www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

L'UNDP ne devrait-elle pas faire un stage...

17 appréciations
Hors-ligne
... de comptabilité ??

En effet, n'avez vous pas remarquer que dans la section reportage de Union Presse, il y a une petite fiche sur le commerce présenté et avec 1 ligne en particulier : Chiffre d'affaires annuel (par exemple p30 de la dernière parution).

Sauf que le montant indiqué ne correspond pas au chiffre d'affaires, mais au volume d'argent brassé.

C'est un peu comme si on indiquait un CA TTC pour des produits taxables sauf que le taux de "gonflage" est inversé.

Quel intérêt de ne pas appeler un chat, un chat ??

780 appréciations
Hors-ligne
L'intérêt de la manipulation intellectuelle.
En gonflant artificiellement (fictivement) les montants, ils valorisent l'image du marchand.
C'est regrettable pour deux raisons.
D'abord comme vous le soulignez parce que c'est faux.
Ensuite parce que cela fausse l'opinion de ceux qui ne s'en rendent pas compte, comme tous les acteurs politiques qui sont bien loin de faire seuls la différence entre le chiffre d'affaire et les commissions. 
Ainsi l'on évite que qui que ce soit ne s'émeuve trop de la situation et l'on peut continuer son business tranquille sans intervention.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

247 appréciations
Hors-ligne
De la même façon que pour le salon Expopresse on indique le nombre de visiteurs sans préciser le nombre réel de diffuseurs.

Dernière modification le vendredi 11 Mars 2016 à 16:19:52

38 appréciations
Hors-ligne
Encore une histoire de pratique et d'usage professionnel, que nous sommes tous sensés connaître.
Le CA comptable de la presse est bien la commission.
Mais en langage courant, le CA presse = le prix public TTC.
C'est comme ça que les messageries, éditeurs et dépôts ont toujours communiqué.
Et beaucoup d'entre nous aussi, dans la pratique...

780 appréciations
Hors-ligne
Oui, à la différence près que certains le font sciemment pour manipuler les non initiés et d'autres par méconnaissance.

Il faut mettre un terme à ces pratiques de langage mensonger.
Le consommateur est ou n'est pas notre client.
Nous sommes ou pas des partenaires.
Nous sommes des diffuseurs ou des marchands.
Nous travaillons pour notre compte ou pour celui des éditeurs.
etc.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

38 appréciations
Hors-ligne
DESCARTES, vous tournez en rond. Il y a des conventions, comme partout :
Un acheteur d'une voiture est il le client de la marque, ou du concessionnaire ? C'est pareil.
Qui va passer du temps à ce débat inutile et sans réponse péremptoire ?
Quand un magasin achète des marchandises à son fournisseur, n'est il pas "partenaire" ?
Travailler pour son compte ou celui de ses fournisseurs, ça se retrouve dans le tabac, la FDJ, mais aussi dans tous les commerces...et alors ?
Ne jouons pas les victimes sur tous les tableaux. Y'a déja de quoi faire sur ce qui est propre à la presse.

780 appréciations
Hors-ligne
Vous perpétuez volontairement le discours du syndicat et des éditeurs.
A croire que vous n'êtes sur ce blog que pour ça.

Je ne peux pas croire que vous ne compreniez pas l'importance des termes.

Eh bien non justement le cas du concessionnaire n'est pas le même que le nôtre et il est beaucoup plus clairement défini. La justice ne se pose pas de question dans son cas et les relations sont claires. Ce n'est pas le cas dans notre filière. Mais si vous ne l'avez toujours pas compris, ... c'est pour des raisons qui vous sont propres...
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

17 appréciations
Hors-ligne
Encore une histoire de pratique et d'usage professionnel, que nous sommes tous sensés connaître.

OUI, c'est tellement vrai que même les fournisseurs de logiciels de caisse connaissent cette différence et que les CA indiqués par les caisses ne prennent en compte que le volume d'argent brassé, et qu'avec cela ils le moulinent pour en ressortir plein d'indicateurs qui sont... complétement faux et archi faux !

