www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Presstalis: vers un scandale d’Etat

132 appréciations
Hors-ligne
Presstalis: vers un scandale d’Etat

Blog Mediapart 18/01/18 par Emmanuel Schwartzenberg

Le gouvernement s’apprête à refinancer Presstalis, les messageries de presse, la société gérée par les grands éditeurs, pour 180 millions d’euros alors que les derniers comptes publiés par electronlibre.info font apparaître l’incurie de la gestion. Le fait que les quotidiens nationaux, partie prenante de l’affaire, soient tous détenus par les oligarques français place Macron en première ligne.
Des infos et des .... A vos commentaires

59 appréciations
Hors-ligne
Pas étonné du tout, scénario très prévisible.

173 appréciations
Hors-ligne
Et tout le monde se couchera....
 
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

27 appréciations
Hors-ligne
L'auteur de cet article est un chroniqueur mondain qui surfe sur l'apparence des choses. Son passage comme PDG de TLT, chaîne locale a montré son inefficacité en tant que responsable économique. L'état a du boucher le trou financier qu'il avait creusé. Ce Mr est un spécialiste des vérités toutes faites et de plus il fait des amalgames. Les intérêts du Figaro ne sont pas ceux du canard enchaîné. De même pour Télérama et Télé 7 jours.
Quand au réseau il faut qu'il se réveille. Le lancement de Ebdo aurait du montrer à l'éditeur notre professionnalisme. Très peu de confrère ont mis le journal en avant, la campagne d'abonnement du journal n'est pas une excuse. Notre rôle est de vendre le mieux possible ce que l'on dépose dans nos magasins. 
Pour terminer un bon vendeur doit aussi être capable de faire accepter une hausse des prix à ses clients afin de défendre le maintient ou la hausse de son CA, 10 centime de plus sur le magasines cela peut être une aubaine pour nos finances!

141 appréciations
Hors-ligne
attention 
MLP nous propose exactement la même chose que Presstalis , mais avec des dépôts MLP .ils prêchent pour eux et cela se comprend. ils proposent de "massifier intelligemment" ce qui veut dire facture et avance de trésorerie équivalente .
je vous fais remarquer qu'aucune des deux ne propose de diminuer les livraisons qui font 60% d'invendus c'est bizarre non , sauf pour 123456.
MLP propose un choix de 4000 titres sans limite de stock .
ils vont faire comme Presstalis  "agrandissez le magasin" 
dans leur brochure , ils précisent  qu'ils organisent des stages de perfectionnement pour les marchands !!!!!!! ça me rappelle quelque chose .
la seule différence c'est qu'au lieu d'avoir des ouvriers payés normalement , ils ont des CDD .
mais ça n'est pas notre problème .on s'en fout
moi mon problème c'est comment payer des factures démentielles .

la peur doit changer de camp

59 appréciations
Hors-ligne
Durand, les 10/20 cts de plus, les clients se moquent bien de savoir pourquoi, ce qu'ils voient c'est leur porte monnaie. Depuis 5/6 ans que les éditeurs appliquent systématiquement une hausse en début d'année, les ventes ne font que baisser.

155 appréciations
Hors-ligne
Bonjour DURAND
Sur quel élément vous fondez vous pour prétendre que les marchands n'ont pas fait un métier de vendeur et ne mettant pas EBDO en avant...
Je pense que comme beaucoup de marchands, j'ai mis ce nouveau titre au  même niveau que les autres hebdomadaires d'information, j'ai en plus informé de sa sortie mes acheteurs habituels d'hebdo afin qu'ils en prennent connaissance, j'ai même pris le soin de le lire afin de pouvoir échanger avec eux de leur "ressenti"...
Par contre cette semaine je l'ai un peu moins mis en évidence car pas très enthousiasmé par le  1er N° (sujets redondants avec l'actualité, maquette infantilisante, je m'attendais à mieux de la part de l'&équipe XXI), N°1 qui en principe devrait être le top du top, histoire de lancer les ventes ! Les retours sont eux aussi pas très enthousiasmés... mais à suivre, laissons le temps au titre de s'installer.
 

