www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Nous sommes exploités

173 appréciations
Hors-ligne
Ce n'est pas une nouveauté, je vous l'accorde.

Nos plaintes sont redondantes, récurrentes, inutile d'en dresser à nouveau une liste exhaustive.

Nous avons un contrat, il a ses défauts, mais prenons le comme il est. Nous avons mandat pour vendre de la presse.

Mais qu'est ce la presse ?

Au titre de notre contrat, nos mandants- commettants devraient nous fournir les éléments, les moyens pour accomplir la mission de vente qu'ils nous confient. 
Un sujet présent dans un fil de discussion exprime, grosso modo, pourvu que l'on vende vendons tout.
Dans l'absolu nous pouvons être d'accord, néanmoins je ne le suis pas.
Nous ne possédons pas les "moyens techniques"  pour répondre à cette affirmation.
Nos linéaires ne sont pas conçus pour tout vendre.

Ce matin la mise en vente de publications avec plus produits nous ont été livré.
Par exemples, liste non exhaustive.
-Abricot  02186 n°318 encombrant avec  plus produit
-Abricot jeux 06883 n°45 idem
-Princesse 03081 n°84
Ce type de publications avec plus produit sont légions

Les éditeurs nous demandent toujours plus, toujours plus et nous donnent toujours moins, toujours moins.

Comment organisez-vous votre linéaire pour exposer toutes vos fournitures ?
 
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

17 appréciations
Hors-ligne
Tout ce qui déborde passe en réserve.

Nous avons nos contraintes de place et d'exposition. Si c'est mal exposé cela ne se vend pas, il faut donc faire le ménage pour répondre à nos différentes contraintes.

Etant donné que les éditeurs ne respectent pas nos capacités de linéaires, J'applique mes "critères" : magasin rangé, propre et agréable.

Pour cela une seule solution : réserve, réserve, et réserve !

767 appréciations
Hors-ligne
En l'absence de définition du produit presse ils peuvent décider de nous livrer un camion à l'échelle 1:1 s'ils le veulent.

Seule solution actuelle : le droit de réserve.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

29 appréciations
Hors-ligne
Perso c'est réserve, mais le problème c'est que dans ma réserve il y autant de magazines que le rayon d'un bar tabac, (en ce moment tous les jours on à un nouveau Laffon Presse si ce n'est pas plus qui fini systématique en réserve) J'ai l'impression d'avoir à gérer 2 magasins dont un ne me rapporte rien !!!

767 appréciations
Hors-ligne
Tout à fait d'accord avec ce constat qui impose d'agir.
Comme la grève semble difficilement envisageable pour le moment, il ne reste que trois solutions :
- laisser tomber ce milieu hostile et antiperformant (en tout cas pour nous)
- accepter son sort, en espérant qu'un bon génie va nous sortir de là (on peut rêver)
- défendre ses intérêts en donnant du poids à notre association par son adhésion en sachant que nous ne resterons pas longtemps dans l'expectative..
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

40 appréciations
Hors-ligne
Les marchands de presse ex Q1 non informatisés travaillent plus pour gagner moins : 2% de commissions presse de perdues depuis janvier 2015 : cela s'appelle de l'esclavage , comme à l'époque des pharaons dont les représentants actuels sont les éditeurs , et les nouveaux esclaves sont les marchands de presse corvéables à merci.

Dernière modification le mercredi 13 Janvier 2016 à 18:04:23

173 appréciations
Hors-ligne
Estimation ~ 5 000 Q1 en 2014
Combien d'ex-Q1 en 2015 ?
Reconnaissons le, aucune indication précise sur ces ex-Q1.
Soyons timides considérons que seul 50% de ces marchands sont devenus "apatrides" puisque déchus de leur nationalité de "spécialistes".
A minima, donc,  2500 marchands ont perdu 2% sur leur commission, dans un silence total.

Chers lecteurs si vous êtes touchés par cette discrimination, faites vous connaître à presse2012@sfr.fr de même si vous connaissez des marchands concernés dites leurs de se faire connaître.
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
Neiges,
Vous vous placez en défenseur des spécialistes. Or, pour vous, tous les magasins sont spécialistes ! Vous pensez bien que ceux qui sont concernés connaissent les règles. Ensuite, ils choisissent ou pas, comme vous, d'être ou de rester dans  les critères pour conserver une com au delà de celle de base.
Vous ressentez ça comme une discrimination, mais ce n'en est pas une puisque le diffuseur seul choisit. Choix restreint OK, mais suffisant pour ne pas pouvoir qualifier la discrimination. Et même en dehors des magasins de presse, seuls les rares commerces ringardisés n'ont pas le minimum de ce qui nous est demandé. Regardez vos voisins.
Le problème récurent et réel est au delà de ce détail de 2 % : ne pouvoir vivre de ce métier.
Il aurait fallu 20 % de rém mini, et 25-30 pour les spécialistes, qui sont déjà très souvent, bien au delà de ce qui est demandé par nos fournisseurs.
Si vous avez toujours l'espoir d'arriver à ces niveaux de rém, ça vous regarde.
Sinon, ne dites pas dans qq mois ou qq années que la perfusion n'a servi à rien, et que personne ne vous a prévenu.

