www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Positions différentes sur l'assortiment

881 appréciations
Hors-ligne
La contribution des acteurs historiques et conservateurs (dont CP) est enfin disponible.
Notez qu'elle n'est pas publiée (rendue publique) mais réservée à ceux qui la cherchent ou ont suffisamment de contacts. Il ne nous appartient pas de la publier mais nous pouvons toutefois vous en donner les points essentiels ainsi que notre analyse. 

1/ L'ARCEP envisage de laisser la liberté de choix au diffuseur pour tous les titres et de n'imposer qu'un quota à respecter pour le nombre de titres CPPAP (environ 25%) au sein de l'offre qu'il présente. 
CP et les autres signataires soutiennent que cette proposition de quota n'est pas bonne et susceptible d'être attaquée en justice. 

2/ A défaut de ce quota l'imposition d'un palmarès de vente nationales aurait leur préférence.

3/ Les marchands ne sont pas en capacité de faire leurs choix. Ils n'en ont ni les moyens, ni la légitimité, ni la capacité.

4/ Si le projet de quota était retenu il faudrait ne prendre en compte pour sa détermination que 55% des produits livrés car le reste n'est pas de la presse. Il s'agit du hors presse mais également des encyclopédies et des étrangers. dès lors le quota ne serait plus de 25% mais de plus de 50% pour les titres CPPAP. 

5/ Les 45% de livraisons autres ne les concernent pas et sont des flux poussés par les messageries que rien ne peut empêcher.

Voilà pour l'essentiel.
Notre analyse maintenant.

1/ Une tentative d'intimidation n'est pas constructive. Faute d'avoir accepté de participer activement aux échanges sur l'assortiment en tentant d'imposer leur vision sans discussion possible, les conservateurs en sont réduits à menacer l'État. Nous doutons que cela soit suivi d'effets.

2/ Ce sont les ventes de chaque point de vente qui doivent définir l'approvisionnement et rien d'autre, même si cela servirait les intérêts de quelques uns.

3/ Dire que les marchands n'ont pas les capacités de faire leurs choix est faux. 
On ne veut pas leur donner la possibilité de le faire. C'est différent. 
a) Il est tout à fait possible de leur communiquer les éléments pour qu'ils puissent le faire.  
b) ils sont légitimes pour le faire, ne s'agissant pas de titres IPG.
c) ils n'ont pas un manque de capacité. 

4 et 5/
a) Le projet est fait pour améliorer l'approvisionnement des points de vente et ne peut ignorer 45% des livraisons pour satisfaire les intérêts de quelques-uns.

b) Si ces 45% produits livrés ne sont pas de la presse ils relèvent de l'article 5.3 et doivent obtenir l'accord préalable de chaque point de vente pour être servis. 

c) Un code-barres spécifique aux produits presse a été apposé depuis des années sur ces produits. Il leur a conféré les avantages dont bénéficient les produits presse (livraisons imposées, durées de vente imposées, délais de paiement imposés,...) Si ce ne sont pas des produits presse pourquoi avoir accepté pendant des années de fermer les yeux si cela n'avait pas d'intérêt ? En ce cas il n'est pas légitime de prétendre s'en désolidariser aujourd'hui. Il faut assumer.

d) La loi ne peut être ignorée. Il est faux de prétendre que les messageries sont les seules responsables et que nul ne pourra les contraindre à respecter la Loi.

Vous savez, sinon tout, au moins l'essentiel.
Nous vous laissons vous faire votre opinion.
La nôtre est faite.
Ce projet nous confirme que l'actuel dirigeant de CP défend plus les intérêts des puissants qui dénient tout droit et toute capacité aux marchands, que les marchands qu'il est censé représenter. Il ne peut nous représenter.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

161 appréciations
Hors-ligne
CULTURE PRESSE au même titre que la CONFEDERATION DES BURALISTES sont entre les mains de personnes qui n'ont plus rien à voir avec le métier qu'ils représentent.
ce sont des opportunistes qui ne voient que LEUR intérêt et n'en ont rien à faire de l'avenir de ces professions 
la peur doit changer de camp

devise CP:
"l'immobilisme est en marche et rien ne pourra l'arreter"

