www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

contribution commune d'éditeurs indépendants

6 appréciations
Hors-ligne

6 appréciations
Hors-ligne
Contribution commune d’un ensemble d’éditeurs indépendants à la consultation publique du CSMP 
La vente au numéro est le poumon de notre activité, elle nous a permis de nous lancer, de croître, et génère encore aujourd’hui
la plus grande partie de nos ventes. Nous multiplions les initiatives
pour renouveler le lectorat de la presse et la fréquentation des points
de vente. Le réseau bénéficie de nos investissements publicitaires
massifs, avec pour conséquence d’attirer de nombreux jeunes lecteurs.

 
Jusqu’à présent, aucun d’entre nous n’a été impliqué dans les instances dirigeantes des messageries et des coopératives.
L’ampleur et la soudaineté de la crise nous ont indignés et nous
semblent pour le moins mystérieuses. Elles nous obligent à nous
intéresser de près à l’avenir de la filière puisque l’existence de nos
publications se trouve menacée.

 
Forts de ces caractéristiques partagées, et surtout d’une communauté de vues, nous publions une contribution commune aux
consultations du CSMP. Nous espérons faire entendre une voix différente,
responsable, mais aussi critique de l’organisation actuelle de la
filière, de la gestion passée de Presstalis, et des mesures actuellement
proposées et non soumises à notre approbation. Nous sommes certains que
de nombreux autres éditeurs de petite et moyenne taille se retrouveront
dans cette contribution.

 
 
 
 

1/Une demande de transparence
 
Nous sommes consultés dans l’urgence sur des décisions qui engageraient tout le secteur pour 9 semestres. Avec un délai de
réponse de 14 jours et en l’absence d’une information fiable, fournie,
détaillée et suffisante, sur la situation de Presstalis et son plan de
redressement, il nous est impossible d’accepter ces décisions. Notre
demande de transparence concerne la situation financière détaillée de
Presstalis, de la CDM, le plan de redressement, les feuilles de calcul
et hypothèses de travail ayant permis de le construire, de même que des
explications claires sur les raisons qui ont mené Presstalis dans cette
situation financière extrême. De plus, afin de ne pas reproduire les
erreurs du passé, pendant toute la durée du plan de sauvetage, nous
demandons un tableau de bord trimestriel sur l’évolution de la
situation.

 
2/Sur le calendrier des mesures proposées
 
Conscients de l’urgence de trésorerie, nous ne sommes pas irresponsables, et admettons le principe de mesures d’urgence, mais
celles-ci ne peuvent qu’être limitées dans le temps. L’asymétrie
d’information entre d’un côté les administrateurs de Presstalis et
l’État, qui ont conçu et négocié le plan de sauvetage dans le secret, et
de l’autre l’ensemble des acteurs concernés, est criante, et en
contradiction totale avec l’esprit coopératif. En outre, faute de prise
en compte de la situation déjà très fragile des diffuseurs, faute de
prise en compte des conséquences dramatiques de la fragilisation des
petits éditeurs sur le CA des messageries, faute de réforme d’ampleur de
la loi Bichet, le plan négocié dans l’urgence ne peut être considéré
comme résolvant le problème des messageries pour solde de tout compte.
Nous demandons que la durée des mesures prévues par ce plan soit limitée
à 6 mois. Un délai qui permettra de convoquer des États généraux de la
distribution de la presse réunissant tous les acteurs de la filière, y
compris les diffuseurs. Ces États généraux sont le seul moyen de
rétablir le lien de confiance qui doit unir éditeurs, messagerie et
diffuseurs. Ils permettront d’aboutir à un plan de redressement crédible
et transparent pour l’ensemble de la filière. Lire la suite:http://www.strategies.fr/actualites/medias/4006826W/presstalis-le-coup-de-gueule-des-editeurs-de-so-foot-society-ebdo-america.html

252 appréciations
Hors-ligne
Beaucoup de contributions d'éditeurs ou d'organisation syndicales sont également en ligne sur le site de MLP  


6 appréciations
Hors-ligne
Merci pour l'info!!


