www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

La Loi Bichet va être modifiée

783 appréciations
Hors-ligne
C'est maintenant une certitude la Loi Bichet va être retouchée.
Mais dans quel sens ?
La boîte de Pandore est ouverte et peut donner naissance à tout et son contraire.
Les très puissants administrateurs de Presstalis oeuvrent en faveur d'une libéralisation totale.
Nous, petits marchands et éditeurs préconisons une nouvelle gouvernance assortie d'une nouvelle régulation.
L'Etat doit trancher et consulte.
Est-ce pour la forme si tout est déjà décidé ?
Ou bien est-ce pour faciliter la négociation avec les Majors ?
Ou bien encore, et ce serait souhaitable, pour défendre le bien public ?
Nous ne le savons pas et personne ne nous le dira.
Une chose est sure, les majors sont puissants et disposent de bien des atouts.
Les relations entretenues avec les dirigeants des pouvoirs publics sont importantes.
Ces derniers sauront ils s'en affranchir et faire preuve de probité ?
Nous l'espérons.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

La loi Bichet a, et surtout, a eu son utilité.
Mais elle a aussi produit des dérives, permettant à de pseudos éditeurs d'invendables de se retrouver distribués parmi les bons. Comme les bons. Parce que tous égaux, même avec des ventes quasi nulles !!!
C'est en partie ce qui nous a plombé. On ne va quand même pas les regretter.
Ayons déja les ventes qui dégagent des bénéfices à partager, au lieu d'avoir des pertes à subir.
C'est ensuite que le réseau devra bien se défendre.
Mais on en est encore pas là ; ce ne sont que des ballons d'essai, qui ne vont pas tarder à faire réagir les assistés du système.

783 appréciations
Hors-ligne
La principale dérive de la Loi Bichet n'est pas là, même si, effectivement, une responsabilisation des éditeurs est nécessaire.
C'est la gouvernance qui est en cause et qui sera, notamment, revue.

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Dans le système coopératif, les éditeurs ne peuvent être responsabilisés car le principe est l'égalité de chances entre eux, qu'ils aient des titres vendeurs ou pas : aucune discrimination, aucun moyen de virer les pollueurs de linéaires.
Pour la gouvernance, la nouvelle dirigeante ambitionne de tout faciliter. Un seul opérateur au lieu de deux concurrents, et de la liberté pour les diffuseurs qui référenceraient ce qu'ils veulent, d'après leur potentiels de vente. Avec un garde fou de 200 titres ayant directement un rôle d'opinion, qui resteraient dans chaque magasins, comme aujourd'hui.
Je simplifie un peu le nouveau rôle qu'aurait l'opérateur, mais ce que dit la PDG va dans ce sens.
On a fait beaucoup trop de bruit pour en arriver bien bas, au lieu de se consacrer aux ventes. Il serait temps. La librairie n'a pas besoin de gouvernance de qui que ce soit. On a des éditeurs, des vendeurs, de bons logisticiens existent. Le reste, ça s'appelle de la pollution.

101 appréciations
Hors-ligne
Oui , mais ce qui a fait aussi pousser comme des champignons des éditeurs pollueurs , ce sont les aides colossales et inutiles de l’Etat sans contrôle et sans contrepartie, et aujourd’hui les dérives et les dégâts sont visibles , ils veulent mutualiser les pertes et individualiser les bénéfices , après avoir enrichi les majors et fait couler tout le réseau de vente ,le bateau coule ,un système très toxique mais qui génère toujours des fonds de l’Etat par le chantage ! Ils sont bons les ultra libéraux ! Et l’on ne veut pas penser à un changement de gouvernance et de mentalité ? Mais c’est juste impératif que cette filière change d’orientation, sinon elle va à sa perte et il n’y aura en effet plus de pluralisme ni de prétendue démocratie ou de ce qu’il en reste .

Clarifions nos pensées.
Oui, on peut vouloir une autre gouvernance pour Presstalis ou ce qu'il en resterait. Avec le risque que les rapports de force changent peu, pas assez, ou pas du tout.
Regardez comment ça se passe en librairie. Quel besoin d'avoir un maillon "qui pense", et qui fait le business à la place des éditeurs et des vendeurs ?
On a pas besoin de repartir dans un système inutile, avec les mêmes conneries.
En sortir, c'est ce qu'essaie de faire la PDG de Presstalis !
Pas assez iconoclaste pour vous ?