161 appréciations
Hors-ligne
le comble 
la nouvelle devise de la confédération des buralistes 
"2030 génération sans tabac " 
c'est la devise MACRON 
JE NE VOUS FAIT PAS DE DESSIN .
j'attends de voir MARTINEZ patron de la CGT , annoncer il faut baisser les salaires et travailler plus gratuitement.
la peur doit changer de camp

La solution à ce problème d'assortiment est biaisée avec le système actuel : qu'une revue soit vendue ou pas, elle doit être mise en vente, intégralement distribuée comme le veut la règle.
Ca sera utile pour certains, pas pour d'autres, et idem pour les quantités.
Tant que le magasin ne décide pas de son assortiment, cette plaie se reproduira forcément.
Il faut d'abord sortir de ce carcan pour passer du flux poussé à un flux commercial.
Pas plus compliqué que ça dans le principe. Beaucoup plus sur les méthodes.

161 appréciations
Hors-ligne
ce qui est bien avec 123456, c'est qu'il a réponse à tout 
mais il me semble qu'il était adhérent d'un syndicat SURPUISSANT des marchands de presse 
syndicat SEUL reconnu par les acteurs de la profession 
mais alors comment ce fait il que cette question ne soit pas réglée après 20 ans de présidence 
la réponse est simple 
on ne peut pas BOUFFER dans la gamelle et TAPER du poing sur la table en même temps 
c'est soi l'un soi l'autre 
CP a choisi la bonne bouffe , nous avons choisi l'autre solution .
la peur doit changer de camp

Alors tu devrais plutôt te réjouir de voir des trucs qui changent !
Tes commentaires sont hors sujet, comme quasiment toujours, et c'est pas parce que tu n'a pas d'idées que ce blog doit tomber dans le caniveau.
Ton venin en toi, garde !

161 appréciations
Hors-ligne
descartes 
il se passe quelque chose de louche avec le dépôt qui approvisionne les marchands de Haute Savoie .
le dépositaire ne veut plus les livrer 
la peur doit changer de camp

161 appréciations
Hors-ligne
Descartes
en Haute Savoie à ce que je sais ,les messages de détresse des marchands qui n'ont plus rien à vendre 
ça va être le début des bras de fer entre les marchands et les dépôts 
le dépôt déclare "si je ne peux plus vous facturer que les ventes , cela ne va plus être rentable que je vous livre " 
ce qui prouve bien que les dépôts facturent TOUT ce qui est livré .
la peur doit changer de camp

Evidemment que tout est facturé ! On dirait la poule qui découvre un couteau !
T'avais pas encore compris ce que tu as découvert ? Le scoop de l'année.
Ce qui compte, c'est l'échéance que tu as, Comme pour n'importe quel fournisseur de taxable.
Ca s'appelle du DIFFERE.
Le sujet revient une fois de plus sur la trésorerie. Personne ne profite de soi disant avance de tréso, car chacun d'entre vous peut vérifier facilement qu'il n'en avance pas.
Si même c'était le cas, l'argent reste au moins 15 jours chez le dépositaire, idem à la messagerie, et donc plus d'un mois après chez l'éditeur...ce qui confirme leurs dires, ils sont payés très tard.

Les propos que tu attribues au dépôt restent à vérifier. Ils sont tellement cons qu'il est difficile de croire qu'un dépôt tienne ce discours et puisse tenir plusieurs jours cette position extrème.

161 appréciations
Hors-ligne
123456
voila que notre ami reconnait qu'il y a une avance de trésorerie , qui n'en est pas une puisque les dépositaires , et autres gardent ces avances sans les encaisser .c'est formidable 
mais moi vois tu je préfère avoir 5 000 euros sur mon compte plutôt que de savoir que mon pognon se balade de main en main 
mais je ne vais pas reprendre le sujet avec toi , voila que maintenant tu nous parles des différés , c'est un gag 
la peur doit changer de camp

Preuve que tu es le complotiste de la profession. A défaut de la comprendre. On te dit blanc, tu vois noir par principe !
Serait ce possible que tu sois au moins un fois de bonne foi ?
Dis moi :
- ce que tu dois au dépôt (total du relevé 2 messageries + semaine en cours si pas prélevée) :
- la valeur de toute ta presse en magasin en prix d'achat :

Tu compares. Si ta dette est + forte, c'est que tu n'avances rien, le système t'en avance !
Sinon, tu en as déja décaissé plus, tu as donc avancé de la trésorerie.

