www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

MAISON DE LA PRESSE DE LORIENT

11 appréciations
Hors-ligne
Aujourd'hui super article sur la fermeture de MAISON DE LA PRESSE de LORIENT. Tout le monde donne son avis qui croit être le bon, mais OUEST-FRANCE se pose t-il la question s'ils n'ont pas plombés eux même la MDLP, à force de démarcher pour vouloir abonner tout les lecteurs de leur journal. Les dépôts de presse également à force de ne jamais vouloir nous servir ce dont on à besoin, et au contraire nous livrer ce dont on ne vends pas, et pire ne pas reconnaître les manquants dans les livraisons. A la fin fin cela deviens usant, combien faut-il encore de fermeture  de MDP , pour qu'enfin on comprenne que la gestion des Dépôts de presse est obsolète, et pas du tout adapté à notre profession. Ce n'est pas en voulant encore nous imposer une formation obligatoire que cela résoudra nos affaires, quand c'est en amont que les problèmes sont.

Ce matin je ne reçois que ...1 ICI PARIS pour 30 en moyenne de vendus, 1 seul LOTOFOOT pour 3 réservés, etc, etc....demande de mises en services car demande de clients non effectués, résultat clients qui s'abonnent. Combien cela représente de chiffre d'affaire qui manque tout les ans ?
On dit que la presse vas mal, mais si elle était mieux géré je pense que la situation serais moins pire !



jpC

3 appréciations
Hors-ligne
La baisse des services ou mise à zéro, volontaire ou involontaire, extermination des diffuseurs?
Osez dire la vérité!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vous le système.

101 appréciations
Hors-ligne
En effet , c'est la réalité du quotidien des marchands de journaux , l'adage est ce que nous vendons nous ne l'avons pas, ce que nous ne vendons pas nous le recevons en quantité industrielle ? Conclusion pour ceux et celles qui prétendent que la presse chute à cause des marchands ( éditeurs et messageries ) , nous pouvons sans vergogne répondre que ce sont eux qui font couler les points de vente , nous n'avons pas la main des quantités et des titres , nous n'avons plus les moyens de payer des personnels , nous réduisons obligatoirement nos horaires et jours d'ouvertures depuis des années , parce que les clients sont allés ailleurs ou ils n'achètent plus de presse ( internet ,gratuits, supers marchés , abonnements cassés etc) , nous sommes juste arrivés là , où toute cette filière à bien voulu nous conduire , par conséquent , qu'ils prennent leurs responsabilités et qu'ils ne cherchent pas d'autres responsables qu'eux mêmes, nous ne sommes que des exécutants de leurs systèmes ! Quand tout va bien, c'est les éditeurs , quand tout va mal c'est les marchands de journaux , qui ne bossent pas assez et qui ferment ? Comme d'habitude des raisonnements de voyoux !

38 appréciations
Hors-ligne
Je connais bien le cas de cette ex MDP SEDDIF de Lorient.
Il y a 5-6 ans, ça n'allait déja pas fort. L'exploitant de l'époque avait fait la demande pour vendre du tabac, voie semblant la seule qui pouvait sauver le magasin.
Demande refusée.
Le fait que le Pdt du département de la Confé à l'époque, soit très voisin de ce magasin, y a-t-il été pour qqchose ?
Qu'on soit pour ou contre le tabac, cette activité est plus solide et rentable que la presse. Plus durable en dépit des lois sur la santé publique ? OUI.
Quand j'entends P.Montredon parler de la baisse du nombre de tabacs, (hormis les frontaliers) il se sert des disparitions dues à la presse. C'est du populisme syndical, mais ça marche.

