www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Et si l'on remettait cette filière dans le bon sens ?

829 appréciations
Hors-ligne
Dans le système actuel de la distribution de la presse tout est à l'envers.
Les éditeurs, clients des messageries, décident de la tarification qui leur est appliquée.
Ces mêmes éditeurs, clients des marchands, éditent des factures de fourniture à l'attention de ces derniers au lieu d'en recevoir les factures de commissions pour service rendu.

On marche sur la tête.
On comprend bien l'intérêt de disposer de tous les pouvoirs mais est-ce vraiment vertueux et efficace ?
Evidemment non !
Et l'Etat l'a bien compris.
Il a d'abord cherché à contrôler les barêmes des messageries pour empêcher la concurrence entre éditeurs par ce biais.
Puis il a souhaité s'en assurer la maîtrise pour éviter qu'ils ne soient trop bas afin d'éviter que les éditeurs ne bénéficient de tarifs trop avantageux ne permettant pas aux messageries d'être à l'équilibre.
Qu'en sera-t-il pour la facturation ?
Il n'est pas plus sain que les éditeurs contrôlent la facturation de leurs fournisseurs.
Cela leur simplifie la vie c'est sûr. 
Mais cela crée un déséquilibre malsain.
Les litiges sont nombreux, rarement résolus et, quand ils le sont, très tardivement ou incomplètement.
La preuve de l'erreur incombe au plus faible et surtout pas à celui à qui elle devrait incomber.
Sous couvert de simplifier les choses, les marchands étant incapables de produire leurs propres factures, selon leurs dires, ils se sont emparés de la facturation et en ont inversé le fonctionnement. 
On ne facture plus les commissions pour service rendu.
On facture des produits fournis.
Oui mais, ces produits sont en dépôt et ne devraient pas être facturés.
Tout au plus pourrait ils exiger une garantie de capacité de restitution de leur montant.
Ce qu'ils font déjà (au niveau du dépositaire), en plus de leur facturation.
Ces produits n'appartiennent pas aux marchands.
Les éditeurs en restent propriétaires.
Ils n'ont pas à les facturer.
Qu'ils facturent éventuellement les ventes serait compréhensible; mais pas les fournis.
D'autant qu'en maîtrisant la facturation des fournis ils peuvent jouer comme ils le veulent sur les dates et la trésorerie. 
En multipliant les numéros S sans report d'échéance par exemple.
Ou en augmentant la part des H dans le stock.
Ou encore en repoussant discrètement les dates de rappels ou en ne les respectant pas.
Ou en multipliant les fournis par leur édition sous deux couvertures différentes comme le président du CSMP l'a fait.
Bref, il n'est pas raisonnable de laisser la facturation entre les mains des éditeurs.
Les 16000 marchands informatisés sont capables d'émettre leurs propres factures.
Et si l'on considère que 6000 autres ne le sont pas, faute d'être informatisés, il faut se poser la question de savoir s'ils ne devraient pas l'être.
Et puis, si la réponse est non, il est encore possible que ce soit un organisme indépendant qui gère la facturation.
Recevant les données des éditeurs et les remontées de ventes des marchands, cet organisme, connaissant les taux à appliquer pourrait tout à fait émettre des factures de commissions à l'intention des éditeurs et des demande de règlement de stock vendu à l'attention des marchands.
Le nerf de la guerre serait alors entre les mains de cet organisme ainsi que la garantie d'équité.
Qu'en pensez-vous ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

4 appréciations
Hors-ligne
Excellente Analyse

107 appréciations
Hors-ligne
Je suis tout à fait d’accord, il est temps que les marchands y voient clair dans leurs facturations , et ne règlent que ce qu’ils vendent , seulement appliquer la réglementation du CSMP

167 appréciations
Hors-ligne
Il est évident que la seule facturation valable est celle au fil de l'eau soit : 
ventes - commissions (taux de commissions incluant les sur commissions pour spécialisation)
 

154 appréciations
Hors-ligne
merci DESCARTES 

Tout cela me semble plus qu'évident 
cela fait 10 ans que nous réclamons cette réforme 
mais un certain syndicat avait tout intérêt à ne pas la voir appliquée .
cette facture réglera même les problèmes de stock 
je ne connais pas UN SEUL entrepreneur qui produit 100 fois plus que ce qu'il peut vendre , sauf s'il peut FACTURER LE TOUT à ses distributeurs .
dire le contraire est !!!!!!!!!!