38 appréciations
Hors-ligne
Dentderez,
Pardon si je ne comprends pas. 
Vous voulez que nos caisses indiquent quoi quand vous vendez 500 euros de presse ?
Juste le montant de la com pour que ça corresponde à votre CA comptable ???
Qu'on vende de la presse ou autre chose en taxable, ne se base t on pas sur le Z (encaissements) quand on "fait sa caisse" ?
Savez vous que les encaissements tels qu'ils sont enregistrés par votre matériel est la base qu'utilise le fisc en cas de contrôle. Si c'était du n'importe quoi comme vous dites, ça revient à
prendre le fisc pour des billes. Faites gaffe.

17 appréciations
Hors-ligne
En effet, sur ce coup là vous ne comprenez pas.

il faudrait que les caisses indiquent pour 500 euros de presse 3 infos :
- le montant total de la vente (ce qui permet d'éditer le Z)
- le CA "vrai" lié à cette vente
- le bénéfice (ou marge/com)

Mais à force d'appeler le montant total des ventes = le CA, les fabricants de caisse font de même et une partie des calculs qu'ils sortent avec leurs caisses sont faux et archi faux, je le maintiens.

comme exemple :
l'année 1, je vends 500e de presse  + 500e de loto = CA 1000e
l'année 2, je vends 300e de presse et 800e de loto = CA 1100e
conclusion de ces caisses = très bonne année progression du CA 10%

sauf que le Vrai CA lui a baissé (si on prend 20 et 5% pour faciliter le calcul)
on passe d'un CA de 125e à 100e soit 1 baisse de 20%

Certes, ce n'est pas avec le CA qu'on casse sa croute.

Mais on paye du matériel informatique (une fortune) qui n'est pas capable de travailler avec les bonnes données, ce n'est pas un comble ?

Tout cela à cause d'un abus de langage de la profession et d'un laxisme de certains acteurs !

38 appréciations
Hors-ligne
Reprenant votre exemple, c'est simple à comprendre.
Vous augmentez vos encaissements, mais faites moins de marge. A ne pas mélanger, c'est tout.
1) rien, n'est absurde.
2) c'est comme ça qu'une caisse ou ordi doit enregistrer.
3) quasiment tous les logiciels traitent les CA, marges respectives selon les catégories de produits. Ca n'a pas à apparaître sur le ticket de caisse, c'est de l'analyse qui se fait plus sur la durée qu'au jour le jour. Enfin pour la plupart d'entre nous.
C'est d'autant plus simple que tous les docs comptables indiquent les taux (marges ou com) qui sont à utiliser, qu'ils soient fixes ou variables...souvent, ce n'est même pas à ressaisir.
En relisant votre 1° intervention, vous parlez de CA TTC. En comptabilité, ça n'existe pas. C'est seulement du langage utilisé, du raccourci pour signifier les encaissements
Pour bien comprendre les choses, il faut au moins les bases, sinon, voilà où ça mène.

Dernière modification le dimanche 13 Mars 2016 à 09:30:38

780 appréciations
Hors-ligne
Il n'est pas constructif de prendre les gens de haut et de sous-entendre qu'ils sont incompétents.
La demande est claire et justifiée.
Il faut, et c'est tout à fait réalisable au fil de l'eau avec l'informatisation, que nos caisses indiquent :
1/ l'encaissement TTC pour émettre les tickets clients
2/ le chiffre d'affaire HT détaillant le total des ventes et celui des commissions
3/ la marge brute dégagée

Si les logiciels actuels ne le proposent pas c'est pour deux raisons :
1/ la dépendance des SSII à l'homologation par les messageries. Ce sont les messageries qui définissent le cahier des charges selon leurs besoins et non selon le nôtre.
2/ l'absence d'intérêt pour la SSII de développer des options supplémentaires qui nous seraient utiles.