136 appréciations
Hors-ligne
[url=http://www.sofoot.com/crise-a-presstalis-sept-editeurs-de-presse-independants-font-entendre-leur-voix-452469.html]
CRISE À PRESSTALIS : SEPT ÉDITEURS DE PRESSE INDÉPENDANTS FONT ENTENDRE LEUR VOIX


http://www.sofoot.com/crise-a-presstalis-sept-editeurs-de-presse-independants-font-entendre-leur-voix-452469.html

Nous sommes éditeurs indépendants, clients de Presstalis, et nous croyons fermement dans l’avenir de la presse. Ces dernières années, nous avons lancé, avec succès, de nombreux magazines – Le 1EbdoSo FootSocietyAmericaPhilosophie magazine, pour ne citer que quelques exemples. À rebours du discours ambiant sur la fin de la presse, nous constatons l’attractivité des publications sur papier, et nous croyons dans l’importance d’une presse de qualité. Notre modèle économique ne génère pas d’importants profits, il tient et il se tient. En résumé, nous vivons par et pour les lecteurs. La vente au numéro est le poumon de notre activité, elle nous a permis de nous lancer, de croître, et génère encore aujourd’hui la plus grande partie de nos ventes. Nous multiplions les initiatives pour renouveler le lectorat de la presse et la fréquentation des points de vente. Le réseau bénéficie de nos investissements publicitaires massifs, avec pour conséquence d’attirer de nombreux jeunes lecteurs. Jusqu’à présent, aucun d’entre nous n’a été impliqué dans les instances dirigeantes des messageries et des coopératives. L’ampleur et la soudaineté de la crise nous ont indignés et nous semblent pour le moins mystérieuses. Elles nous obligent à nous intéresser de près à l’avenir de la filière puisque l’existence de nos publications se trouve menacée.

Forts de ces caractéristiques partagées, et surtout d’une communauté de vues, nous publions une contribution commune aux consultations du CSMP. Nous espérons faire entendre une voix différente, responsable, mais aussi critique de l’organisation actuelle de la filière, de la gestion passée de Presstalis, et des mesures actuellement proposées et non soumises à notre approbation. Nous sommes certains que de nombreux autres éditeurs de petite et moyenne taille se retrouveront dans cette contribution. Cette contribution est établie sur la base d’une information notoirement insuffisante. Ni le rapport Rameix, ni la situation financière de Presstalis à la fin de l’année 2017, ni les détails du plan de redressement présenté le 31 janvier ne nous ont été transmis.

1/Une demande de transparenceNous sommes consultés dans l’urgence sur des décisions qui engageraient tout le secteur pour 9 semestres. Avec un délai de réponse de 14 jours et en l’absence d’une information fiable, fournie, détaillée et suffisante, sur la situation de Presstalis et son plan de redressement, il nous est impossible d’accepter ces décisions. Notre demande de transparence concerne la situation financière détaillée de Presstalis, de la CDM, le plan de redressement, les feuilles de calcul et hypothèses de travail ayant permis de le construire, de même que des explications claires sur les raisons qui ont mené Presstalis dans cette situation financière extrême. De plus, afin de ne pas reproduire les erreurs du passé, pendant toute la durée du plan de sauvetage, nous demandons un tableau de bord trimestriel sur l’évolution de la situation.

2/Sur le calendrier des mesures proposéesConscients de l’urgence de trésorerie, nous ne sommes pas irresponsables, et admettons le principe de mesures d’urgence, mais celles-ci ne peuvent qu’être limitées dans le temps. L’asymétrie d’information entre d’un côté les administrateurs de Presstalis et l’État, qui ont conçu et négocié le plan de sauvetage dans le secret, et de l’autre l’ensemble des acteurs concernés, est criante, et en contradiction totale avec l’esprit coopératif. En outre, faute de prise en compte de la situation déjà très fragile des diffuseurs, faute de prise en compte des conséquences dramatiques de la fragilisation des petits éditeurs sur le CA des messageries, faute de réforme d’ampleur de la loi Bichet, le plan négocié dans l’urgence ne peut être considéré comme résolvant le problème des messageries pour solde de tout compte. Nous demandons que la durée des mesures prévues par ce plan soit limitée à 6 mois. Un délai qui permettra de convoquer des États généraux de la distribution de la presse réunissant tous les acteurs de la filière, y compris les diffuseurs. Ces États généraux sont le seul moyen de rétablir le lien de confiance qui doit unir éditeurs, messagerie et diffuseurs. Ils permettront d’aboutir à un plan de redressement crédible et transparent pour l’ensemble de la filière.

3/Sur la contribution exceptionnelle[b]3.1 Sur l’option entre compte courant et commission de 2,25 %


D’après les éléments qui nous ont été fournis, et sauf erreur de notre part, les éditeurs optantpour l'apport en compte courant ne verraient pas leur compte de résultat impacté par la contribution exceptionnelle. Le compte courant serait une créance rémunérée par des intérêts et ayant vocation à être remboursée. Pour les autres éditeurs, il s’agit d’une charge et d’une perte définitive. Ce mécanisme constitue une rupture d’égalité manifeste entre éditeurs. De fait, il existera deux barèmes - un barème inchangé bénéficiant aux éditeurs les plus riches en trésorerie (les plus rentables ou ceux qui disposent du soutien d’un actionnaire puissant), et un barème alourdi pour les autres. Dans tous les cas, la rupture d’égalité et la distorsion de concurrence sont manifestes. Cette logique est non seulement inéquitable, mais aussi perverse, puisqu’elle frappera plus durement les éditeurs les plus fragiles. Si le principe d’une contribution devait être maintenu, celle-ci devrait constituer une créance remboursable et rémunérée pour tous les éditeurs.