Ca fait des années que je propose ici à tout diffuseur de donner ses chiffres. Un seul l'a fait pour découvrir malgré lui qu'il n'avancait pas de tréso !!! C'est de voir ça que je me marre !!!
La seule condition pour faire ça est l'inventaire, ou la valeur de la consigne informatique si elle est fiable.
Et surtout, donner les vrais chiffres...

161 appréciations
Hors-ligne
123456
blabla bla .
voila que maintenant ce sont les dépositaires qui nous avancent de la trésorerie en nous facturant les livraisons .
surtout avec les différés 
qui sont facturés sous 7*8= 56 jours alors qu'ils sont rappelés sous 30+31 jours =61 jours .
la peur doit changer de camp

Ta « théorie » ne serait vraie que s’il n’y avait aucune vente. Même en théorie, ça n’existe pas.
Stop à ta connerie.

161 appréciations
Hors-ligne
SHELDON n'est pas d'accord .
la théorie n'est pas vraie .
il y a 100% de ventes dans les différés , on croit rêver 
il ne nous explique pas comment il fait la facture s'il n'a pas les invendus .
il est bien embêté , parce que la seule explication c'est avouer qu'ils font des fausses factures.
la peur doit changer de camp

Pourquoi ne portes tu pas plainte pour fraude alors, T’attends quoi ?
Si tu avais raison, tous les diffuseurs se prosterneraient vers toi !

161 appréciations
Hors-ligne
SHELDON
il me semble que tu as quitté la presse pour cette raison .
parce que ton dépositaire ne voulait pas baisser les factures de tes livraisons .
dépositaire qui en plus a essayé de t'escroquer de 1000 euros 
ah les braves gens .

une plainte pourquoi faire l'ARCEP est intervenue , ce qui gêne fortement les dépositaires , la preuve en Haute Savoie .
la peur doit changer de camp

Ne m'attribues pas tes erreurs de jugement !
J'ai viré la presse de mon magasin pour des raisons de NON RENTABILITE ! Depuis que je le dis, pourquoi tu refuses de comprendre ?
La rentabilité est LA question de fond, qui est de plus annoncée par le métier lui-même, cad de limiter le % de presse dans un magasin. Ca se vérifie avec le modèle "Tabac-presse" qui tient, contrairement à celui ou la presse représente trop par rapport à la librairie, ou la papeterie par ex.
Pourquoi ne compares tu pas ta dette au dépôt, avec ta consigne de presse en magasin ?

161 appréciations
Hors-ligne
SHELDON 
pourquoi n'expliques tu pas comment tu peux faire des factures sans avoir les invendus avec les RD .
NOUS t'écoutons .
à partir du moment ou tu ne paies que les ventes , oui il peut y avoir une question de rentabilité , mais ce n'est pas pour autant qu'il faut VIRER la presse 

Dernière modification le samedi 27 Mars 2021 à 08:54:19
la peur doit changer de camp

Les débutants qui se forment à ce métier savent....Pas toi ! Première erreur !
2 eme erreur, tu t'embrouilles tout seul en compliquant par ignorance. Remet les choses simplement et oublie tes préjugés et tes déviances.
C'est d'un simplissime enfantin : ton dépôt facture TOUT ce qu'il te livre. Tu as un échéancier qui va de 10 jours minimum pour le comptant jusqu'à une dizaine de semaines pour les longues MEV.
Chaque semaine, le relevé de comptes de détaille ce qui est à payer aux échéances prévues qui sont reprises, moins les retours crédités pour solde.
Il y a un léger décalage entre les livrés et les repris, mais c'est pas plus compliqué que ça.
Au final, ce que tu ne vends pas est repris à 100 % sans décote.
Tu ne paies donc que selon tes ventes, une fois les débits et crédits soldés.
La rentabilité, c'est autre chose, elle se fait sur le taux de rém. uniquement.
Si ce système était intégralement conservé, mais avec un taux de rém de 30 % minimum, le métier deviendrait rentable, même avec les dysfonctionnement, les rappels tardifs...
Je milite pour ça depuis des années, mais suis sûr que ça n'arrivera pas. A bon entendeurs...

