www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Madame Courderc pense aux marchands

173 appréciations
Hors-ligne
autour d'une table ronde rapportée par la lettre quotidienne.....

Un « plaidoyer pour la presse » et pour la défense des marchands de journaux : c’est ainsi qu’Anne-Marie Couderc, présidente du conseil d’administration de Presstalis, définit son livre « Le Meilleur des deux Mondes ». Cet essai, qui vient de paraître aux éditions Débats Publics, est en fait une réflexion sur l’évolution de la filière presse, dans un contexte de profonde transformation. « C’est un plaidoyer pour l’information, pour la presse, pour le support papier, pour la proximité, et pour être en convergence avec ce qui se passe sur les supports technologiques », a expliqué ce matin Anne-Marie Couderc, lors d’une table ronde organisée par Presstalis et réunissant aussi Daniel Panetto, président de l’UNDP, et Jean-Paul Abonnenc, directeur général de MédiaKiosk. 
Et, pour la présidente de Presstalis, qui dit proximité dit marchands de journaux, ceux « chez qui se fait l’acte d’achat, et grâce auxquels on vend des millions de journaux ». « Dix millions de personnes entrent chaque jour dans les points de vente et on vend 1,2 milliard d’exemplaires par an rien que pour la messagerie Presstalis, on ne va pas dire que ça n’existe pas ! », défend-elle. Elle regrette également que la richesse du support papier soit parfois oubliée ou dévaluée à l’ère de la révolution numérique. « Mais les nouvelles technologiques apportent aussi de nouveaux atouts, qu’il faut saisir, et l’idée est de voir comment tirer parti du meilleur de ces deux mondes », résume Anne-Marie Couderc.
 
Du coup, cette dernière estime qu’il faut « réinventer le lieu de vente, et le faire sur l’ensemble des points de vente », en travaillant, notamment avec l’UNDP, à un plan global de modernisation. Qui engloberait des réflexions à la fois sur l’esthétique, l’accès aux produits et l’aménagement des linéaires, l’assortiment, mais aussi le soutien que peuvent apporter les nouvelles technologies dans la vente (avec l’application Zeens développée par Presstalis par exemple), et le rôle commercial et de conseil des marchands de journaux. « Nous avons un réseau de distribution de la presse qui est d’une très forte densité et qui est un atout majeur pour l’avenir », a ainsi plaidé ce matin Anne-Marie Couderc. Défendant aussi le diffuseur, « le lien social par excellence ». 

Voilà c'est simple, vous l'avez demandé, Madame Couderc l'a fait !
Madame Couderc Présidente !
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

143 appréciations
Hors-ligne
heureusement l'UNDP est la .
je respire beaucoup mieux
une seule chose m'inquiéte un peu
il va falloir moderniser les lieux de vente .
il me semble qu'on nous l'a déjà fait celle la.
"moderniser oui ,mais avec des meubles certifiés UNDP "
vous voyez ce que je veux dire .
en ce qui concerne le plus important la réforme FACTURE ,pas un mot.

Dernière modification le vendredi 24 Mars 2017 à 08:05:26
la peur doit changer de camp

Couderc me rend vert!(en plus ça sonne)

59 appréciations
Hors-ligne
« Nous avons un réseau de distribution de la presse qui est d’une très forte densité et qui est un atout majeur pour l’avenir »


Alors à quoi sert le projet supérette ?.......

Mme Couderc est une "politique". Et fonctionne ainsi, en endormissant le réseau, répétant des propos tenus tellement souvent.
Faire l'éloge d'une profession, c'est très vendeur, ça passe toujours bien, ça montre tout l'intérêt qu'elle a. Car elle en a besoin, de ce réseau. Mais le vrai intérêt s'arrête dès qu'il faut passer à la caisse.
En affirmant que c'est la modernisation qui sauvera le réseau, elle détourne l'attention. Navigant dans un monde de subvention publiques, elle en oublie que le réseau, lui, ne vit que grâce à son travail !

780 appréciations
Hors-ligne
Il y avait deux colloques.
Celui-ci était une tribune organisée par l'UNDP à la demande de PRESSTALIS pour vendre le projet de la messagerie de rénovation des points de vente. Le budget est important et personne ne veut le prendre à sa charge. On voit mal comment il pourrait aboutir. Mais notre syndicat, toujours à l'affût de piécettes n'hésite pas à le soutenir pour se faire bien voir.

