www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Courage ou désespoir ?

Que va-t-il enfin sortir des péripéties de la distribution ?
Bien sûr, certains y verront une logistique qui a permis pendant des années de réaliser l'exploit de livrer quotidiennement des dizaines de milliers de magasins. L'arbre qui cache la forêt.
Mais dans quelles conditions ? A quel prix, et avec quel tableau aujourd'hui ?
Outils de travail inadapté, irréformable, sans cesse dépassé par les évènements, et condescendant avec les diffuseurs de presse, réduits à la perception et au magasinage inadapté.
Pourtant, les nombreux rapports confirmant sans cesse les dysfonctionnements n'ont que si peu été pris en compte, par naïveté des dirigeants de Presstalis, et de fait, du métier.
Naïveté à les écouter. Dans ce cas, nous pouvons constater leur mauvaise gestion, qui devrait les plomber à vie.
Mais ne s'agirait-il pas plutôt de suffisance et d'irresponsabilité ? D'une certaine malhonnêteté ?
Sans garde fou de l'Etat-sponsor qui les a laissé (mal) faire, ces dirigeants n'ont-ils pas eu raison de profiter d'une situation provisoire, mais néanmoins très gratifiante ?
Ils n'iront jamais au pénal. Ils ont pourtant gaspillé tant d'argent public pour laisser un avenir si sombre et un trou abyssal. Qui peut nous assurer qu'aucun détournement à grande échelle n'ait été opéré ? On attend la Cour des Comptes. Et la transparence ?
Droit dans les yeux, merci.
L'Etat-sponsor, va-t-il rempiler et renflouer ? Ou mettre fin à la tragédie insupportable pour le contribuable ?
S'il est trop tard pour la destruction créative, contentons nous en tout cas de la fin de cet anachronisme de "Messagerie de Presse".
Le sursis touche à sa fin. Le temps va bientôt venir pour que chaque diffuseur se prenne en mains.

773 appréciations
Hors-ligne
L'Etat va financer la continuité de l'activité de Presstalis par un prêt de 220 M€, sous accord de caution des grands éditeurs. La question est plutôt pour faire quoi.
Sans un groupe d'experts indépendants représentant de manière équilibrée la totalité des parties (en remplacement de la gouvernance actuelle), sous contrôle et arbitrage de l'Etat, il n'y a aucun avenir pour personne dans cette filière.
Sans une réforme de la Loi Bichet séparant logistique et commerce, et redéfinissant le produit et les relations entre acteurs, ainsi que le modèle économique (facturation), pas plus.
Sans une régulation des prix du produit presse, comme pour le livre, non plus.

Bref, si l'Etat remet l'intérêt commun au centre de la Loi il y aura un avenir, dans le cas contraire, il n'y en aura pas.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Il ne restera probablement pas grand chose des 220 M d'euros, après l'incontournable "remise à zéro" des compteurs de Presstalis. Ce n'est plus de la convalescence, c'est la mort cérébrale.
On garde le squelette pour des raisons qui ne peuvent être que politiques. Mais qui en a les moyens ?
On choisira entre espoir et désespoir.

Voila la super réforme de l'état...un prêt de 220 millions, qui ne serviront à rien, sinon à continuer de verser des salaires mirobolant au directeur et personnel de presstalis, et pour rembourser ce prêt ils feront en sorte de nous presser au maximum. Je suis écoeuré, mais je ne me faisait aucunes illusions , leur seul devise, "surtout ne changeons rien, et mettons nous en plein les fouilles".
Désolé mais s'est la triste réalité. Pour moi hélas ce sera la fermeture de mon magasin à la fin du bail et la perte de mon investissement, le travail de toute une vie. 123456 vas dire que j'aurais dû faire le nécessaire pour faire ne sorte que je ne soit plus dépendant de la presse; j'ai tenté de développer la librairie, mais hélas les clients n'ont pas suivis, ils préfèrent internet "c'est plus pratique" et dernièrement Interforum ne veut plus me livrer les nouveautés car je refuse les offices (si je ne les prends pas c'est que ma trésorerie ne me le permets pas, ou plus si vous préférez) pour les autres éditeurs quand je passe une commande, c'est à Coire qu'ils prennent un malin plaisir à me la livrer en plusieurs fois, alors je ne vous raconte pas les frais de port. Voilà la triste réalité des choses ! Courage ou désespoir...du courage j'en avais, le désespoir aujourd'hui oui !

En tout cas, ils ne "presseront" pas plus les diffuseurs qu'aujourd'hui. Si c'était le cas, la moitié des magasins rendrait toute la presse définitivement, en un éclair, comme on en a le droit.
Aussi, qui croira que ce prêt sera remboursé un jour ? Ce sera jamais, et tout le monde le sait.
Cette technique a la perversité de dédouaner l'Etat, "optimiste" préteur, embarrassé, dépité,  prisonnier historique de la messagerie. Il dédouanera aussi Presstalis qui invoquera d'ici qq mois, les changements de mode de conso et la baisse des ventes dont la messagerie n'est pas responsable. C'est gros comme une maison !
On est dans l'indignation totale, le scandale sans nom.
Et pour le contribuable, ce ne sera qu'un gaspillage supplémentaire peu visible.

773 appréciations
Hors-ligne
Ne vous découragez pas. Pas tout de suite en tous cas. Jamais nous n'avons été aussi prêt d'une réforme tant attendue. Les missions Rameix et Schwartz se terminent fin mars.  La première  a été reconduite pour laisser le temps de faire face à la chausse-trappe lancée par quelques éditeurs soucieux que rien ne change (ou que la Loi Bichet soit purement supprimée).
Ce problème ponctuel (répétitif) est en voie d'être réglé. Même si ce n'est pas normal d'agir ainsi et que cela nous fait mal de voir ce nouveau sauvetage, n'oublions pas que pour la première fois l'Etat prépare une réforme de la Loi régissant la filière. Et même s'il n'est pas certain que nous soyons suivis sur toutes les propositions que nous avons faites, il y a de grandes chances que quelques-unes soient prises en considération et que notre sort s'en trouve amélioré.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres