www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Méchant .... le Président du CSMP

135 appréciations
Hors-ligne
Sénat Auditions  du  CSMP et de l'ARDP 

https://www.senat.fr/basile/visio.do?id=c/compte-rendu-commissions/20180212/cult.html&idtable=c/compte-rendu-commissions/20180212/cult.html|c/compte-rendu-commissions/20180129/cult.html|c/compte-rendu-commissions/20171127/cult.html&_c=PRESSTALIS&rch=gs&de=20170219&au=20180219&dp=1+an&radio=dp&aff=sep&tri=p&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn#toc2



M. Jean-Pierre Roger

Le réseau spécialisé traditionnel est une spécificité française. Il est aujourd'hui un peu vieillot et insuffisamment commerçant.

Dernière modification le lundi 19 Février 2018 à 09:16:32
Des infos et des .... A vos commentaires

135 appréciations
Hors-ligne
Mme Élisabeth Flüry-Hérard
Présidente cde L'ARDP

L'autorité accorde cependant une grande attention à la situation des marchands de presse qui exercent une profession particulièrement pénible.

Il est important de noter que la presse est un marché d'offre. Le système repose sur l'attractivité économique et donc la rémunération du métier de vendeur.
Des infos et des .... A vos commentaires

Rappelons que le Pdt du CSMP est un éditeur, client des MLP et non de Presstalis, ce qui montre que réduire ce CSMP et ses décisions à celles de Presstalis seule est faux.
Mais le véritable sujet est bien dit dans les échanges : il n'est plus temps d'en rester aux mesurettes. Il faut passer à une remise à plat, mais en tenant compte de l'évolution des habitudes de conso., et d'internet.
"La mise en commun nécessaire des moyens de distribution a trop buté face à deux sociétés concurrentes" : quelle banalité, quel temps perdu ! Quelle incompétence de l'ensemble de la longue filière décisionnelle.
De plus, ils reprochent au réseau de ne pas être assez commercial ! Savent-ils que celui-ci l'est pour toutes ses activités sauf pour la presse qui nous l'interdit ? Le système de flux poussé, de contrainte ne marche plus. Oseront-ils faire envie au réseau ?
Savent-ils aussi que les spécialistes et/ou dépendants de la presse souffrent plus que les autres à cause du manque d'efficience et de rentabilité ?
Ils sont bien trop dans les théories et la naïveté. Pas efficaces en tout cas. C'est ce que tout un chacun peut lire dans les rapports d'audition. Pas de compta analytique, propos rassurants et optimistes. Vues les sommes englouties, ça frôle le délit.
Tout ce qui arrive aujourd'hui était très prévisible : combien de fois l'a-t-on lu ici ?

780 appréciations
Hors-ligne
Tout ceci est vrai mais d'où vient le manque d'information ?
N'était-ce pas le rôle des représentants de notre profession, entre autres, d'alerter ?
Au lieu de cela je me rappelle encore la menace proférée par Gérard Proust : "Ah non. N'entrez pas en contact avec le Ministère."
Le mensonge et le secret ont été entretenus par intérêt, au détriment de notre profession.

Depuis la naissance de l'AADP des vérités sont apparues, en plein jour, permettant petit à petit une meilleure compréhension de la part des représentants de l'Etat. Et aujourd'hui, ceux-ci, confrontés à l'impossible équation du financement à perte pour permettre aux seigneurs de la presse de continuer leur gabegie, se posent enfin des questions.
Toutes ne sont pas très pertinentes peut-être, à nos yeux de pratiquants au quotidien de notre monde, mais nous serons là, comme d'autres maintenant, pour apporter les informations nécessaires à la compréhension préalable aux décisions.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Manque d'info, pas tant que ça.
Otage et un peu complice à la fois des menaces de grèves, le système manquait d'adaptation depuis déja longtemps. Il y a 30 ans, ça coulait à flot pour beaucoup d'éditeurs et les NMPP. La situation se dégrada ensuite. Pas uniquement à cause d'internet et de la baisse des ventes. Aussi par la mégalomanie des NMPP. Des alertes ont été tirées, motifs des qq rapports parlementaires. Mais noyées dans la masse de bien d'autres problèmes, rien n'a suivi, conformément aux habitudes, renforcées par une inertie bien professionnelle. Un quasi monopole qui permettait un train de vie à pas mal de monde : sièges sociaux trop grands et onéreux, services inutiles, réceptions ostentatoires pour masquer la vérité. Bref, de la déconnection totale.
J'imagine mal que vous obéissiez aux soi disantes menaces que vous évoquez. A la limite, si l'undp y avait perdu (au conditionnel), de votre côté, vous n'aviez rien à y perdre, mais du crédit à gagner...Aujourd'hui, la profession se décompose non par mise en cause de quoi que ce soit, mais tout simplement par réalisme et inaptitude.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres