www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Défaut de rappels

859 appréciations
Hors-ligne
Un titre chasse l'autre. 
C'est sur cet engagement contractuel qu'est conçu l'équilibre de trésorerie des marchands.
Force est de constater que cet engagement n'est plus tenu pour tous les titres migrant de feu PRESSTALIS à MLP. 
MLP livre les nouvelles parutions sans s'inquiéter des dates de rappel des parutions précédentes livrées par PRESSTALIS. FRANCE MESSAGERIE n'est sans doute pas aussi pressée de rappeler les parutions fournies précédemment.
Il s'ensuit que nous serions dans l'obligation de régler des parutions sans avoir en contrepartie d'invendus crédités.
Ce n'est pas possible et ce n'est pas contractuel.
Ce phénomène est encore amplifié par l'accroissement actuel des numéros S et H et par l'accroissement de la quantité des livraisons dans bon nombre de points de vente.
Nous allons alerter l'ARCEP sur ce point et souhaitons que vous nous communiquiez tous les exemples que vous constatez au quotidien.
D'un autre côté, les engagements contractuels n'étant pas respectés par vos cocontractants, nous vous informons que vous n'êtes plus tenus de les respecter vous non plus. Il n'est pas question de se faire justice soi-même mais simplement, de préserver vos entreprises en attendant que la régulation s'opère. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

29 appréciations
Hors-ligne
bonjour
pour certains ils ont changer la codif  picsou mag le n°548 est toujours en vente avec la codif 02341 et le 549 codif 13159

859 appréciations
Hors-ligne
Merci pour cet exemple.
Pour tous ils ont changé la codif puisque les codif mlp commencent par 1 et celles de Presstalis par 0.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

109 appréciations
Hors-ligne
Jour de France 05698 num 28 livré le 30/04 retour le 30/07 pourquoi puisque le num 29 est déjà sorti le 8/07 retour le 8/10 ? Pourquoi gardon nous 1 mois de plus un trimestriel ? La trésorerie sauf qu’il est toujours chez presstalis 

159 appréciations
Hors-ligne
les marchands commencent à comprendre , ce n'est pas trop tôt, l'avance de trésorerie qui est la cause de beaucoup de fermetures 
la peur doit changer de camp

50 appréciations
Hors-ligne
La publication qui chasse la précédente est le principe, mais pas la règle intangible.
Pour la tréso., on en revient toujours à ce qu'il aurait fallu : l'assortiment et le plafonnement.
Dans votre ex. tout dépend des quantités reçues...
Et ce qui me fait marrer, c'est que vous partez toujours du principe que vous ne vendez rien !
Alors, ce n'est plus un problème de trésorerie. L'explication est ailleurs.

Et tous les ludiques qui arrivent depuis 1 semaine en l'occurence ce matin la liste serait trop longue sur 10 codifs seules 2 repartent en invendus à part ça on avance pas de treso

159 appréciations
Hors-ligne
ce qui est formidable avec 123456 c'est que même pris avec la main dans le pot de confiture , il va vous dire que c'est de votre faute , que c'est vous qui lui avez dit de la gouter .il donne un argument plus que bidon , si vous ne vendez rien c'est votre faute 
mais dans le cas présent il ne s'agit pas de vente mais d'escroquerie .
réfléchissons deux minutes 
presstalis est mort 
il a un passif énorme 
comment et pourquoi voulez vous qu'il rappelle la "consigne " comme dit si bien l'ingénieur .
vous vous rendez compte de la somme que cela représente .donc les marchands l'ont dans le "baba" 
la consigne ils peuvent la garder , elle est payée quoi qu'en dise le EINSTEIN de la presse .
la peur doit changer de camp

859 appréciations
Hors-ligne
JC, nous savons que la liste est longue et qu'il est fastidieux de la formaliser mais c'est nécessaire pour convaincre l'ARCEP d'agir et lui donner les éléments indiscutables qu'elle pourra produire pour justifier son intervention.

123456, votre rôle n'est pas de justifier ou légitimer les dysfonctionnements ou les malversations qui impactent les marchands. La règle "un n° chasse l'autre"  a été établie pour préserver un équilibre de trésorerie. Ne pas la respecter c'est mettre toute la filière en danger en commençant par les marchands. Sur le plan juridique je vous invite à relire en totalité l'article 7 du contrat liant le diffuseur au dépositaire. Vous y constaterez que "personne ne doit être le banquier de personne" mais surtout que (au 3°) "les invendus crédités au diffuseur sont ceux qui correspondent aux numéros chassés de la vente par une nouvelle parution" ce qui signifie qu'une nouvelle parution chasse la précédente. C'est contractuel.

