www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Cocardes et Presstalis

135 appréciations
Hors-ligne
lu sur la page Facebook de Cocardes

Des nouvelles de COCARDES.
Les fidèles lecteurs de COCARDES doivent s’apercevoir de l’absence du numéro 13 en kiosques. Non pas que le magazine ait des soucis de publication ou de parution, mais plutôt des soucis liés à la distribution ou plus particulièrement avec l’ancien distributeur. Nous vous devons à tous une transparence puisque le magazine appartient quand même aussi à ses lecteurs et à ses abonnés…
Ce n’est une surprise pour personne, notre ancien distributeur Presstalis est en pleine tourmente et la gestion de cet organisme est purement scandaleuse au point que certains patrons de presse en appellent à une enquête parlementaire (cf http://www.liberation.fr/…/eric-fottorino-demande-une-enqu…/).
Nous avons décidé de quitter ce navire défaillant le plus vite possible et notre numéro 12 est sorti chez le concurrent MLP qui peut se targuer d’une bien meilleure gestion. Nous avons donc donné notre préavis et choisi de payer les indemnités dues plutôt que d’attendre la fin du préavis, c’est à dire rompre notre contrat de façon immédiate avec Presstalis. Ainsi notre numéro 12 est sorti sans encombre chez MLP… Dont acte. Nous pensions être sortis d’affaire, peut-être avons-nous eu une mauvaise idée. Car c’était sans compter sur une décision ultérieure du Conseil Supérieur des Messageries de Presse qui sur la demande de Presstalis a rallongé tous les préavis de départ de 6 mois. Ainsi, se basant sur cette décision validée par l’Autorité de Régulation de la Distribution de Presse, Presstalis nous demande de leur verser (au 25 avril 2018) une somme ahurissante basée sur l’indemnisation de 9 mois de préavis au lieu de 3.

Les indemnisations sont calculées (par Presstalis) sur l’estimation du chiffre d’affaire de la publication pendant la durée du préavis. Nous ne pouvons pas (et de toutes les façons ne voulons pas) payer ce montant à Presstalis. Divers conseils juridiques et nos avocats s’accordent à dire qu’une loi ne peut pas être rétroactive en droit français. Nous avons donc décidé d’une nouvelle stratégie.
Dans un premier temps, le magazine COCARDES est arrêté afin qu’il ne génère plus de chiffre d’affaire, et Dragoon Editions n’a pas assez de trésorerie pour payer immédiatement ces indemnisations (alors que Presstalis de son côté nous doit de l’argent pour nous payer les magazines précédents encore non payés). Nous allons donc demander la mise en redressement judiciaire de Dragoon Editions, et le renouveler jusqu’à la fin de notre affaire avec Presstalis.
Dans le même temps, et puisque le magazine marchait très bien et que nous avions des projets d’évolution, nous allons faire non plus une évolution mais une révolution avec un nouveau magazine qui sera édité par une nouvelle entreprise. Tous les abonnements de COCARDES seront reportés sur ce nouveau magazine dont le premier numéro sera sorti le plus vite possible (avec toutefois les contraintes administratives liées à la création d’un magazine, donc probablement première décade de juin).
Donc, ne soyez pas inquiets, soyez juste un peu patients. Nous reviendrons vers vous très prochainement. Abonnez-vous aussi à notre newsletter (http://eepurl.com/dfBCsX) pour recevoir des nouvelles fraîches.
Bien cocardialement,
Hervé Brun
Des infos et des .... A vos commentaires

1 appréciations
Hors-ligne
A transmettre au ministère de la culture!
Presstalis a toujours utilisé l'intimidation et les menaces,combien de temps cela va-t-il encore durer?

780 appréciations
Hors-ligne
Les non parutions de titres à faible tirage se sont multipliées sur avril, provoquant une baisse bien supérieure à la baisse tendancielle. Les petits éditeurs se rebellent à juste titre contre la prise d'otages dont ils sont les victimes à leur tour par les grands éditeurs administrateurs de Presstalis et dirigeants de fait du CSMP. 
Nous avons été pris en otage pendant des années sans que rien ne bouge.
Aujourd'hui nous ne sommes plus seuls.
La loi va changer, mais quand et dans quel sens ?
L'Assemblée nationale semble surchargée.
L'Etat ne donne pas signe de vie pour l'instant, et semble prendre du retard sur ce qu'avait annoncé son représentant en charge de la préparation du texte.
Nous ne sommes pas au bout de nos peines, ni les uns ni les autres;