Nous travaillons pour inverser cette situation.
Si les messageries privilégient certaines SSII (en leur communiquant par exemple à l'avance le cahier des charges, ou en les aidant à commercialiser leurs logiciels, ou encore en leur réservant des fonctionnalités) nous tissons nous aussi des liens avec d'autres SSII qui sont défavorisées. Celles-ci développent par intérêt, pour nous satisfaire et ainsi attirer les marchands, des fonctionnalités qui nous sont spécifiques comme celles que vous évoquez.
La notion de marge est sur le point de voir le jour.
Et nous allons plus loin car nous préparons une version qui prendra en compte les notions de trésorerie.
Ainsi nous saurons immédiatement à réception quels sont les titres qui nous coûtent en trésorerie et pourrons faire la part des choses.
D'ores et déjà nous avons, lors de la réception, le tri entre les titres qui se vendent et ceux qui ne se vendent pas, ainsi que la mise en évidence des quantités excédentaires par rapport aux ventes. Cela permet d'orienter immédiatement vers la réserve les produits non vendeurs sans se fier à une mémoire parfois subjective. Cela permet aussi de gérer le stock de la réserve. Lorsque tous les articles en rayons sont vendus et qu'il en reste en réserve une alerte est déclenchée. 
C'est à nous de faire bouger les choses et nous le faisons.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

780 appréciations
Hors-ligne
123456, un instructeur ne prend pas ses "élèves" pour des incompétents.
Il cherche à comprendre leur besoin et à le satisfaire.

Il semble que vous vous preniez pour une élite compétente parce que vous disposez, de par votre expérience, d'une connaissance que d'autres n'ont pas.
Inversez votre position : demandez-vous comment il se fait qu'ils ne disposent pas de cette information que vous détenez. Et partagez la de bon coeur au lieu de la vendre en vous valorisant de la connaître. 

La formation est utile et doit être rémunérée c'est vrai. Pour autant cette rémunération doit couvrir des frais. Elle ne doit pas servir à justifier un statut qui n'a aucun mérite.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

38 appréciations
Hors-ligne
Il est plus juste de parler d'ignorance sur qq points précis que d'incompétence.
Et mieux vaut être direct sans tourner autour du pot, quitte à être un peu provoc' ; parfois, ça rentre mieux. C'est + utile pour ceux qui veulent apprendre qqchose, que de rester dans l'erreur, de la compassion molle ou de tomber dans l'attaque perso gratuite.
On lit trop souvent des idioties qui viennent de nulle part. Pas des questions légitimes, je parle bien de certaines interventions qui vont en induire certains en erreur, et dont vous devriez être gêné, puisque c'est votre site.  Je réagis surtout là-dessus, et pas si je n'ai pas l'info. Ni quand de bonnes infos sont données par vous ou d'autres, puisque c'est ouvert à tous.
Vous me demandez de partager "de bon coeur" les infos.........à votre avis, je fais quoi ?

17 appréciations
Hors-ligne
je ne dis pas que c'est incompréhensible , je dis juste que les caisses font des analyses qui sont fausses et que cela est inadmissible et que c'est à cause du laxisme de certains acteurs.

Quand vous allez voir votre banquier (ou autres professionnels), c'est avec le CA "vrai" (ce qui est un comble d'appeler le CA "vrai", car il n'y en a qu'un seul CA), et pour obtenir cela il faut prendre le CA de la caisse, y soustraire le CA des produits commissionnés (loto, presse...) et y rajouter les dites commissions.

Tout cela à la main, Vive l'ère de l'informatique !

Et celui qui programme ces caisses ne connait rien dans les us et coutumes de la profession, il ne sait que programmer et encore ils ne sont pas tous bons.
Mais la profession s'est bien gardé de lui dire quelle est la réalité... de peur de quoi ?

38 appréciations
Hors-ligne
Le X ou le Z de caisse n'analyse rien.
Son rôle n'est que de rapporter exactement ce qui a été encaissé, avec qq ventilations.
Les infos de gestion sont ailleurs dans le système, et sont à paramétrer avec le fournisseur de matériel. C'est à vous de lui dire de quoi vous avez besoin, surtout s'il fournit un logiciel personnalisé, comme Devlyx ou Bimédia.
Pour Strator, si ça n'a pas changé, tous les magasins ont exactement le même menu, et je ne suis pas sûr qu'on puisse en sortir, même pour la présentation du Z.
Tout banquier ou pro du métier sait gérer cette terminologie, cet usage ; ils ont l'habitude et personne n'est floué.
Toute autre méthode présentée serait incompréhensible, fausse, et votre comptable vous refuserait. Alors pourquoi perdre son temps à ça ?


