www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Les faits de ces derniers jours

790 appréciations
Hors-ligne
mercredi 11 juillet 2018 : la Ministre a reçu Louis Dreyfus (Le Monde) et Marc Feuillée (Le Figaro) et Maxime Saada (Canal+)

mardi 17 juillet 2018 :  M. Schwartz a remis le rapport contenant ses propositions mercredi à la Ministre de la Culture.
Ce rapport devrait être rendu public la semaine prochaine.
M. Schwartz prévoit un nouveau tour de table des acteurs du secteur afin de proposer un projet de Loi comme il l'avait annoncé.
Nous y participerons bien évidemment.

mercredi 18 juillet : une affaire (datant du 1er mai) éclabousse la présidence de la République dans la presse.

Lien ou pas, des questions se posent.
Dans les média aujourd'hui on se demande si la présidence n'a pas tenté de cacher la vérité.
Je retourne la question.
Depuis quand les média qui exploitent aujourd'hui ces faits en ont ils connaissance ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

147 appréciations
Hors-ligne
c'est tout a fait possible , mais quand on regarde les "faits " avec du recul , c'est "croquignolesque" .
deux mecs , un avec un casque de la police (préfecture de Paris) l'autre venu tout droit du club Med , le flingue à la ceinture et les lunettes sur le front !!!!!!!
pour une opération de MO (maintient de l'ordre ) c'est bizarre .
et surtout ils agissent DERRIERE les CRS  , donc ils ne craignent rien .ils tabassent un étudiant et une FEMME !!!!!!
j'aimerais les voir face aux BLACKBLOGS  , la je les applaudirais .
la peur doit changer de camp

135 appréciations
Hors-ligne

La coupe du monde a eu un effet soporifique pour les ventes de ce quotidien du soir pendant plusieurs semaines.

Au mois de mai, trop de ponts; Les médias ont beaucoup parlé des casseurs et pillages du quartier de la gare d' Austerlitz un buzz qui a duré plusieurs semaines. 

Pour les casseurs des Champs Elysées, avec des faits plus graves, le buzz a duré deux jours dans les médias ....  

C'est étrange quand la presse utilise des méthodes limites pour nous placer du papier, c'est l'omerta ...
Des infos et des .... A vos commentaires

250 appréciations
Hors-ligne
Hypso  la Police prête aussi des casques aux journalistes et ce n'est pas moi qui le dit mais un article duParisien .... et aussi à des syndicalistes.

Concernant la publication des faits s'est effectivement troublant, à moins qu'on souhaitait en faire le traditionnel scandale de l'été.  De la même façon le Canard a aussi publié sur la Ministre de la Culture.  La publication était-elle volontaire ou commandé. C'est vrai que les faits sont là. 

On notera que la presse est beaucoup moins prolixe sur Presstalis et sa gestion par les éditeurs.  Combien de lignes dans le Canard Enchainé.  On remarquera que Nicolas Brimo un des directeurs du Canard a quasiment quitté toutes les fonctions qu'il occupait dans la filière. 

135 appréciations
Hors-ligne
Ne pas oublier cette charmante ministre  du travail

 mardi 17 juillet 2018 : 

la ministre du Travail Muriel Pénicaud a, pour évoquer le commerce physique, parlé de « métiers du passé », mettant en avant la modernité du commerce en ligne.

"Métiers du passé" : les professionnels du commerce corrigent Muriel Pénicaud.







Des infos et des .... A vos commentaires

250 appréciations
Hors-ligne
PLUS de PRESSE si cette dame devait travailler dans  un commerce, ce serait au rayon "casseroles".

790 appréciations
Hors-ligne
C'est oublier un peu vite qu'Amazon développe actuellement les liens entre les magasins physiques et ses offres en ligne.

Ca me rappelle une précédente ministre de la Culture pour qui le numérique était le seul sujet car l'avenir.

