www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

CETTE MESURE N'A AUCUN IMPACT SUR LA GESTION QUOTIDIENNE DE LA PRESSE

2 appréciations
Hors-ligne
C'est dans ces termes que se termine une note émanant de la SAD de Nantes, note trouvée dans nos bacs le vendredi 15 septembre.

Et que dit cette note ( qu'il faut relire plusieurs fois tant l'effort de rédaction semble proche du néant)

Cette note annonce  sans ambages que " la distribution des publications à périodicité longue s'effectuera sur 4 jours (lundi mercredi jeudi vendredi) ".

Concrètement cette mesure imposée donne quoi en terme de flux de travail

Ce mardi 19 septembre livraison : 335 euros de marchandise contre une moyenne de 1200 euros les mardis précédents. Bien évidemment la gestion des invendus suit une tendance identique.

Conséquences sur la livraison du mercredi 20 septembre : Près de 2000 euros de livraison et 1200 euros d'invendus.....

Ce vendredi 22 septembre, une livraison très allégée ( 800 euros) sans que l'on sache pourquoi..Bien entendu peu de rappel d'invendus ( pas de prioritaires)

Et maintenant, le summum, ce samedi 23 septembre: Montant des livrés: 1600 euros dont 1300 euros de publications et PAS DE RAPPEL D'INVENDUS.... Imaginons ce que sera le bordereau de lundi prochain avec ses pages d'invendus qu'il faudra renseigner.

Donc, à compter de cette note, un travail extremement faible deux jours par semaine, compensé par un travail beaucoup plus lourd les lendemains. De plus pas de rappel d'invendus le samedi, donc une perte de temps importante lors de la mise en place puisqu'il faut retirer à l'aveugle des invendus qui seront potentiellement rappelés le lundi suivant.... Et je crains le pire lundi prochain sur la partie gestion des invendus...

Je me plais à répéter la conclusion de cette note de la SAD : CETTE MESURE N'A AUCUN IMPACT SUR LA GESTION QUOTIDIENNE DE LA PRESSE
Voila qui est dit et je passe sous silence une seconde note trouvée dans les bacs qui nous précise ,dans un charabia qui n'a pas de sens, comment gérer à l'avenir les bacs plastiques et donc la facturation de ces derniers.

Je suis en colère de part ce manque total de considération de notre travail. Nous sommes devenus les chiens et les esclaves de ce fournisseur qui impose sans concertation une modification fondamentale qui dégrade nos conditions de travail.
Avec cette évolution, Prestalis nous fait supporter les conséquences des ses restructurations( allègement des tournées certains jours, fermeture du service des invendus d'autres jours.... ETC)

Je suis très en colère
Comment réagir.... J'ai ma petite idée la dessus ... Puisque à compter de ce jour je ne peux gérer correctement mon temps dévolu à la presse et que mes conditions de travail se dégradent, je vais compenser ma perte financière........

Nous sommes des moutons  

773 appréciations
Hors-ligne
Bonne analyse. Tant va la cruche à l'eau ...
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

132 appréciations
Hors-ligne
Tout va bien le Staff à le sourire !!!!




Des infos et des .... A vos commentaires

242 appréciations
Hors-ligne
Rien que le titre de cette note, incite au doute !

Oui peut-être pour ceux qui n'ont pas de personnel dédié à la presse. Mais quand même !

Que va faire le personnel dédié à la presse le mardi ?
Des invendus ! ce  serait-il logique qu'il y ait plus d'invendus ce jour là, mais avec le système de bacs, je doute que nous ayons les bacs pour le faire.

Au fait les grands esprits de la filière ont lancé un observatoire de la qualité. A t-on des nouvelles de cet institut.

Pour le mardi vous pourrez toujours répondre au question de l'observatoire, car c'est le jour de collecte !

Le message du dépôt semble bien décalé avec le travail quotidien. 
N'aurait-il pas besoin de ça pour justifier de mettre son propre personnel en congés tel ou tel jour, et de proposer aux magasins d'en faire de même ? Les dépôts doivent aussi économiser...
Pour la photo, elle est hors sujet par rapport à la SAD de Nantes de qui émane la lettre.
Mais ça me fait plaisir de revoir qq collègues, qui y croient encore. Imaginez qu'ils fassent la gueule !

