www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Assortiment

816 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,
Nous vous informons qu'un appel à contribution va être lancé courant décembre sur l'assortiment.
Nous allons naturellement y répondre et avons même déjà commencé à évoquer le sujet.
Nous aimerions cependant avoir vos opinions sur ce sujet avant de nous prononcer officiellement.

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège tendu par les acteurs historiques.
Eux soutiennent que l'assortiment ne concerne que la largeur de gamme, c'est à dire la liste des titres proposés. Ils y ajoutent le "plafonnement" pour réguler les quantités. C'est effectivement la moins mauvaise méthode dans le cas des flux poussés qui était de mise jusqu'à présent.
Mais ce n'est plus le cas depuis la parution de la nouvelle loi.
Seuls les IPG continueront à être en flux poussés.
Les autres titres devront s'adapter à la demande du marché (celle de vos clients).
Le rôle du marchand devient donc plus actif et important puisque la question qui nous est posée est :
comment définir l'approvisionnement de votre magasin (choix des titres et des quantités) pour maximiser les ventes ? 

Nous devons être solidaires des éditeurs si nous voulons que le système vive.
Attention donc de ne pas imaginer un approvisionnement en fonction du travail à fournir mais bien en fonction des ventes possibles. De toutes façons, si nous réduisions l'offre en fonction de notre seul intérêt au lieu de celui du client, nul doute que les titres blacklistés réapparaîtraient localement sous la forme d'une concurrence nouvelle qui cannibaliserait également nos ventes sur les produits retenus. 
Sincèrement, je pense que nous avons tout à gagner à nous montrer plus constructifs que ceux qui nous ont mal gérés jusqu'à présent en leur montrant que nous sommes capables de ne pas prendre en compte que notre intérêt personnel contrairement à ce qu'ils ont trop longtemps fait.
Il faut que la sagesse l'emporte sur l'intérêt et le ressentiment et que l'on commence enfin à construire. La porte est ouverte, ne la fermons pas. A vos claviers.

Vous pouvez également adresser vos suggestions par mail à :contact@marchandsdepresse.com
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

1 appréciations
Hors-ligne
vous pouvez compter sur moi pour vous faire parvenir mon avis
l'arcep souhaite que le lecteur soit au centre et nous aussi!
beau boulot de nos représentants

153 appréciations
Hors-ligne
si je comprends bien les éditeurs nous appellent au secours .
excusez moi , mais cela fait 20 ans qu'ils se servent dans ma trésorerie sans me demander mon avis .ils ont tué des centaines de marchands ne l'oublions pas .
basons nous sur le système employé par les GMS .
la libre concurrence 
nous n'empêchons personne de travailler 
si les éditeurs veulent produire 100 fois plus que les ventes , c'est LEUR PROBLEME et cela ne doit pas être le notre 
vous avez noté j'en suis certain qu'un marchand sur deux veut réduire son linéaire et passer à 100 titres , c'est qu'il y a une raison.
alors laissons le marché se mettre en place tout seul avec 
la facture = les publications typées caisse  moins les commissions .
vous allez voir au bout d'un moment les éditeurs habitués à taper dans la trésorerie des marchands vont réfléchir .
les stocks vont maigrir , ce qui va diminuer le travail des invendus chez le dépositaire .c'est très écolo cette réforme en plus .
les éditeurs vont devoir vendre de la qualité , plus de la merde comme aujourd'hui puisque la vente ils s'en foutent .
ca aussi c'est profitable .

Dernière modification le samedi 23 Novembre 2019 à 15:41:18
la peur doit changer de camp

167 appréciations
Hors-ligne
Bonjour DESCARTES
Tout d'abord merci à toi et à nos représentants qui ont su par volontarisme, ténacité, et bénévolement, faire reconnaitre par les "nouvelles autorités" les réelles difficultés des marchands de presse.
Il est souhaitable en effet que dès maintenant nous saisissions la possibilité d'enfin gérer notre merchandising "presse", hors IPG.
Par contre, encore un bon nombre d'entre nous ne sont pas informatisé, ou bien, tel est mon cas, informatisé avec des caisses  "agrémentées presse" qui n'avaient qu'un seul but répondre aux besoins des éditeurs et messageries MAIS surtout pas dans une optique  de gestion "économique" du produit presse.
Donc aucune statistique, par familles ou groupes de famille hormis les classifications PQN, PQR et PUBLICATIONS. N'étant pas doué "en informatique", n'ayant ni le temps et ni la surface financière pour m'adjoindre des consultants, je me suis jusqu'alors contenté d'être équipé pour augmenter la rentabilité de mon activité presse par l'obtention de surcommissions.