Un second, moins médiatisé, mais plus professionnel, était organisé par Audiens. Là, étaient projetées, entre autres, des images de marchands témoignant de leur difficultés pour faire prendre conscience aux professionnels présents, notamment les représentants d'éditeurs. S'ensuivaient des questions/réponses pour trouver des axes d'action.
Celui-là était nettement plus constructif. Mais M. PANNETTO n'y était pas. Surprenant non ?
Non!
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

143 appréciations
Hors-ligne
à partir du moment ou des marchands de presse témoignent des difficultés qu'ils rencontrent tous les jours dans la marche de leur activité ,cela va contre le syndicat UNDP ,qui prétend être le représentant de tous les MDP.
participer ne veut pas dire être négatif ,mais constructif .
je te fais entièrement confiance sur ce point.
ils ont donc du constater qu'il n'y avait pas que l'UNDP chez les MDP
la peur doit changer de camp

101 appréciations
Hors-ligne
Rien a ajouter à ce que je lis ! C'est le navrant résultat des politiques individuelles amplifiées et menées ces dernières années , avec comme curseur d'économie le coût du travail ? Écrire un livre sur le désastre , n'engage personne à agir , et personne ne viendra constater que les politiques menées ne fonctionnent pas pour tous , parce que l'on ne donne la parole qu'aux manipulés qui deviennent manipulateurs eux mêmes ! Pour nous dire que la révolution du secteur est en marche et se passe à merveille ? Et nous sommes réduits au silence pour faire les frais de cette filière , ainsi aider les éditeurs et Les Messageries à se restructurer sur le dos des marchands ! Un raisonnement bien mediocre , mais c'est dans l'air du temps . Les élections arrivent ,tout ce petit monde pense à son avenir , sauf le notre , le votre , il y a trop de boulot à faire pour contenter tout le monde , pas assez de temps pour les réunionnites et penser à une restructuration qui bénéficierait à cette filière jusque chez les marchands.

101 appréciations
Hors-ligne
Rien a ajouter à ce que je lis ! C'est le navrant résultat des politiques individuelles amplifiées et menées ces dernières années , avec comme curseur d'économie le coût du travail ? Écrire un livre sur le désastre , n'engage personne à agir , et personne ne viendra constater que les politiques menées ne fonctionnent pas pour tous , parce que l'on ne donne la parole qu'aux manipulés qui deviennent manipulateurs eux mêmes ! Pour nous dire que la révolution du secteur est en marche et se passe à merveille ? Et nous sommes réduits au silence pour faire les frais de cette filière , ainsi aider les éditeurs et Les Messageries à se restructurer sur le dos des marchands ! Un raisonnement bien mediocre , mais c'est dans l'air du temps . Les élections arrivent ,tout ce petit monde pense à son avenir , sauf le notre , le votre , il y a trop de boulot à faire pour contenter tout le monde , pas assez de temps pour les réunionnites et penser à une restructuration qui bénéficierait à cette filière jusque chez les marchands.

247 appréciations
Hors-ligne
j'ai commencé à lire le livre. nous ne pouvons pas nous fier aux commentaires d'une journaliste rémunérée par Union Presse pour nous forger une opinion sur l'ouvrage de Madame Couderc.

je préfère d'abord lire le livre pour porter un jugement.

Dernière modification le lundi 27 Mars 2017 à 15:41:50

29 appréciations
Hors-ligne
Oui, oui, bien sur, le fautif dans tout cela c'est le Marchand de journaux, excusez le diffuseur, son magasin pas assez moderne, pas bien formé, mauvais vendeur, c'est pour cela que les clients fuient nos magasins, PRESSTALIS et MLP, aucun reproche a se faire toujours; Journaux et magazines livrés en quantités suffisantes, en temps et en heure, jamais de grèves, de quoi on se plaint, non mais !!!

780 appréciations
Hors-ligne
Pas de remise en question personnelle, jamais.
La mauvaise situation est le fait de la malchance mais pas de ceux qui gèrent ou organisent.
Ce discours n'a que trop duré.
Il n'est pas crédible.
Nous le remettons en question et invitons tous ceux qui comme nous marchands, qu'ils soient éditeurs ou dépositaires ou même employés des messageries, ou encore sous-traitants, à s'associer à notre demande de gouvernance paritaire Marchands/éditeurs sous contrôle et arbitrage de l'Etat.
Sachant que, préalablement doivent être résolues les questions de représentativité des deux corporations, les représentants actuels n'ayant aucune légitimité pour assurer ce rôle.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

101 appréciations
Hors-ligne
Je suis tout à fait d'accord , le CSMP n'est plus en mesure tel qu'il est représenté, d'être impartial , il n'intervient jamais , c'est pour cette raison que Presstalis impose tout et n'importe quoi , qu'économiquement elle privilégie ses intérêts et seulement les siens , quitte à devoir chroniquement de l'argent aux marchands , avec les retards sur les réclamations, les bacs qui en plus ont encore été décalé , ce qui va permettre de devoir de l'argent au réseau ? Alors que cet aspect avait été réglé ? On nage en plein délire , nous allons avancer des bacs à une Messageries alors qu'elle l'a imposé , qui ne sécurisent pas la marchandise et que cerise sur le gâteau , à Paris nous devons plus les rendre le mercredi parce qu'ils ne peuvent pas les traiter , donc le mercredi nous ne sécurisons rien , il n'y a pas de vols , que des bons qui nous prennent pour des cons !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres