www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Audition de la Présidente de Presstalis à l'Assemblée

790 appréciations
Hors-ligne
video en ligne


La commission de la culture de l'Assemblée Nationale a souhaité entendre la Présidente de Presstalis mercredi 21 juin 2018. Les députés appartenant à cette commission ont pu lui poser quelques questions sans que s'engage un débat car ce n'est pas la procédure, bien que l'on puisse le regretter.

Une majorité de questions ont porté sur les marchands de presse tandis que le discours de la Présidente portait quasiment uniquement sur la situation de Presstalis. Dialogue de sourds.

La Présidente de Presstalis a d'abord dépeint l'état catastrophique de la situation qu'elle a trouvée en arrivant : 
- comptes propres -300 M€
- déficit d'exploitation annuel : 50 M€
- 1000 fermetures de points de vente / an

Naturellement elle "ne savait pas avant de venir" mais courageusement assumera le challenge de redresser son entreprise et la filière, en toute modestie.

La situation est due à l'incompétence, voire pire, de la précédente Présidente.
La massification des flux était une hérésie.
La  multiplication des points de vente est la solution. Vive la grande distribution.

Et, cerise sur le gâteau, interrogée sur le problème que cela pourrait poser aux marchands déjà en difficulté, la Présidente répond avec aplomb  : "nous avons rencontré les organisations représentant les marchands. Ils sont d'accord avec notre politique car ils sont conscients que plus la presse sera présente partout plus ils ont de chance de pouvoir continuer à en vendre." Fabuleux mensonge que nous ne manquerons pas de démentir.

Interrogée sur les capacités de remboursement des prêts de l'Etat et le plan de redressement programmé la Présidente n'a pas voulu dire quoi que ce soit d'autre aux députés que : "nous avons besoin de vous. Il faut nous aider. J'ai des idées mais il est trop tôt pour que je vous donne des éléments".

En gros :
- demain on rase gratis.
- faites-moi confiance
- je maîtrise et j'ai les compétences
- ne vous mêlez pas de mes affaires
- les autres ont été mauvais mais moi je suis bonne
- tout le monde est d'accord avec moi (marchands, syndicalistes, etc.)

Peut-on lui faire plus confiance qu'à ces prédécesseurs ?
L'avenir le dira mais ses non-dits et ses mensonges n'augurent rien de bon.
Et sa politique ne tient pas compte des marchands...
Nous allons alerter les députés qui ne seront certainement pas dupes de ce discours de façade et qui, eux, sont confrontés dans leurs circonscriptions à la disparition de nos magasins.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

135 appréciations
Hors-ligne


Nous sommes sauvé...  cette dame  a déjà  une médaille 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031502339







Des infos et des .... A vos commentaires

159 appréciations
Hors-ligne
Elle en a du mérite :
- prendre la direction de presstalis
- dire les 4 vérités les yeux dans les yeux à des Députés
- prendre un salaire conséquent sans vergogne en signant des lettres de licenciements
- saborder un réseau commercial de marchands
- rapporter les propos d'un syndicat non représentatif
- faire les poches des contribuable pour s'assurer au moins 3 ans un job à plein temps
- etc,etc...
 

1 appréciations
Hors-ligne
le moment est venu pour ces députés de faire preuve de courage politique

Merci pour ces infos.
Cette audition sera-t-elle rendue publique ?
En toute logique, elle a dû être auditionnée en tant que Pdte de Presstalis. Les parlementaires ont de quoi être inquiets, et une telle situation relègue certainement les questions collatérales au rang secondaire.
Si le sort des marchands de presse était le principal sujet, ça n'aurait pas été elle la meilleure source d'infos, les parlementaires le savent bien. Ils avancent certainement vers un démantèlement de Presstalis pour enfin sortir de cette absurdité de la distribution : ni plus ni moins, les conclusions de plusieurs rapports parlementaires...
Je pense sincèrement que tous ses prédécesseurs avaient été nommés pour faire perdurer le système avec Presstalis en chef d'orchestre. Elle...non. N'oublions pas d'où elle vient, par qui elle a été nommée, et pour quoi faire l'a-t-elle été.
N'allez pas chercher le salut du réseau chez Presstalis ou chez un intermédiaire Théodule ! Vous subissez le résultat tous les jours. Ca ne vous suffit pas ???

1 appréciations
Hors-ligne
l'analyse de 123456 est pertinente,il y a un niveau de trop dans la distribution

251 appréciations
Hors-ligne
pour 123456  lien vidéo

Merci. C'est top, je regarde ça ce soir. Et que personne ne s'en prive.
Il aurait fallu commencer par ça !

147 appréciations
Hors-ligne
ce qui prouve que tout le monde SAIT et que rien n'a été fait depuis des lustres .le passage le plus drôle c'est l'informatisation ."pour pouvoir contrôler les invendus " !!!!!!!!!
Ce qui laisse supposer qu'il y a des tricheurs , des gens malhonnêtes , ce qui ,venant des gangsters est assez risible .
wait and see .
le diagnostic est réalisé , attendons les remèdes qui vont être mis en place pour soigner .