59 appréciations
Hors-ligne
Effectivement, ils croient encore.

Rentrée active pour le CA
Rentrée oblige, le conseil d'administration de Culture Presse s'est réuni cette semaine à Paris.

Au programme : un bilan de la saison estivale, un point d'information sur la situation des messageries, un retour sur la réunion du 18 juillet dernier du CSMP, et la présentation de nouveaux partenariats.
Une réunion dense donc, et une équipe mobilisée pour les mois à venir...


Et les marchands dans tout ça ?..

Dernière modification le samedi 23 Septembre 2017 à 15:49:39

141 appréciations
Hors-ligne
pour ceux qui suivent le blog depuis longtemps j'avais lancé l'idée de séparer les livraisons PQR et PQN tous les jours , les publications le LUNDI , MERCREDI,  VENDREDI  .
est il nécessaire d'avoir un hebdo obligatoirement à un jour précis .pourquoi plus le JEUDI que le MERCREDI
ce qui compte c'est ce qu'il y a dedans me semble t'il .
tout le reste ne sont que des habitudes .
il faut faire des économies aussi bien pour les dépôts que pour nous .
ce systéme serait encore plus viable si au lieu d'avoir 60% d'invendus , on descendait à 30/40.
tout ceci serait réglé en très peu de temps avec la facture informatique réelle 
facture= articles scannés -coms .
la peur doit changer de camp

132 appréciations
Hors-ligne
123456

Pour la photo, elle est hors sujet !

Hors sujet, pas sûr ... car undp se fait porte-parole de Presstalis et n'a pas à ce jour communiqué contre cette mesure.

Le message de com de l'undp est clair. Si c'est bon pour les éditeurs cela est forcément pour bon le réseau.
Des infos et des .... A vos commentaires

2 appréciations
Hors-ligne
Résultat de la mise en place de ce nouveau système:

Samedi pas de rappel d'invendus ( qu'il faut quand meme retirer des rayons pour éviter les doublons = temps de travail inchangé voir augmenté puisque la recherche des invendus se fait à tatons)

Et pour ce lundi 2 pages et demi de rappel sans fournis = 11 caisses archi pleines d'invendus = surcroit de travail environ 1H30 

Merci à presstalis de confirmer que "CETTE MESURE N'A AUCUN IMPACT SUR LA GESTION QUOTIDIENNE DE LA PRESSE"

242 appréciations
Hors-ligne
Comme pour le projet "supérettes",  pas d'études d'impact sur le réseau !

Pour Patrick André Ec DG de MLP  sur Twitter :
Réveillez vous éditeurs de #presse mag ! Voilà la note salée de l'incohérence industrielle du schéma & barèmes Presstalis sur les quotidiens!

L'objectif de Patrick André était de déboulonner Presstalis. Sachant qu'une messagerie ne pouvait pas prospérer durablement, il a taillé des croupières à son concurrent en contrôlant des dépôts, en dispensant des formations, en bradant ses barèmes.
Il a réussi en partie avec ça, et avec la suffisance et le conservatisme de Presstalis.
Qu'il soit amer d'avoir dû quitter son poste, on le comprend, mais n'avons pas à le regretter. Ses "conseils" sur twitter concernent les quotidiens...qu'il connait si bien !
Pour le réseau, il est facile de voir sur quels titres viennent majoritairement les invendus abusifs. Son ex messagerie vit sur les non ventes, pas le réseau.
Donc, merci.

242 appréciations
Hors-ligne
123456 Rendez-lui hommage d'avoir fait son travail de DG qui devait suivre la ligne du Conseil d'administration de MLP sans l'aide de l'Etat.

Concernant les ventes de MLP j'ai l'impression que cela est en train de changer.
Pas évident non plus quand vous avez un Robert LAFONT qui doit vous faire env 20m € de CA chez MLP ou un TRUKULOWSKI qui doit faire 5% du CA de Presstalis.

Au fait pour que les Quotidiens restent chez Presstalis, il doit bien y avoir d'inavouables raisons !  Lesquelles ?