Adopter des postures quand on tient un poste où l'on est en évidence est une preuve d'incompétence.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

104 appréciations
Hors-ligne
Et toute la filière qui veut nous vendre leur soupe , à nous affirmer qu’il y a un avenir dans la presse papier , et nous affirmer que pour son développement les supérettes sont nécessaires, alors que même la Ministre du travail considère que c’est un métier du passé ? Il faudrait pour qu’ils soient tous crédibles, un peu de concertation éventuellement, parce qu’ils passent quand même de plus en plus pour des menteurs, des incapables ?

147 appréciations
Hors-ligne
pour ceux qui n'aiment pas les syndicalistes , sachez qu'en Espagne et en Allemagne les employés  d'Amazon font grève en ce moment pour obtenir de meilleures conditions de travail .

pour l'histoire des casques ,si vous croyez tout ce que raconte le parisien !!!!!!
le mec a un casque de la PP , un brassard et un flingue sous son pull , l'autre le chauve le flingue à la ceinture .
si c'est une anecdote pour la TEAMACRON , ça ne l'est pas pour la police qui elle doit rendre des comptes et respecter les lois .
mais bon , ne pas oublier que JUPITER a déclaré qu'il ne fallait pas respecter les règlements pour réussir dans la vie .
la peur doit changer de camp

3 appréciations
Hors-ligne
Distribution de la presse : vers une réforme à l'automne
AFP, publié le mardi 24 juillet 2018 à 18h20

Le ministère de la Culture espère que la réforme de la distribution de la presse sera prête cet automne, avec comme base de travail un avant-projet de loi publié mardi, qui propose de confier la régulation du secteur à l'Arcep, régulateur des télécoms, ainsi qu'un assouplissement des règles en vigueur.Cet avant-projet de loi est issu du rapport de Marc Schwartz, ex-directeur de cabinet de la ministre Françoise Nyssen, dont la mission était de proposer des évolutions à la loi Bichet qui régule la distribution de la presse depuis l'après-guerre, sur fond de grave crise du distributeur Presstalis.Les ministres de l'Économie et de la Culture lancent jusqu'en septembre une concertation publique, avec le recueil de contributions écrites puis des séances de travail avec la filière. Des parlementaires seront également associés à la rentrée à l'élaboration du texte de loi, avec pour but d'être prêt à l'automne, précise le ministère de la Culture.Pour son rapport, Marc Schwartz a auditionné ou rencontré plus de soixante-dix personnes. Selon lui, "une grande partie des éditeurs sont prêts à renoncer à l'autorégulation de la profession".L'avant-projet de loi propose de définir un "droit à la distribution" et un "droit effectif d'accès au réseau de distribution", contrôlés par un régulateur unique, l'Arcep, ainsi que la possibilité pour les marchands de presse de choisir une partie des titres qu'ils diffusent, alors qu'aujourd'hui ce sont les éditeurs qui décident.Actuellement, la régulation du secteur est assurée par deux instances, le CSMP et l'ARDP. Un rapport parlementaire publié en avril préconisait déjà de remplacer ces organes par une unique autorité administrative "qui soit véritablement indépendante à l'égard des professionnels".Pour le choix des titres, l'idée est de distinguer la presse d'information politique et générale, à laquelle tout le monde doit pouvoir accéder, des autres titres de presse, qui pourront être sélectionnés par les vendeurs afin d'éviter l'encombrement des kiosques et d'adapter l'offre (en proposant par exemple les publications spécialisées dans le surf dans les zones situées en bord de mer...), explique-t-on au ministère. Le rapport Schwartz propose également une "libéralisation encadrée des installations" pour faciliter l'ouverture de points de vente de presse. "Aujourd'hui les règles sont excessivement strictes", juge-t-on au ministère, sans définir pour l'instant le degré d'assouplissement que la réforme permettra.Fin juin, la nouvelle patronne de Presstalis Michèle Benbunan avait estimé devant les députés que l'une des opportunités de croissance pour le secteur était de pouvoir ouvrir des points de vente de presse dans les supermarchés et les commerces spécialisés.L'avant-projet de loi réaffirme aussi les "principes fondateurs" de la loi Bichet comme la "liberté de diffusion de la presse", "l'impartialité", l'"indépendance et le pluralisme pour la presse d'information politique et générale". Il instaure un "droit à être distribué" pour remplacer le statut coopératif actuel des entreprises de distribution de la presse.Autre nouveauté : étendre les principes de la loi à la diffusion numérique, qui prend de plus en plus d'ampleur, en obligeant les plateformes (stores, kiosques numériques, agrégateurs de contenus) à diffuser tous les titres de presse d'information politique et générale qui le souhaitent, "pour les obliger à une forme de neutralité des opinions véhiculées", ainsi qu'à plus de transparence dans la manière dont sont classés les titres, explique le ministère.