161 appréciations
Hors-ligne
sheldon 
"Chaque semaine, le relevé de comptes de détaille ce qui est à payer aux échéances prévues qui sont reprises, moins les retours crédités pour solde"

tu dis que je n'ai compris .ERREUR 
La facture passe du "une publication chasse l'autre " au total des invendus(les repris ) déduit de la livraison de la semaine suivante 
et tu ajoutes 
"Il y a un léger décalage entre les livrés et les repris, mais c'est pas plus compliqué que ça."
en effet il y a un léger décalage entre les livrés et les livrés des rappelés .
exemple 
si tu as reçu 10 numéros 1 d'une publication , qu'il y a 5 invendus tu en as vendu 5
mais si tu déduis  5 et que tu as reçu 11 , numéro 2 ça te facture 6 ventes .
c'est aussi simple que cela 
ton raisonnement serait BON si les quantités livrées avaient TOUT le temps la même VALEUR .
ce qui n'est pas le cas , parce que le dépôt doit pouvoir livrer et facturer ce qu'il veut
Payer 6 ventes alors que tu en as vendu 5 ça pose une question il me semble .
si ça ce n'est pas une fausse facture !!!!!!!
les débutants savent !!!!!!
bien sur si tu leur as dit que 1+1 ça ne faisait plus 2 mais 3.ils savent , ils ne comprennent pas mais ils savent .
 

Dernière modification le dimanche 28 Mars 2021 à 10:19:34
la peur doit changer de camp

881 appréciations
Hors-ligne
Dans un marché en croissance ce système était déjà inégalitaire car constellé de dérogations agissant toutes en défaveur de la trésorerie des marchands. Mais dans le marché baissier que nous connaissons depuis 2005, ce système ne pouvait pas fonctionner. Dès que les taux d'invendus sont en croissance ce système devient déséquilibré. On en voit les résultats.
Il faut prendre conscience de cela et du fait que les actions en faveur de l'abonnement nuisent à la vente au numéro.
Un dépositaire disait récemment qu'il faisait déjà plus de 50% de son chiffre d'affaire avec le portage qui était bien plus rentable pour lui... Certainement un gentil  garçon mais peu conscient de scier la branche sur laquelle repose son activité. 

C'est tout cela qui dit être remis à plat. 
- un système qui ne fait pas varier les rapports entre acteurs selon l'évolution du marché
- la conscience de l'interaction des intervenants et de l'intérêt commun.

L'Etat est en train d'organiser le cadre. Les acteurs devront rentrer dedans. Ils comprendront, ou pas, l'intérêt du changement, mais devront s'y plier. Il serait mieux pour tout le monde qu'ils comprennent bien les raisons du changement et les enjeux. Cela permettrait de gagner en efficacité et en temps. Mais après des décennies et avec quelques intérêts à défendre de la part d'acteurs incontournables puissants et de leurs affidés (moins puissants et plus sujets à servir de fusibles), cela demande du temps. Regardez la contribution sur l'assortiment défendue par CP. Elle est pleine de menaces d'actions juridiques et de refus d'obtempérer. Le résultat dépendra de l'Etat. Mais lui à le temps. Nous moins. 
Pour autant, il est fort possible que la situation se débloque rapidement. 
N'oublions pas le cahier des charges des messageries qui devrait arriver bientôt. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Hypso, ton exemple manque de justesse, et est faux. Car si tu vends 5, tu seras facturé 5 au final. Jamais 6. 
Un dépôt, ou un éditeur  ne livre pas toujours plus que la fois d'avant. Il y a des exemples comme ça, mais ce n'est pas la majorité. La preuve t'es donnée -par par moi- mais par ton maître Descartes qui le dit précisément juste au dessus !!! Le marché est en baisse depuis des années....avec pas mal de titres qui disparaissent, et qui ne sont plus, comme tu dis, facturés.
Après, qu'il y ait une limite à ta compréhension, c'est autre chose. Si tu es le seul à te sentir pénalisé, c'est pas grave pour l'humanité.