De son côté l'AADP continue à alimenter les législateurs, en continu, et nos propos sont entendus et pris en compte dans l'analyse. Quant à savoir ce qu'il en sortira ? La communication étant au point mort entre les différentes personnes chargées de l'étude, cela n'avance pas pour l'instant. Ce qui ne veut pas dire que cela n'ira pas vite ensuite.
Etape 1 : remise du rapport Schwartz aux ministères concernés
Etape 2 : validation et rédaction du projet de loi (déjà préécrit)
Etape 3 : communication du projet aux acteurs de la filière pour amendement ou validation
Etape 4 : transmission à l'Assemblée Nationale pour étude et agrément
Etape 5 : transmission du projet de loi de l'Assemblée au Sénat
Etape 6 : retour du projet amendé par le Sénat pour vote définitif par l'Assemblée
Etape 7 : promulgation des décrets d'application
Il est fort probable que nous soyons entre la 1 et la 2 en ce moment.
La route sera longue mais peu importe. Plus de temps cela prend plus nos interlocuteurs prennent la mesure de l'ampleur du sujet (et de nos difficultés) et plus ils deviennent pertinents dans leurs réflexions.
En revanche, pour les petits éditeurs, il y a une urgence encore plus extrême que pour nous.
Mais faisons leur confiance pour trouver des solutions comme celles qui sont exprimées ci-dessus.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

1 appréciations
Hors-ligne
la non publication des décrets retarde trop souvent l application de lois

101 appréciations
Hors-ligne
Que les éditeurs partent chez MLP qu’ils désertent une Messagerie non respectueuse des règles qui génère les indélicatesses envers toute la filière petits éditeurs et marchands, cela ne peux plus durer , Presstalis continue de devoir de l’argent à tout le réseau ? Que l’Etat stop vite le massacre !

Est ce à comprendre que les MLP sont pour vous la seule solution ?
Ce n'est pas parce que Presstalis a été un poison et un gouffre, que les MLP deviennent des modèles. C'est ce qu'ils essaient de la faire croire aux décideurs. mais vous, que pensez vous ?
Comparez vos taux d'invendus dans chaque messagerie.
Rien ne vous choque ?
Ne croyez vous pas que vous savez bien mieux que n'importe quel intermédiaire, ce dont vous avez besoin POUR VENDRE ?

101 appréciations
Hors-ligne
Non, mais je n’ai pas de pouvoir pour réformer en faveur des marchands ! Mlp n’est peut être pas non plus la panacée, mais ils sont juste plus joignables pour régler les problèmes, et jusqu’à présent ils ne refusent pas de créditer les réclamations. Si la filière s’intéressait à ce que veulent et pensent les marchands , cela ce saurait et nous ne serions peut être pas dans cette situation, en attendant de rêver à une messagerie vertueuse pour remplacer Presstalis , j’émets cette réflexion du moins pire , en attendant le meilleur ? 😂

Mais pourquoi donc vouloir absolument "une messagerie" ?
Les diffuseurs sont placés sous tutelle commerciale.
Il n'y a que dans le domaine de la presse que ça se passe comme ça, et ça ne marche pas !
"Messagerie vertueuse", c'est un oxymore. Ca sera toujours un maillon de trop.
Il faut prendre les choses en mains pour sortir de cette tutelle. C'est ce qui va dans le sens des pouvoirs Publics qui a placé à sa tête une pro de la distribution du livre. C'est vers ça qu'il faut aller. Ne tombez pas dans le conservatisme de tous ceux qui ont profité du système, et qui sont évidemment contre tout changement : c'est vous qui payez.
Si ça vient des diffuseurs eux mêmes, c'est pas la peine d'y croire. Droit à l'échec.