247 appréciations
Hors-ligne
pour Ici Paris nous venons de recevoir un mail de la SAD: Chute de papier sur le titre CMV demain

247 appréciations
Hors-ligne


Fini, Lorient n’a plus de maison de la presse
Via Ouest France


173 appréciations
Hors-ligne
Recyclage des kiosques

http://www.laprovence.com/article/economie/3847262/de-kiosques-a-journaux-a-conciergerie.html

La version papier de l'article est enrichie des lignes suivantes:

Sur les 51 kiosques de journaux à Marseille, 29 sont ouverts, 25 sont fermés
Illustration de la crise qui touche cette profession. Un contexte d'autant plus délicat que le 1er janvier 2017 la Métropole  Aix Marseille renouvelle leur marché d'exploitation.
" Bien entendu, les kiosques à journaux, à travers la société Médiakiosk, participeront à cet appel d'offres, indique-t-on à l'ex-communauté urbaine Marseille Provence. Il n'y a pas de raisons de les refuser"
Pour les kiosques actuellement fermés, la future métropole optera pour les entreprises " qui ont une utilité publique et vecteurs d'emplois

A noter le titre de l'article sur la version papier
"De kiosques à journeaux à la conciergerie "

Dernière modification le mercredi 16 Mars 2016 à 15:30:18
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

247 appréciations
Hors-ligne
Garder de la publicité sur des kiosques vides est contre-productif pour la presse.

Le client qui voit une affichette a envie d'avoir tout de suite son magazine, pas de faire le tour de  Marseille ou d'autres villes pour l'acheter. 
Diffuser ainsi de la publicité pour la presse sur un kiosque fermé c'est ce que j'appellerais crument un piège à cons.

173 appréciations
Hors-ligne
Les magasins concept Maison de la Presse et Mag Presse me semblent plus touchés, proportionnellement parlant, par les fermetures que les autres.
Est-ce une idée ou pas ?
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

59 appréciations
Hors-ligne
Mais non Neiges, ce sont les petits linéaires qui disparaissent, que le monsieur il a dit.

29 appréciations
Hors-ligne
Les messageries, les éditeurs et l'UNDP, me font penser à la personne qui tombe d'un gratte-ciel et qui à chaque étage se dit, "jusqu'à maintenant tout vas bien", "jusqu'à maintenant tout vas bien"...

101 appréciations
Hors-ligne
Oui , comme ça fait 20 ans que l'on tombe du gratte-ciel , et que ceux qui ont trinqué étaient les plus petits donc les plus faibles économiquement et ils ne sont plus là . Nous les résistants nous continuons de tomber, jusqu'où ? Les seuls qui s'en sortent encore à peu près ce sont les éditeurs et les messageries , que l'Etat aide à se maintenir au nom de la pluralité , parce que nous , nous ne sommes pas la pluralité ? Si , mais nous sommes juste un raisonnement de profits au service de la pluralité !!!

135 appréciations
Hors-ligne

Mais c'est terminé. La dernière maison de la presse lorientaise, rue des Fontaines, à Lorient a fermé. Un choix à la fois personnel et économique des gérants. Et une réalité qui gagne d'autres villes comme Saint-Brieuc.


OUEST-FRANCE ENTREPRISE.FR


« Laurent a essayé de se diversifier »
« Laurent avait même développé les fournitures de bureau pour le quartier.

 « C'était dur. Il en avait marre. Le gros problème, c'est qu'il n'a pas réussi à vendre. C'est pourtant un beau pas de porte, central, spacieux. »

« Pour de la presse pure, c'est dur de trouver un repreneur, les banques ne prêtent plus »



http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/commerce-fini-lorient-na-plus-maison-presse-17-03-2016-259946?utm_source=rss&utm_medium=ofentreprise&utm_campaign=rss_info_bretagne
Des infos et des .... A vos commentaires

38 appréciations
Hors-ligne
Le pire de l'affaire est dit dans l'article du journal : les conditions de reprise du magasin ont été assez favorables au repreneur !!!
Ca calme les ardeurs : même sans trop de dettes, l'activité est déficitaire...
Pour l'exemple de St Brieuc, il ne s'agit pas d'un concept seddif sur la photo, mais d'un magasin MLP  "Et caetera" dont le modèle économique n'est guère plus efficace que celui de Presstalis.

123456. je vous invite à lire la tribune du réseau du mois prochain

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9973 autres membres