Dernière modification le samedi 23 Juin 2018 à 08:35:36
la peur doit changer de camp

104 appréciations
Hors-ligne
Mille fermetures par an, combien de gens au chômage ? 
Et nous sauverons Presstalis pour une poignée maintenant de patrons, cadres. Les ouvriers et porteurs ne sont déjà plus des employés de cette société.  Nous, nous perdons notre fric depuis 20 ans. Et tout ce petit monde est confiant et très positif pour l’avenir ? La vache à lait des contribuables, voilà une manne qu’il ne faut pas négliger pour s’enrichir.  Il n’y a pas que les fonctionnaires que le privé montre du doigt, ils profitent bien plus de nos impôts et eux sont ils plus utiles au fonctionnement d’une économie et de la société, non, sauf à s'enrichir !

135 appréciations
Hors-ligne




Madame Benbunan
les méthodes de Bayard, votre actionnaire  vont surement contribuer aux redressement de Presstalis et à la survie des marchands de presse   .....  !!!!







Dernière modification le lundi 25 Juin 2018 à 09:13:30
Des infos et des .... A vos commentaires

28 appréciations
Hors-ligne
je viens d'écouter cette dame, que du mépris elle a envers nous, plutôt que de sauvegarder les points de vente qui existent , et de valoriser notre métier afin que d'autres entrepreneurs aient envie d'ouvrir des points de vente ce qui serait bien pour le maillage de la vente presse , elle dit que quand une maison de presse ferme, elle met la presse dans la GMS !!! Mais non chère dame quand la maison de presse ferme c'est que vous avez déjà mis la presse en GMS , elle doit le faire exprès d’être idiote.

Oui, il en faut du temps pour écouter toutes les questions et réponses.
Je n'y vois pas de mépris envers le réseau actuel. Aucun.
Même un éventuel double jeu de la part de Mme Benbunan n'est plus d'actualité...le réseau se défait tout seul. Dans ces conditions, vouloir redévelopper, récupérer de la visibilité ne peut se faire que là où la presse n'est plus.
Par contre, elle se trompe certainement, trop confiante sur les points de ventes qui souhaitent la presse, même là où des magasins ont déja fermé. Tant que les rémunérations ne seront pas augmentées, pour le réseau actuel, comme pour de nouveaux points de ventes, elle se fourvoie complètement dans son optimisme. Fonction oblige.
C'est à vous AADP de souffler aux oreilles des législateurs, qu'il faut absolument la rupture. Sans niveau 1 en pilote du métier. Ca se passe si bien en librairie !!! Seule une mini structure technique, dédiée aux réglages des IPG. Que le reste soit traité comme la librairie, par les dépôts ou plateformes pour la distri. et la facturation. Sans remontées aux messageries (car il n'y en aurait plus...) Les invendus deviendraient de fait un poison, et disparaîtraient mécaniquement, contrairement à ce qu'il se passe aujourd'hui, parfois entretenus.
Elle est cependant assez rusée pour amadouer les parlementaires. Mais cela ne sera certainement pas suffisant. Le pouvoir réel est aujourd'hui dans les mains des parlementaires. Elle a insisté sur l'avenir du livre très menacé il y a 25 ans, qui s'en est sorti.
La rupture du schéma 1-2-3, bien au delà des supermarchés et supérettes, est la seule condition pour arriver à sauver la distribution de la presse. La loi Bichet risque d'en prendre un bon coup.


104 appréciations
Hors-ligne
La loi Bichet va sûrement en prendre un coup ? Et sûrement la démocratie avec ! Nous semblons dériver toujours plus , vers une dictature du capital , qui de toute façon mettra encore plus de gens sur Le carreau et où nous accepterons de travailler en travailleurs indépendants pour pas grand chose , c’est l'orientation qu’ils nous imposent , ouvrons les yeux !

Ouvrez les vraiment alors.
La liberté d'expression ne se joue pas que dans la presse écrite. Vous oubliez le livre, où n'importe qui peut aussi écrire n'importe quoi, et on n'y invoque jamais la censure !
Combien de titres de presse n'ont absolument rien à voir avec "la démocratie" ?
Si le réseau doit avoir peur, que ce soit plus pour son avenir que celui de la liberté ou de la démocratie.
Parler de dictature du capital revient à faire croire qu'il n'y aurait que les gros éditeurs qui vendent, et pas les petits...N'avez vous pas un rôle à jouer dans la présentation de votre offre de presse ? Les "petits titres de petits éditeurs" sont bien plus nombreux que ceux des autres.
Etes vous cohérente entre vos propos et ce que vous faites dans votre kiosque ?

