www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Vérités cachées

783 appréciations
Hors-ligne
De tous temps (depuis la dernière guerre) les grands éditeurs ont été contre les contraintes imposées par la Loi Bichet. Ce n'est un secret pour personne.

L'apparition du numérique leur a donné les moyens de la contourner car ils peuvent maintenant vendre directement, sans passer par le réseau coopératif. Et peu importe ce que celui-ci a pu leur apporter et leur rapporter par le passé. L'essentiel est de réduire les coûts en supprimant un maximun d'intermédiaires et de s'affranchir des contraintes imposées par la Loi.
La préservation de la pluralité n'est ni de leur responsabilité ni de leur intérêt.
C'est le rôle de l'Etat de garantir la pluralité.

La question qui se pose aujourd'hui n'est pas de savoir ce que deviendra Presstalis.
Elle est de savoir si le gouvernement préservera ou sacrifiera la pluralité jusqu'ici protégée par la Loi Bichet.
Là se joue le sort des marchands de presse.

On pourrait se poser la question de savoir si les principaux éditeurs qui assuraient la gestion de la filière jusqu'à présent ont une légitimité à sacrifier les marchands de presse. En effet, soit ces marchands sont dépendants des éditeurs et doivent être indemnisés au titre de la perte de leur travail (licenciements à justifier), soit les marchands sont indépendants et, dans ce cas,  doivent être indemnisés pour rupture de contrat par dépossession du marché via une concurrence tarifaire déloyale en faveur de l'abonnement. Mais personne dans ce pays n'a que faire de la justice envers les marchands de presse, tant que ceux-ci ne sont pas en mesure de nuire.

Ce n'est donc pas notre intérêt qui sera en question mais celui du citoyen électeur, qui lui, sans connaître les tenants et aboutissants du sujet, ne voit pas d'un bon oeil disparaître nos magasins et en rend responsables les élus.

Pour résumer, le numérique n'est qu'un justificatif fallacieux et notre avenir repose sur des éléments très détachés de la réalité. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.
Profil supprimé

[Supprimé]

783 appréciations
Hors-ligne
Nous avons des obligations envers eux.
Selon vous ils n'en auraient pas envers nous ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.
Profil supprimé

[Supprimé]

783 appréciations
Hors-ligne
La situation n'est devenue normale que parce qu'il n'y avait pas d'opposition.
Ce n'est plus le cas depuis que l'AADP est née.
Regardez ce qu'il vient de se passer dans les Alpes.
Un dépositaire a écrit à tous les marchands qu'à partir de samedi (dernier) son entreprise ne travaillerait plus le samedi et ne ramasserait donc les invendus que le ... mardi suivant.
Il a agi en totale contradiction avec notre contrat et nous sommes intervenus auprès de lui et de MLP dont il dépend. Il est depuis revenu en arrière.
C'est à nous de défendre nos droits.
Personne parmi les acteurs historiques ne l'a jamais fait.
Et personne d'autre que l'AADP ne le fera.
Il faut que chacun se persuade de nos possibilités.
La partie adverse l'a déjà bien compris.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.
Profil supprimé

[Supprimé]

783 appréciations
Hors-ligne
Décidément vous êtes de bien mauvaise foi.
Il n'était pas utile de changer de pseudo.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9973 autres membres