www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

En France, l'e-book ne parvient pas à décoller ...

132 appréciations
Hors-ligne
En France, l'e-book  ne parvient pas à décoller


Lesechos.fr  Véronique RICHEBOIS   14/04/2016

Le livre numérique ne représente pour l'instant que 2 % des ventes en valeur dans l'Hexagone, où les lecteurs restent très attachés au livre papier.Surtout privilégié par les très gros lecteurs et les grands voyageurs, pénalisé par la prédilection qu'ont les Français pour les tablettes, là où les Anglo-Saxons optent pour des liseuses... La place occupée en France par le livre numérique semble limitée : « L'e-book ne représente que 2 % des ventes en valeur dans l'Hexagone, indique Frédéric Mériot, directeur général des éditions PUF, qui cite l'institut GfK. Un chiffre très loin de la montée en puissance du livre numérique dans les pays anglo-saxons.

Le livre numérique ne représente pour l'instant que 2 % des ventes en valeur dans l'Hexagone, où les lecteurs restent très attachés au livre papier.

Surtout privilégié par les très gros lecteurs et les grands voyageurs, pénalisé par la prédilection qu'ont les Français pour les tablettes, là où les Anglo-Saxons optent pour des liseuses... La place occupée en France par le livre numérique semble limitée : [i]« L'e-book ne représente que 2 % des ventes en valeur dans l'Hexagone
, indique Frédéric Mériot, directeur général des éditions PUF, qui cite l'institut GfK. Un chiffre très loin de la montée en puissance du livre numérique dans les pays anglo-saxons.

Lors du dernier Salon du livre à Paris, Arnaud Noury, PDG d'Hachette Livre, rapportait que « les ventes se répartissent aux Etats-Unis à hauteur de 25 % pour le numérique et 75 % pour le papier. » Pour la filiale du groupe Lagardère elle-même, la part du numérique atteint de 2 à 3 % des ventes en France et 10 % au niveau mondial.

Le constat amène Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), à estimer que « dans l'Hexagone, l'avenir du livre est dans le papier. A terme, l'e-book devrait, vraisemblablement, atteindre 10 à 15 %. Mais les Français sont très attachés au livre papier, notamment pour des raisons sociologiques. C'est avec lui qu'ils ont appris à lire, à structurer leur pensée, à construire leur rapport au monde... » Et de citer l'intérêt suscité auprès des éditeurs par les travaux de François Bon, auteur d'« Après le livre », un ouvrage consacré à la déconstruction du récit après l'irruption de l'écriture numérique. « Il faut au moins un écart de prix de 50 % pour que l'acheteur bascule vers un e-book », appuie Frédéric Mériot.

Un déclin annoncé ?
En France, c'est surtout la littérature de romance - incarnée notamment par Harlequin -, mais aussi de fantastique et de science-fiction (éditions Bragelonne) qui repose sur un « business model » fondé sur une diffusion numérique de livres et des prix bas. Pendant ce temps, aux Etats-Unis, la multiplication, depuis deux ans, des ouvertures de librairie, vécues comme de nouveaux espaces de socialisation, se fait en parallèle d'un déclin amorcé du livre numérique. 

[/i]
Des infos et des .... A vos commentaires

100 appréciations
Hors-ligne
J'en suis ravie ! De l'avenir enfin pour les livres et les libraires , et si les lecteurs de presse pouvaient avoir le même attachement au papier nous aurions peut être aussi encore de l'avenir ? Nous sommes aussi des espaces de socialisation !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10000 autres membres