Dernière modification le mardi 24 Juillet 2018 à 19:08:21

147 appréciations
Hors-ligne
Laisser le choix des titres à exposer aux Marchands est une très mauvaise idée .ce n'est pas le Marchand qui doit choisir , MAIS le client .et pour cela il n'y a qu'un seul moyen , TOUT  mettre en rayon 
le problème c'est que cela coute très cher aux Marchands .
j'en reviens donc à la seule et unique solution valable 
facture=publications typées caisse- les coms .
avec ce système ce sont les éditeurs qui vont se rendre compte s'il est rentable de mettre en service 20 numéros pour en vendre 2.
par contre ils auront tous la possibilité d'être diffusés .
la peur doit changer de camp

250 appréciations
Hors-ligne
" Laisser le choix des titres à exposer aux Marchands est une très mauvaise idée" 

Oui et non. 
Car un titre non IPG qui fait trop de remises sur les abonnement pourrait se voir sanctionner par le réseau    A bon entendeur !

Concernant la facturation - rien
et puis il ne servira à rien d'assortir les pdv  (cela était dans la loi Bichet) si d'un autre coté on laisse faire sur les abonnements.

104 appréciations
Hors-ligne
L’autre solution pour les titres non IPG serait dans l’hypothèse où les messageries ne respecteraient pas les réglementations comme ils savent le faire, remettre en place les prématurés avec obligation de remboursement des titres retournés et non pas passer des semaines à renvoyer des mails pour demander de couper les diff presse ect , alors que. Pus l’avons déjà fait 100 fois et qu’ils continuent d’en livrer (c’est pas nous c’est l’éditeur ) .

Pourquoi personne semble donner d’importance aussi à ce qui facilite le travail du quotidien ? Puisque l’on sait qu’ils ne respecteront pas les règles , interdiction aux messageries de changer les règles de travail sans l’accord dès où d’un organisme de contrôle et si cela était le cas , obligation pour elle d’informer par un avenant tous les marchands de France des changements de règles de travail, nous avons tous eu a constater des changements sans jamais avoir été iinformé de nouvelles pratiques pourtant illégales tels que les droits aux oubliés rejetés dans le cadre de la procédure de l’Andimap qui pourtant sont encore pratiques aujourd’hui ? ( loi Bichet : le papier appartient aux éditeurs jusqu’à la vente ) ?

Nous sommes les meilleurs clients des éditeurs ! Sachant que le logiciel informatique des kiosquiers via le Strator présente tellement d’erreur de codif de pages de couvertures ne correspondants pas aux titres demandés en invendus de dates de rappels totalement fausses entre les différents supports numériques que nous offrent à dispositions Presstalis que nous ne pouvons jamais savoir qu’elle date de départ ils prennent pour calculer les périodes de carences , encore une usine à gaz , ils mettent de telles restrictions impossibles à vérifier, que nous sommes dans l’obligation de céder à leur dictat même si eux ne respectent pas les réglementations, résultat nous payons les titres aux éditeurs ? Nous sommes probablement entrés dans une aire de bénévolat ?
Quelle bande de génies !

Ne mélangez pas le fond du problème, cad la reconstruction d'un système, avec des choix techniques. Les 2 sont à régler, mais pas avec la même importance.
Voir ici -ne serait ce qu'un seul diffuseur- dire qu'il ne faut pas laisser le choix au réseau !!!
Pour une fois qu'il semble possible de se sortir de cet absurde merdier !
C'est dire le niveau de non confiance en soi, d'incompétence, et de non compréhension du métier. C'est proposer l'inverse de ce que font tous les commerçants ; acheter pour vendre, en toute responsabilité.
Un commerçant est un décideur, pas un assisté.
Non à la stupidité permanente sur ce site.

