www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

PRESSTALIS : à la fois fantôme du Loch Ness et boîte de Pandore.

750 appréciations
Hors-ligne


De tous temps excessivement coûteuse et inefficace la messagerie reste absolument nécessaire aux yeux des majors en charge de la gestion de la filière. Pas question de la remplacer. On en change les dirigeants, à l’occasion, mais on préserve son existence quoi qu’il en coûte. Il est vrai que c’est souvent l’Etat qui est régulièrement intervenu pour en combler les finances déficientes. La seule variation, en fonction des gouvernements successifs, a été le montant des efforts financiers concédés.

Aujourd’hui encore c’est le cas. Alors que l’Etat avait diligenté une mission interministérielle (Culture et Finances) pour tenter de proposer une solution progressiste, celle-ci s’est immédiatement vue confrontée à une nouvelle urgence de renflouement de PRESSTALIS sans laquelle toute la filière s’effondrerait immédiatement. Dans le même temps le Ministère de la
Culture, attaché aux Majors dirigeant la filière pour être en relations avec eux continuellement, s’attache à défendre la préservation de la messagerie sans explication.

La solution proposée est de revendre les dépôts rachetés il y a peu par PRESSTALIS, pour  la renflouer d’environ 40 M€. Qui seraient les acheteurs et dans quelles conditions s’opéreraient les transferts des surcoûts sociaux ? Nul ne le dit. Le gain pour la filière n’est pas évident non plus. Au mieux les nouveaux sous-traitants refactureraient les surcoûts sociaux à la messagerie. Quant à l’évolution de la qualité de service, au regard de ce qui a déjà été sous-traité, cela n’irait
probablement pas dans le sens de l’amélioration, sauf si les repreneurs étaient des indépendants. Mais là encore c’est le grand silence et GEODIS reste une alternative sérieuse de l’étude…

Pas d’économie. Probablement pas d’amélioration fonctionnelle. Quel est donc l’intérêt de cette solution et quel serait alors la raison d’être de PRESSTALIS ? On peut légitimement s’interroger sur les raisons qui poussent les Majors à maintenir, coûte que coûte, ce gouffre financier. Peut-être que l’opacité qu’il entretient sert finalement à quelques-uns. Pas d’autre explication à ce que cet outil industriel traitant d’importants volumes n’aie pas, comme dans tous les autres secteurs d’activité, été contraint à la normalisation qualité.

Quoi qu’il en soit, c’est maintenant à une opposition entre le Ministère de la Culture, ardent soutien du conservatisme, et le Ministère des finances, demandeur de réformes, que se résume le sujet. Et l’échéance n’est plus très lointaine…
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

129 appréciations
Hors-ligne

Presstalis : déception sur les aides de l'Etat

les echos 01/04/10
https://www.lesechos.fr/01/04/2010/LesEchos/20648-121-ECH_presstalis---deception-sur-les-aides-de-l-etat.htm

Presstalis: l'Etat a injecté 165 millions d'euros en neuf ans

BFMtv 25/04/13
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/presstalis-letat-a-injecte-165-millions-deuros-neuf-ans-442780.html


Presstalis, l'enfant gâté  
SENAT.FR  Projet de loi de finances pour 2018 : Médias, livre et industries culturelles : Presse

http://www.senat.fr/rap/a17-112-42/a17-112-426.html

Dernière modification le samedi 23 Décembre 2017 à 15:50:19
Des infos et des .... A vos commentaires

238 appréciations
Hors-ligne
le CSMP avait commandé un rapport sur la qualité (pour ne pas utiliser le mot désordres) le rapport est éloquent !

Si au siècle dernier nous avions avec les NMPP le meilleur système de distribution de la presse au monde ce n'est plus le cas aujourd'hui avec Presstalis. La volonté de massifier les flux et de favoriser l'implantation de la presse en GMS au dépend de la proximité a été catastrophique. Nous sommes à l'aube de 2018 et toujours pas de portail internet. Seul une émulation minitel fonctionne de temps en temps. Toujours impossible de faire des précommandes et pour le réassort c'est " l'Arlésienne".   j'ai récemment appris qu'il y avait un directeur en charge de la relation client ...  Extraordinaire !  Peut-il encore rentrer dans son bureau vu le nombre de réclamations qu'il doit recevoir chaque jour ? Litiges très souvent non traités et qui sont à passer en perte pour les marchands.

Combien de diffuseurs sont lassés, épuisés des dysfonctionnements?  Peut être, est-ce fait pour renouveler le réseau, puisque le président du Csmp souhaite un renouvellement du réseau. Ce qui veut dire de nouveau acteurs.  Pourquoi pas  ! s'ils bénéficient des mêmes conditions d'installation que les marchands. Or avec le projet supérettes ce n'est évidemment pas le cas, puisque qu'une supérette avec 100 titres touchera 13% quand un PVC avec 150 titres est à 10 %.  Il est vrai que nous sommes habitués à la discrimination avec Relay qui a bénéficié des largesses de la filière. Si un marchand réduit son linéaire il perdra de la commission, ce qui n'est pas le cas de l'enseigne filiale de Lagardère. 

Je ne peux finir ce commentaire sans citer les quelques confrères qui ont fermés dont la presse a bien voulu parler. il y en a bien d'autres évidemment.
en 2015  Sophie David  article duJDD
en 2016  Isabelle Pélissié   article du Monde
en 2017 Thierry Moiroux   article de Politis

A lire aussi l'intéressant et très documenté article de la TV Libre

L'Etat doit s'interroger ! plus il donne d'argent à Presstalis, moins il y a de points de vente !
A décharge pour Presstalis les aides à la presse (abonnements) dépossède la messagerie de son marché. Les éditeurs concurrençant les marchands avec des abonnements bradés et leur propre système de distribution.