Jamais de merci pour MLP ou Presstalis. JAMAIS.
Ce sont elles qui nous plombent, elles qui devraient ne tenir que leur rôle de logisticiens, elles qui ont tout fait pour gérer les informations, et parfois les vendre aux éditeurs. Elles qui ne se réforment pas. Elles qui se font la guerre pour rester ou devenir n°1. Elles qui sont dans des situations financières catastrophiques...ça ne vous suffit pas ?
Patrick André a toujours eu un double langage face au réseau, je vous l'assure. Il a toujours dit que le réseau méritait bien plus...sans jamais dire à qui il l'aurait pris. J'appelle ça être faux cul. Il savait que ça n'avait aucune chance d'arriver, ses propos étaient donc gratuits.

MLP ne sait pas traiter les quotidiens, et ce traitement se fait depuis toujours à perte : c'est pourquoi dans son tweet, il tente d'effrayer les éditeurs de publications, qui pourraient contribuer encore plus à la mutualisation du surcoût généré par les quotidiens...les distribuer confirme un rôle de pilote de la profession, avec le revers de perte financière garantie.
Et ces braves gens se battent pour ça !
A vous de vous battre pour ce qui vous fait gagner au moins de quoi vivre, sans les imiter !

773 appréciations
Hors-ligne
La prise en main des barèmes des messageries par l'Etat est impérative.
Les éditeurs ne peuvent plus décider de ce qu'ils vont payer, qui conditionne la rentabilité de ces entreprises et en même temps les concurrencer en les dépossédant d'une partie toujours plus importante du marché.

Cette question financière traitée il est souhaitable que la concurrence demeure, sur le plan de la qualité de service. Pour cela il faut que les deux messageries continuent d'exister.

Pour pouvoir les comparer il est nécessaire qu'elles exploitent le même marché et répondent à des appels d'offres identiques.(ce qui garantit le délai minimal de départ d'une messagerie pour l'autre et confère un peu plus de transparence).

Sauf erreur MLP est en mesure de traiter les quotidiens comme Presstalis et la concurrence vaut mieux que la péréquation. Des propositions avaient déjà été faites en ce sens il y a quelques années il me semble. La PQN en avait profité pour négocier des rabais à PRESSTALIS. C'est là que le système ne fonctionne pas. Les barèmes doivent être respectés. C'est pourquoi c'est à l'Etat de les définir et de s'assurer de leur respect.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Pour en revenir au sujet lancé par "Laveurdecamions", Samedi nous n'avons eu aucuns de retours d'invendus, mais aujourd'hui, arrivage plus important de magazines et retours de magazines non rappelés vendredi, samedi + ceux du Lundi, je ne vous raconte pas le merdier et boulversement pas dans le bon sens de notre vie privée, en effet obligation d'arriver au minimum 1 heure 1/2 plus tôt le matin si l'on veut avoir fini notre travail pour la fin de matinée, car le lundi AM nous sommes fermés (ouvert 7/7 le dimanche matin inclus- 12 mois sur12) nous sommes déjà bien fatigués, ils ne nous manquait plus que cela. Avec qui cette décision à été prise ? l'undp a-t-elle validée cette décision ?

59 appréciations
Hors-ligne
Cette mesure va-t-elle s’appliquer également aux GMS ?…

Yann,
Ce métier ne fatigue pas que vous...tout le monde n'a pas les moyens de pouvoir fermer deux demi-journées par semaine.
Si tout se complique dans ce métier, c'est bien parce que des économies sont aussi recherchées par les 3 niveaux en amont. Ces 3 mêmes niveaux qui reprochent au réseau de s'effriter en oubliant que c'est aussi parce qu'on n'y gagne quasiment rien - et c'est de leur faute !
Souvenez vous aussi que dans des lieux ruraux, les tournées sont réduites, "optimisées" disent-ils, tous les magasins ne sont pas livrés les mêmes jours...tout ça est illégal, mais l'économie prime sur les règles.
Faites en de même chez vous.