1 appréciations
Hors-ligne
123456 a raison sur ce point

101 appréciations
Hors-ligne
Qui pourrait avoir les moyens d’organiser une structure pour une distribution Nationale en dehors d’un regroupement d’éditeurs , pour ce produit particulier la sous traitance pour la distribution ne fonctionne pas , nous l’observons tous les jours , les éditeurs ne peuvent pas tous se distribuer seuls , revoyons les titres entrant dans la loi Bichet( titres d’info qui pérennisent le pluralisme ) , revoyons les aides de l’Etat pour financer plus l’information par rapport aux autres titres , économisons sur ces postes et aidons décemment les marchands à vivre d’un métier dur et usant , que la distribution s’organise afin que les points de vente puissent fermer 2 jours consécutifs parce qu’ils ne peuvent plus payer du personnel,que les postes qui décident de rester ouverts le week end soient vraiment mieux rémunérés,qu’ils puissent choisir les titres et quantités en dehors des titres d’info, que la rémunération soit établie après la vente , nous améliorerons déjà bien la filière si évidemment la vente aux numéros a toujours une importance pour les éditeurs et qu’ils devront revoir leur copie quand à la concurrence déloyale sur les abonnements et supérettes ect . Pour le choix d’une Messagerie ou autre système, quelle importance du moment que les réformes soient en faveur cette fois des marchands spécialisés, sinon que les éditeurs et les mairies ne bloquent pas ,par des règlementations floues et stériles la diversication pour que les marchands développent leurs commerces ( ça c’est pour les kiosques ) . Ou ils contrôlent toute cette filière ou ils laissent libre de développement tout le monde , nous ne pouvons accepter que les éditeurs ,messageries et Mediakiosk (pub) se diversifient et nous obliger à ne faire que de la presse pour conforter les éditeurs qui eux se désintéressent des ventes papier , enfin les idées ne manquent pas , mais si déjà nous adoptions des règles plus respectueuses de tous au lieu de faire les économies que sur le dernier maillon de la filière, et c’est bien maintenant que des réformes sont en cours qu’ils faut changer aussi le sort des marchands , sinon que les éditeurs dégagent leurs titres dans les supermarchés et nous , nous saurons faire autres choses , ils ne peuvent justement à moindre coup avoir des emplacements et des professionnels à leur service sans retour financier , nous ne sommes pas une filière associative que je sache ?

780 appréciations
Hors-ligne
"Ne tombez pas dans le conservatisme de tous ceux qui ont profité du système, et qui sont évidemment contre tout changement" 

Original discours de la part de 123456.
C'est celui que nous tenons depuis le début et contre lequel il s'est toujours défendu d'accorder la légitimité. 

123456 , s'il vos plaît, dites-nous selon vous qui a profité du système et qui s'oppose à tout changement ?
La direction de l'UNDP n'en ferait elle pas partie ? 
Son opposition à toute remise en question, même quand il s'agit d'améliorer les conditions financières des marchands n'est elle pas révélatrice ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Permettez moi de douter du traitement que vous réservez à l'undp. Vous les haïssez tellement que vos propos à leur sujet sont toujours travestis.
Le sujet est le sort du métier, pas celui de l'undp ou de l'aadp.
Pusieurs dizaines de points de commissions restent aux messageries. Il est là, le problème, pas à l'undp. Et n'oubliez pas les augmentations de % de rém pour les qualifiés.
Ha, j'oubliais, c'est grâce à vous...

1 appréciations
Hors-ligne
l' augmentation de la rém nous la devons à la gréve des kiosquiers parisiens et certainement pas à l'undp qui a toujours été le représentant des éditeurs auprès des diffuseurs

Les kiosquiers se battent autant aussi pour les non kiosquiers ???
Réussite pas banale dans le métier.

1 appréciations
Hors-ligne
les messageries et éditeurs craignaient une contagion de la grève des kiosquiers parisiens,
le 2ème plan était dans les tuyaux depuis plusieurs années sans réel calendrier car l'undp était incapable de négocier face aux éditeurs

780 appréciations
Hors-ligne
Surfy a totalement raison.
Nous, (représentants de l'AADP) nous sommes associés aux kiosquiers lors de cette grève et avons obtenu leur accord pour les accompagner dans leur négociation avec les représentants du cabinet ministériel.
Durant cette négociation nos interventions ont conduit dans un premier temps à la mise en place de réunions organisées par la DGMIC selon les sujets que nous soumettions, puis dans un deuxième temps au déblocage de ce 2ème plan qui était en attente depuis longtemps, faute de demande matérialisée justifiant l'intervention de l'Etat.