Dernière modification le jeudi 14 Janvier 2016 à 10:51:37

173 appréciations
Hors-ligne
123456,
Vous traduisez mal mes propos et me placez où je ne suis pas.

Résumons, inutile de partir dans de longs discours.
Jouer avec des tricheurs n'est pas aisé.
Lorsqu'ils changent les règles du jeu, unilatéralement en cours de partie, se sont des escrocs.

Pour le reste, comme bien souvent vous mélangez tout.
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

40 appréciations
Hors-ligne
On ne choisit pas : on est perdant dans les 2 cas de figure : dans le mien ( ex Q1 ), si je m'informatise, je perds plus d'argent qu'en perdant les 2% de commissions, du fait du coût de l'informatisation. Perdre dans les 2 cas de figure, c'est un cas déplorable dans l'histoire de notre profession. En effet, non informatisé, je perds environ 500 E de commissions chaque année depuis janvier 2015 en perdant les 2% de commissions, informatisé, je perdrais  au moins 2000 E chaque année ( coût du matériel informatique ). Donc, en conclusion, je suis perdant dans les 2 cas de figure. C'est chouette, non !!!!!!!!!  

Dernière modification le jeudi 14 Janvier 2016 à 15:47:36

71 appréciations
Hors-ligne
cela fait maintenant 15 ans que je me pose la question.
qu"est ce qu'un MDP specialiste .
il vend de la presse de meilleur categorie ,mieux imprimée !!!!!!
ces qualifications ont été inventées par notre cher syndicat ,dans le but de toucher des remises des marchands de meubles ,caisses et autres materiels.

vous passez de Q1 à Q2  en allongeant votre linéaire ,donc en allongeant aussi votre facture.
avec l'espoir de vendre plus !!!!!!!
à une epoque il fallait même mettre des piliers au milieux du magasin.

foutaise.
nous voyons le résultat aujourd'hui.
c'était prendre les MDP pour des neuneus incapables de reflechir.
c'est comme pour les embauches ,on embauche que si c'est rentable et si on en a les moyens ,pas pour faire plaisir.
il faut sortir de cet état d'esclave qui obéit aux ordres des editeurs et de leur syndicat l'UNDP.
dans tous les cas à l'arrivée c'est nous qui payons.

Dernière modification le jeudi 14 Janvier 2016 à 16:05:32
la solidarité n'est pas une vue de l'esprit.sans elle nous sommes morts

38 appréciations
Hors-ligne
Neiges, merci de rester dans le sujet, et de ne pas abaisser le niveau par manque d'arguments. Surtout que nous sommes d'accord sur le déséquilibre. Sans être arrogant. ll faut juste activer sa propre lucidité sans tout attendre du Père Nöel.
Papy, si vous n'êtes que perdants, faites comme moi, laissez la presse se distribuer sans vous. Ne savez vous rien faire d'autre que de perdre de l'argent ?

59 appréciations
Hors-ligne
Ne savez vous rien faire d'autre que de perdre de l'argent ?


En 2016 comme en 2015, toujours aussi agréable.

38 appréciations
Hors-ligne
Ce n'est rien que l'écho de ce que vous dites.
A votre avis, quelle est la réaction d'un éditeur qui lit le blog ? Les diffuseurs les plus contestataires n'arrêtent pas de se plaindre, mais continuent sagement.
Pourquoi voulez vous qu'ils en donnent plus au réseau ???
En étant un peu provocateur, ce n'est pas pour enfoncer les diffuseurs, mais bien pour qu'ils se posent les bonnes questions, celles pour lesquelles ils ont prise.

767 appréciations
Hors-ligne
Encore une vision orientée et mal orientée.
Le syndicat dont vous étiez membre dirigeant n'a jamais rien entrepris.
C'est loin d'être notre cas.
Et cela ne fait que commencer.
Les éditeurs le savent et nous surveillent.
Ils attendent d'être contraints de bouger.
Nous saurons nous en souvenir. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

40 appréciations
Hors-ligne
Sur ce sujet, nous avons perdus une bataille. Mais, il y' a d'autres batailles à mener et à gagner. La résistance continue pour essayer d'améliorer les conditions de travail des marchands de presse. Grâce à l'AADP, la flamme de la résistance ne faiblit pas et ne s'éteindra pas jusqu'à ce que les marchands de presse obtiennent satisfactions sur l'essentiel de leurs justes revendications.