147 appréciations
Hors-ligne
comme toujours notre bon professeur 123456 donne des leçons sur le comment du pourquoi !!!!
je l'invite à se regarder dans une glace et à se poser la question "qu'ai je fait de ma presse " .
un commerçant ACHETE ce dont il a besoin ,pas ce qu'il ne va pas vendre .tout le monde ,je dis bien tout le monde aujourd'hui travaille en flux tendu .tout le monde réduit tout ce qui est perte de trésorerie , même les banques .tout le monde "dégraisse "sauf 123456.qui semble oublier qu'un Marchand de presse n'est qu'un pion dans le système .il a tendance à se prendre pour plus important qu'il ne l'est .


sur le rapport SCHWARTZ.
comment être sur et certain que ce qui va être décidé va être appliqué .
que les éditeurs vont respecter les accords , chose qu'ils n'ont jamais faite de leur vie .
la peur doit changer de camp

104 appréciations
Hors-ligne
123456 et son éternel mépris , peut on vous rappeler que vous aviez toutes les possibilités d’influer , pour des réformes plus libérales que vous prônez , puisque vous étiez à L’UNDP Culture Presse , nous n’avons vu et vécu avec vous que des ententes et des magouilles syndicalistes avec les éditeurs et les messageries, qui justement à produit totalement l’inverse , un réseau de plus en plus bloqué par des contraintes et de moins en moins rémunéré, alors de quelle réforme vous parlez ou vous rêver ? Vous pensez qu’un commerçant est un décideur, pas un assisté, je pense que cela aurait pu être ainsi , si la filière n’avait pas décidé de dévaloriser ce métier par la formation des marchands totalement inadaptée , mais comme cela n’était pas au programme ni celui du syndicat maison , le résultat est le merdier comme vous dites , auquel vous avez largement contribué. Maintenant que tout explose, vous pensez que nous ne voulons pas de réformes , vous avez tort , nous pensons justement le contraire , mais laisser les marchands choisir les titres reviendrait à discriminer les petits éditeurs , d’autant qu’en kiosque , les possibilités de liberté totale pour vendre d’autres produits présentes des restrictions par la Mairie , non pas en magasin . Toutes les reformes ou réglementations existantes déjà validées par le CSMP qui pouvaient aider les marchands ne sont à ce jour pas appliquées par les messageries y compris et surtout la rémunération calculée après la vente ! Donc le dépôt gratuit par les éditeurs du stock . Vos amis de culture presse n’y voient pas d’inconvénient encore à ce jour , alors qu’ils ont les moyens de faire faire appliquer les règles , ceux des droit aux oubliés aussi qui ne devraient mêmes pas exister ! Vos critiques envers de réseau seraient judicieuses si vous vous les appliquiez à vous même et vos amis qui n’ont jamais désirés réformer quoi que ce soit , ils ne se sont que préoccupés d’établir une relation incestueuse avec les messageries et éditeurs et maintenir des avantages individuels des membres de la direction du syndicat, en ne faisant surtout jamais de vagues ! Alors pour les stupides , ils faudra les montrer du doigt , chez vous et vos amis de culture presse !
Alors oui pour des réformes, non téléguidées par des éditeurs majors, un État frileux et un syndicat maison !

Mépris, oui, j'accepte. Pas vous ? Il me semble que c'est le cas pour pas mal de diffuseurs...
Mais plutôt que du mépris, c'est montrer que le système est absurde. Raison pour laquelle il est préférable de fuir quand on peut le faire. Ne pas servir de "pion" !!! Sinon, ça va faire rire nos chers "oppresseurs".
Quand vous aurez compris qu'il ne suffit pas de demander, même avec de sérieux arguments, pour obtenir, vous saurez que seule un bouleversement de culture peut vous sortir de cette impasse. Dire que c'en est une n'est pas du mépris. Simplement du constat.
Mais si ce système vous plait, pas de pb.