Enfin, pour nos confrères, je rappelle que cet article prévoit, toujours au 3°, "en outre, les numéros mis en vente de puis plus de deux mois pourront faire l'objet d'un rappel facultatif pour les quantités qui excèdent les besoins prévisibles de la vente." Vous pouvez donc exiger le rappel de tout ce qui a plus de deux mois dont vous ne pensez pas pouvoir le vendre. Et, (Art. 8 11°) "Le dépositaire a l'obligation de reprendre les invendus.chez le diffuseur..."  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

109 appréciations
Hors-ligne
La réponse est donnée par Descartes , ce qui semble inconcevable est de légitimer les débordements, des mauvaises pratiques au prétexte qu’elles Sont exercées par les Messageries depuis des décennies, que nous devrions avec l’habitude ne plus protester ? Nous n’en serions sûrement pas là , si le temps des uns était celui des autres, d’autres bien avant avaient dénoncé toutes ses mauvaises pratiques , qu’on fait les marchands , la preuve qu’encore aujourd’hui, des marchands se plaignent, d’anciens trouvent  cela presque normal , comment défendre les marchands qui ne veulent pas se défendre eux mêmes ? Si l’on doit attendre tous les trente ou quarante ans que soit dissout les organismes de régulation et attendre que les nouveaux comprennent la filière et faire leur boulot pour apporter la preuve de ce que l’on dit , sans qu’eux mêmes enquêtes sur les dis fonctionnements , moi je trouve cela insupportable, notre métier c’est marchands de journaux , non pas flics ou avocats, pourquoi L’Arcep ne demande pas une enquête sur le respect des règles et des pratiques ? Encore aujourd’hui c’est le cas , même MLP n’est pas dans les clous , pourquoi vont ils revenir sûrement et ce n’est pas sûr, sur la mise en place de bacs de livraisons, avaient ´ils l’intention de les consigner aussi , de quel droit ? Sur Paris ce n’est même pas envisageable, ils sont prévenus, donc peut être aurons nous la chance de ne pas voir arriver ces bacs , qui a la trésorerie pour avancer des bacs qui ne protègent rien sauf leur porte-monnaie. L’Arcep pourra-t-elle s’opposer aux pouvoirs dominant, il semble déjà que l’Etat soit à la botte de Niel ! Quelle société ?

50 appréciations
Hors-ligne
Bien sûr qu'il y a plein de trucs à dénoncer. En tout premier lieu, la rentabilité insuffisante qui m'a obligé à faire autre chose. Ensuite, les livraisons pas en rapport aux besoins.
Il est alors dommage que vous passiez bien trop de temps à évoquer celui de l'avance de tréso. qui est une illusion. Pas la réalité, confirmée par les stats pro, les mutations, et même l'exemple apporté ici par l'un d'entre vous il y a qq temps. Le comble. Le déni.
Quel sujet mineur par rapport à la non rentabilité pour les magasins, dont l'argent est saupoudré, gaspillé dans la profession.
Comment voulez vous y arriver en vous trompant de cible majeure ?

159 appréciations
Hors-ligne
"Ensuite, les livraisons pas en rapport aux besoins."
fais la réforme 
facture caisse= publications scannées caisse - commissions 
et tu vas voir les livraisons diminuer .
il n'y a aucune profession qui commande et paie des livraisons 20 fois plus grosses que les ventes .
dire le contraire c'est prendre les gens pour des cons 
il y a exactement le même problème en ce moment avec les compagnies aériennes qui vendent des voyages puis les annulent mais ne remboursent pas ces ventes et donnent des AVOIR  en contre partie .
cela s'appelle de la cavalerie .
Bruxelles a mis les pieds dans le plat , mais les compagnies refusent de rembourser . 

Dernière modification le vendredi 17 Juillet 2020 à 18:00:45
la peur doit changer de camp

109 appréciations
Hors-ligne
Il y a bien longtemps que cela s’appelle un système Mafieux et les messageries sont et étaient les précurseurs . A moins que culture presse ait été tellement complaisant depuis toujours , seule organisation syndicale reconnue des instances et CSMP, voilà pourquoi rien n’a jamais changé, donc qui est la cible ? Les commissions augmentées , livraisons excessives, invendus de malades mentales , facturations et gestions des différés incompressibles etc etc , évidemment que cela conduit à l’uberisation qui n’est même plus exceptionnelle aujourd’hui, c’est même un système en forte progression,  pus pouvons en parler encore et encore les intérêts des uns et la non mobilisation des autres profitent à qui ? Faire des grèves, ne pas payer , bloquer des centres , faire perdre de l’argent à nos détracteurs c’est une culture Française , nous nous devons pas être Français ? Petits commerçants bourgeois ne font pas grève ! Sauf qu’avec les années nous avons perdu plus d’argent que si l’on avait bougé et ils nous ont bien paupérisé, comme s’était prévu , ras le bol !