Dernière modification le vendredi 15 Janvier 2016 à 15:18:53

173 appréciations
Hors-ligne
123456,
Vous sortez du sujet, vous déplacez souvent les discussions, pour au final être à coté de la plaque.
Il y a quatre ans, vous étiez présent lors du début du blog, nous étions seulement trois ou quatre à l'animer.Vous apportiez  déjà la contradiction niant le factuel.

Aujourd'hui, 4ans après, vous n'avez pas évolué.

Quelles sont vos motivations à intervenir ?
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

100 appréciations
Hors-ligne
je pense que 123456, à bien fait d'arrêter la presse, son let motiv , n'est pas faire des propositions de changement des pratiques malsaines de cette filière , ça s'est pour les courageux ! Les critiques oui, qu'à la condition de faire des propositions , qui pour une fois seront en faveurs des MDP , le reste de la filière s'est suffisamment gavée pendant des décennies , même si aujourd'hui la presse va mal , nous ne pouvons plus accepter d'être aussi peu rémunérés, alors qu'à ce jour, la filière continue de nous solliciter pour vendre encore la presse papier, 123456 à seulement baissé les bras avant nous , cela ne l'autorise pas à penser que , se battre est inutile , mais il semble avoir plus de courage et de temps pour critiquer en bloc toutes actions , mais il n'en avait probablement pas suffisamment pour faire lui même des actions , alors il pense que c'est perdu d'avance, je lui pose la question , pourquoi ? Si vous étiez à l'unpd vous étiez donc au 1iere loge pour envisager des actions , alors pourquoi ne s'est il rien passé depuis toutes ces années ? Peut être que vous avez pu vérifier , que votre syndicat ne fesait rien , qu'il ne ferai rien , que vous n'aviez plus d'intérêt personnel à tirer de cette avantage et vous avez lâché la presse ? Parce qu'en général , les représentants syndicaux que je connais depuis trente ans des syndicats historiques , même à Paris , ils ne lâchent pas , ils s'incrustent ! Que vous est il arrivé? Un petit effort pour 2016 défendez un peu les gens qui bossent, au lieu d'être sans cesse mi figue , mi raisin , vous ne défendez personne sauf votre opinion toujours négative !!

173 appréciations
Hors-ligne
Quelles étaient vos rémunérations/défraiements ?
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

38 appréciations
Hors-ligne
Neiges, je n'interviens pas pour répéter ce que dit l'undp, ni l'aadp.
Si ça n'avait aucun sens & utilité, il n'y aurait ni questions, ni relances, ni qq appréciations, alors que je n'ai expressément aucun allié !
D'autre part, je vous ai déja donné ce que vous me demandez. Dommage de ne pas en avoir la mémoire : si ça vous intéresse toujours, allez chercher ça dans l'historique, mais je vous rassure, il n'y a jamais eu de rém fixe. Qu'un honoraire pour chaque assemblée ou réunion.
Le fond de ma pensée cc le métier est le poids des messageries beaucoup trop important, qui grignote trop d'argent, qui devrait être mieux réparti entre fabricants (éditeurs) et vendeurs (nous). Alors que ce niveau 1 a une efficacité assez mauvaise.
Après avoir vécu qq années auprès des principaux décideurs, il me paraît plus qu'évident du devenir de la profession. Cette vision assez pessimiste n'est à priori pas à développer, s'il ne s'agissait pas de l'avenir des diffuseurs et de leur propre argent. Vous, mes ex collègues, êtes plus importants que l'avenir d'un métier qui nous a tous plus ou moins plombés. Et ça continue, vous le dites tous. On a tellement reproché à l'undp d'être trop naïfs ou idéaliste...

Dernière modification le samedi 16 Janvier 2016 à 10:37:48

767 appréciations
Hors-ligne
Les défauts d'action, d'ouverture, de respect des règles démocratiques et légales, de communication, et de transparence ne justifiaient ils pas les reproches ?

N'est ce pas ce comportement opportuniste et intéressé qui nous a conduits dans la situation présente ?

S'il avait existé une réelle opposition les éditeurs n'auraient jamais pu agir selon leurs seuls intérêts et toute a filière en aurait bénéficié. Au lieu de cela, nous avons subi une complaisance suicidaire et intéressée.
Maintenant nous avons tout à reconstruire dans un milieu dévasté et il 'est pas trop tard, même si nous n'avons que trop tardé, car le papier ne disparaîtra pas et l'information ne pourra être laissée sous la domination de la grande distribution.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10000 autres membres