www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Fichier national des titres

859 appréciations
Hors-ligne
Le saviez-vous ? 
Il n'existe aucun fichier national des titres.
Chaque dépositaire peut donner le titre qu'il veut au produit.
Chacun peut aussi définir la famille d'appartenance du titre.
C'est ainsi qu'on peut trouver un titre classé dans 3 familles différentes dans 4 régions différentes.
Exemple : La revue française de généalogie
Dans quatre magasins situés dans quatre régions différentes ce titre se retrouve classé en : 
- VIDEO
- HISTOIRE COLLECTIONS LITTERATURE
- ARTS ET SPECTACLES

Pertinent n'est-ce pas ?
Et efficace aussi.

Il est temps de reprendre les choses en mains.
Nous allons réclamer un fichier national des titres avec les données de chaque publication validées par l'éditeur avant toute mise en service, l'absence d'une donnée interdisant la mise en place de la parution.
De même, certainement pour pouvoir organiser le rappel des parutions H et S celles-ci sont déclarées en périodicité IRREGULIERE, faussant toute exploitation ultérieure des données par périodicité. Il va falloir dissocier le besoin des dépositaires de la conservation des données de base.
En gros, y'a du boulot.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

159 appréciations
Hors-ligne
c'est le moins que l'on puisse dire 
la peur doit changer de camp

859 appréciations
Hors-ligne
Actuellement nous recevons 82% de livraisons sécuritaires pour assurer 12% des ventes !

Pour être sûrs de ne manquer aucune vente le système majore les ventes prévisibles de 82%.
Cela ne génère que 12% de ventes supplémentaires par rapport aux ventes prévisibles.

C'est le même principe que les numéros spéciaux.
Temps d'occupation du rayon doublé pour 6% de ventes supplémentaires.

Il faut revenir à des réalités.
Celui qui génère un coût doit l'assumer et pas le faire assumer à la collectivité ou à certains acteurs de celle-ci.

Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens le problème n'est pas le nombre de niveaux de la structure mais l'absence de cohérence entre les intérêts des différents acteurs dans la chaîne. Chacun tire la couverture à lui, au détriment des autres et de la collectivité. A ce jeu, les plus faibles meurent ou renoncent à participer. C'est ce qui est arrivé aux marchands. C'est la raison d'être de la réforme en cours. Et nous nous attachons à ce que, cette fois, les intérêts des marchands soient pris en compte. Cela devrait pouvoir se faire car ils sont liés aux intérêts de la collectivité.  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

159 appréciations
Hors-ligne
Descartes 
il faudrait peut être une bonne fois pour toute , tout mettre sur la table .
QUI FAIT QUOI 
Parce que c'est le brouillard le plus total 
quand on constate que des personnes trichent pour faire un maximum de pognon , alors qu'en réalité cela fragilise tout l'équilibre de la profession , il est évident qu'il va falloir donner un grand coup de pieds dans la fourmillière  
ça ne va pas plaire à tout le monde , mais nous allons devoir y venir .
le plus difficile va être de trouver un consensus avec tout le monde .
c'est un peu comme pour le coronavirus : ou on agit contraint et on s'en sort ou on refuse et on est mort .
la peur doit changer de camp

18 appréciations
Hors-ligne
Actuellement nous recevons 82% de livraisons sécuritaires pour assurer 12% des ventes !

Pour être sûrs de ne manquer aucune vente le système majore les ventes prévisibles de 82%.
Cela ne génère que 12% de ventes supplémentaires par rapport aux ventes prévisibles.

j'ai l'impression que cela concerne encore plus les titres qui ne se vendent pas...

859 appréciations
Hors-ligne
D'abord une correction d'une erreur de ma part il faut lire 88% et non 82%.
Nous allons faire corriger le post initial.

Les titres non vendeurs représentent environ 20% des titres livrés (entre 10 et 30% selon les points de vente.
Mais ils ne constituent que peu en quantité car ils ne sont pas livrés, sauf exception, en grande quantité.

Les chiffres que nous évoquons (88% et 12%) concernent la totalité de ce qui nous est fourni à l'heure actuelle.

La suppression des titres non vendeurs nous fera gagner en temps et en risque d'erreur mais peu en volume manipulé. En revanche le réassort est la solution pour réduire de manière extrêmement conséquente les volumes déplacés inutilement.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

18 appréciations
Hors-ligne
enfin, presque :

regain reçu 4ex, vente 2019 = 7
gq reçu 5ex, vente 2019 = 3
books reçu 3, vente 2019 =1
...

il y en a qui en profite toujours...

859 appréciations
Hors-ligne
Le réassort, si cette idée que nous défendons est bien mise en place, permettra également de résoudre les problèmes que nous rencontrons pour servir convenablement nos clients.

Quant aux profiteurs, leur nombre devrait diminuer si nous sommes suivis dans nos propositions. Qu'ils soient profiteurs en quantité livrées ou en prix pratiqués, ou encore en délais.  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9597 autres membres