129 appréciations
Hors-ligne


Les journaux tout chiffonnés par Presstalis





LIBERATION.FR Par Jérôme Lefilliâtre — 25 décembre 2017 

http://www.liberation.fr/france/2017/12/25/les-journaux-tout-chiffonnes-par-presstalis_1618844
Des infos et des .... A vos commentaires

Tout ça n'est qu'un jeu de dupes. Tout est connu depuis des années. Tout le monde sait, y compris les Pouvoirs Publics, que ça ne pouvait durer plus longtemps, et que l'échéance viendrait bien un jour.
On semble y être.
Une bonne partie de l'amont du métier fait semblant de découvrir tout ça, ou de croire que ça pouvait s'arranger : ne sont que des profiteurs du système pervers.

129 appréciations
Hors-ligne


Que va t-il faire ... ?


Des infos et des .... A vos commentaires

171 appréciations
Hors-ligne
Je vous ai compris
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)
luky luke

Mr descartes rêve du grand soir-disparition de la messagerie-que proposez vous- quel but poursuivez  vous? car ds votre magasin la presse n'est qu'un accessoire.
vous croyez qu'avec un claquement de doigt géodis ou autre est en mesure d'assurer ?
quid du réseau ? il n'y a pas que la région parisienne à servir tous les matins.


changez de métier vous rendrez service à la profession.

Lucky Luke, pour une fois, vous allez me mettre d'accord avec Descartes !!!
Il ne fait plus aucun doute que le niveau 1 ne remplit pas du tout son office, se réforme si peu alors que maintenant il y aurait besoin d'une révolution, et coûte beaucoup trop cher aux éditeurs, aux diffuseurs et aux contribuables.
Ce niveau 1 est toujours au centre des décisions, comme à son début. Maintenant, tout a changé, sauf lui, car l'inertie et la sclérose caractérisent le métier.
La gestion des 2 mess. vise d'abord à leur survie. Ca "pourrait" se comprendre si au moins elles remplissaient leur rôle d'intérêt général. Ce n'est absolument plus le cas.
C'est d'abord aux Pouvoirs Publics de permettre une distribution du papier efficace, en ne laissant à la logistique que 15 ou 20 points maxi. et non 30. Tant de titres n'ont rien à voir avec la "liberté de la presse". Laissons la main aux diffuseurs pour ces titres.
C'est un ex concept Seddif qui parle, respectant et allant au delà de tous les critères qui étaient demandés. J'étais pro-presse, j'ai dû arrêter contraint. Inutile de vous dire que la rentabilité est meilleure sans cette activité. Ca ne vous choque pas qu'une grande partie du réseau soit plombé par la presse ???  Pendant que l'autre se contente d'en vivoter avec dégoût, sans aucune motivation ni alternative.
En prenant un minimum de recul sur le métier, pour faire un parallèle avec la librairie, il est tout à fait possible de reconstruire un système adapté aux besoins, et qui soit évolutif. 
La contrainte principale est de changer complètement de culture, à défaut d'échouer.

24 appréciations
Hors-ligne
Petite question!!

Si la livraison des abonnements devenait payantes, les clients reviendraient prendre leurs presses dans nos commerces ce qui ferait plus de ventes au numéro pour les messageries ce seraient quand même mieux?

238 appréciations
Hors-ligne
Lucky luke vous comme moi payez des impôts.  Ils n'ont pas vocation à payer des surcoûts de distribution que les éditeurs ont généreusement accordés aux ouvriers du livre. Sur-rémunération qu'aurait aimé avoir le réseau de vente pour investir, vivre décemment.

165 Millions on été versé par l'Etat à Presstalis.  Comme je l'ai lu quelque part : "Plus l'Etat donne à Presstalis, moins il y a de points de vente "   .... étrange ! non ?

Il se dit que surchargé de travail la messagerie ne prendrait plus de nouveaux titres pour l'export ....  On croit rêver vu la situation de Presstalis à moins que cette situation soit artificielle dans un seul but : faire pression sur l'Etat pour financer la messagerie et modifier la loi Bichet;

129 appréciations
Hors-ligne

Lucky luke tout est remplaçable

Vous avez bien troqué votre cigarette   contre un brin d'herbe

Alors tout est possible .....
Des infos et des .... A vos commentaires

750 appréciations
Hors-ligne
Inutile de se focaliser sur Presstalis (comme le voudraient les gouvernants de la filière et ceux qui leurs sont soumis et assurent la banalisation de leurs idées).

La filière n'est pas Presstalis.
La messagerie n'est qu'un acteur logistique et peut être (avantageusement) remplacée.
Mais à vrai dire, peu nous importe qu'elle reste ou non du moment que sa mission est limitée à la logistique, que le coût de ses prestations revient à la normale constatée dans tous les autres secteurs d'activités, et que la qualité de ses services tend à s'améliorer (rapidement).

Le discours qui consiste à faire croire que la messagerie est indispensable est du même ordre que celui qui affirme que les marchands sont au coeur des préoccupations des gouvernants.

Pour mémoire nous rappelons que Presstalis est gouvernée par la CDM, elle-même gouvernée par les principaux éditeurs, seuls.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

238 appréciations
Hors-ligne

le syndicat  CFDT  demande de la transparence

Avis perso  - belle initiative !


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9994 autres membres