Dernière modification le mercredi 16 Octobre 2019 à 15:41:45
la peur doit changer de camp

154 appréciations
Hors-ligne
je suis même prêt à parier que voyant cette réforme mise en place , de nombreux marchands vont redemander la presse ,ainsi que d'autres commerces .

il va falloir que tous les marchands apprennent à travailler avec le distributeur .
chez moi la PQR est en dépôt vente .quand il y a un évènement "vide grenier " ou autre je lui signale qu'il faut augmenter les livraisons
ça fonctionne très bien  

Dernière modification le mercredi 16 Octobre 2019 à 15:50:17
la peur doit changer de camp

Facturer vous mêmes vous facilitera la vie ? Notre travail est gérer, animer, vendre, pas d'administrer. Vous êtes dans un délire total là-dessus.
Rien d'anormal que ce soit le fournisseur qui facture, c'est le cas pour toutes les autres activités chez nous et ailleurs.
Les erreurs existent, mais sont bien plus nombreuses en livraisons qu'en facturation qui en découlent. Toutes les écarts remontés doivent être corrigés s'ils viennent bien du fournisseur. Et quel commerce ne voit pas d'erreurs de ses fournisseurs : le monde de oui oui ou tout se passe comme dans la théorie, ça n'existe pas. Vous en feriez plus qu'eux.
Que défendez vous ? Exigez plutôt 10 points de rém en plus. Là est le vrai besoin, plus que d'obtenir le dépôt-vente.

154 appréciations
Hors-ligne
"Rien d'anormal que ce soit le fournisseur qui facture, c'est le cas pour toutes les autres activités chez nous et ailleurs."
nous sommes bien d'accord , sauf que chez nous il nous facture TOUT SON STOCK , et non ce que nous lui avons commandé comme partout ailleurs , puisque c'est lui qui nous livre CE QU'IL VEUT et non CE QUE NOUS VOULONS .ce qui fait une très grosse différence il me semble
vous imaginez le boulanger qui voit arriver 1 tonne de farine qu'il doit payer alors qu'il vend 100 pains ..
vous avez une drôle de conception du commerce mon cher ami .
il est vrai que vous avez magouillé 20 ans dans le panier à crabes et qu'il vous est difficile de dire le contraire , je le comprends .

Dernière modification le vendredi 18 Octobre 2019 à 08:25:02
la peur doit changer de camp

A voir de la magouille partout, ça en dit déja long sur la non maîtrise du sujet.
Tout fournisseur de livre facture TOUT au libraire, et lui créditera les retours...comme pour la presse.
Et dans le cas de la librairie, l'avance de tréso est indiscutable, le stock est en permanence bien supérieur à la dette. Personne ne discute ce fait.
Ce qui n'est pas le cas pour la presse, je l'ai déja démontré ici.
Et oui, il faut en connaître un minimum pour en parler.

4 appréciations
Hors-ligne
Je suis désolé mais votre réponse est fausse, seul les personnes qui ne gèrent pas leur librairie et ne travaille qu'avec des offices sont submergés d'ouvrages (même principe que pour la presse).
Une personne qui gère ce rayon et passe ses commandes elle même n'est pas confrontée à ce problème.
Le seul risque qu'elle prend est alors comme pour n'importe quel autre produit.

Les libraires qui ne gèrent pas leur approvisionnement ne sont pas des "pros" du livre.
Souvent des magasins de presse, pour qui le livre est un plus, et qui délèguent aux fournisseurs l'assortiment. Certains représentants en profitent pour charger. Mais ce cas est rare pour des libraires, sauf ceux qui veulent à la fois des remises plus fortes en prenant tout (spécialisés sur un thème précis), et qui se plaignent de trop recevoir.
Et le sujet n'est pas là dans tous les cas, c'est le fournisseur qui facture. Pas l'inverse. 
Aucun client, à part ici ne veut facturer à la place du fr.
Une fois de plus, parlez de ce que vous connaissez, sinon pas de crédibilité.

154 appréciations
Hors-ligne
on se demande bien pourquoi le formateur UNDP a laissé tombé la presse ou il n'avançait pas de trésorerie selon ses dires , pour prendre une librairie ou la il avance de la trésorerie , c'est lui qui le dit .
si vous comprenez vous me faites signe .
la peur doit changer de camp

154 appréciations
Hors-ligne
l'ex formateur UNDP ne veut pas de la réforme 
facture = ventes scannées caisse- commissions 
parce qu'il y a 5 % des marchands qui ne sont pas informatisés 
ou serait ce plutôt parce qu'avec cette réforme il n'y a plus besoin de stage presse à 600 euros.
est ce que par hasard ce ne serait pas son épouse responsable CULTURE-PRESSE du calvados  que l'on voit sur toutes les photos à côté de DARMANIN .
Angélique Babin 

Dernière modification le vendredi 18 Octobre 2019 à 18:04:23
la peur doit changer de camp

N'importe quel imbécile comprend qu'il vaut mieux faire un métier qui permet de vivre, plutôt que de subir soumis...choisis ton camp.
L'avance de tréso n'est absolument pas le problème principal pour aucun commerçant. C'est ça qui est délirant : tout magasin a un stock déja financé, et ça fait partie du jeu. Sauf dans la presse, et c'est justement là qu'on voit qq commerçants ignorants comme toi, s'en plaindre à tort.
Pour les tentatives d'attaques perso, d'autre site sont plus appropriés pour ça, mon ami. Tu n'intéresses personne avec tes erreurs et tes fantasmes. Guéris toi ailleurs que sur ce site. Sauf si tu tiens tant à personnifier l'auto-ridiculisation.