Enfin, les petits éditeurs en proie à une situation de trésorerie très difficile, et qui démontreraient que la contribution exceptionnelle compromet leur survie, devraient en être exemptés, ou bénéficier d’un dispositif de soutien exceptionnel.

Les critères d’une telle situation pourraient être :
• CA < 1M€
• presse indépendante (non contrôlée par un groupe ou par une ou des personne(s) physique(s) ayant majoritairement des intérêts hors presse)
• absence de distribution de dividendes durant les 2 derniers exercices
• trésorerie nette moyenne < 2 % du CA

3.2 Sur le mode de calcul de la contribution

Le choix d’une commission assise uniquement sur le CA, et non sur des unités d’oeuvre, revient à pénaliser en priorité les éditeurs de titres les plus vendeurs et/ou à prix de vente élevé. Ceux-ci sont les plus dynamiques et rentables pour l’ensemble de la filière, et notamment pour le niveau 3, l’autre maillon faible de la filière, pour lequel rien n’est prévu dans le plan actuel. D’autant que, avec ces 2,25 % qui s’ajoutent aux 1,9 % de la péréquation, ce sont 4,15 % des ventes montant fort calculées purement ad valorem qui viendraient s'ajouter progressivement au barème. A contrario, un titre à faible prix de vente et fort taux d’invendus, parce que mal réglé ou parce que sa présence en kiosque répond à des objectifs indirects (valorisation de la publicité, ego d’un actionnaire…), sera à peine affecté par ces mesures exceptionnelles. Du point de vue du niveau 3, un tel titre génère des coûts (stockage, manutention, espace de linéaire) disproportionnés par rapport à sa valeur ajoutée.

Le bon indicateur n’est donc pas le CA, mais la charge globale sur le réseau (diffusion + invendus).

À défaut de pouvoir contribuer financièrement au soutien du niveau 3, nous demandons que la contribution exceptionnelle participe au moins à une rationalisation du fourni en kiosque, ce qui serait le cas si elle était assise sur un mixte entre les volumes diffusés en unités d'oeuvre et les invendus plutôt qu’ad valorem.

3.3 Sur les barèmes

Il nous semble aberrant de réfléchir à une contribution exceptionnelle de 2,25 % des ventes, indépendamment de toute réflexion plus générale sur les barèmes des deux messageries.

Or aucune réflexion ne semble actuellement à l’ordre du jour sur ce point. En effet, il est sans doute imaginable de générer un surcroît de marge comparable pour les deux messageries, de façon moins coûteuse pour les éditeurs et plus vertueuse, via une refonte des barèmes, incitant notamment toute la filière à une meilleure gestion des fournis et des invendus. Nous demandons que cette question soit examinée en détail lors des États généraux. Il est possible qu’une meilleure prise en compte des invendus dans les barèmes permette simultanément d’atteindre deux objectifs :

- l’amélioration des finances des messageries

- la rationalisation du fourni en points de vente, car, encore une fois, le niveau 3, surchargé de papier et en grande détresse financière, est le grand oublié du plan d’urgence actuel.

Note : il a été mentionné par la direction de Presstalis qu’un « effet ciseau » était apparu au niveau 2, entre des barèmes en unités d’oeuvre et des coûts ad valorem. Il semble très étonnant que des coûts de niveau 2 soient calculés ad valorem. Quoi qu’il en soit, c’est alors sur le mode de calcul des coûts, et non du CA, qu’il faudrait peser pour revenir à un alignement des barèmes.
4/Sur les délais de préavis (6 mois en plus des préavis normaux)Les délais de préavis avaient déjà été considérablement allongés par la décision 2012-01 du CSMP. Pour la plupart d’entre nous, ils sont déjà supérieurs à 6 mois. Or, d’une part, nous demandons que le plan d’urgence soit d’une durée elle-même limitée à 6 mois, d’autre part le plan de redressement de Presstalis est supposé produire des effets à relativement court terme, et le message, porté par Michèle Benbunan, d’un renouveau de l’approche commerciale, est contradictoire avec des mesures visant à bloquer statutairement les éditeurs clients de Presstalis.

