www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Nous ne sommes qu'au début

938 appréciations
Hors-ligne
L'État avait confié aux éditeurs le pouvoir de gérer la filière.
Pour passer d'un marché en croissance à une baisse de marché (2007) il fallait prendre des mesures sur lesquelles les éditeurs divisés n'ont pas su s'entendre, Chacun préférait défendre ses intérêts immédiats et reprochant aux autres de ne pas consentir les efforts nécessaires.
Les États généraux de la Presse, en 2010, ont été un point d'alerte de l'État aux éditeurs : s'ils n'étaient pas capables de s'entendre pour prendre les mesures nécessaires rapidement l'État reprendrait le contrôle de la filière à leur place. Constatant l'incapacité du CSMP a agir du fait qu'il était de fait sous contrôle des éditeurs, il a commencé par le chapeauter avec l'ARDP (2011). Alerté par l'ARDP sur son impossibilité à agir efficacement face au CSMP, il a très rapidement retiré le pouvoir de décision au CSMP en le transférant à l'ARDP. Cela n'a pas été suffisant. Et, rapidement ensuite (à l'échelle du temps politique), l'État a supprimé ces deux organismes pour reprendre le contrôle de la filière en confiant la régulation à l'ARCEP (2019) et en modifiant la Loi Bichet. 

Après une phase de découverte du sujet la mise en place progressive de la réforme a commencé.

D'abord on a défini le rôle des messageries par un contrat les obligeant à respecter des engagements sous peine soit d'être empêchées de distribuer la presse, soit d'être sanctionnées financièrement.

Ensuite on a défini de nouvelles conditions d'approvisionnement des points de vente. Le chantier est en phase finale de définition et en phase de démarrage pour sa mise en application. La publication de la décision relative aux quantités servies terminera la phase de définition. Et la phase d'application ne devrait plus être délayée très longtemps maintenant pour l'ensemble du territoire.   

Maintenant on en est à choisir les critères de mesures de la qualité du service rendu par les logisticiens. Autant pour les éditeurs que pour les points de vente. L'échéance de mise en œuvre pourrait être avant la fin 2023.

Et l'on commence tout juste à regarder la réévaluation de la rémunération des points de vente. Ce chantier prendra du temps, on s'en doute. Mais il est nécessaire et il est bien venu qu'il soit abordé dès à présent. Nous y travaillons.

Ainsi donc ce qui est visible sur le terrain à ce jour n'est rien par rapport à ce qui va suivre. Nous n'en sommes qu'au début ! 

Viendront nécessairement ensuite les questions de mise en conformité juridique des relations contractuelles. Nous sommes prêts. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,

Pour avoir échanger avec quelques acteurs de la distributions ayant bien voulu me répondre,  personne chez France Messagerie qui n'a pas la courtoisie même de me répondre "MERDE" et l'ARCEP qui m'a clairement répondu qu'elle n'était pas là pour régler les conflits, il me le dépositaire et MLP avec qui je dialogue régulièrement.

Les mises à zéros chez MLP fonctionnent  sauf pour les magazines CPPAP. 
Énormément de temps pour trier tout ce que je ne voulais plus en rayon (sur 736 demandes 468 y sont passées (valorisation 8773€/13776€) !! ; dernière demande le 17 janvier donc il faut encore attendre 3 mois pour que ce soit effectif avec un delta encore plus intéressant.

Ceci est un bel exemple de ce que j'ai réussit à faire évoluer dans mon magasin. Prochaine étape : division par 2 du linéaire (232MLD) sans attendre l'autorisation de qui que ce soit !!

On nous dit "soyez patients, ça va venir, les choses vont être plus faciles" mais elles avancent si lentement et le comportement des consommateurs si rapidement qu'on ne peut plus attendre une évolution à l'échelle géologique pour avancer.

Dernière modification le mardi 07 Février 2023 à 23:19:55

193 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Geoffroy,
Merci pour votre témoignage
Témoignage factuel, les mise à zéro fonctionnent.
Pendant des années voire des décennies la demande de mise zéro etait un blasphème, je ne parle que de la demande pas de la réalisation.
Aujourd'hui, n'ayons pas peur de le dire grâce à l'aadp c'est possible.
Le marchand si il souhaite, peut maitriser ses fournis et avoir un linéaire lisible et vendeur.