154 appréciations
Hors-ligne
"L'avance de tréso n'est absolument pas le problème principal pour aucun commerçant. C'est ça qui est délirant : tout magasin a un stock déja financé, et ça fait partie du jeu"

Sauf que c'est un stock qu'il a commandé ,pas qu'on lui a imposé auquel cas ce n'est plus un commerçant mais un employé des éditeurs .

ne vous en déplaise cher ami .
d'ailleurs tu le dis toi même
"N'importe quel imbécile comprend qu'il vaut mieux faire un métier qui permet de vivre, plutôt que de subir soumis"

en deux phrases tu dis tout et son contraire 

la peur doit changer de camp

154 appréciations
Hors-ligne
il va te falloir intégrer dans ta diatribe que ce n'est pas l'escroc ex-UNDP qui va me faire taire mon ami .
la peur doit changer de camp

154 appréciations
Hors-ligne
encore un qui ne connaissait pas son métier .

@presse_papiers
#presse  Encore un marchand de journaux en moins !
Ce soir fermeture définitive de la librairie presse "Le petit pantin" rue de la Roquette à #Paris 11ème
la peur doit changer de camp

829 appréciations
Hors-ligne
Le début de ces échanges caractérise bien le problème de la filière presse gérée par les éditeurs selon leur intérêt sans tenir compte de la nécessité de préserver celui de ceux dont ils ont besoin.

La librairie a fonctionné longtemps selon le même schéma : fournir un maximum de produits dans des quantités excessives pour : 
- être plus visible que le concurrent
- être partout
- ne jamais être en rupture et ne surtout jamais manquer une vente
Mais elle a évolué.
"L'office" a été remplacé par "l'office à façon" pour ceux qui en exprimaient le besoin (les actifs) et par des assortiments étudiés pour les plus petits ou les passifs, selon leurs capacités de vente.
La contrainte de garde d'un titre, longtemps limitée à 3 mois minimum, a été progressivement supprimée jusqu'à ne plus exister du tout.
L'intérêt des éditeurs de livres est maintenant de réduire les coûts de commercialisation en minimisant le taux de retour. 
La FNAC avait fait la même démarche en son temps. Elle avait d'abord communiqué sur le fait que le client pouvait trouver n'importe quel livre édité dans ses rayons, avant de réduire très significativement son offre pour minimiser les immobilisations et les frais de retour.
La presse n'y est pas encore passée du fait d'intérêts malsains qui parasitent le système.
Mais le système va changer pour se rapprocher des autres secteurs d'activité et cesser de s'arcbouter sur la verticalité et le marché d'offre pour adopter un mode d'exploitation plus équilibré et moins coûteux. L
La transformation est en marche.
Il faudra suivre et s'adapter.
Certains le demandaient.
D'autres le rejetaient, soit par crainte, soit par intérêt masqué.
Les dés sont jetés.
L'ARCEP prend les commandes à  la place de la DGMIC.
Le ministère du travail prend l'initiative à la place de celui de la Culture.
Enfin.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.
un observateur

réfléchissez un peu et pour une fois mettez vous à la place du fournisseur
quelles garanties de la remontée intégrale des ventes, car exemplaires scannés n'est pas la preuve de sortie du magasin(voir les taux de scan par rapport aux ventes fournis -invendus--surprenant--)
quand on contrôle les retours physiques/aux déclarations remontées, vous seriez surpris des écarts chez certains.
sur une région ces écarts ont été chiffrés à 3% (en manquant bien sur)
après ce constat ne soyez pas étonnés si  les avancées dans les réflexions ont été stoppées.

829 appréciations
Hors-ligne
Surprenant ? Non.
Les erreurs existeront à tout niveau dans la chaîne (préparation, livraison, vente, enlèvement, reconnaissance des invendus, saisies multiples) tant que des procédures normalisées n'auront pas été mises en place. (normes ISO 9000 au moins)
Les marchands ne sont ni plus ni moins honnêtes que les autres acteurs et il faut admettre que de nombreuses erreurs empêchent aujourd'hui d'afficher des certitudes.
Nous pouvons certainement vous montrer autant d'erreurs dans un sens que dans l'autre.
Vous avez raison sur l'existence de ces "erreurs" mais il est facile de les réduire.
Le repérage de la source est aisé si l'on s'en donne la peine.
Et la sanction du non respect des règles est nécessaire s'il y a lieu. A tout endroit sur la chaîne.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

4 appréciations
Hors-ligne
Le contrôle et la recherche des invendus est une perte de temps énorme et non productive pour les diffuseurs et il est sans cesse croissant.Dans tous les autres domaines ce sont les fournisseurs qui contrôlent leurs retours. Les éditeurs devraient être taxés sur le volume de leurs retours afin que ceux-ci soient réellement contrôlés comme cela nous pourrions être facturés  sur nos ventes réelles et des corrections seraient apportées sur les retours contrôlés. 
Il va sans dire que les éditeurs  taxés baisseraient leurs volumes et les fraudeurs pris au piège.
 