173 appréciations
Hors-ligne
Les informations collectées dans le code barre devaient permettre d'éditer un Z (quotidien, mensuel, annuel ou autre) restituant les commissions.
Parler de CA est une tromperie.
Tous les bilans de nos entreprises n'enregistrent jamais les ventes presse comme un CA mais sous forme de "Production vendue".

Que les messageries/éditeurs utilisent ce langage à leur niveau, normal, l'employer pour le niveau 3, c'est inadapté.

Le développeur ou programmeur n'aurait aucune difficulté à restituer ce infos sur le Z (quotidien, mensuel ou autre). Il suffit aux donneurs d'ordre de l'écrire dans le cahier des charges, ne pas le faire montre le désintérêt du binôme messageries/éditeurs envers nous.
Ne pas l'avoir demandé voire exigé par le syndicat, dit représentatif, est une faute résultante de l'incompétence qui l'habite.
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
NON.
La comptabilité des produits commissionnés se fait ainsi, dans tous les cas.
Vous avez le droit de contester les usages. Mais ça apporte quoi de changer des règles qui ne dérangent que vous ?
La preuve : est ce que la confé. a la même demande pour le tabac qui est commissionné ?
Idem pour la FDJ, les timbres, les agences immobilières...
Les produits commissionnés ont leurs règles. Pas sur que ce que vous proposez soit le bon combat.

38 appréciations
Hors-ligne
Neiges,
Ce que vous dites est d'autant plus décalé avec vos pratiques, puisque vous n'êtes même pas informatisé...
Donc, exigeant avec les autres, mais pas pour vous perso !

780 appréciations
Hors-ligne
Je crains que vous ne vous compreniez pas et que la réaction d'123456 soit plus dictée par lune antinomie qu'autre chose, annihilant ainsi l'effort de compréhension nécessaire.
Je partage, dans l'immédiat, ce sentiment de nécessité d'avoir les informations concernant nos marges dans le code-barres.
Cela présenterait l'intérêt d'obliger les éditeurs à traiter tout le monde sur un pied d'égalité ce qui serait une bonne chose. 
Toutefois, en l'état actuel des choses ce n'est pas le cas et, malgré tout, avec des bases de données liant la parution et la commission, nos logiciels de gestion peuvent très bien nous fournir les informations souhaitées. A condition que les SSII qui nous les fournissent le veuillent et ne soient pas contraintes par les messageries de limiter nos accès à l'information.

Et je partage aussi les propos de Neiges sur l'utilisation inadaptée du langage à notre situation ainsi que le défaut d'action du syndicat sur la définition du cahier des charges des logiciels de gestions.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

173 appréciations
Hors-ligne
123465,

Ne pas être informatisé n'interdit pas de prendre part au débat, par ailleurs à l'AADP nous jouons collectivement pas pour une caste de diffuseurs.

Je ne suis pas informatisé et le revendique sans le moindre regret. La pérennité de mon outil de travail passe avant tout. Le confort, la facilité des éditeurs ne sont que secondaires.

NON.
La comptabilité des produits commissionnés se fait ainsi, dans tous les cas.

Pouvez-vous nous expliquer ?

Ce n'est pas de la "Production vendue" qu'il faut enregistrer au bilan mais du CA dans la ligne "vente de marchandises" ?
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
Neiges,
Vous prenez les 2 sujets à l'envers.
S'informatiser, c'est d'abord pour soi. Vous vous en rendrez compte quand vous y passerez, comme nous tous (j'y suis moi même passé assez tard, car récalcitrant à voir tant de collègues complètement plombés par les dysfonctionnements de Novacod -ancêtre de Strator- à l'époque, le leader). Votre matériel vous permet surement de faire le minimum, mais si vous aspirez à plus d'exigences, où est la cohérence ?
En vendant de la presse, nous sommes prestataires de services. Dans ce cas, c'est une commission qui est comptabilisée. Comme pour le tabac, la FDJ, les timbres amendes... 
Vous voulez faire croire ici d'enregistrer les ventes de la presse en 707 ???
Y'a pas mieux pour flinguer l'aadp. C'est si mal rédigé qu'on ne sait même pas s'il s'agit d'une question ou d'une affirmation. Le site se porte-t-il caution ?
Si l'undp lit ça, ils vont bien se marrer.