La direction de L'UNDP (ne pas confondre avec l'UNDP) est responsable par sa passivité et sa constante soumission du retard de la mise en oeuvre de ce plan.
Pour autant nous ne les haïssons pas, contrairement à ce que vous écrivez (sur un éternel mode volontairement et simplistement dual), et ne leur réservons aucun traitement. Ce n'est pas de notre ressort . Toutefois l'étrangeté des prises de positions de cette direction entraîne forcément des questionnements des observateurs.
En soutenant la partie adverse ils s'enferrent tous seuls.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

La haine basique n'est pas la plus visible. La haine sournoise est partout !
cf dernière ligne ci dessus !

1 appréciations
Hors-ligne
la haine est la colère des faibles
Descartes fait preuve de force plus que de faiblesse

"Préparer la guerre" est effectivement une force.
Mais ça fait un peu trop "années 30" pour moi.

101 appréciations
Hors-ligne
Je confirme pour la greve ! Dommage que la plupart ont le trouillomètre a Zéro , on se demande bien pourquoi ? Ils perdent tout , leur rémunération à coup de lance pierre , une charge de travail de plus en plus lourde , et puis même à Paris tous les syndicats ne sont pas de grands défenseurs de notre filière, ils sont comme la majorité lissent , se placent systématiquement derrière les puissants pour ne pas faire de vagues , donc nous étions peu , mais seul le syndicat des kiosquiers s’est mobilisé et encore nous n’avons négocié que des miettes, faute de mobilisation , sinon nous aurions fait bien mieux , dommage ! A bon entendeur, nous avons la vie devant nous , cela permet la réflexion n’est ce pas ? J’imagine bien une mobilisation nationale et plus longue , il faut peut être prendre conscience que , se mobiliser peut apporter des résultats . Nous avons bloqué qu’un seul soir , nous n’avons même pas tous fermé une semaine complète, seuls les plus déterminés. Et s ils craignent qu’une mobilisation pourrait s’elargit , et bien tant mieux, parce que rien n’est improbable et que nous le syndicat des kiosquiers seront encore bien présents . Nous remercions l’AADP pour tout le travail qu’elle fait auprès des élus, parce que nous sommes peu nombreux, les conscients, que la charge de travail est énorme, que nous n’avons pas énormément de temps , nous travaillons tous beaucoup en effet , mais c’est possible , la preuve !

780 appréciations
Hors-ligne
Une révolution est en marche dans le milieu de la presse qui se croyait hors de tout contrôle.
Celle-ci n'est pas née de notre révolte, même si elle y a contribué, mais du retournement de marché et des abus des gestionnaires de la filière.
Aujourd'hui l'Etat, dans tous ses corps, s'est saisi du sujet.
Il est difficile encore de savoir ce qui en sortira mais une chose est sûre l'adage "pour vivre heureux restons caché" ne s'applique plus à ce milieu qui entretenait l'opacité dans l'intérêt de quelques uns au détriment de la collectivité et de nombreux acteurs de la filière.

Et quand un sujet comme celui-ci commence à être mis en lumière, toutes les parties (et tous les partis) s'en emparent pour tenter d'en tirer quelque chose. autant dire qu'il sera difficile de refermer la boîte de Pandore.
L'audition à l'Assemblée de Mme Benbunan mercredi sera'telle aussi souriante que sa première audition au Sénat lorsqu'elle pouvait se permettre de mettre en évidence le passif laissé par la précédente direction de Presstalis ?
De notre côté nous ne pouvons que déplorer le manque d'action de celle-ci à l'égard des marchands. Aucune réunion n'a été organisée pour mettre sur la table les difficultés rencontrées par les "diffuseurs". Rien n'a donc été entrepris pour les régler.
Rien d'étonnant d'ailleurs quand on sait que la seule ambition est de multiplier les points de vente sans aucunement tenir compte de l'impact sur le réseau existant.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

101 appréciations
Hors-ligne
Non elle n’est pas née de notre révolte, nous n’avons pas cette prétention mais juste d’un scandale financier, mais les conséquences, nous les avons subis depuis des années , malheureusement ceux qui viendront après ne seront pas totalement différents que ceux d’avant , ils devront faire aussi des économies, mais les miettes sont arrivées parce que nous étions une minorité, mais visible ! Donc une majorité de visible fait mieux ? Sinon il ne se passera pas grand chose non plus , redescendons sur terre , je n’ai aucune confiance à ceux qui adhèrent au pouvoir et notamment parce qu’ils non pas d’autres ouvertures que justement le pouvoir !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres