www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

nouveau ministre : nouvelle lettre

801 appréciations
Hors-ligne
Les gouvernements se succèdent. Les ministres changent et passent. Les marchands continuent de fermer. Rien n'est fait pour enrayer le mouvement.

La DGmic ne répond pas.
Le CSMP bien que désavoué, poursuit une politique inadaptée et orientée.
L'ARDP a démissionné.
Les consultations annoncées n'ont pas eu lieu.

Devant ce constat d'abandon nous venons d'adresser un nouveau courrier au nouveau ministre pour l'inviter à agir promptement. Une copie de ce courrier est également adressée aux deux chambres législatives.

Nous ne manquerons pas de vous informer de la réponse qui nous sera donnée. Si celle-ci n'est pas responsable nous inviterons tous les marchands de presse à cesser dès que possible cette activité. Sans la volonté de l'Etat et son soutien pour mener la réforme nécessaire dans des délais courts, notre profession est vouée à la disparition. Autant la quitter dans les meilleures conditions que d'attendre d'être contraint de déposer le bilan.

Nous espérons toutefois que le ministre va réagir. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

32 appréciations
Hors-ligne
Nous ne faisons pas partie des projets macroniens : L'avenir c'est internet et les soutiens seront pour la distribution postale.

139 appréciations
Hors-ligne

"Les ministres changent et passent. "

Aussi nombreux qu' inefficaces

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ministres_fran%C3%A7ais_de_la_Culture_et_de_la_Communication
Des infos et des .... A vos commentaires

139 appréciations
Hors-ligne
La faute a qui ?

Toutes les maisons de la presse ferment les unes après les autres et nous devons trouver d’autres modèles. Les gens nous disent qu’ils n’arrivent plus à trouver leur journal. 

http://www.leparisien.fr/montgeron-91230/montgeron-kiosque-cherche-kiosquier-en-centre-ville-23-11-2018-7951194.php
Des infos et des .... A vos commentaires

148 appréciations
Hors-ligne
sur Narbonne plus personne ne veut distribuer les journaux aux abonnés , alors ils ont trouvé la solution "la poste " .le facteur est particulièrement content .
Seulement hic , le facteur ne travaille pas le Dimanche et la semaine il passe vers 10 h , 10h30.
les clients viennent me trouver , je ne vous fais pas de dessin , ils sont très bien reçus .
je vais me faire un plaisir de fermer un Dimanche par mois .
la peur doit changer de camp

148 appréciations
Hors-ligne
si vous voulez des infos sur la bonne marche de la presse , il faut aller dans la rubrique PEOPLE , rubrique dans laquelle les dirigeants de Culture -presse apparaissent chaque semaine avec le patron de la confédération des buralistes chez les ministres , tous les ministres .ils vont de cocktail en cocktail .ils vont même jusqu'à donner des leçons de management sur l'emplacement des marchands dans les petites communes aux ESPAGNOLS .ils n'ont honte de rien 
la peur doit changer de camp

801 appréciations
Hors-ligne
Médiakiosk se frotte les mains. 
La fermeture des maisons de la presse leur permet d'implanter des kiosques partout, en arrivant comme des sauveurs.
Les maires, confrontés au mécontentement de leurs électeurs du fait de la fermeture des magasins de presse, sont tellement contents d'avoir cette solution de repli qu'ils ne regardent pas les conditions d'exploitation de ceux qui devront travailler dans ces kiosques.
La difficulté pour Médiakiosk est de trouver des pigeons prêts à investir dans le stock et à travailler dans des conditions inadmissibles au regard du droit du travail pour gagner trois fois rien. Le problème d'irrégularité par rapport au droit du travail est contourné par le statut de gérant, soit disant autonome mais il reste la question financière... 
L'absence de rentabilité est telle que les magasins ferment et que la grande distribution refuse de faire ce travail dans ces conditions.
Même l'amélioration des conditions instituée de manière discriminante en faveur des supérettes n'a pas convaincu la grande distribution. Il n'y aurait à ce jour que deux magasins en France qui auraient accepté. Et encore étaient ils déjà prévus en ouverture avant même les décisions supérettes du CSMP.
Le problème est là : plus personne ne veut ni ne peut faire ce travail dans ces conditions (tant tarifaires que relationnelles).
Seule une remise en question du rôle et de la rémunération du marchand, quel qu'il soit, permettrait d'en sortir.
Mais les grands éditeurs ne le veulent pas car ils préfèrent, quoiqu'ils en disent, vendre en direct, quitte à tuer le réseau. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils ne veulent même pas s'asseoir à la même table que les marchands pour discuter. Il a fallu qu'Aurélie Filippetti impose à la DGmic d'organiser des réunions en février 2013 pour qu'ils ne puissent pas s'y dérober. Et encore a-t'on vu à cette occasion leur volonté, par l'intervention du DG du CSMP, de ne pas discuter. A l'époque c'était Mme Franceschini qui dirigeait la DGmic. Aujourd'hui c'est M. Ajdari. Rien n'a changé de manière visible. L'influence des éditeurs dans leur relation avec l'Etat a été amoindrie mais concernant les marchands, la situation n'a pas été modifiée.
L'Etat, pour ne pas se mettre à dos la presse, n'intervient pas en faveur du nécessaire rééquilibrage des pouvoirs. Il laisse l'exploitation se poursuivre, jusqu'à la mort de tous les commerces. 
Les suites données à notre courrier au nouveau ministre vont mettre cette inaction en évidence.
En l'absence de volonté du gouvernement de mettre les pieds dans le plat, qui est capable de le faire ?
Les deux chambres (Assemblée et Sénat) n'interviendront que pour ou contre le gouvernement. Le problème de fond n'est que le support de l'éternel conflit politique. Il n'en est pas la motivation.
Pour ma part j'apprécierais que quelques députés et sénateurs montent au front pour défendre les valeurs et l'intérêt collectif. Mais j'en doute, tant ils sont dépendants du système.
En parlant de la révolution française Robespierre disait qu'elle était d'un genre nouveau car les précédentes révolutions dans le monde n'avaient été que l'expression d'ambitions par ceux qui les fomentaient alors que celle-ci était l'expression des droits de l'homme. Force est de constater que depuis, ces droits de l'homme ont cédé la place à l'ambition. 
J'aimerais me tromper.
Le proche avenir nous le dira. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Ne croyez vous pas que le passé a déja parlé ? Et que le présent confirme ?
La sonnette d'alarme a été tirée depuis des années, quand le réseau vivotait encore, grâce aux activités annexes le plus souvent. Le mal était déja là. Diffuser la presse était une activité spécifique, pas un métier en soi.
Comment imaginer que ce beau monde de décideurs se réveille enfin pour sauver la vente au numéro dont l'avenir se meurt de trimestre en trimestre ? Ne soyons pas naïfs.
Attendons gentiment le bilan 2018 de Presstalis, le mort cérébral maintenu en perfusion depuis des années.
Moi aussi, j'aimerais me tromper. Mais il suffit d'ouvrir les yeux. Tout est trop clair.
Donc, il faut en revenir au plus utile pour chacun d'entre nous : anticiper pour ne plus dépendre de la vente de la presse.

