www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

On changerait de culture ?

Bizarre propos que ceux de la nouvelle direction de Presstalis hier, devant la commission Culture du Sénat.
Outre le sauvetage de Presstalis et celui du métier en général, elle affirme vouloir donner plus de pouvoirs aux éditeurs. Indirectement, ça veut dire moins de pilotage par la messagerie. Bon point.
Mais surtout, que les vendeurs seront plus libres pour choisir leur offre...
"Plus libre !!!" d'où sort-elle ça ? Sa boite l'a toujours interdit. Sait-elle que tout est verrouillé ?
Quel changement culturel ! Perso, je n'ose y croire.
Ca voudrait dire la mort des titres à 90 % d'invendus. Les MLP vont adorer.

247 appréciations
Hors-ligne
123456 Vous posez les bonnes questions.

Les quelques échos venus à mes oreilles disent que Mme Benbunan à des problèmes avec les règles de la profession et la loi Bichet. Comme si la loi bichet était responsable des problèmes de Presstalis. 

Elle veut de la presse partout même dans les pharmacies et surtout en grandes surfaces. L'Ubérisation de la presse semble en marche.   

Donner plus de pouvoirs aux éditeurs via la CDM semble t-il.  Ce qui veut peut-être dire extérioriser des tâches faites par Presstalis.

je n'ai eu aucun écho sur un quelconque plan social

780 appréciations
Hors-ligne
Effectivement il semble qu'elle veuille libéraliser la vente de la presse.
Ce n'est pas forcément une mauvaise approche à condition que le marchand soit responsable de son secteur ...et non qu'il soit dépossédé de son marché.
Nous avons déjà proposé l'attribution de secteurs garantis en contrepartie de résultats d'exploitation cohérents et d'intéressement aux résultats. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Garantir un secteur, c'est à l'encontre d'une certaine libéralisation qui semble se dessiner.
Qu'avez vous proposé concernant les rémunérations aux diffuseurs ?

135 appréciations
Hors-ligne

Gamma
"Elle veut de la presse partout même dans les pharmacies et surtout en grandes surfaces."


La carte des 273 Carrefour menacés de fermeture en France

http://www.midilibre.fr/2018/02/02/exclusif-midi-libre-la-liste-des-273-carrefour-menaces-de-fermeture-en-france,1622826.php

Midilibre.fr

Des infos et des .... A vos commentaires

Ne vous faites pas trop peur avec les pharmacies, et tous les autres magasins thématiques envisagés : dans un passé récent, ça n'a pas marché. Les messageries ont déja fait machine arrière. Dans de nombreux cas, le "bénéfice" réalisé ne couvrait pas les charges de facturation et de livraison des dépôts. Que des ventes résiduelles, végétatives, qui ne sauveront pas le métier.
De plus, les pharmaciens, comme d'autres magasins, n'ont pas l'habitude de réserver un emplacement dédié pour 15 % de rémunération. >99 % de refus assurés.
Le "danger" vient plus de la GMS. Mais beaucoup ne veulent pas non plus de la presse, trop réglementée pour elle, trop mal gérée, et pas assez rémunératrice.

780 appréciations
Hors-ligne
Quel que soit le % d'acceptation des autres magasins c'est de la concurrence nouvelle dont nous ferons les frais. Compte tenu de l'importante baisse déjà constatée (numérique et abonnements) ce "peu" supplémentaire aura un impact significatif sur des magasins déjà en difficulté.

Les GMS vont accepter la presse jusqu'à détenir une part de marché suffisante pour imposer leurs conditions. C'est déjà en partie le cas (cf. projet supérettes) mais cela ne peut que s'amplifier.

Dans les deux cas, même si ce n'est que temporaire le mal à nos magasins sera fait et aucun retour en arrière ne sera possible.

Entre traditionnel et industriel il faut choisir. Les Majors ont choisi. Les autres éditeurs tentent de défendre l'existant. Mais l'Etat semble avoir choisi, une fois de plus, une fois de trop pour nous, d'encore suivre les Majors. L'intervention récente au Sénat est en ce sens. Supprimer la notion coopérative de la Loi Bichet (1 homme une voix) revient à donner les clés des messageries aux majors. Ils les avaient déjà mais risquaient de les perdre. L'Etat leur assure de les conserver et de pouvoir ainsi continuer d'agir en toute impunité au détriment des autres (éditeurs, dépositaires, marchands). Et même si l'Etat envisage de renforcer son contrôle par la redéfinition de la constitution du CSMP, ce ne sera jamais qu'un leurre. La seule solution pour préserver la pluralité reste de garantir l'indépendance d'un réseau de distribution et d'instaurer pour cela un équilibre des pouvoirs entre éditeurs et marchands; Le reste n'est qu'un paravent destiné à masquer la réalité. Le pouvoir politique est entièrement soumis à celui de l'argent et en fait la démonstration s'il continue dans ce sens. Il y a de quoi s'inquiéter, non seulement pour notre profession, mais également pour l'avenir de notre "démocratie" et la vie future de ses citoyens. Si tel est le cas, pour ma part je vivrai cela du fond de ma retraite et inviterai tous ceux qui le peuvent à se séparer, au rythme imposé par leur intérêt, de l'activité presse.
Nous n'y sommes toutefois pas encore, rien n'ayant été fait. Ni le plan de sauvegarde de Presstalis, ni la modification de la Loi.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Descartes,
Pourquoi êtes vous systématiquement "anti majors".  Elles n'ont pas toutes les mêmes objectifs.
Vous devez savoir que les quotidiens nationaux en font partie, et qu'ils sont tous anti GMS, où les quotidiens se vendent très mal.
Vouloir séparer les éditeurs en deux blocs, "gros contre petits" ne me semble pas le bon déterminant.
La majorité des plus connus sont ceux qui vous font vivre. Robert Laffont est le plus connu des pirates, et il y en a un paquet, bien plus discrets. Vous savez, ceux qui génèrent des 80 % d'invendus minimum, ce ne sont pas les majors !
Vous parlez de 1éditeur = 1 voix.
Sur 700 éditeurs, il y a plus de 650 "petits". Comment se fait-il que dans un système coopératif, où chaque adhérent est libre de ses choix, vous imputiez tous les maux uniquement aux majors ?

780 appréciations
Hors-ligne
Les majors sont les seuls aux commandes depuis toujours. Porteurs de discours mensongers à notre égard ils ne défendent que leurs propres intérêts. Je ne les en blâme pas, c'est un constat.
Ils sont administrateurs de Presstalis et décident pour le CSMP de mesures en leur faveur et à notre détriment.
Mais vous avez raison sur un point : ce ne sont pas tous les mêmes.
Sans la protection de la Loi Bichet les contraignant à vivre en coopérative ils vont s'entre-déchirer. Le schisme a déjà commencé.
Et c'est là un élément déterminant pour les décisions qui vont être prises par l'Etat.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9990 autres membres