141 appréciations
Hors-ligne
ne pensez vous pas qu'il serait temps d'aborder un sujet sur lequel nous n'avons jamais discuté .
l'organisation du travail.
on ne nous a jamais demandé notre avis , simplement parce que les distributeurs nous considèrent comme leurs employés .
on ne demande pas son avis à un employé 
il exécute et ferme sa gue.......
donc on lui livre des tonnes de papier et il se débrouille .
il doit embaucher pour faire le travail .!!!!!
le distributeur s'en fout c'est pas lui qui paie .
alors qu'en pensez vous ?
COMMENT ËTRE PLUS RENTABLE 
la peur doit changer de camp

Descartes,
Parler de concurrence dans un milieu fermé et protégé, ça ne fait qu'augmenter les coûts, voyez la guerre entre les 2 messageries, sponsorisée par l'Etat et les différents niveaux du métier, dont le réseau !  Je ne crois pas du tout que ce soit la bonne solution, en tout cas, tout nous montre qu'on est dans une fuite en avant, et que ça cassera forcément tôt ou tard.
Il faudrait bien mieux créer une régie encadrée par l'Etat, un peu comme pour la FDJ. Vous ne pouvez pas en nier l'intérêt, c'est ce que plusieurs rapports ont conclu.

242 appréciations
Hors-ligne
123456  Cela s'appelle  un EPIC

Effectivement l'AADP a déjà réfléchi à ce type de structure qui pourrait remplacer l'ARDP et le CSMP

Concernant le sponsoring seul Presstalis touche des aides pour le transport et la restructuration, forcément cette dernière ressemble surtout à une subvention.

773 appréciations
Hors-ligne
Nous l'avons effectivement déjà proposé lors de nos entretiens, sans réponse positive jusque là.
Pour autant la concurrence est nécessaire pour développer la performance.
IL faut simplement qu'elle soit encadrée pour que les règlements soient respectés.
C'est le rôle de l'Etat.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

EPIC, régie, ou autrement appelée, cette nouvelle entité devrait être encadrée par l'Etat pour ne pas retomber dans le moule des deux assistés historiques, les messageries.
Et double effet kiss cool, plus besoin du CSMP et de l'ARDP, ce serait le 4 en 1, avec beaucoup moins de monde à nourrir, à chauffer, à transporter, à accompagner jusqu'à la retraite.
On cherche des économies ?

242 appréciations
Hors-ligne
Lors du colloque sur la loi Bichet à la Sorbonne, même les universitaires souhaitaient moins de couches dans le sandwich (je simplifie)

l'avantage serait que les messageries deviendraient des prestataires logistiques de cet ensemble.

141 appréciations
Hors-ligne
si on veut comparer la distribution de la presse avec FDJ ,il va falloir trouver des gens sérieux .
avec FDJ qui est en pleine restructuration en ce moment , tout est centralisé à Paris, tout est numérisé ,c'est hyper securisé .
on est loin de la distribution de la presse avec ses factures à la mord moi le nœud.
la grosse différence et difficulté en même temps repose dans la gestion des stocks .
chez FDJ  "on vous livre ce que VOUS avez commandé ", et vous ne payez QUE ce que vous mettez en service 
vous commencez à payer au 2/3 de la plaque  en service , QUI sera vendue complétement .
essayer d'appliquer cela à la presse est très délicat, puisque par définition il y a des invendus  
pour clôturer le tout ,je doute fort que ce systéme intéresse les gens de la distribution ainsi que les éditeurs 
la peur doit changer de camp

773 appréciations
Hors-ligne
On en revient toujours au même : le problème est celui de la gouvernance.
Les éditeurs gèrent suivant leur intérêt personnel un outil d'intérêt public.
Comme ils le soutiennent depuis longtemps il n'y a pas d'intérêt commun.
Seul l'Etat peut par une répartition équilibrée des pouvoirs, sous son contrôle, ou une reprise en mains de ces pouvoirs, remettre l'intérêt commun au centre du système.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

2 appréciations
Hors-ligne
Je continue mon laius ....

hier mardi 300 euros de livraison (des quotidiens ) et retour 200 euros des quotidiens ...
aucune publication

ce mercredi près de 2000 euros de livrés et 1300 de retour...
on est loin d'un travail au fil de l'eau, linéaire
voila le résultat de cette décision .... unilatérale ou pas ?