780 appréciations
Hors-ligne
Dans le compte de résultat les commissions perçues sont dans le compte 706 (production vendue de services). Tout le monde est d'accord là-dessus.

Pour autant, ce que veut dire Neiges et que 123456 semble ne pas vouloir comprendre c'est que nos caisses ne donnent pas cette information et que c'est volontaire de la part de ceux qui fixent le cahier des charges aux SSII qui nous les fournissent.

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

173 appréciations
Hors-ligne
123456,

Vous avez un don particulier pour déformer les propos de vos interlocuteurs et tenter de les faire passer pour des benêts.
Que nenni stérile, soyez constructif.

1) Vous convenez qu'une exploitation commerciale informatisée est un choix personnel.
Voilà un bon point.
C'est pour soi que l'on s'informatise (en l'occurrence pour gérer les ventes presse) pourquoi le csmp impose ce critère pour être reconnu marchand de presse spécialiste et bénéficier d'une rémunération améliorée?

2) Quand ai-je parlé du cpte 707 ?
II me semblait, pourtant,  être on ne peut plus clair. 
Les revenus de la vente de la presse sont mentionnés au compte de résultat à ''production vendue". (ligne 218)
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
Descartes, vous précisez bien que la presse doit être comptabilisée en "production vendue",
mais c'est à Neiges qu'il faut le faire comprendre ; il n'est pas d'accord avec vous et moi.

Neiges, relisez vous. Vous n'êtes pas clair.
En compta, ventes de marchandises = compte 707 pour répondre au 2) ci dessus.
Source : Plan comptable ou CAP 1° année compta.

38 appréciations
Hors-ligne
A propos des infos sur les tickets de caisse, le fait de ne pas avoir précisément combien on gagne chaque jour ne me pose aucun problème. je ne pense pas être le seul.
Un calcul rapide permet d'avoir l'info au jour le jour si besoin.
Je poserai la question à mon fournisseur pour savoir si techniquement c'est possible d'avoir cette application. Je pense que oui, mais qui cela va-t-il intéresser ?
Avec un peu d'ironie, ça montrerait à chacun encore plus à quel point on ne gagne rien.

173 appréciations
Hors-ligne
 LOL!!
Pincez moi !!
C'est une blague !!

Quel farceur cet 123456 !

Qui a écrit
Tous les bilans de nos entreprises n'enregistrent jamais les ventes presse comme un CA mais sous forme de "Production vendue".

Cpt707 ? vous êtes le premier à le citer

Mon temps est trop précieux. Le débat sur ce sujet avec vous s'arrête là,  pour moi.
Dissertez, divaguez tout seul
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
...à cours d'arguments justes, forcément.
Se tairer est la meilleure solution pour les lecteurs.

780 appréciations
Hors-ligne
Le pire est que vous êtes d'accord.
Un manque de clarté d'un côté, exploité par une incompréhension de l'autre, incompréhension suscitée par un à-priori antérieur, et vous voilà dos à dos avec les mêmes idées.
Impressionnant une telle ouverture.
Il nous arrive à tous de manquer de recul par faute d'idées préconçues ou d'à-priori injustifiés mais il serait bon de savoir se remettre en question de temps en temps.

Et le dernier à parler n'a pas forcément raison.
La preuve.
(Un peu d'autodérision n'a jamais fait de mal à personne). 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

38 appréciations
Hors-ligne
Ceux qui nous lisent (y en a t il ?) vont finir par être embrouillés sur ce sujet.
Récap pour conclure :
Les com presse doivent être enregistrées comptablement en "production vendue".
Surtout pas en ventes de marchandises, comme ça a été dit.
Notre CA presse = les encaissements presse au prix fort, par convention.
Notre CA comptable presse = le total des commissions
Il suffit de relire tout ce fil de discussion pour voir d'où vient l'erreur et le manque de compréhension : à une question simple, une certaine réponse devient au fur et à mesure, un gros délire par manque de connaissance, ou peut être pire , par mauvaise foi.

780 appréciations
Hors-ligne
On n'arrête ni la mauvaise foi ni le mauvais esprit.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres