www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Cent fois sur le métier ...

767 appréciations
Hors-ligne
...remettez votre ouvrage.

Même en cette période peu propice aux avancées, en raison des élections qui se profilent, nous maintenons le cap ... et continuons d'assurer la permanence de nos idées auprès des décideurs de l'avenir de notre filière.
Ainsi nous avons une nouvelle fois rendez-vous la semaine prochaine avec les plus hauts dirigeants en charge du dossier.

Conformes à notre éthique nous ne leur demanderons pas des subventions mais des actions concrètes (comme ont été actées la revalorisation, relative, de nos rémunérations et la facturation, longue à venir, des seuls exemplaires vendus).

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

29 appréciations
Hors-ligne
les politiques ont besoin des éditeurs et de leurs journalistes pour se faire élire
les éditeurs ont besoin de l'argent public distribué par les élus  pour vivre
dans ce contexte il ne faut rien attendre d'un ministre ,seule une action collective ( type lait pour lactalis) ou judiciaire fera bouger les lignes 

100 appréciations
Hors-ligne
Je suis d'accord avec mdp29 , non pas que les revendications en réunions ne servent à rien , mais ils ont l'habitude , ils sont payés pour ça , c'est juste leur metier ! Et tout le monde a fait ça depuis des décennies. Avant les élections ce n'est pas propices , après non plus , parce qu'ils ne veulent rien changer au système , ils doivent se rendre l'ascenseur ! Justement parce que nous sommes en période électorale , qu'il faut très certainement penser aux actions et en faire ! A bon entendeur !

Dernière modification le jeudi 01 Septembre 2016 à 20:26:08

767 appréciations
Hors-ligne
Nous sommes tous conscients que seul le pouvoir de nuisance permet de faire bouger les
choses rapidement.
Pourtant aucun de nous n'est capable de le mettre en oeuvre car nous ne sommes pas nombreux à être prêt à en user.
Il ne sert donc à rien de le répéter et il est préférable d'adapter la ligne d'action aux moyens dont nous disposons.
Si le résultat n'est pas immédiat, comme nous le souhaiterions tous, il est réel et tangible.
Nos actions ont non seulement contribué à stopper les velléités de nos opposants mais les ont aussi contraints à modifier leur mode de fonctionnement à notre égard.
- Un rééquilibrage temporaire de la trésorerie a d'abord été obtenu (RD des mensuels).
- Puis, pour remédier à cet aspect temporaire, et empêcher le renouvellement des écarts de trésorerie, la facturation des seuls exemplaires vendus a été décidée. Les éditeurs prétextent actuellement des découvertes de difficultés techniques de développement informatique (SIC) pour retarder l'échéance mais ils seront bien contraints d'y passer.
- Une revalorisation, bien qu'insuffisante et inique, a été mise en place.
Nous défendons d'autres sujets qui nous l'espérons verront le jour à leur tour.
A défaut de tout résoudre d'un coup de baguette magique nous progressons.
Et l'état d'esprit change dans les têtes des décideurs au fur et à mesure que nous les alertons.
Appeler de ses voeux une révolte est un rêve que nous ne pouvons pas nous permettre aujourd'hui. Nous préférons agir, même si cela peut sembler insuffisant.
Sur le long terme c'est plus efficace.
Et nous avions prévenu qu'il faudrait du temps pour revenir sur des décennies de laisser aller. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

29 appréciations
Hors-ligne
l'aadp a brisé l'omerta qui règnait sur le monde de la presse et on le doit à ses représentants et à eux seuls!Dans ce dossier le conflit d'intéret(éditeurs,politiques) ralentit les décisions nécessaires à l'intéret général(lecteurs) malgré tout ça avance et il faut continuer le combat
en utilisant les moyens dont nous disposons en déplorant le désintérèt de beaucoup de marchands

100 appréciations
Hors-ligne
Que dire aux marchands qui ferment boutiques et kiosques depuis plus de 10 ans à la vitesse grand V , qui ont pour certains tout perdu , y compris leur retraite , que nous progressons ? Qu'ils n'ont pas eu de chance parce qu'ils n'avaient pas la trésorerie , pour tenir le cap jusqu'à ce que cela change que nous changions les mentalités , votre optimisme à le mérité de se demander pourquoi les marchands sont encore là à ouvrir chaque jour leur poste sachant qu'ils travailleront , pas pour gagner de l'argent , juste parce qu'ils rêvent que les choses peuvent changer ? Aucunes avancées sociales majeures n'a jamais été obtenu avec des négociations , c'est juste historique !
Qui dit ou pense que les marchands ne sont pas près ou pense qu'aucune action n'est possible ? Avez vous ou avons nous concerter nos collègues , nos adhérents pour afirmer qu'ils ne le désir pas ? Nous crevons juste tous chacun notre tour , en silence , c'est mieux , comme cela nous ne sommes pas trop visibles . Qui sont ces intervenants nouveaux qui pourraient faire changer politiquement un sytème qui enrichi une filière média , par le fruit de nos impôts pour cirer les pompes de nos politiques , et inversement au gré de leurs intérêts ? Si nous avons donc des sauveurs qui changent de mentalité , moi en fait , je n'ai pas l'habitude d'une telle empathie , par conséquent j'aurais tendance à penser que cela est inquiétant, quels autres intérêts peuvent être protégés ?
Mais il est vrai et il faut le souligner que AADP multiplie les revendications depuis plusieurs années alors qu'aucun syndicat ne défendait cette profession .
Merci quand même .

