser des dettes , créant ainsi ce trou de toutes pièces ?
Ne seraient-ce pas les bénéficiaires de ces remboursements qui auraient ensuite décidé de retenir 25% des recettes de tous les éditeurs pour les mois de janvier et février, s'étant préalablement assurés qu'à eux cela ne poserait pas de problème, ayant provisionné ces sommes grâce aux remboursements demandés à la messagerie ?

Ce ne sont que des hypothèses mais ne serait-il pas souhaitable que la Cour des comptes vérifie qu'elles sont infondées ? Nous espérons que ces hypothèses soient fausses mais pour l'instant nous ne voyons pas d'autre explication. Si quelqu'un en a une autre ...

Dernière modification le mardi 16 Janvier 2018 à 11:14:49
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

0 appréciations
Hors-ligne
Les capitaux propres sont négatifs depuis quelques année , une entreprise peut diminué ces capitaux afin d' équilibrer un résulta désastreux lorsque ceux ci sont toujours négatifs (+ de 2 année consécutives il lui est alors très difficile d'obtenir de la trésorerie auprès des banques (risque élevé de cessation de paiement ) elle a à ce jour 2 possibilités apport en capitaux des actionnaires afin de renflouer ou dépôt de bilan dans le cas de cette coopérative il n'est pas normal que cette situation de capitaux propres négatifs  soit resté aussi longtemps et les comptes de presstalis des années antérieur montrait déjà cette situation tout était prévisible

242 appréciations
Hors-ligne
La Cour des Comptes doit être saisie  par les éditeurs actionnaires des coopératives pour la simple et bonne raison que l'Etat a donné de l'argent à Presstalis.  A moins que n'importe quel contribuable ou organisation lui demande de se saisir du sujet, ce qui me semble possible. 

Explication, non, mais éclairage certainement.
Ce "trou" n'est évidemment pas apparu d'un coup. Il est là depuis longtemps. Vous savez que Presstalis va très mal depuis des années.
Votre présentation sous entend des malversations récentes et tellement énormes que c'est peu crédible de la part d'éditeurs que vous qualifiez déjà comme bénéficiaires. Si c'était le cas, la Cour des Comptes, qui connait trop bien Presstalis, le verrait vite. Et imaginez les condamnations. Je n'y croie pas du tout.
Que les responsables de Presstalis affirment que tout va bien, c'est normal. Souvenez vous de Messier, comme de tout patron qui, quand ça ne va pas, donne des infos pour masquer celles à cacher. Ils gagnent du temps. C'est d'un classique !
Mais dans le cas de Prestalis, on se demande ce que signifie sur le long terme, gagner du temps !

242 appréciations
Hors-ligne
N'oubliez pas 123456  que très souvent nous sommes dans le 'pas vu ... pas pris"  et la presse c'est quand même un monde d'influence ! 

je pense que si  Descartes émet des hypothèses c'est qu'il possède des informations importantes dans ce sens.  Lesquelles je suis comme vous ? 

0 appréciations
Hors-ligne
Nous devons exiger des garanties pour le paiement des surcoms

132 appréciations
Hors-ligne
Daniel PANETTO 

Quoiqu’il arrive, je veillerai à ce que les marchands ne soient pas perdants dans ces changements. Car nous sommes une force sur laquelle la filière peut compter.


http://unionpresse.fr/une-periode-d-attente


La quotidienne 15/01/18

Dernière modification le mardi 16 Janvier 2018 à 14:48:46
Des infos et des .... A vos commentaires

141 appréciations
Hors-ligne
il a tjs le mot pour rire Panetto "une force "  !!!!!
la peur doit changer de camp

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9997 autres membres