www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Le réseau Presse est attaqué !

249 appréciations
Hors-ligne
Dans une interview au Figaro  Carmine Perna  le directeur général de Mondadori France confirme les informations de Agir pour la Presse  concernant un projet de référencement pour les GMS de centres villes.

extrait de l'interview :
L'idée est venue avec d'autres éditeurs de présenter un projet au SEPM pour développer de nouveaux points de vente dans les centres villes. Ce projet est examiné au Conseil Supérieur des Messageries de Presse et j'espère qu'il sera mis en oeuvre en 2017.  Aujourd'hui, il est très difficile de trouver des points de vente de presse en ville pendant le week end. Nous voulons en créer dans des magasins de proximité, comme par exemple les supérettes. L'idée est de couvrir rapidement les 10 principales villes françaises et, à terme de toucher les 60 principales villes.  L'espoir est de recréer le millier de points de vente qui nous manquent.


A noter que Carmine Perna ne s'étend pas sur l'offre et les conditions de rémunération de ces nouveaux points de vente.

Dernière modification le lundi 21 Novembre 2016 à 13:47:08

158 appréciations
Hors-ligne
Notre seul espoir : un prochain quinquennat qui soit plus prompt à prendre les dispositions nécessaires à notre survie... 
Nous ne doutons pas que nos représentants seront tirer la sonnette d'alarme dans les 100 jours de ce nouveau quinquennat afin de réactiver les dossiers.


Dernière modification le lundi 21 Novembre 2016 à 11:10:49

790 appréciations
Hors-ligne
Effarant : "Depuis plus de quatre ans Mondadori France enregistre une rentabilité supérieure à 10%", "Le groupe Mondadori a vu son Ebitda progresser de 60% à 76 millions d'Euros".

Qui a dit que les éditeurs étaient dans la difficulté pour justifier leur manque de moyens disponibles pour améliorer la logistique et le réseau ?

1000 points de vente disparaissent par an et la seule réflexion de ces éditeurs et du CSMP est d'en recréer d'autres pour compenser les pertes au lieu de prendre en considération les raisons de la fermeture des points de vente. Autant dire qu'ils cherchent de nouveaux gogos qu'ils pourront exploiter le temps que ceux-ci comprennent que leur produit n'est pas rentable dans les conditions qui leurs sont imposées. Et que le réseau actuel les indiffère totalement du moment qu'ils trouvent à faire circuler leur marchandise.

La déontologie ? "Connaît pas"
Le risque d'être soumis à la grande distribution : "Connaît pas"
L'engagement moral sur la pluralité : "Connaît pas".

Quant au CSMP il se garde bien de communiquer sur les projets à l'étude.
Et après ça on veut nous faire croire que le CSMP travaille dans l'intérêt de tous les acteurs de la filière ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

OK, mais sur les 600 éditeurs, la quasi majorité est plus proche de la rentabilité 0 ou négative que du + 10 %. Et quoi de plus normal que de sortir un résultat positif.
Et si le métier fonctionne encore, c'est plus grâce aux gros éditeurs qu'aux petits.
Stop au bashing systématique et si démago. Si les 3 plus gros éditeurs vous supprimaient tous leurs titres, vos jours de diffuseurs seraient comptés. Celui de la filière entière aussi.
Les diffuseurs sont sensés connaître les règles. S'ils n'approuvent pas, rien ne les empêche d'arrêter. Les gogos, comme vous dites, sont ceux qui continuent en toute connaissance de cause !

158 appréciations
Hors-ligne
Heureusement que 123456 na été formateur et responsable syndical évitant ainsi à des milliers de gogos de fermer le rideau définitivement...

Il y a un temps, ou une époque pour tout.
Ceux qui n'ont pas compris où va le métier, tant pis pour eux, ils font ce qu'ils peuvent avec leur argent. Sur ce site, personne ne semble heureux de son sort ; l'inertie serait-elle plus agréable que de s'en sortir ?
Comme par hasard, les plus ouverts et les plus réactifs ne se laissent pas avoir...
Evidemment, ce n'est pas un beau matin que ça devient subitement perdant. C'est du moyen terme, invisible au quotidien. A bon entendeur...

790 appréciations
Hors-ligne
123456 je suis d'accord avec votre dernière intervention mais pas avec la précédente.
Il faut en effet abandonner l'activité presse, c'est indubitable.
Pour autant il n'est pas acceptable de déresponsabiliser les plus gros éditeurs qui profitent allègrement du système.

Ils n'ont jamais rien fait pour que le système soit performant et ont toujours privilégié leur rentabilité immédiate à l'investissement créateur de valeur et pérennisant.
Que les plus petits éditeurs ne s'en sortent pas est de leur faute comme nos fermetures de magasins. Les  barèmes qu'ils ont fixés les ont avantagés, ainsi que les aides de l'Etat et l'opacité qu'ils ont délibérément entretenue.
Ceci dit, il n'est pas non plus normal que de petits éditeurs vivent, même mal, sur le dos de la filière. Le système est conçu de manière permissive sous couvert de liberté d'expression exonérant tous les éditeurs de toute responsabilité en matière de rentabilité. Et ceci n'est pas normal.
Mais que ces gros éditeurs pérorent sur leurs résultats alors qu'ils pleurent pour avoir des aides et font disparaître des milliers d'emplois en plongeant beaucoup de monde dans les difficultés, c'est fortement déplacé. Et les dédouaner ne me paraît pas raisonnable.

Si tu veux la paix, prépare la guerre.

135 appréciations
Hors-ligne
Des infos et des .... A vos commentaires

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9978 autres membres