881 appréciations
Hors-ligne
Le fait que le marché baisse est un facteur pénalisant et non pas, comme 123456 l'entend, un début de solution. La fourniture baisse moins vite que les ventes. Preuve en est la hausse du taux d'invendus. 
Ainsi donc l'exemple donné par Hypso est tout à fait réaliste. 
Prenez une revue payable au comptant (pour ne pas en rajouter avec le règlement différé).
Si vous recevez 10 ex. d'une parution et que vous en vendez 5, vous en restituerez 5 invendus qui seront déduits du nombre d'exemplaires fournis pour la parution suivante. 
Vous paierez, au comptant, la différence entre les nouveaux exemplaires fournis et les 5 invendus restitués (et donc pas forcément seulement les 5 exemplaires vendus).
Tout dépend du nombre d'ex. fournis pour la parution suivante. 
 Si on vous livre 11 ex. de la nouvelle parution, vous paierez bien 11 fournis - 5 invendus = 6 ex.
Le système est fait de telle manière (paiement d'avance sur ventes aux éditeurs puis ajustement des comptes tardif) qu'il pousse les éditeurs à augmenter leurs mises en place. C'est une spirale mortifère car le système fait ainsi croître le nombre d'invendus. 
C'est pourquoi il n'y a pas d'autre solution que de le remplacer par la facturation des exemplaires vendus. 
Cela crée effectivement un besoin momentané d'ajustement de trésorerie pour les éditeurs mais c'est, pour le coup, un accompagnement que peut faire l'Etat, utilement. Et ce n'est pas un renflouement de pertes à fonds perdu mais la pérennisation de la filière par un investissement ponctuel qui se résorbe tout seul. Un prêt qui se rembourse automatiquement, sans risque de perte pour une fois. 
Je ne sais pas si l'Etat voudra faire cet accompagnement mais il est plus que probable qu'il fera le changement de méthode de facturation. Pas pour nous faire plaisir mais pour mettre fin à la gabegie. Ce faisant, il réglera un de nos problèmes. Car nous ne sommes rien d'autre que les financeurs du système. Il suffit de regarder la trésorerie des messageries pour s'en rendre compte. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'une d'entre elle ne veut pas que l'on distingue dans ses comptes les flux financiers (propres et pour compte d'autrui). Mais cela ne peut pas durer.
 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

161 appréciations
Hors-ligne
Sheldon
"Un dépôt, ou un éditeur  ne livre pas toujours plus que la fois d'avant. Il y a des exemples comme ça, mais ce n'est pas la majorité."

je comprends que tu sois pris en plein mensonge , mais attention , je ne dis pas que le distributeur te livre 10 fois plus que la semaine d'avant ,mon exemple est 10, puis 11 ce qui permet de passer inaperçu .
mais comment veux tu faire payer le stock aux marchands autrement qu'en faisant des fausses factures , légères , mais fausses .
sinon comment veux tu que le distributeur te facture des publications en cas de vente à 80% ? IL EST OBLIGE D'AUGMENTER LES SERVICES 
je me suis arrêté la sur l'explication , mais je peux continuer 
si au lieu de t'en facturer 5 il t'en facture 6 , il te donne une commission qui est fausse 
alors tu peux tjs demander des augmentations de com , je te démontre que le système t'efface cette commission comme il veut .
une caisse enregistreuse ne peut pas manipuler les chiffres 
si tu as scanné une publication , le code barre te permet de déduire la publication du stock fourni de CETTE publication , pas de la suivante.
c'est de la tenue de STOCK .
Si tu as commission 14 , le programme presse de la caisse va te donner un chiffre exact .
ALORS faisons confiance à l'INFORMATIQUE , tu verras cela ira beaucoup mieux .
les marchands recommenceront à avoir confiance , c'est très important.
la peur doit changer de camp

161 appréciations
Hors-ligne
DESCARTES 
MESSAGE reçu ce matin sur le site des buralistes 

  · Hello!!
Pas de presse en haute Savoie ??
Et pour vous ?
Bonne journée

Dernière modification le mercredi 31 Mars 2021 à 09:37:23
la peur doit changer de camp

Hypso et Descartes, je suis prêt à expliquer, ré-expliquer et donner un avis.
Mais pas de faire face à de la mauvaise foi ou pour contrer des évidences.
Ex : Un dépôt vous livre X articles, DANS TOUS LES CAS il ne vous facturera que ce que vous aurez vendu....AU FINAL...précisé exprès car je me doutais de votre remarque !

Appeler ça des fausses factures montre bien la limite au minimum d'intelligence nécessaire pour gérer un commerce, et bien d'autre choses.