104 appréciations
Hors-ligne
Mais personne ne vous dit que le système nous plaît , nous constatons comme vous l’abus de position dominante du système, mais moi ou nous critiquons un système non pas les marchands , les collègues qui le subissent, mais là où je vous rejoint , les marchands pourraient être aussi responsables de cette dérive parce qu’ils n’ont jamais voulu , pu, peur, l’individualisme aussi sûrement, les syndicats maisons aidants par confort encore individuel , du résultat. Pourquoi aujourd’hui considérer que la réforme dont on parle tant sera enfin bénéfique aux marchands ? Toutes les réformes précédentes non pas bénéficé aux marchands, jamais , mêmes les miettes négociées n’ont pas appliqué, alors qu’elles pouvaient donné un véritable souffle au réseau. Pourquoi aujourd’hui êtes vous si confiant plus qu’hier de cette nouvelle réforme ? Nous n’avons pas le pouvoir de négociation, c’est donc aussi juste absurde, sauf venir à force de persévérance depuis des années peser légèrement dans la balance auprès des opposants politiques du moment pour négocier d’autres miettes , je vous laisse juge de ce que je pense pour que les marchands obtiennent d’autres choses que des miettes, je vous accorde que cela est personnel , parce que nous avons parfois constaté très rarement les résultats. Les grosses grèves pas les petites , ça fonctionne !

Personne ne connaît encore le contenu de la "réforme", ou du système à venir. L'élaboration n'en est qu'à la réflexion je crois.
Sur ce qu'il se dit, c'est qu'on se rapprocherait du commerce standard. Avec un choix sur les titres non IPG. Qu'y a-t-il de si grave à ça ??? C'est ce qu'on demande depuis des années !!! Et c'est ce qu'on fait pour nos autres activités.
Ce sont les éditeurs qui abusent du système et les messageries qui devraient avoir peur. Pas les diffuseurs. Ne tombez pas dans le jeu des mauvais qui vous feront bientôt croire que s'ils meurent, vous mourrez avec eux. Manipulation basique, qui a toujours marché. A vous de défendre vos intérêts, et non celui des marionnettistes.

104 appréciations
Hors-ligne
Je n’ai rien contre les choix des titres non IPG , je rappelle que nous pouvions normalement déjà faire supprimer une partie des titres de cette famille ex DVD le X , encyclopédies ect et que pour autant régulièrement nous sommes obligés de les rappeler à l’ordre parce qu’ils ne respectent pas les réglementations, probablement pas de grands changements ! Mais de toute les façons , nous subirons encore , avec ou sans grandes réformes ! La liberté du commerçant pourrai peut être se vérifier, mais pas dans presse ! Nous devons aussi nous rappeler que la liberté défend l’expression le pluralisme mais aussi la liberté d’entreprendre , comment distribuer des titres que personne ne voudrait ? Je ne pense pas que l’Etat puisse devenir discriminant, tous les magazines n’ont pas le meme attrait sur internet , comment par ex vendre des mag Deco que les marchands refuseraient ? Comment dire à des éditeurs vous ne seraient plus distribués en papier sur la moitié des points de vente , et comment faire vivre aujourd’hui des kiosquiers dont la restriction de développement économique est imposé à 2/3 1/3 ( presse et hors presse ) encore des réformes qui iraient a contre sens des règles imposées ailleurs ( éditeurs messageries mairie Mediakosk) . Nous ne pouvons qu’attendre pour reconsidérer la suite du programme que je pense ne pourra pas être en faveur encore du réseau , nous sommes certes un poid non négligeable mais nous ne savons pas s’en servir.