859 appréciations
Hors-ligne
Une nouvelle organisation est en train de se mettre en place. 
Le nouveau régulateur a besoin d'un peu de temps.
Il ne peut pas d'emblée, avant même que l'essentiel soit réorganisé, faire preuve d'autorité.
Pour l'instant il constate et engrange les éléments.
Il a déjà assez rapidement compris qui sont les acteurs et quels rôles ils jouent.
Viendront prochainement le temps des avertissements, puis celui de la répression si besoin est.  Mais il est effectivement peu probable que rien ne change sans exercer de contrainte financière. La lutte qui persiste entre l'Etat et les éditeurs illustre bien la difficulté actuelle de négocier quoi que ce soit avec nos fournisseurs. De mauvaises habitudes ont été prises, tant par eux que par leurs sous-traitants, qu'ils protégeaient, mais cela va changer.
Ce sera toujours trop long pour nous qui subissons quotidiennement les conséquences des irrégularités commises. Mais celles-ci tendront à diminuer rapidement. Faites confiance à la réforme en cours et au nouveau régulateur. Il a déjà donné des gages de son indépendance et de sa détermination. On ne change toutefois pas 70 ans de pratiques autarciques en un an. La réforme va prendre du temps. Sa première phase doit s'achever en 2023. D'ici là bien des choses auront déjà changé. Pour autant ce ne sera pas la fin des modifications. Cela peut paraître bien long au regard de notre activité quotidienne mais ce n'est rien au regard de la vie démocratique qu'il faut préserver. Nous avons la chance de vivre ce moment historique que constitue le changement de fonctionnement de notre filière. Il constitue l'avenir de notre profession. Nous devons y participer pour améliorer notre sort mais également pour préparer celui de nos successeurs. Nos batailles individuelles sont légitimes et contribuent à l'amélioration du système mais elles n'en constituent pas l'unique base de construction. Notre solidarité pour les porter est un élément important de la vitesse de traitement des sujets que nous soulevons. Et il en reste beaucoup vous le savez. Alors, à vous de jouer..., collectif. Nous relaierons vos éléments, les synthétiserons et défendrons vos demandes. Pour l'avenir de notre activité.  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

7 appréciations
Hors-ligne
Ces derniers mois les choses ont bougé plus qu'en 30 ans et bougeront encore si l'ARCEP , bien informée par nos représentants,régule la filière avec courage Notre colère contenue depuis des années ne doit pas nous faire trébucher si près du but,il est tentant de tout envoyé ch... en ce moment mais cela serait donner raison aux profiteurs d'hier

50 appréciations
Hors-ligne
Ventes scannées - com., ça s'appelle du dépôt-vente.
C'est quasiment ce qui se passe en PQR.
Si tout était comme ça, vous seriez beaucoup et toujours en tréso positive.
Pas en tréso à l'équilibre ou légèrement positive comme aujourd'hui. Ca, OK.
Mais votre rentabilité ne serait pas meilleure.
Or, comme pour les autres activités, c'est quoi qui vous fait vivre ?

159 appréciations
Hors-ligne
monseigneur commence à faire marche arrière , mais en réalité ce n'est pas notre problème .
une chose est sure , si nous n'avions plus de soucis avec les livraisons et la facturation , nous aurions l'ESPRIT LIBRE pour faire ce qui devrait être notre métier .VENDRE DE LA PRESSE .
c'est très  important.
la peur doit changer de camp

859 appréciations
Hors-ligne
L'un des problèmes qu'il reste à traiter pour que les choses avancent est celui de la représentation. Du côté marchands cela a progressé avec l'intégration de l'AADP au comité de concertation de la distribution de la presse (Cocodip) de l'ARCEP. Mais du côté des éditeurs il n'est pas normal que ce soit seulement le plus important qui représente l'ensemble de cette profession. Ses besoins ne sont pas ceux de ses confrères de taille moindre. Eux cherchent des vendeurs quand lui ne veut que des diffuseurs. Ce n'est ni la même approche ni les mêmes contraintes. Cette question va devoir être abordée.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

50 appréciations
Hors-ligne
Pas de marche arrière... on est positif ou quasiment à l'équilibre. Pas en tréso négative !
Il faut juste comprendre les choses simples, c'est tout.