139 appréciations
Hors-ligne
Mediakiosk se frotte les mains ...

et oui

Leparisien.fr 06/1118.

Faute de clients suffisants, le patron de la boutique située dans le quartier Diderot baisse le rideau. Il ne reste plus qu’un vendeur de journaux dans la ville.


http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vincennes-il-ne-reste-plus-qu-une-maison-de-la-presse-06-11-2018-7936422.php

« Nous avons suggéré aux grandes surfaces d’ouvrir un rayon à cette activité, explique-t-on à la mairie. Et l’on œuvre également, avec la RATP pour son domaine foncier place Pierre-Sémard et Médiakiosk(NDLR : société spécialisée dans l’implantation et la gestion des kiosques de presse), afin de favoriser l’ouverture d’un kiosque en centre-ville, dans le secteur de la gare RER ». Le secteur de la distribution de la presse perdait en 2017 4 à 5 % de ses 25 000 points de vente par an. Cela représente trois fermetures par jour en France.


                    ---------------------------------------------------


Donc,  aucun intérêt à aller à Expopresse le salon des apparatchiks de la presse , à part faire le bonheur de gens qui nous  sous-rémunère ...

Presstalis a du mal, déjà à nous faire parvenir nos chèques de complément de rémunération dans un  délai convenable. Vont-ils aller faire les beaux, parader et dépenser des deniers publics à la porte de Versailles ...

                     ---------------------------------------------

Rencontre se samedi 24 dans la librairie Éphémère de la Maison de la Presse  à Coulommiers

étaient présents notamment  ...

Le Ministre de la Culture
Le Président  de Nap
Le président de l'undp ...

Dernière modification le lundi 26 Novembre 2018 à 08:53:23
Des infos et des .... A vos commentaires

255 appréciations
Hors-ligne
Librairie éphémère de notre confrère de Coulommiers.

il serait juste de préciser qu'il s'agit de le 7ème édition.
Que le ministre qui a été maire de Coulommiers y soit c'est pas anormal.

Qu'y soit également le président de Culture Presse et le président de NAP…..  c'est étrange.
Etaient-ils venus aux précédentes inaugurations ?
Souhaitaient-ils s'entretenir de la presse directement avec le ministre sans intervenants de l'Etat ?

139 appréciations
Hors-ligne

"Que le ministre qui a été maire de Coulommiers y soit c'est pas anormal." 

Donc ce n’était pas ...  Rendez-vous en terre inconnue !
Des infos et des .... A vos commentaires

148 appréciations
Hors-ligne
Pour faire beaucoup plus simple le patron de culture presse, ainsi que celui des buralistes sont tjs Là ou il y a un ministre de MACRON .
Le patron des buralistes fait le tour des régions nous annoncer que la vente du tabac ce n'est pas bon pour la politique gouvernementale de la santé, qu'il faut se diversifier.
je lui ai envoyé un tweet :
"le jour ou vous verrez le patron des lobbies pharmaceutiques nous dire qu'il faut arrêter de prendre des médicaments parce que c'est dangereux, je me coupe un bras "
je n'ai pas eu de réponse .

Dernière modification le lundi 26 Novembre 2018 à 16:07:48
la peur doit changer de camp

La bonne affaire pour Mediakiok, ils pourront recycler les anciens kiosques parisiens , si les mairies de provinces

106 appréciations
Hors-ligne
Si les mairies de provinces , appellent au secours le sauveur , quand tous les magasins ferment les uns après les autres , cette filière a toujours des ressources vous ne trouvez pas ?

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9941 autres membres