0 appréciations
Hors-ligne
Merci à l'équipe du canard de ne pas nous laisser sombrer seuls. 
Courage à tous confrères même si nous sommes dépités. 

Bonjour tout d’abord félicitations pour la nouvelle présidente je la souhaite le courage .je me présent monsieur Nassif Edmond je suis kiosquier à paris j’amerais Bien avoir un rendez-vous avec madame la présidente merci d’avance cordialement .Nassif Edmond 0651198983

104 appréciations
Hors-ligne
Et oui 123456 c’est bien les gros éditeurs qui vendent le plus , parce que leurs moyens leurs permettent là pub , et même si l’on met en avant aussi les petits éditeurs , cela ne suffit pas à les faire connaître , par contre , la démocratie et le pluralisme passe à travers la loi Bichet parce que les gros éditeurs payent pour les petits pour les faire distribuer, donc si demain les gros ne payent plus , les éditeurs mêmes d’information qui n’ont pas beaucoup de lecteurs couleront, et si votre pluralisme et démocratie suffiraient en passant que par les livres , désolée de vous dire que c’est votre point de vue mais que bon nombre de gens préfère s'informer par la presse , pour le reste en effet bon nombre de titres pourraient sortir de cette loi et depuis belle lurette, mais encore là les gros éditeurs qui mènent la danse , je vous rappelle qu’en 1947 il n’existait pas de presse loisirs , people , porno , décoration ect et que la loi Bichet existait donc et qu elle était là pour protéger la presse d’information , alors pourquoi ne pas exclure certains magazines au lieu de l’abroger comme certains gros éditeurs le voudrais pour pouvoir être libre d’inonder le réseau , augmenter le maillage par des supérettes et faire couler les plus petits éditeurs et marchands pour devenir le monopole des puissants, quel stupidité en effet pour le pluralisme et la démocratie, que des business man sans foi ni loi , peut être vous ressemblent ils , vous mettez tellement d’ernergie à défendre ceux qui exploitent que l’on peut se poser la question . Vous semblez vous tellement libre , libre de quoi , d’avoir été obligé de renoncer à la presse , faire du livre qui lui a réussi à ce protéger un peu , donc il faut protéger la presse papier ne vous déplaise, pour toutes ces raisons, la génération papier existe encore faut il encore vouloir la défendre pour la préserver . Vous vous ne protéger que vos intérêts et seulement les votres , comme ceux que nous critiquons depuis longtemps sur ce blog .

C'est bien d'avoir des considérations aussi vertueuses.
Mais vous voyez bien que les incohérences éclatent. Si je voulais protéger "les gros exploiteurs", j'aurais continué à vendre de la presse, ce sont eux les seuls à en profiter, au détriment du réseau...Et tout le paradoxe : les diffuseurs se plaignent d'être exploités, mais continuent quand même. Ne renversez pas les rôles.
Ne réduisez pas non plus la loi Bichet et son corollaire, les messageries, à son intérêt passé. Oui, ça a servi, oui, ça a permis à la presse magazine de prendre une place sans équivalent, comparé aux autres pays du monde. Mais c'est devenu une bulle sauvage, un gouffre énorme qui va obligatoirement éclater... Mais vous avez le droit de ne pas vouloir de changement.

104 appréciations
Hors-ligne
C’est encore vous qui faites les questions et les réponses, je ne vous ai pas dis qu’il ne fallait pas de changements , ce n’est pas la loi Bichet qu’il faut abroger , imposer le respect de son interprétation pour la presse d’information , et que les aides de l’Etat se réduisent aux éditeurs du pluralisme, pour les autres qu’ils utilisent leur fric personnel pour mener à bien leurs entreprises comme nous tous entrepreneurs , ensuite virer tous les directeurs et cadres des messageries qui font un sale boulot , du copinage, du conflit d’intérêts et j’en passe et des meilleurs,que les comptes soient publiés ainsi que ceux du CEPPE , association dans lequel transite beaucoup d’argent pour aider les marchands, qui eux reçoivent des miettes et les syndicats qui pour certains sont un peu ,beaucoup véreux depuis des décennies . Le gouvernement doit faire son travail pour réguler une filière qui s’est fourvoyée, se ne sont pas les éditeurs majors qui le feront , la presse est produit du service public, Les éditeurs ne peuvent vivre et s’enrichir sur le dos des contribuables et ne pas avoir d’obligation en contre partie , au minimum respecter le réseau à qui l’on a imposé des contraintes pour cette même et grande idée que le pluralisme, donc les contraintes pour nous , la liberté pour eux ? La gestion pourrie des grands groupes depuis trente ans a conduit à l’enrichissement de patrons de cadres et à la fermeture de tous les autres , pour qu’au final ils font quand mêmes couler les boites qu’ils gèrent et enrichissent leurs amis éditeurs majors . C’est donc cet aspect là de la filière qu’il faut assainir, donc du changement ! La loi Bichet protège les petits !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9979 autres membres