109 appréciations
Hors-ligne
Merci Descartes , vous avez le don de remonter le moral des troupes , comment l’Arcep pourra être indépendante, quand l’Etat lui même est aux ordres ? Les ou La Mairies de Paris idem ?  Il y aura obligatoirement des compromis , le changement sera encore long , mais il n’y a pas le choix surtout ?

859 appréciations
Hors-ligne
Pour 123456 puisqu'il parle de la nécessité d'améliorer les marges. 
D'abord nous sommes bien évidemment demandeurs de l'amélioration de nos marges et ce n'est pas parce que nous traitons d'autres sujets en parallèle que nous abandonnons celui-ci.

Mais il existe plusieurs moyens d'améliorer les marges. Demander des augmentations n'est pas la seule.

On peut également améliorer sa marge en réduisant ses coûts d'exploitation, par exemple. 
Passer moins de temps, permet soit de réduire les heures payées à des salariés pour faire un travail en grande partie inutile, soit de pouvoir consacrer soi même du temps à autre chose de rémunérateur. 

On peut aussi améliorer ses marges en immobilisant moins de trésorerie ou de surface (pour les consacrer à d'autres placements plus rémunérateurs). Et je n'évoque pas là des économies sur les agios que peuvent faire ceux qui sont en déficit de trésorerie.

On peut encore améliorer ses marges en récupérant des parts de marché actuellement détournées par le biais de l'abonnement ou en obtenant la mutualisation des réseaux de distribution, comme c'est déjà le cas dans d'autres secteurs d'activité.

On peut également améliorer ses marges en réduisant les litiges non traités.

C'est également possible en réintégrant des masses financières distribuées inéquitablement.

Etc. 

Bref il n'existe pas qu'une voie et toutes méritent d'être traitées.
Celui qui prétend qu'il n'existe qu'une vérité n'a qu'une vision étriquée du sujet. 

Le marché n'est pas haussier et ne le sera certainement pas avant longtemps.
Les éditeurs n'auront ni l'envie (nous le savons) ni les moyens, pour la plupart, d'augmenter les taux de commissions s'il n'y a pas de compensation (réduction des coûts, rationalisation des ventes) et cela peut s'entendre. Ce qui ne le peut pas c'est de freiner les améliorations possibles pour préserver des intérêts particuliers. 

Quoiqu'il en soit la rationalisation verra le jour. 




Si tu veux la paix, prépare la guerre.

859 appréciations
Hors-ligne
Pour Neltod,

L'Etat n'est pas aux ordres. Ca, c'est du domaine de la fiction facile qui permet d'exister en  critiquant de manière systématique (théorie du complot). Il y a, et il y aura toujours, des arrangements entre l'Etat et certains acteurs, selon l'intérêt du moment. Cela fonctionne comme ça dans tous les domaines. Toutefois je ne partage pas cette analyse un peu simpliste (et selon moi mal étayée), selon laquelle un acteur en particulier bénéficierait aujourd'hui d'avantages multiples et constants. Il y a bien des renvois d'ascenseur mais cela reste ponctuel. Par le passé il y a eu beaucoup plus d'arrangements qu'aujourd'hui. Nous en subissons encore les conséquences mais certains vont probablement être détricotés prochainement.

L'indépendance absolue n'existe pas. L'Etat dispose d'outils pour orienter. Il les utilise. 
Ce qui est important c'est la variation de situation. Passer d'une situation inconfortable à une situation meilleure doit être l'objectif. Viser l'idéal est ... idéaliste.
Nous sommes passés d'une autorégulation contraire à nos intérêts à une régulation indépendante. C'est un progrès important qui doit se traduire à l'avenir dans le rééquilibrage des relations entre les acteurs de la filière et l'amélioration de nos conditions d'exercice et de vie.

Le meilleur moyen d'éviter les chausses trappes est d'être présents et attentifs à ce qui se passe. Participer et ne pas constater que l'on a été "oublié". Ne pas laisser dire n'importe quoi et se laisser représenter par des intérêts divergents aux discours plus politiques que concrets. Défendre activement son intérêt en misant sur la solidarité entre confrères animés de la même volonté.

Nos alertes répétées ont manifestement été prises en compte, conduisant aux changements qui s'opèrent et à ceux en préparation. Nous avons joué notre rôle et continuerons, en souhaitant que nos confrères comprendront leur intérêt à nous appuyer en nous rejoignant. 

