www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Une nouvelle ère ?

808 appréciations
Hors-ligne
Nous allons bientôt savoir ! 
Le 21novembre l'ARCEP, nouveau régulateur en remplacement de l'ARDP et du CSMP, organise une réunion avec tous les acteurs de la filière.
Son objectif est d'entendre tout le monde et de communiquer sur les premières orientations.
C'est déjà une excellente démarche que nous réclamions depuis longtemps.

Notons déjà les changements effectués ces derniers temps.

- Retrait du pouvoir de gérer la filière au CSMP jugé trop dépendant.
- Arrêt du financement par l'Etat des pertes de Presstalis. Mise des éditeurs devant leurs responsabilités.
- Suppression du conflit d'intérêt créé par la double fonction des éditeurs, clients et administrateurs des messageries.

Ce n'est pas rien. Félicitations aux décideurs pour ces actions.
Et nous pensons et espérons bien que cela ne constitue que le début d'une grande et nécessaire action car il reste beaucoup à faire.

- Simplification des processus
- Amélioration de la transparence
- Attribution des responsabilités
- Mise en place de contrôles et de sanctions
- Réduction de l'improductif
- Suppression du conflit d'intérêt sur la rémunération (éditeurs clients décidant des taux)
- Suppression des interférences entre canaux de distribution
- Définition d'objectifs 
- Clarification juridique par la rédaction de nouveaux documents
- Définition de cahiers des charges
- Définition de schémas directeurs
Etc.

Beaucoup de choses donc à faire et beaucoup de changements à venir.
Mais l'optimisme est de rigueur tant les marges d'amélioration sont grandes du fait du retard accumulé.
Du travail certes, mais réalisable et producteur de bienfaits pour tous : 
- les citoyens que nous sommes tous,
- les entreprises de presse dont la productivité devrait s'améliorer
- les marchands de presse dont les conditions d'exercice devraient progresser.

Certains acteurs historiques tenteront certainement de freiner la progression.
Mais ils ne pourront cette fois pas l'enrayer.
La volonté est là et la manoeuvre enclenchée.

Attention toutefois, il va falloir suivre le train.
Les marchands vont certainement enfin devenir des vrais exploitants de zone commerciale responsables de leurs résultats... Espérons...

  
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

33 appréciations
Hors-ligne
Le problème  principal reste qu'il y a de moins en moins de lecteur. Les ventes en magasin s'effondrent. Les abonnements ne sont pas renouvelés, les contenus sur internet ne sont pas rentables car ils ne sont pas lus plus de 10 minutes par jour par ceux qui acceptent de payer. La majorité  de la population regardent que des vidéos qui durent au maximum 3 minutes ou échange des millions de photos sans intérêt sur les réseaux sociaux. Il n y a plus de place pour les éditeurs  de presse dans un monde qui ne veut plus lire. Bien sûr il y a des exceptions mais elles sont de moins en moins  nombreuses. 

152 appréciations
Hors-ligne
nous avions la quantité ,les éditeurs vont devoir se concentrer sur la qualité .
les "nanards "vont disparaitre des rayons 
les copié-collé aussi .

les dépositaires n'avaient qu'un seul objectif , avoir le maximum de marchands tjs avec le principe "la valeur de votre stock est son CA "
ils vont devoir rectifier leur copie et se concentrer sur ce qui me parait normal pour un commerçant "les ventes "
il en est de même pour nous 
pour que le système vive , il faut que ce soit une réforme "gagnant-gagnant" 
ce qui veut dire soyons précis , que tous ceux qui voudrons "oublier" de typer des articles soient durement sanctionnés ,pour la simple raison que cela risquerait de donner des arguments aux "historiques" de la presse qui eux truandent depuis des lustres et affublent les marchands du titre de VOLEURS .
la peur doit changer de camp

1 appréciations
Hors-ligne
Personnellement je ne crois pas la presse écrite morte, les lecteurs potentiels sont là. Aux éditeurs de les intéresser avec un contenu de qualité, aux marchands de journaux de vivre de leur métier. Car, quand on habite en campagne, ce qui est mon cas quoiqu'en Ile de France, il me faut parcourir 7 km pour trouver une supérette vendant quelques titres de presse (les + vendus évidemment, pas forcément les + intéressants) et 15km pour trouver une vraie presse. Alors petit à petit, j'ai arrêté de parcourir tous ces kilomètres. Mais si demain, j'ai à nouveau un marchand de presse à 4km, comme avant, je renouerai volontiers avec ce plaisir. 

152 appréciations
Hors-ligne
j'en suis certain moi aussi .
la peur doit changer de camp

1 appréciations
Hors-ligne
google en refusant de rémunérer les éditeurs pour le contenu diffusé par le moteur nous rend un grand service en nous donnant un argument de poids sur la nécessité d'un réseau de marchands de journaux indépendants,j'espère que l'ARCEP y sera sensible et jouera son role de régulateur multicanal

107 appréciations
Hors-ligne
Une réforme s’enclenche, montons dans le train et voyons les résultats. Si la disparition des conflits d’intérêts sont plus que nécessaires, plus de transparence, alors nous pouvons déjà dire que nous allons dans le bon sens , voyons maintenant le respect des règles ?

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8749 autres membres