Pour ces différentes raisons, nous refusons le gel des transferts pendant les 6 prochains mois, et l’augmentation du délai de préavis.
5/Sur l’allongement des délais de paiement (2e consultation)Il s’agit d’un point majeur, notamment pour les petits ou jeunes éditeurs, qui n’ont pas accès à des facilités de crédit, et sont pour certains amenés à régler comptant papier et impression, en plus des coûts salariaux. En outre, le solde sur parutions, réglé généralement en fin de mois, est souvent nécessaire au paiement des salaires. Concrètement, le changement de barèmes obligerait les éditeurs à financer un mois de salaires supplémentaire. Aussi, nous demandons que les délais de paiement restent inchangés pour les éditeurs remplissant les deux conditions suivantes :
- trésorerie nette (cash moins dettes financières à court terme) fin 2017 < 2 % du CA
et
- encours moyen Presstalis 2017 > 2 % du CA
Pour tous les autres, cette mesure ne peut durer qu’un an.
6/Sur l’affacturageNos créances sont monnayées contre des facilités de trésorerie. La charge de cette technique financière pèse lourdement sur Presstalis. Nous demandons qu’une information précise soit donnée sur la question de l’affacturage. Quels sont les coûts réels et le poids financier ? Nous demandons que soit intégré dans la réflexion en cours un plan pour sortir du cercle vicieux de l’affacturage. Cette technique impute en effet un pourcentage permanent sur les recettes de Presstalis, et en conséquence des éditeurs.
7/Sur les diffuseurs et l’informatisation du réseauÀ ce stade, rien n’a été proposé pour les diffuseurs. Ils sont au coeur de notre écosystème. Nous demandons qu’une mission de réflexion soit menée pour une informatisation du réseau à destination des diffuseurs. Il s’agit de leur fournir un appareillage informatique permettant de scanner toutes les ventes, et de les faire remonter informatiquement. Les règlements se feraient sur la base des ventes réelles en caisse, et le comptage des invendus deviendrait inutile, avec pour conséquence de réduire un coût.
8/Sur l’organisation de la filière à moyen et long termes
Le plan d’urgence actuellement envisagé ne résoudra pas durablement les difficultés de la distribution de la presse si ne sont pas tirées les leçons de l’échec du système et de la régulation actuels. La concurrence en duopole entre deux acteurs crée une situation foncièrement instable. Presstalis est grevée par le poids de la distribution des quotidiens, par divers coûts hérités du passé, et un fonctionnement actuel très lourd. L’autre acteur, MLP, avec une structure de coûts plus favorable, est en situation de concurrence ouverte qui aboutit nécessairement à la faillite de Presstalis.

Pour l’essentiel, ces deux acteurs n’en constituent plus qu’un au niveau 2. Cette situation génère une interdépendance financière, et une situation de monopole de fait à ce niveau – sans toutefois bénéficier des avantages d’un monopole, puisque les systèmes d’information restent dupliqués. Le système réglementaire mis en place en 2012, lui-même complexe avec le CSMP et l’ARDP, ne peut que tenter de contrebalancer a posteriori une situation structurellement déséquilibrée et sous-optimale, générant frustrations et recours juridiques. L’expérience récente a également montré que ces instances, pas plus que le conseil d’administration, n’avaient pu déceler à temps la dérive financière de Presstalis.

Il est nécessaire de revoir toute l’architecture du secteur. Sans prétendre être experts, et sans disposer d’une information suffisante, nous ne pouvons qu’esquisser à grands traits ce que pourrait être une organisation alternative, plus lisible, plus ouverte, et plus efficiente, inspirée aussi bien de l’organisation d’autres marchés (l’énergie par exemple) que de ce qui est pratiqué dans certains pays voisins.

Le principe en serait :
Au niveau 1, une concurrence plus ouverte entre plusieurs acteurs : MLP, Presstalis et, demain, d’autres acteurs assurant avant tout une prestation de conseil, de réglage, de pilotage logistique et de reporting, avec une liberté complète de barèmes.
Au niveau 2, un service logistique en situation de monopole constitué par le regroupement de l’ensemble des dépositaires issus de Presstalis, MLP ou indépendants, avec un barème unique régulé, assurant les fonctions de :
• transport (hors flux froids qui pourraient transiter par des prestataires externes), collecte et destruction des invendus
• système d’information unique ouvert, avec portail diffuseurs et interconnexion avec les opérateurs du niveau 1
• flux financiers.

Le niveau 3 restant organisé comme aujourd’hui.