Donc j'en viens au fait de ma requête.
Afin que chacun puisse faire une analyse factuelle des ventes presse de son PDV non basé sur un "ressenti" serait-il possible de demander aux éditeurs non IPG et messageries, éventuellement via l'ARCEP, que ceux-ci réalisent pour chaque PDV une édition sur l'année 2019 qui se termine bientôt, un listing en chiffre et pourcentage de chaque produit en vente  et ensuite regroupés par famille de produits. Ceci permettrait à chacun de partir de l'existant et d'orienter son assortiment en profondeur et en largeur selon ses résultats et aussi en fonction de son centre d'intérêt et celui de sa zone de chalandises.
Bonne journée  
     
  

33 appréciations
Hors-ligne
Attention a ne pas trop réduire le nombre de titres exposées par famille. En dessous d'un certain nombr de titres dans une famille le client n'achète pas par manque de choix. Je penseà des familles comme : le tennis, l'équitation, l'écologie, la politique internationale, la chasse; les bateaux, la pêche..... Un ou deux titres seulement à la vente se vendront difficilement dans une famille. 

18 appréciations
Hors-ligne
L'assortiment c'est bien, mais le réassort est tout aussi important si l'éditeur veut garder son lecteur et si l'éditeur veut garder un marchand de presse pro-actif !

816 appréciations
Hors-ligne
Merci pour vos premières réflexions toutes empreintes de bon sens.

Dentderez : Si l'objectif est maintenant de satisfaire le client, vous avez raison, il faudra mettre en place le réassort qui nous a trop longtemps été refusé pour des raisons de coûts sans réelle justification autre que de maintenir la facturation des flux poussés.

Grigri : Ne pensez-vous pas que le système informatique existant dans les messageries serait en mesure de faire ce travail automatiquement, sans qu'il soit nécessaire d'y consacrer du temps de notre côté ? 
Il suffirait à mon sens de le paramétrer avec nos critères plutôt qu'avec ceux actuels.
Comment définiriez-vous les critères nécessaires dans ce cas ?

Cette approche nous dédouane de toute volonté de restriction de notre part.
En automatisant l'approvisionnement sans que nous n'ayons d'action à mener nous ne pouvons ni être taxés d'ingérence, ni perdre du temps. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

140 appréciations
Hors-ligne

Stop au packs   ou rémunération sur le prix fort 

Un pack.... es-ce un titre   ? 


Des infos et des .... A vos commentaires

153 appréciations
Hors-ligne
DURAND 
Si les éditeurs veulent en mettre pour 30000 euros chaque semaine ça ne me gène pas à partir du moment ou ce n'est pas moi qui paie le stock.

mais ne soyons pas naïfs , ce n'est pas cela qui les intéresse .ce qu'ils veulent c'est vivre sur notre compte .et continuer avec des factures bidons .
tout le monde maintenant travaille en flux tendu .
tout le monde a compris que les stocks dormants ca coute une fortune .il n'y a que chez nous ou on trouve cela normal .
tu nous dis qu'il faut lutter contre le portage , les abonnements .
est ce que les éditeurs nous demandent notre avis sur ces sujets 
bien sur que non
mais ils savent très bien que le jour ou il n'y aura plus que des abonnements ou du portage , chez qui vont ils aller chercher la trésorerie  !!!!!!!!!
ils seront obligés de ne vivre que des ventes .
et nous nous serons morts 

Dernière modification le samedi 23 Novembre 2019 à 15:55:54
la peur doit changer de camp

167 appréciations
Hors-ligne
Quelques réflexion-réponses :
1er critère : définir que tous les N° H,S, pack promo... de titres IPG soient classés en non IPG et donc seront parti intégrante de l'assortiment (exemple Fiagro entrepreneurs, Figaro voyages, le Point santé, le Point référence, etc...)
2d critère : par messagerie définir dans nos recettes l'importance des titres non IPG
3éme critère : par messagerie définir par famille le pourcentage de la recette globale non IPG, ce critère nous permettra de retravailler le merchandising éventuellement en positionnant une famille sous représentée à proximité d'une famille qui tourne afin de favoriser son exposition et dynamiser la possibilité de ventes supplémentaires  
4éme critère : par titre non IPG classé par ordre croissant (ou décroissant) de la valeur faciale la quantité moyenne fournie et les taux moyen d'invendus permettant de définir un stock tampon et pouvoir déclencher l'éventualité de réassorts (par exemple le CAPITAL livré le 21/11 sort un article sur les donation aux associations, une association à proximité de mon PDV vient d'en prendre 5ex d'ou un stock tampon rapidement atteint nécessitant un reassort au vu du temps de vente restant, ce qui ne serait pas le cas ou stock tampon atteint quelques jours avant le retour effectif)

5èmé critère : IPG et non IPG pas plus de 2 N° d'un même titre en vente.  

Dernière modification le dimanche 24 Novembre 2019 à 10:15:55

18 appréciations
Hors-ligne
Faudrait aussi définir ce qu'est un titre qui ne se vend pas :
- est-ce un titre que l'on ne vend pas 3 parutions successives ?
- est-ce un titre que l'on ne vend qu'à 2 exemplaires par an ?
- un mix des 2 ?