154 appréciations
Hors-ligne
monsieur l'observateur 
si je vous comprends bien tous les marchands sont des voleurs , mais n'ont ils pas été formés par des stages UNDP .
 
dans la grande distribution la démarque inconnue est de 2 % , alors même si c'est 3 % comme vous le dites dans la presse  , la hausse des stocks , le comptage des invendus et leur manipulation coutent beaucoup plus que 3 %

et puis personne n'en parle , mais nous allons vers l'écologie .
que penser des éditeurs qui font abattre des milliers d'arbres pour sortir des stocks de journaux qu'on va jeter à la poubelle .
la peur doit changer de camp

107 appréciations
Hors-ligne
Sauf que le système pervers , c’est la pub , si les éditeurs réduisent les tirages , de combien devront ils baisser leurs pages pub , et les aides de l’Etat aussi au tirage , comment sortir de toutes ces incohérences, les kiosquiers vont baisser de 25% de titres avec la nouvelle règle des nouveaux kiosques , sauf qu’ils pourront augmenter les livraisons donc des majors pour maintenir les montants des factures , quel intérêt donc , moins de titres mais plus d’invendus sur les autres ? Et voyons même s’ils respectent ?

Dernière modification le mardi 22 Octobre 2019 à 14:55:43

107 appréciations
Hors-ligne
Sauf que le système pervers , c’est la pub , si les éditeurs réduisent les tirages , de combien devront ils baisser leurs pages pub , et les aides de l’Etat aussi au tirage , simulent sortir de toutes ces incohérences, les kiosquiers vont baisser de 25% de tires avec la nouvelle règle des nouveaux kiosques , sauf qu’ils pourront augmenter les livraisons donc des majors pour maintenir les montants des factures , quel intérêt donc , moins de titres mais plus d’invendus sur les autres ? Et voyons même s’ils respectent ?

154 appréciations
Hors-ligne
ce qui se passe pour les éditeurs n'est pas notre problème .
moi ce qui m'intéresse c'est la valeur de mon fonds de commerce .ce dont les éditeurs se moquent profondément .
la peur doit changer de camp

829 appréciations
Hors-ligne
Hypso, ce n'est pas raisonnable d'écrire des choses comme ça.
Nous avons autant besoin des éditeurs qu'ils ont besoin de nous.
Et la provocation ou le ressentiment n'apportent rien.
Il est préférable de rechercher les améliorations et les synergies que de se fermer à la discussion quand elle se présente. Même s'il y a au début des désaccords, ils sont souvent liés à l'incompréhension. Il est vrai que pendant trop longtemps nos problèmes n'ont intéressé personne. Mais si, le jour où les autres commencent à écouter et échanger, on les envoie promener nous ne progresserons jamais. 

Vous avez raison d'affirmer qu'il y a plus à gagner qu'à perdre, pour tous les acteurs, à réformer le système. C'est évident même si, quand on est habitué à regarder de trop près, avec des données quantifiées réelles mais insuffisamment définies, on peut avoir du mal à comprendre, sans les explications nécessaires, la réalité.
L'incompréhension est la première des sources de rejet.
Le suivi et l'intervention de l'observateur sont des preuves de volonté d'échanger.
C'est déjà un grand pas dans le bon sens.

Le 21 novembre se déroulera une première réunion avec tous les acteurs de la filière à l'ARCEP. C'est la base et nous félicitons le nouveau régulateur de cette démarche que nous avons demandée depuis longtemps.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

154 appréciations
Hors-ligne
DESCARTES 
oui je sais , mais ça commence à me gonfler sérieusement 
l'atmosphère dans le pays est irrespirable .
il se passe des trucs inimaginables il y a encore 2 ans .
il n'y a plus aucune loi de respectée 
on se fait truander sur tout et il faut fermer sa gueule .
ce n'est pas dans mes gênes .
demain nous allons avoir le RN  dans les mairies et à l' élysée , c'est certain , il suffit d'écouter les gens .je suis dans ce qu'on appelle la France profonde , ce que moi j'appelle la brousse , 80% des Français vont voter RN .
alors j'explose .
tu es sage DESCARTES  , c'est bien .
la peur doit changer de camp

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9571 autres membres