Le régulateur pourrait se consacrer à une mission restreinte et moins conflictuelle de contrôle d’un réseau de transport monopolistique, avec un objectif de synergies volume sur certaines fonctions et de variabilisation des coûts, assurant la baisse des coûts sur le long terme. Le dynamisme du secteur et l’équité entre acteurs seraient assurés par l’ouverture de la concurrence au niveau 1. Les éditeurs pourraient opter pour l’opérateur niveau 1 de leur choix, voire créer de nouveaux acteurs coopératifs, en fonction du type de service qu’ils recherchent, sans créer pour autant de distorsion de concurrence.
Ce schéma n’est certainement pas le seul possible. Nous ne doutons pas qu’il puisse rencontrer de nombreux obstacles et intérêts divergents. Nous attendons néanmoins que toutes les options – y compris celles-ci – soient ouvertes et débattues lors d’États généraux de la presse, et que le secteur soit réformé avec l’ambition nécessaire, faute de quoi le désastre récent est voué à se répéter.

Paris, le 7 février 2018

Liste des éditeurs signataires :

Éric Fottorino, directeur de la publication de Le 1/America
Camille Dorival, présidente-directrice générale d’Alternatives économiques
Fabrice Gerschel, président de Philo Éditions (Philosophie magazine)
Laurent Laborie, directeur délégué de Politis
Thierry Mandon, directeur général de Rollin publications (Ebdo)
Jean-François Dortier, fondateur de Sciences humaines Communication (Sciences humaines, Les Grands Dossiers des Sciences humaines et Le Cercle Psy)
Franck Annese, fondateur de So Press (Society, So Film, So Foot…)[/b][/url]
Des infos et des .... A vos commentaires

173 appréciations
Hors-ligne
Lafont ,  vu ce qu'il nous fourgue comme titres ses arguments en notre faveur surprennent, quoique, dans sa Lettre ouverte à Emmanuel Macron pour sauver la presse française

S’il reste23 450 points de vente presse (kiosques ou marchands de journaux) dans notre pays,près de 800 ferment chaque armée… une véritable hécatombe, car à chaque fois,
c’est un peu de diversité, de convivialité   et de culture qui disparaissent en même
temps. Un quartier sans point de vente presse est un quartier sans vie.
C’est à prendre en compte aussi dans notre équilibre social.
Combien restera -t’il de ces points de ventes presse, et de ces valeureux marchands dans un an ou 5ans ?
J’ai eu l’occasion de le dire chez Jean-Marc Morandini sur CNews « Au lieu de subventionner le Figaro, Lagardère, ou Closer, les pouvoirs publics devraient supprimer les aides à la presse (200 M€ au bas mot ?) et les rebasculer vers les kiosquiers pour les aider à se maintenir et à se moderniser».
Eux seuls assurent le pluralisme et la diversité de la presse… Encadré par la Loi Bichet qui garantit l’intégralité de la distribution entre les titres encore faut il que celle-ci soit
respectée. Le moins que l’on puisse dire est que le pluralisme ne semble plus être
la priorité des principaux dirigeants de Presstalis en particulier, ou de Relay, qui
s’est taillé un véritable monopole dans les gares et aéroports… Certains parlent
même sous le manteau, de vider cette loi de son contenu, de grands groupes
ne s’en cachent même pas. Pour eux, la disparition des petits titres leur permettra
d’accroître la vente des gros titres installés…
Malheureusement, c’est l’inverse qui se produira. C’est l’offre qui fait la         
demande et la diversité qui fait l’attractivité (voir le succès des hypermarchés).
Pourtant, on s’évertue à ratiociner le formidable foisonnement de l’offre éditoriale
française.
Comment ?
En permettant le développement de points de vente complémentaires (PCV) avec une offre
limitée à 150 ou 400 titres et je ne parle pas des règles de l’assortiment (mises en
place par la profession elle-même qui se tire une balle dans le pied), ou du diktat
de la grande distribution, que l’on laisse  parfois imposer ses règles alors que c’est
contraire à l’esprit et aux textes… Et aux intérêts de l’ensemble de la filière.

Dernier point, et ce n’est pas le moindre,les aides à la presse financent le développement
du numérique. Ce n’est pas une blague. Un contre-sens total. Personne
ne s’en cache… Là aussi, au grand profit des grands groupes car ils sont les seuls
à pouvoir se payer des stratégies numériques ambitieuses.
Même Le Figaro, sans vouloir le citer, justifie ouvertement sa dernière augmentation
de prix de vente pour développer son site.
Les lecteurs qui aiment le papier sont contents de l’apprendre.

http://www.mlp.fr/fileadmin/user_upload/Communiques_de_presse/contributions/072_073_LETTRE_OUVERTE_A_MACRON.pdf
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9983 autres membres