1 appréciations
Hors-ligne
la regle des 20/80 cad20% des titres réalisent 80% duCA doit etre une base d'assortiment
chaque dépot est en mesure de founir une stat de ces 20% de titres afin de coller aux spécificités de chaque région Une fois ces titres identifiés le marchand complete dans chaque famille en fonction de son environnement commercial et de la place dont il dispose
Une obligation d'exposition des 2 premiers numéros d'un titre nouveau peut etre envisagé afin d'établir un lien solidaire avec les éditeurs qui se risquent mais la mise en place de l'assortiment ne peut etre dissocié d'une grille de rémunération permettant aux marchands de rentabiliser l'espace et le temps accordés à la presse car l'assortiment ne règle en aucun cas le problème de la rentabilité entrainant de fait la fermeture de marchands"spécialistes" De nouveaux critères de rémunération doivent etre inventés et imposés aux éditeurs car en dépend la survie d'un réseau indépendant

153 appréciations
Hors-ligne
vous nous parlez des titres vendeurs , non vendeurs , de stock tampon, super mais dites moi 
serions nous arrivés chez les BISOUNOURS d'un seul coup , et  je ne m'en serais pas rendu compte.
vous en connaissez beaucoup des gens à qui on dit "on va diminuer votre CA de la moitié "  qui vous répondent "oui d'accord ,c'est promis on va respecter le nouveau règlement" 
la peur doit changer de camp

167 appréciations
Hors-ligne
Exact Hypso

D'ou la demande de DESCARTES de définir des critères suffisamment exhaustifs et flexibles pour tous (éditeurs, messageries et marchands), facilement vérifiables afin de LIMITER au maximum les possibilités de contournements des règles que ne manqueront pas de mettre en place les éditeurs et messageries (==> chassez le naturel il revient au galop !) et en espérant bien sur que l'ARCEP aura l'autorité suffisante pour des rappels à la règle.

1 appréciations
Hors-ligne
20% des références réalisent 80% du chiffre d'affaire cette règle se vérifie dans toutes les activités ce sont donc "les meilleures ventes" ce panel donné à titre indicatif  par le dépot ne serai en aucun cas une obligation d'exposition Pour les réassorts en presse comme pour les autres activités nous sommes tributaires des délais de fabrication et un stock tampon a de toute façon ses limites

173 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,

En retrait depuis plusieurs mois, j'ai surement raté des épisodes ou suis je devenu has been.

Nos propositions , il y a (déjà) 7 ans, sur l'achalandage de nos linaires sont toujours d'actualités
Ils (éditeurs, messageries and co) savent tout de nos ventes, nous consulter c'est sympa mais si ils le souhaitent vraiment rendre nos linéaires vivants et rentables qu'ils fassent "mouliner" toutes les données qu'ils possèdent sur nos ventes, ils obtiendront toutes les stats nécessaires nous permettant de décharger nos linéaires sans les appauvrir.
L'assortiment, l'approvisionnement des points de vente s'effectuera tout seul
Un rayon presse clair, lisible par nos clients, ne peut que booster les ventes.
Les remontées de nos ventes traitées au jour J permettent un réassort à J+1 lors de rupture de stock et/ou de compléter la largeur de gamme 
Inutile de monter une usine à gaz, un logiciel de gestion de stock bien utilisé fera l'affaire.

- Gestion à J de nos ventes (stock)
- Facturation à J en découlant,
- Augmentation significative de nos commissions pour tous( et non pour quelques privilégies)

Ce sont les trois mamelles des marchands de presse

C'est une question de VOLONTE.
Tu veux, ou tu veux pas.....?

A+
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

255 appréciations
Hors-ligne
 pour alimenter le débat
Hors-séries, numéros spéciaux, collectors : une économie bien rodée pour les éditeurs

153 appréciations
Hors-ligne
c'est peut être la solution , faire de la qualité , mais attention un HS reste un HS , s'il y en a un chaque semaine ce n'est plus un HS .et puis d'une année sur l'autre un sujet particulier lorsqu'il a été traité une fois n'a plus aucun intérêt .
il n'y a que l'actualité qui bouge .
la peur doit changer de camp

255 appréciations
Hors-ligne
Concernant l'assortiment c'est peut-être simpliste mais Wikipédia est clair :

L'assortissement ou l'assortiment est la liste de tous les produits proposés à la vente à un moment donné par un point de vente à sa clientèle. Cette liste résulte d'une décision positive de référencement prise produit par produit par le gestionnaire de la famille de produit, du rayon ou du linéaire concerné

Or que voit-on dans la presse ce sont nos fournisseurs : éditeurs et messageries qui veulent nous assortir  !

153 appréciations
Hors-ligne
"qui veulent nous assortir  !"
ah bon , parce qu'ils te laissent le choix !!!!!!!!!
chez moi c'est "c'est nous qui commandons ;c'est ça ou des œufs " 
le résultat est connu 
les marchands de presse ferment 
ça c'est pas du "peut être que , ou du yaka " 
la peur doit changer de camp

153 appréciations
Hors-ligne
ça m'a tjs fait rire , les gens qui se disent patron et qui en réalité ne sont que des maillons dans une chaine ou ils n'ont aucun pouvoir .
la peur doit changer de camp

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8975 autres membres