N'y a - t -il pas dans la convention qui nous lie à presstalis des obligations concernant une certaine régularité dans les livraisons, mais encore de s'obliger à relever les invendus lorsque le titre frais arrive... Maintenant il n'y a plus d'invendus le samedi et quasiment plus le vendredi 
on imagine bien toutes les conséquences sur le lundi et plus globalement sur la qualité de notre travail

242 appréciations
Hors-ligne
La messagerie MLP vient de diffuser le communiqué suivant :

Dans un communiqué mercredi, le conseil d’administration des MLP réagit à la décision « unilatérale et non concertée » de Presstalis de supprimer deux jours de traitement des titres de presse. Tout en disant prendre « acte » de celle-ci, les MLP soulignent que sa « soudaineté » ne permet pas pour l’heure « de mesurer les impacts opérationnels, sociaux et commerciaux pour la messagerie et ses éditeurs » mais qu’elles s’emparent du dossier. « Nous pouvons comprendre que la situation financière de Presstalis amène ses administrateurs-éditeurs à prendre des mesures urgentes d’économie, nonobstant, la méthode consistant à imposer une solution à l’ensemble de la filière sans délai, nous apparaît contestable », souligne cependant les MLP. Elles déplorent en outre que le Conseil Supérieur des Messageries de Presse (CSMP) « ne se soit pas saisi de cette problématique », taclant au passage le fait que la décision de Presstalis « tacitement acceptée par les organes de régulation » ne soit vue qu’au travers de son « seul prisme ».  Les MLP en appellent donc à ce que les acteurs de la distribution et ses décisionnaires respectent leurs partenaires et mutualisent leurs réflexions afin que « les réformes, qu’impose l’attrition du marché, soient appréhendées de façon coordonnée, seule garantie de leur efficience collective », concluent-elles.

141 appréciations
Hors-ligne
les MLP prennent acte , mais savent très bien qu'ils doivent comme Presstalis faire des économies 
et pour faire des économies il n'y a pas 36000 solutions 
le poste le plus cher chez un distributeur est le transport 
le prix du gasoil va augmenter de 10%.
 il est peut être possible de réfléchir pour trouver la meilleure solution à l'approvisionnement 
la solution serait de baisser les stocks et de passer de 60% invendus à 30%.
MAIS IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE LA VALEUR DE NOTRE STOCK C'EST LE CA DES MESSAGERIES .
donc  !!!!!!

Dernière modification le jeudi 28 Septembre 2017 à 08:27:57
la peur doit changer de camp

242 appréciations
Hors-ligne
Les MLP sont peut-être les seuls dans la filière à s'être aperçu que les marchands ont du personnel qui travaillent du lundi au vendredi ou du mardi au samedi

Ne pas oublier que Presstalis va encore toucher 18,9 M€ de la part de l'Etat pour sa restructuration. Combien a déjà été dépensé inutilement comme dans Zeens ? La restructuration de Presstalis passe t-elle nécessairement par le rachat de dépôt ?

Presstalis se borne à aller au bout de son objectif, ayant depuis longtemps des dépôts SAD. Mais faire des économies en rachetant les dépôts indépendants, pour que MLP ne prenne pas avant eux, on peut en douter. Pire, il leur arrive d'absorber des dépôts que MLP avait déjà racheté à des indépendants, c'est le cas à St Malo, mais d'autres existent à coup sûr.
Racheter pour fermer, c'est le luxe, la grande classe !
C'est ça l'économie chez Presstalis.
Ca pourrait faire rire, si ce n'était pas avec notre argent.

141 appréciations
Hors-ligne
Lorsqu'on a du personnel , on discute avec lui et on essaie de trouver les meilleurs conditions possibles pour EFFECTUER  le travail.
bien souvent il sait mieux que le patron comment il faut articuler les horaires 
il faut faire du GAGNANT-GAGNANT .
à la lecture des posts ,je constate qu'on en est tjs au YAKA et à la critique de Presstalis .
si je me souviens bien avant de devenir Presstalis , c'était les NMPP  .mais ça on a oublié .
vous savez les NMPP qui étaient les meilleurs amis de l'UNDP , avec qui c'était magouille et re magouille .les formations obligatoires pour les marchands à 700 euros la journée .mais ça ce n'était pas de l'argent public !!!!!!!
la peur doit changer de camp



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9997 autres membres