Un truc supplémentaire me vient.
Il y a de fortes chances qu'en interne chez Presstalis, les cadres et les rentiers du système sont vent debout, face à leur nouvelle dirigeante. Elle doit se sentir bien seule.
En externe, n'en parlons même pas.

29 appréciations
Hors-ligne
123456 Trop de diffuseurs de presse ne sont pas des professionnels! Trop de diffuseurs ne connaissent pas 60% des produits qu'ils vendent, ne font aucune opération de marketing sur leur lieux de ventes ou sur internet et ne vérifient aucun documents comptables. Pour les diffuseurs la presse doit se vendre toute seule. L'UNDP a essayé d'encourager les diffuseurs à devenir des marchands, malheureusement le rejet a été majoritaire. Une partie du travail de presstalis est de faire le travail que ne font pas les diffuseurs. L'autre travail de presstalis est de faire le travail de chef d'entreprise que ne font pas les petits éditeurs. Presstalis existe à cause de l'incurie des diffuseurs et des petits éditeurs.....


783 appréciations
Hors-ligne
Quand nous parlons de changer la gouvernance Presstalis n'est pas dans nos pensées.
C'est d'abord le CSMP qui doit être repensé.
Que Presstalis soit aux mains des éditeurs est normal (sous la réserve qu'est en train de mettre l'Etat en leur imposant 3 administrateurs en échange d'une nouvelle aide).
Que le CSMP soit entre les mains des éditeurs ne l'est pas.
Le législateur le pressentait en 2011 quand il a modifié sa composition.
Il a retiré des représentants de ministères et créé l'ARDP pour tenter de contre-balancer.
En 2015, fort du constat de cette erreur il a renforcé les pouvoirs de l'ARDP et prévoyait même dans son texte de loi le cas où le CSMP n'exécuterait pas les demandes de l'ARDP. Preuve qu'il était tout à fait conscient du rôle partial joué par le CSMP.
Dans la prochaine rédaction de la Loi la constitution du CSMP sera à nouveau revue.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Durand,
En parlant de "rejet" à devenir marchand...les stages d'initiation sont justement prévus pour inciter à bien traiter le hors presse, comme le salon professionnel...Pour la presse, il n'a jamais été question que les diffuseurs s'en occupent : c'est le principe de la loi Bichet qui le précise, pour éviter les discrimination des titres par les magasins. Ne la faites pas à l'envers ! les NMPP n'ont pas été créées pour pallier à d'éventuelles carences du réseau, mais pour reconstruire la distribution après la guerre. Il y avait tout à faire, et ça a très bien marché. Les "gros éditeurs" se sont fait ensuite, en 1947, ce n'était pas comme aujourd'hui.
Ne confondez pas.
Aujourd'hui, on nous propose de se sortir de schéma stupide. Faut-il comprendre que les diffuseurs ne veulent pas en sortir ?

Descartes,
Pourquoi vous refaites vous sans cesse ce film concernant le CSMP et l'ARDP ?
Le CSMP n'a jamais eu qu'un rôle consultatif. Personne n'était obligé de suivre ses décisions. Pas besoin, comme vous le dites, de créer un comité pour contrebalancer des décisions que personne ne mettait en pratique !
L'ARDP a été créé pour mettre en place la force exécutoire qui manquait. Uniquement à ça.
La mission à chacun est telle depuis le début, et bien indiquée sur leurs sites.
Le hic, c'est que l'ARDP s'est émancipé du CSMP au sujet des ouvertures de nouveaux points de vente. Là n'était pas son rôle, et c'est ça qui montre bien que ce métier est pollué d'intervenants qui se nourrissent de tout sauf d'efficacité. Qu'ils dégagent tous, on n'a pas besoin d'eux.