 Merci de votre soutien.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

159 appréciations
Hors-ligne
très bien MR DESCARTES 
la peur doit changer de camp

159 appréciations
Hors-ligne
pour 123456
va dire aux marchands qui ont le stock sur les bras 
"nous ne sommes pas en trésorerie négative "
c'est certain que ton raisonnement est 
"ils ont la consigne , donc ils ne sont pas en négatif  " 
consigne qui ne sert plus à rien 
je suis certain que tu vas faire un TABAC 
la peur doit changer de camp

50 appréciations
Hors-ligne
Ca serait vrai si cette toute marchandise était déja payée...mais ce n'est pas le cas.
Si tu avais l'idée de rapprocher le montant total de ce que tu dois à ton dépôt (dernier relevé + différés) avec celui de ton stock en prix d'achat, tu serais plus éclairé...Fais le.
Ta persuasion, ou ta mauvaise foi, serait elle contredite par les chiffres ?

159 appréciations
Hors-ligne
123456
tu détournes la question 
que la marchandise soit  payée ou au 3/4 , ou a la moitié ne change rien au problème 
les marchands ont un stock de NANARDS sur les bras , ils sont contents j'en suis certain.
qu'est ce que tu proposes pour régler ce différent .
la peur doit changer de camp

18 appréciations
Hors-ligne
quelques magazines non rappelés,

GH 333 sudoku pour tous 07609 N°36, 30 juin
MG meli melo plaisir 01591 N° 192, 10 juillet
MG 6000 mots 05620 N°100, 10 juillet
MG fleches difficile 3/4 03897 N°8, 16 juillet
MG sudoku impulse 07821 N°57, 8 juillet
MG sudoku evasion 09746 N° 81, 9 juillet
MG sudoku maestro 01040 N°70, 9 juillet
MG 9000 mots 07818 N°54, 10 juillet



159 appréciations
Hors-ligne
123456
je me dois de te rappeler que si je demande une nouvelle facturation = publications scannées caisse - commissions c'est qu'il y a un très gros problème avec celle qui existe depuis 20 ans une facturation qui permet de faire payer les publications de CULTURE-PRESSE sans jamais les rappeler , qui permet de faire payer les adhésions à CULTURE-PRESSE à tous les marchands , sans leur demander leur avis. j'en passe et des meilleures 
alors si tu bases ton argumentaire sur des FAUSSES FACTURES il te faut revoir ta copie .
la peur doit changer de camp

159 appréciations
Hors-ligne
123456
pour en finir avec toi , si la facture était publications scannées caisse - commissions , il n'y aurait aucun problème d'argent avec le stock (ta consigne )
la peur doit changer de camp

859 appréciations
Hors-ligne
Prenons le sujet en sens inverse. 
Nous avons bien compris l'idée de 123456 selon laquelle le remplacement du système actuel par la facturation des ventes en sortie caisses n'améliorerait pas la rentabilité. C'est une opinion que je suis loin de partager mais admettons qu'il ait raison pour pouvoir analyser les raisons de son éventuelle opposition à ce changement.
Dès lors, quel intérêt y aurait il à conserver le système actuel et quels inconvénients susciterait son remplacement ?
En clair, qu'est qui peut motiver une opposition à ce changement que nous appelons de nos voeux, et que, pour ma part, je vois se profiler dans un avenir pas trop lointain.
123456 se veut le représentant de l'opposition à nos idées, le poil à gratter qui fera mûrir nos réflexions, le redresseur d'idées fausses. 
Il a là l'occasion d'étayer ses arguments.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

50 appréciations
Hors-ligne
En tout cas, si vous partez sur des idées fausses, vous ne serez jamais pris au sérieux par vos vis à vis, même s'ils ont eux aussi des arguments parfois plus que discutables.
Changer le système. C'est ce que vous voulez. Moi aussi, mais pas que le vernis. Pour ceux qui suivent nos échanges, j'ai toujours cru qu'un système pérenne doit engloutir moins de dépenses intermédiaires, pour rémunérer les éditeurs ET les magasins, comme le permet le système en librairie, pour qui les flux sont assez identiques, qui lui, n'a pas l'aide de la pub dans 99 % des cas pour la presse.
C'est vers ça qu'il faut aller, mais je peux évidemment me tromper. Ce n'est que mon avis...
A côté de ça, demander un décalage plus favorable en tréso, et une facturation différente sur la forme, c'est complètement insatisfaisant et surtout erreur majeure. 



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9597 autres membres