147 appréciations
Hors-ligne
je suis pour l'exposition de tous les titres à la seule et unique condition , que ce ne soit pas le Marchand qui paye le stock .
donc facture= ventes typées caisse -coms 
il en découlera ce qui aurait du se passer depuis 15 ans , c'est à dire que les éditeurs prendront leur responsabilité .ils vivront des ventes et basta 
cela s'autorégulera très vite , soyez en sur , et il sera impossible de nous accuser de quoique ce soit 
laissons les magouilles à Culturepresse , ils ne vivent que de cela depuis 20 ans .ce n'est pas aujourd'hui qu'ils vont se renier .
la peur doit changer de camp

Ca s'appelle le dépôt-vente, tout simplement. Pourquoi pas.
Ca ferait reculer certains éditeurs pirates, mais ça n'empêcherait pas de recevoir n'importe quoi quand même. En quantités et en titres non vendeurs. Les éditeurs savent tous qu'en moyenne, plus ils poussent en quantité, mieux les titres sont placés, et au final, plus de ventes.
Ce système pourrait avoir l'effet inverse à celui que le réseau souhaite : mettez vous à la place  des éditeurs qui abusent : s'ils ne pouvaient plus bénéficier de trésorerie, certains abandonneraient, mais d'autres occuperaient opportunément l'espace libéré, espérant vendre plus.
Alors que dans un flux tiré (choisi par le marchand) celui-ci crée sa propre dynamique de vente. Beaucoup moins de manipulation pour rien, et on redeviendrait commerçants.
Avec un système de dépôt-vente, le flux financier serait d'un coup très bénéfique en tréso pour le réseau.
Mais le nouveau système ne se dirige pas par là.

158 appréciations
Hors-ligne
Je cite 23456 :

"...Avec un système de dépôt-vente, le flux financier serait d'un coup très bénéfique en tréso pour le réseau."

Vous avez pris un coup de chaud ou bien j'ai mal interprété votre phrase, il semble que vous reconnaissez l'avance de trésorerie des marchands avec le système actuel de facturation !

Vous savez que vouspouvez adhérer à l'AADP pour 10€ seulement, et plus si votre tréso le permet !
;+)) 

147 appréciations
Hors-ligne
123456
Chacun est libre de penser ce qu'il veut , mais je ne connais pas UN SEUL producteur qui mette sur le marché 10000 articles pour en vendre 100., tout simplement parce que les 10000 articles il faut les fabriquer , et pour fabriquer il faut du personnel , qu'il faut payer .
ce sont deux conceptions différentes "l'offre "ou la "demande " 
nous avons en rayon des titres qui font doublettes et même plus (robert Laffon , qui se dit entrepreneur , mais qui ne travaille qu'avec une photocopieuse),tout cela va passer à la trappe , ce sont les clients qui vont faire "le marché" et non l'inverse .
cela va obliger les éditeurs à faire de la qualité .
 en ce qui concerne l'avenir ,il est clair que le gvt va choisir la solution ou il n'a plus un centime à mettre dans le circuit , ce qui se comprend vu le gouffre que représente Presstalis and co (co c'est vous Culture presse)

Dernière modification le samedi 28 Juillet 2018 à 08:29:52
la peur doit changer de camp

Grigri,
Ce n'est pas parce que le dépôt-vente procurerait une tréso positive incontestée, que le système en place deviendrait source d'avance de tréso pour le réseau !!!
Pas une seule fois je n'ai dit que le réseau avançait de la tréso. sur la consigne globale.
La situation est quasi neutre, voire légèrement favorable au réseau. Souvenez vous du cas proposé (par vous je crois) sur le calcul de la situation. C'était à l'équilibre.
Il y a de l'avance sur certains titres qui abusent, mais elle est compensée par tout ce qui est encaissé avant le débit.
Faites donc le total de votre consigne de presse en prix d'achat, à un instant T, et comparez le avec ce que vous devez à votre dépositaire.
Si vous devez plus que la consigne, c'est que vous n'avancez pas d'argent.
Si vous devez moins, c'est que vous avez déjà payé, et là, oui, vous en avancez.
Avec ça, pas de ressenti, pas de religion ni bla bla. Que les chiffres et la vérité.

Hypso,
C'est facile de couvrir les "frais de fabrication" low cost avec un peu de pub, et d'inonder les linéaires. Toutes les ventes réalisées complètent les recettes. C'est du piratage.
Si R Laffon et ses copieurs sont plombés par la nouvelle réforme, où est le problème ?
N'est ca pas ce que vous attendez tous ?