783 appréciations
Hors-ligne
1/ Totalement faux 123456
Veuillez SVP ne pas tenter de tromper nos confrères.
Si vous ne savez pas, mieux vaut vous abstenir que d'écrire des contre-vérités aussi flagrantes.
Le CSMP officialise les décisions prises en amont par les majors.
Ses décisions ne sont pas discutables. (Sauf par l'ARDP)
C'est bien pour cela qu'il existe une obligation de consultation qui lui confère un semblant de respect de la démocratie.

2/ Lisez correctement SVP et n'interprétez pas selon vos idées.
Nous ne proposons pas de créer un comité pour contre-balancer le CSMP mais pour le remplacer.


Si tu veux la paix, prépare la guerre.

1 appréciations
Hors-ligne
Si nous marchands appliquons les méthodes presstalis nous nous autoriserions une retenue de 2,4,6 ou 10%  sur le paiement des relevés en cas de difficulté de trésorerie au nom de l'interet de la filière Ce discours est inacceptable et insultant pour le réseau de marchands qui attend depuis 20 ans une hausse de leur rémunération Sauver le paquebot presstalis est une opération
déja menée dans le passé au frais du contribuable pour le résultat que l'on connait
Prendre modèle sur la distribution du livre me parait LA solution!
La PQN peut etre distribuée par la PQR
Aux éditeurs de faire des choix et de les assumer
Au pouvoir public de défendre l'intéret général
Notre avenir dépend de l'envergure de ces décideurs

NON, Descartes, la question n'est pas que les décisions du CSMP soient discutables ou pas, c'est qu'elles ne sont pas exécutoires. C'est du vent.
Je maintiens tout ce que j'ai écris, et j'invite les lecteurs du blog qui seraient dans le doute, d'aller vérifier les missions de chaque assemblée.
Pas d'interprétation, on est d'accord.

783 appréciations
Hors-ligne
Vous invitez donc les marchands à ne pas respecter les décisions du CSMP  validées
par l'ARDP ?
Est-ce bien réaliste ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

29 appréciations
Hors-ligne
123456  Justement si il est question que les diffuseurs s'occupent de de la presse sans discrimination mais en connaissant son offre comme un libraire connait son offre et en valorisant les produits dans le magasin comme sur internet. C'est de cette façon que je gagne ma vie en étant un marchand de presse et non un diffuseur.

Descartes,
Les décisions du CSMP ne s'appliquent pas directement aux diffuseurs, elles ne concernent qu'une partie du cadre général de la profession.
Les diffuseurs doivent respecter les pratiques d'usage, relevant du contrat pro. Je ne me souviens pas de décision du CSMP adressées directement au réseau, sans que ce soit traité en amont par les dépôts et/ou les messageries.
Peut être allez vous me rafraichir la mémoire.
Mais on en revient au respect en général : le CSMP peut critiquer, menacer, recommander, pas obliger. On le voit bien sur des dérives par de mauvais éditeurs. Ils ne sont pas sanctionnés.

783 appréciations
Hors-ligne
123456 je perds mon temps à discuter avec vous car vous n'êtes pas de bonne foi.
J'arrête de vous répondre.
Vous aviez une possibilité de vous rendre utile. 
C'est dommage d'adopter une position si stérile.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Vous ne trouvez pas d'éléments pour me contredire ; les gens de bonne foi ne sont pas dupes.
Ce qui est stérile, c'est de ne pas aller à l'essentiel.
Vous voulez rentrer dans le système, alors qu'il faut y mettre fin.