881 appréciations
Hors-ligne
123456 rien ne vous gêne dans cette obligation que vous avez d'ajouter "AU FINAL" ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Vos remarques relèvent d'une posture théorique ou il y a de l'avance de tréso.
Or, vous êtes dans un système dynamique, avec des variations de livraisons et de retours, et surtout des ventes...qui viennent en trésorerie immédiate.
La réalité que vous êtes sensés connaître est même plus simple : 
Le dépôt vous débite les 10 ex. livrés. Si vous en vendez 6, 4 seront rendus et crédités, et...au final, seuls 6 ex seront payés. Pas plus simple.
Ce système se reproduira, peu importe si vous en recevez autant, plus ou moins le coup suivant.
Vous pouvez être d'accord ou pas sur ce système de facturation et en vouloir un autre, mais c'est l'actuel, et tant pis pour vous si vous ne voulez pas le comprendre.
Double tant pis si vous pensez vous faire escroquer. Comment est ce vivable ?

881 appréciations
Hors-ligne
Rien de théorique là-dedans. 
Livraison de la parution n°1 : 10 ex. facturés.
Livraison de la parution n°2 : 11 exemplaires facturés, 5 exemplaires du n°1 repris en invendus.

AU FINAL j'ai payé 10+(11-5) = 16 ex alors que  je n'en ai vendu que 5.

Ce n'est pas du dépôt. 

Vous voulez équilibrer ça avec les ventes encaissées. Soit. Regardons.
Seules les ventes encaissées avant le paiement peuvent alors être prises en compte
donc seulement une partie des 5 exemplaires du n°1 vendus.

Mais avec un taux de commission de 13% (le plus courant), sachant que les commissions complémentaires n'arriveront que bien plus tard (8 ou 9 mois) il faut vendre 8 exemplaires pour compenser le paiement d'1 seul. 7 en réalité car nous sommes facturés commission déduite. Nos 5 ventes ne suffiraient donc même pas à couvrir la livraison d'1 seul exemplaire supplémentaire sur la livraison du n°2. 

Impossible de vous suivre dans votre notion de "dynamique". 
L'avance se fait toujours dans le même sens. 
Vous parlez d'un équilibre mais il n'existe qu'à la toute fin parce que vous restituez tous les invendus et êtes crédité de ceux-ci sans attendre leur rappel. Si vous preniez en compte les dates réelles de crédit d'invendu, lors des rappels, vous ne seriez pas à l'équilibre mais vous constateriez votre avance. C'est l'anticipation des rappels qui vous ramène à l'équilibre. Or vous n'y avez pas droit durant toute votre période d'exploitation.  

Dans le bilan la valeur du stock est égale à à celle de la dette mais cela ne tient pas compte des échéances. Les RD ont été créés justement pour tenter de limiter le décalage trop voyant et pénalisant. Mais leur efficacité dépend du respect des règles en vigueur, de l'évolution des ventes, et de la répartition du stock selon les différents délais de paiement et d'encaissement. Le rapport entre les quotidiens et les magazines a considérablement évolué en défaveur de la vitesse d'encaissement, augmentant de manière importante le décalage sans que rien n'ait été modifié pour corriger. Et tous les jours cela augmente. C'est bien le problème, il faudrait rallonger les RD tous les jours pour compenser (et il faudrait faire respecter les règles pour éviter leur dévoiement et les conséquences financières que cela entraîne). Mais rien n'a été fait avant le changement de gouvernance. D'une part parce que ça n'arrangeait pas les éditeurs, décideurs et gestionnaires de la filière, qui avaient besoin de financer les messageries. D'autre part parce qu'il aurait fallu continuellement modifier la définition des RD pour la faire coller à la réalité et que c'est non seulement compliqué mais impossible, l'évolution étant permanente. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

161 appréciations
Hors-ligne
j'ai appris quelque chose ce matin 
nous sommes dans un système DYNAMIQUE .
mais DYNAMIQUE cela veut dire en progression 
culture presse et mon ami SHELDON ne se sont pas rendu compte que ce sont les fermetures de magasins et la baisse des ventes qui progresse .
ce qui n'empêche pas les dépôts d'augmenter les stocks , d'inonder les rayons avec des RD qui sont une DETTE PERMANENTE , qui ne peut pas être annulée .
la peur doit changer de camp



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9866 autres membres