158 appréciations
Hors-ligne
Les chiffres et la réalité : okay !
D'ou je vous réitère mon mode de calcul hebdomadaire d'avance réelle de trésorerie (selon Tableur excel)

1°/ Recette hebdomadaire presse - Relevé de presse hebdo (SAD+MLP+Proximy) = trésorerie hebdo (positive ou négative selon les échéances des différés)
2°/ Recettes hebdo X %age réel (com+surcom incluse) = marge brute presse réalisée par semaine 
3°/ Cumul du Différentiel (2° - 1°) est TOUJOURS en NEGATIF = soit donc avance de trésorerie semaine après semaine (plus ou moins important selon justement les échéances de différés...)
Cette avance de trésorerie en lissé représente a peu près 1,5 semaines de relevé presse toutes messageries confondues x par nombre de marchands cela représente une jolie petite somme totale pour les messageries...

Ce que vous montrez ici prouve que certaines semaines, vous décaissez plus que vous n'encaissez. Mais, ça, personne n'a jamais dit le contraire. C'est le cas de tous les diffuseurs, et c'est absolument vrai, une banalité. Et c'est contredit à d'autres périodes.
Quand on parle d'avance de tréso du réseau, ça ne se fait pas à la petite semaine... c'est du global, sur une consigne entière par rapport à une dette totale.

790 appréciations
Hors-ligne
Et il est normal de payer un stock qui ne nous appartient pas.
et il est normal d'être payé de plus de 30% de ses commissions avec plus de 6 mois de décalage
et il est aussi normal de fournir une caution pour ce stock que nous avons déjà réglé
et ...
heureusement que vous ne nous défendez plus !
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Et non, la presse que vous avez en magasin ne vous appartient pas. Vous parlez de stock par erreur. C'est de la consigne, et toute la nuance est là. C'est du juridique. Dans le langage courant, on parle de stock à tort pour la presse.
Si les surcoms ont bien augmenté, remerciez les signataires. Elles ne pouvaient pas représenter autant il y a qq années. Pour le décalage des versements, c'est en moyenne 4 mois, pas 6.
C'est encore trop long, vous avez raison. Mais que fait alors l'aadp ?
Et la caution demandée l'est au titre d'un risque financier. Si le stock était déjà payé, il n'y aurait pas de caution à demander...on en revient à la non avance de tréso.

790 appréciations
Hors-ligne
Et notre contrat parle de dépôt.
C'est aussi du juridique.

Pour les surcoms je ne remercie pas les signataires qui l'ont fait sous la contrainte mais les initiateurs et le 1er ministre et la ministre de la Culture de l'époque qui ont mis la pression sur le CSMP.

Pour le délai de paiement des surcoms c'est bien 6 mois depuis déjà quelques temps.
Les données sont collectées en fin de semestre : délai moyen 3 mois.
Il faut 1 mois supplémentaire pour les traiter : délai cumulé 4 mois
Il faut un mois supplémentaire pour émettre les chèques : délai cumulé 5 mois
Et les problèmes de trésorerie de Presstalis l'amènent à retarder encore d'un mois au moins : Délai final 6 mois. 
Vous racontez donc des bêtises. Mais nous sommes habitués à votre manque d'objectivité.
Il se traduit fort bien d'ailleurs dans votre question sur l'action de l'AADP alors que vous savez que, pour réduire ce délai l'AADP a signé un accord avec la seule messagerie en capacité de payer en temps et en heure, pour un paiement mensuel au fil de l'eau.
Accord aussitôt décrié par vos amis au titre du risque d'effondrer la filière.

Et enfin les dépositaires demandent une caution alors même que le stock est préfinancé par les magasins. Ce n'est pas acceptable.

Rien dans votre discours n'est en faveur des marchands.
Vous n'aviez rien à faire dans un syndicat chargé de les représenter.
Il est bien d'avoir quitté la profession et votre fonction.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9977 autres membres