www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

du côté des éditeurs

6 appréciations
Hors-ligne


6 appréciations
Hors-ligne
Presstalis est toujours en cession de paiement !


Lors d'une réunion d'information au siège de Presstalis le 27 mars 2018, la Présidente de la messagerie, Michèle Benbunan, n’a pas été en mesure d’indiquer aux éditeurs une date précise
pour le remboursement de la retenue de 25% imposée sur leur chiffre d'affaires en décembre 2017 et janvier 2018.
Par la voix de son directeur Informatique, les éditeurs présents ont ainsi appris que cette simple opération de virement bancaire nécessiterait des mois et des mois de développement d'un code logiciel d'une telle complexité qu'il ne serait prêt – au mieux – qu’en juillet prochain… Il n’avait pourtant fallu que quelques heures en décembre dernier pour mettre en place le racket immédiat de 25% en faveur de Presstalis. Et Michèle Benbunan avait promis : « Dès que j’aurai reçu
l’argent de l’Etat, je rembourserai les éditeurs » !
 
Si l’ampleur de la ponction opérée par Presstalis n’avait pas mis une majorité d’éditeurs dans la situation financière dramatique que l'on sait, cette excuse de "problème informatique" d'une puérilité pitoyable pourrait prêter à sourire.
 
Mais la vérité est tout autre : malgré les millions d’euros déjà versés par l’Etat, malgré les millions d’euros supposés apportés par certains éditeurs premiers, Presstalis est toujours en cessation de paiement ! Et malgré cette insolvabilité manifeste de la messagerie, le CSMP et l'ARDP ont validé des mesures obligeant les éditeurs à poursuivre sous la contrainte leurs relations commerciales avec une entreprise qui a manifestement érigé la tromperie, le dol et la dissimulation en modèle
d'affaires.
 
Les éditeurs n’entendent pas se faire dépouiller et conduire au dépôt de bilan sans réagir :
 
• Sept nouveaux éditeurs ont déjà rejoint les cinq initiateurs de la plainte pénale pour présentation de faux bilans contre la Coopérative de Diffusion des Magazines. N'hésitez à vous joindre à la plainte pénale afin d'obtenir des dommages intérêts dans le cadre de cette procédure
dont les frais sont déjà pris en charge.
 
• Le SAEP déposera la semaine prochaine un recours devant la Cour d'Appel de Paris contre les récentes mesures du CSMP validées par l’ARDP, qui violent la liberté d'entreprendre des éditeurs de presse pour tenter de sauver Presstalis, une entreprise qui se place délibérément au-dessus des lois et du Code de Commerce.

C'est aussi évident que le sot percé qui continue à se vider, même remplit par le haut.
Ce n'est pas plus dramatique maintenant qu'avant, mais il est grand temps de passer à autre chose.  C'est d'une banalité affligeante !
La plaisanterie aurait dû finir il y a déjà bien longtemps.

773 appréciations
Hors-ligne
seau.
rempli

Ceci dit 123456 je vous invite à lire les pages 72/73 de "La loi Bichet sur la distribution de la presse, 70 ans après" édité sous la direction de Laurence Franceschini et Camille Broyelle aux éditions Panthéon-Assas. Cela vous amènera peut-être à réviser vos positions sur la véritable raison d'être de l'ARDP, quoique je doute que vous soyez capable d'admettre vous être trompé. La conclusion du paragraphe sur le CSMP est pourtant claire : " C'est sans doute parce qu'il était conscient que l'objectif initial d'impartialité était loin d'être atteint que le législateur a décidé d'adosser le Conseil sur un autre organisme, qui lui, présenterait les garanties d'indépendance espérées."

Si vous en avez le courage, n'hésitez pas non plus à lire la totalité de cet ouvrage qui retrace les grandes lignes de ce qui s'est dit au colloque organisé par les juristes en février l'an dernier. Il est intéressant.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

141 appréciations
Hors-ligne
lorsqu'on lit 123456 on comprend très bien qu'il critique Presstalis depuis une dizaine d'années , mais que ceux ci couvrent toutes les turpitudes (le mot est faible) de son syndicat UNDP passé maintenant Culture Pesse .donc vive Presstalis .
la peur doit changer de camp

Sot s'applique très bien.

Descartes,
Quand l'Ardp a été créée, j'étais bien plus au courant de l'actualité qu'aujourd'hui, mais ce n'est pas un déni d'insister pour dire que l'ARDP a été créé pour donner une force exécutoire au CSMP qui n'en avait, et qui n'en a toujours pas.
Pourquoi revenez vous sans cesse sur la raison d'être de l'ARDP ? Celle ci figure clairement sur les sites des 2 "assemblées".
Mais oui, je suis intéressé de découvrir cette pépite, je m'en occupe.
Initialement, le contre pouvoir n'était pas prévu, ce n'était pas le sujet. Qu'il le soit devenu, c'est certain. Peut être sera-t-on d'accord là-dessus.

Mais l'intérêt du moment n'est-il pas de commenter -à défaut de plus- ce qui se passe en ce moment, cad les infos données par lila1911 ?