Pourquoi le métier évolue si lentement ? 

Malheureusement, tous les marchands ne sont pas des Geoffroy.

La grande majorité des marchands allez, je me mouille(pas trop tout de même) 80% des marchands sont des râleurs incapables de prendre leur destin en mains.
Uniquement bons à ouvrir leur grande gueule en petit comité ou derrière leur écran.

Un  exemple sur la page  Facebook "marchand de presse" en réponse à un intervenant qui se plaint on peut  lire
" le plus simple c'est de le ranger dans un endroit où personne ne le trouvera" !!
puis
 " a condition que nous on le retrouve pour les retours lol"
puis un éclair
" ou bien le renvoyer au dépôt"
après c'est le comble
" pas possible au dépôt de Nancy"

Faut vraiment avoir la foi pour défendre les marchands.

Quand il faut agir c'est le désert.

Les marchands de presse récoltent ce qu'ils ont semé et ce qu'ils sèment  encore et toujours
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

938 appréciations
Hors-ligne
Vous avez tous les deux raisons. 

La lenteur est due à trois choses :
- le laisser aller d'une très grande majorité de marchands qui espèrent que d'autres vont régler les problèmes à leur place et ne font que se plaindre sans même suivre ce qu'il se passe et défendre leurs nouveaux droits.
- l'opposition à la mise en oeuvre des changements par des intérêts privés qui s'allient pour retarder l'échéance, en sachant qu'elle est incontournable mais que plus elle adviendra tard mieux c'est pour eux.
- la volonté du régulateur de ne pas contraindre brutalement les leaders de ces opposants pour ne pas provoquer des actions juridiques de leur part, qui retarderaient encore les choses.

Face à cette lenteur, seuls les marchands conscients de leurs droits et les défendant âprement pourront faire évoluer leur situation, même s'ils n'obtiennent pas l'application de la totalité de leurs droits.

Une chose essentielle a pourtant changé, et d'autres à venir vont également changer.

La principale, qui a déjà eu lieu, est l'inversion du devoir. Le marchand était tenu de tout accepter. Il ne l'est plus. En cas de litige cela change tout. Hier c'était au marchand d'en appeler à la justice. Aujourd'hui c'est à son fournisseur de le faire. Et il ne le fera pas car il sait qu'il perdra. Si vous ne payez pas quelque chose qu'on vous livre en dehors du droit, c'est maintenant à celui qui vous réclame l'argent d'aller en justice. Et il ne s'amusera pas à vous faire du chantage à l'arrêt des livraisons car il sait qu'il perdra en justice, et écoperait de fortes pénalités financières compensatoires.

Avec le temps, les SADP et les dépositaires vont être obligés de se conformer à leurs obligations. Même si l'on trouve cela trop long, c'est certain. Et ce n'était pas le cas avant!
Ca, c'est dans un avenir proche.

Enfin dans un avenir moins proche, d'autres changements sont à venir, comme la rémunération qui sera nécessairement réévaluée à la hausse. Certains marchands auront arrêté avant. D'autres en bénéficieront.

Quant à l'appel à l'ARCEP, ne croyez pas qu'il soit inutile. Au contraire. 
Effectivement, l'ARCEP n'intervient pas dans les affaires privées individuelles.
Mais elle recense les plaintes.
Et elle hiérarchise les griefs pour traiter en premier les plus fréquents, sans pouvoir être taxé d'aider untel ou untel.
Si les marchands livrés par un dépôt se mobilisent et dénoncent chacun les réponses inappropriées de ce dépositaire il y aura une action de l'ARCEP sur les SADP pour que cela cesse...   

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

265 appréciations
Hors-ligne
Geoffroy, attention au métrage pour ne pas trop perdre sur la sur commission et au calendrier.