767 appréciations
Hors-ligne
Que dire aux marchands qui ferment boutiques et kiosques depuis plus de 10 ans à la vitesse grand V , qui ont pour certains tout perdu , y compris leur retraite ?


A ceux là il n'y a plus rien à dire sinon qu'ils sont responsables de leurs malheurs.
A se plaindre dans leur coin sans se regrouper pour agir ils n'ont rien gagné.
A refuser de faire grève "parce qu'ils ne pouvaient pas" ils n'ont fait que repousser de peu l'échéance.

Nous sommes toujours dans cette logique pour la plupart de nos confrères.
Aussi n'avons nous d'autre moyens que ceux évoqués précédemment.
Que quelqu'un se montre en capacité d'initier une vraie grève et nous participerons avec plaisir mais à ce jour je ne connais personne qui ait été capable de faire autre chose que de la suggestion. 
Nous continuerons donc notre travail qui, s'il ne satisfait pas totalement, a le mérite de faire avancer les choses de manière significative sinon rapide.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

173 appréciations
Hors-ligne
Que dire aux marchands qui ferment boutiques et kiosques depuis plus de 10 ans à la vitesse grand V , qui ont pour certains tout perdu , y compris leur retraite , que nous progressons

Ceux-là, comme ceux qui survivent actuellement n'ont pas souhaité et/ou ne souhaitent pas se défendre. 
Ils récoltent le fruit de leur laxisme, de leur "je m'en foutisme." 
Un job, quel qu'il soit, demande un minimum d'engagement, un minimum d'intérêt.

Certains, notamment ceux qui possèdent presse+jeux+tabac n'ont jamais voulu s'occuper des pbs engendrés par la vente de la presse, se croyant à l'abri car  jeu+tabac leur permettaient de s'en sortir. 

Leurs jours sont comptés (paquet neutre, monoprix, jeux en ligne, multiplication des points de vente  fdj etc.....)  
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

100 appréciations
Hors-ligne
Vous avez en partie raison , les marchands ne sont pas assez impliqués. Aussi pour défendre leur métier parce qu'ils ne voient et ne savent toujours pas ce que trame filière chez les décideurs. Mais la situation se dégrade de plus en plus pour tous. Lorsque nous faisons des avancées minimes les restructurations vont changer à nouveau les pratiques et les règlements pour qu'au final les marchands aient encore plus de contraintes de travail. , Ils n'arrivent plus à se faire entendre. Le traitement des crédits d'invendus est, sur Paris, un véritable désastre. Non nombre de kiosques ne gagnent même pas 20,00 euros par jour avec la presse. Les aides prévues par la mairie ne pourront pas combler des revenus décents. La mairie prévoit surement aussi une nouvelle réglementation , en défaveur des kiosquiers lors du changement de tout le parc : nous n'auront plus le droit de sortir les présentoirs pour les produits à touristes. De quoi vivront les marchands ? Des aides et des produits qui ne rapportent rien et que plus personne , même le service public, ne veut faire ? Voilà donc encore l'aide que la maire apporte à ces kiosquiers que tout le monde aime ? " Paris aime ses kiosques" mais en contre-partie, elle accepte de redonner pour 15 ans la concession à JC Decaux , Presstalis , le Figaro , l'Express ect , pour lesquels nous allons faire les esclaves encore plus qu'avant avec des revenus encore nivelés par le bas ? Tout en restant avec un statut de travailleurs indépendants ? Si ça ce n'est pas le jackpot c'est quoi ? Les marchands qui n'auront plus rien n'a perdre cette fois , voudront ils se réveiller juste un peu !

767 appréciations
Hors-ligne
Les kiosques, dont la majeure partie de l'activité officielle est constituée par la presse ont une possibilité juridique de faire requalifier leur contrat en contrat salarié. Nous l'avons déjà dit.
Cette option n'est pas possible pour des magasins qui vendent autre chose que la presse.
Il faut profiter de cette opportunité qui permettrait de mettre sur le devant de la scène juridique la distribution de la presse.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

100 appréciations
Hors-ligne
Nous allons aborder le sujet avec la mairie très prochainement , parce qu'ils ne peuvent pas nous empêcher de nous développer économiquement avec des produits de diversification , nous imposer la presse et nous rémunérer 4,50 de l'heure , croire que nous travaillerons 6 ou 7 jours sur 7 , 12 heures par jour pour ne même pas pouvoir se constituer une retraite , parce que nous devons aussi nous renseigner , parce ce qu'en dessous d'une certaine rémunération annuelle , les trimestre ne sont pas validés , encore un tour de passe passe. Mais ils comptent bien que l'ont garde notre statut , sans aucune indépendance ! Des esclaves ! Eux des négriers !

155 appréciations
Hors-ligne
Bien faire passer l'info :
salaire minimum permettant de valider un trimestre retraite de base : 1450,50€ (483,50€ minima/mois ou 5802€/an) au 1er/01/2016...

NB : pension retraite minimum versée 629€/mois



Dernière modification le samedi 03 Septembre 2016 à 15:57:32

100 appréciations
Hors-ligne
Merci , nous allons donc nous enrichir ? 8500,00e d'aides , que les marchands devront déclarer , sur lesquelles nous paierons des charges sociales, j'ose souhaiter qu'ils atteindront au moins ce minima pour percevoir le minima retraite ? Mais j'en doute , nous poserons la question à notre comptable .

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10000 autres membres