0 appréciations
Hors-ligne
Ces éditeurs ont raison,seul une décision judiciaire peut arreter cette gabegie

242 appréciations
Hors-ligne
Presstalis : la retenue de 25% des recettes opérée en décembre et janvier sera remboursée dès la semaine prochaine pour les éditeurs faisant moins d'un million d'euros de ventes. Pour les autres, ca sera d'ici fin juin. (Correspondance de la presse)  INFO Twitter Chloé Woitier

773 appréciations
Hors-ligne
123456 ce n'est pas un déni mais c'est une preuve d'incompréhension.
Lisez ce livre. Il vous donnera un autre regard, doté de plus de recul, sur les faits.

Nous sommes dans un étau entre l'Etat et les éditeurs qui défendent chacun leurs intérêts.
L'Etat demande constamment des rapports pour n'en retenir qu'une partie utilisable dans la négociation. Ces rapports, publiés immédiatement ou jamais, ne sont pas classés sans suite. Ils sont exploités, au gré des possibilités et des intérêts. Le rapport Lasserre, celui de M. Rameix et probablement celui de M. Jevakhoff vont tous dans le même sens et, aujourd'hui, nous allons assister enfin à un changement de gouvernance financière de la filière.  Ce n'est qu'une partie du contenu de ces rapports. Et, malheureusement pour notre métier et nos confrères, cela ne garantit nullement le rétablissement rapide des droits des marchands et de l'équilibre de leurs relations avec les grands éditeurs et leurs intermédiaires.
Nous continuons à porter cette parole nécessaire à la défense des intérêts des marchands en espérant raccourcir les délais de changement.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

6 appréciations
Hors-ligne
Gamma, malheureusement, à ce jour, nos infos contredisent les vôtres. Non seulement nous n'avons pas été remboursé, et nous ne le serons pas avant quelques lustres, mais nous n'avons pas reçu nos commissions sur les ventes, et nous continuons à être ponctionné de 2.5% de notre CA et ce pendant neuf mois...
Pour avoir été marchand de presse et avoir tant mis sur le dos des éditeurs la déchéance du marché, je ne peux que constater, maintenant que je suis de l'autre côté de la barrière, que nous avions presque raison. Une fois de plus, seuls les gros éditeurs qui détiennent presstaliss tirent leur épingle de ce jeu. Cette situation les arrangent puisqu’elle signe l'arrêt de mort de beaucoup de petits éditeurs de niche. En effet peu s'en relèveront.  Les petits, n'ont aucune marge de manœuvre. Nous subissons comme vous subissiez. Il était temps que nous réagissions mais quels seront les résultats de notre action bien tardive? Certainement pas celle que nous attendons...

Qui a besoin d'un autre regard ? Vous ou moi ?
Vous repartez dans un schéma historique ou un opérateur fait la pluie et le "beau" temps. Même si vous y étiez, vous resteriez minoritaires, spectateur du cirque.
Il faut militer pour la liberté de référencement, et de la marge pour le réseau, qui ne doit plus se perdre dans les messageries. Comme ça se passe en librairie.
C'est à vous de bombarder dans ce sens.
Tout le reste n'est que pollution d'un métier qui ne sait pas ce qu'il veut.

242 appréciations
Hors-ligne
l'info vient de la Correspondance de la Presse. Nous saurons très vite si Presstalis tient ou pas ses engagements. Le communiqué du SAEP a certainement aidé à cette annonce. SI ce n'est pas le cas, le trouble va s'installer (si ce n'est pas déjà fait)  au niveau de l'Etat et je doute qu'il continue les apports.

28 appréciations
Hors-ligne
je vais peut-être passer pour un idiot, mais les éditeurs se plaignent des 25% que retiens presstalis, et je vois certains diffuseurs qui vont dans le même sens et qui compatissent, moi je n'y arrive pas, quand je vois dans tous les magasine que je vends des -30% à - 50% ils le font tous! combien de maison de presse ont fermé du fait de ce phénomène et de l'ouverture de la presse en GMS.

6 appréciations
Hors-ligne
mdp14 Oui je suis d'accord avec vous, c'est bien ces éditeurs là que je pointe du doigt, idem pour ceux qui font du rabais avec leurs abonnements ce qui impacte directement les ventes en magasin. Mais tout ceci est un constat que l'AADP et beaucoup de nos confrères ont déjà acté et qui se battent depuis longtemps pour la liberté de référencement (quid de l'assortiment promis mais jamais obtenu dans la plupart des magasins??) et pour l'obtention de marges décentes pour les marchands et pour les éditeurs...

28 appréciations
Hors-ligne
alors pourquoi continuez-vous les abonnements avec remise?
faites payés les frais de port les clients reviendront dans nos magasins et là ils verront vos magazines, car un client abonné c'est un client perdu pour vous et pour nous, au début de mon activité j'ai cru que nous étions partenaire, j'ai vite compris que mon 1er concurrent c'était les éditeurs

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9997 autres membres