Majoration : de 1 à 3,5 points en fonction du linéaire (commissions publications)
Mètres linéaires développés (MLD) consacrés à la présentation des produits « presse »Majoration des taux de commission pour la vente des publications
50 ≤ MLD < 100 1 point
100 ≤ MLD < 150 1,5 point
150 ≤ MLD < 200 2 points
200 ≤ MLD < 250 2,5 points
250 ≤ MLD < 300 3 points
MLD ≥ à 300 3,5 points

2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour GAMMA

Certes mais je préfère prioriser sur des rayons à meilleurs marges ça compense largement les pitoyables sur commissions

938 appréciations
Hors-ligne
C'est l'illustration parfaite de la situation. 
La presse n'attire plus le chaland dans les magasins, car les quotidiens se sont transférés sur le numérique. 
C'est devenu un produit comme les autres, sauf qu'il est moins rémunérateur et plus contraignant.
Tant que la rémunération et les conditions d'exploitation n'auront pas été modifiées le réseau diminuera, tant en nombre de points de vente qu'en longueur de linéaire. 
Or, on ne gère pas une entreprise sur des promesses mais avec la situation existante. 
Des changements importants vont venir mais ce sera long. 
Tout se fera, c'est certain. Mais bien trop tardivement.
En attendant, les exploitants actuels ont entièrement raison de sauvegarder leurs entreprises en privilégiant leurs intérêts immédiats. 
C'est ce qu'ont toujours fait les éditeurs, grands comme petits. 
Ils n'auront que ce qu'ils méritent. Et ils ne méritent pas grand chose au vu de leurs actions ces dernières années.

Pas besoin de créer un soulèvement collectif impossible à réaliser. Il se fait naturellement, par une multiplication d'actions individuelles.  Bravo à ceux qui ne se laissent pas exploiter et défendent leurs intérêts. La défense des intérêts de la corporation des marchands ne viendra pas de leur engagement mais de leur défection. Le vide grandissant est le meilleur argument pour la restauration de conditions d'exploitation acceptables (tant en niveau de rémunération qu'en qualité de service). 

Il est regrettable d'en arriver là. Une bonne concertation aurait été préférable mais elle a été refusée par des éditeurs leaders intéressés à voir disparaître le réseau (et des profiteurs à leur service). Ceux là ne rêvent que de s'affranchir de la Loi Bichet pour imposer leur puissance et détruire leurs concurrents. Ils ne feront jamais les frais du mal qu'ils occasionnent. Seul leur modèle économique sera légèrement modifié. Entretemps, beaucoup de leurs confrères et des nôtres auront subi les difficultés que ces leaders engendrent. Un nouveau système est en gestation et l'on dira que le monde a changé en raison des évolutions de l'environnement. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

193 appréciations
Hors-ligne
Le marchand est toujours seul.

Des magazines commençaient à recharger mon linéaire, quantité et titres, qui plus est des titres non CPPAP.
Première approche, cool, du dépôt.
Réponse l'assortiment n'est pas en place, la loi loi n'est pas d'actualité.
Intervention un plus ferme avec explications, retour des titres + crédit.

Au delà d'une intervention auprès du dépôt, j'ai rajouté une couche en appelant un éditeur n'étant pas CPPAP

Même réponse l'assortiment n'est pas en place, la loi bof, les messageries ne veulent pas. Quand la discussion part comme ça, inutile de chercher à convaincre, mais être ferme.
Je ne veux plus vos titres, sinon signalement Arcep.

La convivialité s'invite.

Vous ne pouvez que compter sur vous même, si votre linéaire n'est pas celui qui vous convient c'est de votre faute.  
Bougez vous!
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Neiges

La mise à zéro des "non CPPAP" fonctionne pour moi. il suffit d'envoyer les codifications à "offretitres@mlp.fr"

bonne journée

265 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Geoffroy

Naturellement vous avez raison. Mais il serait bête de perdre  0.5 points de surcom pour un mètre ou deux. 

265 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Neige 

la loi est votée le 18 octobre a été promulguée au JO le 19 octobre 2019, donc elle s'applique. Elle est même a effet immédiat concernant tout le 5.3 le hors presse.

Des dépositaires jouent sur la naïveté et la méconnaissance de diffuseurs. Souhaitons que l'Arcep prendra rapidement des mesures contraignantes.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9923 autres membres