101 appréciations
Hors-ligne
Moi , je ne comprends pas les gens qui veulent mettre fin à un système , alors que vous étiez à L’ UNDP , que ce syndicat maison NMPP Presstalis n’a jamais bougé une oreille pour défendre les intérêts des marchands , alors qu’il prend un argent pas possible pour le fonctionnement des syndicats ? Maintenant que rien ne va plus parce que les libéraux n’ont jamais de gestion à long terme , vous dénigrez tout le système , alors que tant que vous en profitiez l’on ne vous entendait pas , aujourd’hui vous critiquez les messageries , l’Etat , les éditeurs , et surtout les marchands ! Pourquoi ne pas produire , puisque que c’rst L’orentation des individualistes et donner des idées qui pourraient améliorer la filière , il faut admettre que 1234 , vous êtes un tant soit peu incompréhensible et surtout le moins que l’on puisse dire totalement inconstructif , si encore vous critiquez tout le monde , mais que vous aviez des propositions , pourquoi pas critiquables , cela serait respectable , mais vous ne dites rien qui pourrait améliorer le sort de cette filière , je crois que votre mépris des gens et votre individualisme vous gâtent! Nous n’apprenons rien en vous lisant , et je m’etonne Vu l’expérience syndicale que vous avez ? Pourquoi ne changez vous de disque ! Engagez vous , ou cela ne sert à rien de faire du Blabla juste pour vous écouter et vous lire déblatérer que des constats que votre syndicat a généré parce qu’il y a trouvé un intérêt encore individualiste , et a accepté d’être véreux au point que comme la représentativité ne passe que par eux , n’ois sommes maintenant tous dans cette situation totalement insupportable, tous les magasins ferment , les kiosques sont devenus des esclaves à trois euros de l’heure et l’on va encore mettre de la presse dans les supérettes , alors ARDP n’est peut être pas notre sauveur , mais comme de CSMP est pire , en attendant que vos amis de culture presse se bougent les fesses L’AADP exercera le contre pouvoir et le syndicat des kiosquiers parisiens se présentera aux côtés de ceux qui veulent bien ne pas tout accepter et subir !
Cordialement quand même !
C’est de bonne guerre !

Ce qui est en jeu, c'est l'avenir du réseau, pas le mien. Que vous ne compreniez pas ma position, c'est pas grave. D'autres la comprennent et parfois la partagent. Un indépendant lucide doit savoir ou sont les limites de son métier. Facile pour la presse.
En droit de réponse, voyons la cohérence de vos propos. Le réseau n'est qu'une partie de l'ensemble, et loin d'être considéré comme déterminante. Le ré équilibrage souhaité par vous et vos amis n'est pas acquis, et très peu probable. Si ça venait, pas assez pour piloter. Ce qui est grave, c'est qu'il vous est enfin proposé de sortir du système, et vous le regrettez déjà.
Vous avez le même discours que les éditeurs de presse frileux qui ont peur de se faire déréférencer. C'est nul. Pourquoi ça se passe bien dans le livre, car il n'y a pas d'intermédiaires pollueurs, et pas pour la presse ? 
J'ai cotoyé tant de diffuseurs, ou marchands, qui souhaitaient maitriser leur offre de presse. Ces éditeurs ont eu peur de l'assortiment. Pensez bien que le référencement leur fait encore plus peur !
Vos considérations sur le libéralisme vont à l'encontre d'un métier libre, ou les mauvais ont plus de poids que les bons. Les mauvais étant ceux qui ne vendent pas ou très peu et que vous êtes obligé de traiter et de financer. Les autres vous font vivre... Qui marche à l'envers ?
C'est parce que je ne pouvais pas vivre de ce métier que j'ai dû m'adapter pour ne pas me faire plomber. C'est ça qu'il faut retenir. Pas l'assurance vie souhaitée, "l'assistance-mort".
Défendez votre métier, oui, mais avec des idées claires et réalistes. Et des alliés, même de circonstance.

783 appréciations
Hors-ligne
Moi je ! 
12345 a tellement fait pour notre profession et sait tant de choses que nous sommes dans la situation connue.
Neltod a raison. Il n'apporte rien que de la critique non constructive et son amertume.
Incapable d'ouverture il vit dans le ressentiment perpétuel sous couvert d'une analyse de plus en plus subjective du fait de son éloignement du sujet.
Pensant tout savoir il n'est aucunement au fait de l'actualité.
Nous sommes au contact permanent de toutes les instances et des éditeurs qu'il a pu, éventuellement, fréquenter par le passé.  Nous sommes dans l'action et non dans le commentaire passéiste inutile, non constructif et perpétuellement critique au point que l'on pourrait se demander si ce n'est du dépit ou du regret.
De notre côté nous continuerons à défendre nos droits, ce que lui et son équipe n'ont jamais fait et que pour sa part il a amèrement abandonné.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9973 autres membres