767 appréciations
Hors-ligne
Nous sommes à l'aube d'une période de changements importants. Quelques extrémistes libéraux souhaitent s'affranchir totalement de la Loi Bichet mais également de la CNIL et de toutes les autres barrières qu'ils jugent contraignantes mais qui sont protectrices. Les acteurs de terrain (éditeurs, messageries, dépositaires, marchands) se positionnent essentiellement en fonction de leurs connaissances liées à  leur passé car nul ne connaît le nouveau cadre que l'Etat va mettre en place. Car il est maintenant quasiment certain que l'Etat ne se contentera pas de sauvegarder l'existant sans intervenir. Il hésitait depuis longtemps (plusieurs gouvernements successifs ont préparé des plans d'action) mais ne prenait que des mesures transitoires (création puis renforcement de l'ARDP). Aujourd'hui le système est au bout du rouleau et il ne peut plus faire autrement que d'intervenir par une modification de la Loi. Les nouvelles missions confiées à MM Rameix et Schwartz vont dans ce sens. Reste que le rapport Rameix n'est pas rendu public et que dans ces conditions nul ne sait quelles modifications vont être opérées.
Dès lors, chacun tire dans son sens, sans savoir et sans coordination.
Il est probable que le rapprochement avec le livre, longtemps évoqué, soit dans les tuyaux.
Cela suit la tendance naturelle du marché (baisse des volumes, hausse du nombre de produits qualitatifs) et correspond tout à fait à l'arrivée de dirigeants issus de ce milieu. Dirigeants qui ont bien du mal à s'accorder avec un CSMP vestige de toutes les incuries du passé.
Reste à savoir jusqu'où ira la réforme.
Si un changement de gouvernance est inéluctable, de nombreux changements d'organisation pourraient intervenir.
La remise à plat de la facturation en fera-t'elle partie ? Je le crois car si le système est à bout c'est parce qu'il repose sur le déséquilibre financier induit par ce montage.
Le ducroire sera-t'il reconduit ? J'en doute car il rallonge le circuit financier et multiplie les risques sans rien apporter en contrepartie.
Une régulation des prix sera-t'elle instaurée. Nous l'espérons car sans cela il n'y aura aucune garantie de pérennité du système. Les différents canaux de vente ne doivent pas pouvoir être mis en concurrence comme c'est le cas à l'heure actuelle.
La représentation des corporations sera également revue. Et c'est pourquoi il est si important que l'AADP  grandisse encore plus pour pouvoir défendre nos intérêts. D'ores et déjà je vous annonce que le nombre de membres du blog est passé de 5000 au mois de mai à 10000 aujourd'hui. Les adhésions se multiplient mais à un rythme encore insuffisant. Il est important que chacun relaye notre action pour que nous soyons le plus nombreux possibles très vite.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

155 appréciations
Hors-ligne
Exact PINGU, les clients, pour la grande majorité, ne viennent pas dans nos magasins pour acheter les problèmes de la presse, mais juste pour acheter leur titre de presse.

Aucune solution ne sera prise pour remettre la distribution de la presse papier dans le sens "historique".
Il y aura toujours du papier, mais beaucoup moins, et vendu très différemment. A coup sûr, cette distribution ressemblera à celle du livre, où les ex points de ventes de presse seront déspécialisés mais paradoxalement plus acteurs et plus responsables.
La structure de distribution va se dissoudre naturellement, comme n'importe quelle entreprise ou activité qui ne correspond plus aux besoins. Tout ça est clairement affiché maintenant, voire acté. L'hypothèse de fusion des deux messageries n'est même plus évoquée, la baisse du papier et le trou abyssal cumulé sont suffisamment parlants.
Un seul message pour les diffuseurs : se préparer à la transition que chacun devra opérer dans son magasin pour maintenir la valeur de son fonds, voire de l'améliorer.

Bonjour à tous,

Je souhaite répondre à DURAND, quand il dit qui bon vendeur doit être capable de faire accepter une augmentation de 10 cts à ses clients, mais le problème c'est que quand les hausses de prix deviennent récurrentes, le client ne le tolère plus (programmes télé, Femme Actuelle....entre autre, ces derniers temps ils me le font savoir, ils en on marre!!!) En cette période ou tout augmente, il y a un ras le  bol général. Pour la nouvelle revue EBDO, que pensez vous de leur nouvelle méthode d'abonnement : c'est le client qui décide du montant  qu'il va payer 20€, 15€, 10€.....5€ (soit à peut prés 65% de remise, que croyez-vous qu'il va faire ?)

767 appréciations
Hors-ligne
Une hausse de prix n'aurait de sens que si elle était justifiée et appliquée de manière égale à tous les réseaux de vente. Ce n'est pas le cas. L'objectif de cette hausse est d'inciter nos clients à déserter nos points de vente pour les récupérer en direct.

La méthode est toujours la même : un discours justificateur non étayé, pour mener une action orientée en sens inverse :

"Il faut sauver Presstalis car les diffuseurs sont très importants pour nous. "
"Les affaires vont mal, nous sommes obligés de réduire les intermédiaires"
"La fermeture des points de vente nous oblige à favoriser les supérettes"

La cause de la situation est la mauvaise gestion et l'accaparement des ressources par les acteurs en charge de la gestion de la filière. Ceux-ci préfèrent le résultat immédiat à la pérennisation et sont persuadés de pouvoir reporter leurs fautes sur tous les autres : le contribuable et les marchands, entre autres.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

173 appréciations
Hors-ligne
 Le lancement de Ebdo aurait du montrer à l'éditeur notre professionnalisme. Très peu de confrère ont mis le journal en avant, la campagne d'abonnement du journal n'est pas une excuse. Notre rôle est de vendre le mieux possible ce que l'on dépose dans nos magasins. 

Le lancement de Ebdo aurait du montrer le professionnalisme de l'éditeur au marchand de presse.

Haranguer le lecteur "nous avons besoin de vous, abonnez-vous....."
Non merci.

Oui, je valorise les produits en vente dans mon commerce, mais tendre l'autre joue pour recevoir une autre baffe, Non.

Ebdo n'a pas vu la lumière du linéaire.
Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite (Henri Ford)

132 appréciations
Hors-ligne
Rappelons ce que Saint Daniel à dit :  Jouer collectif

De nombreux bouleversements ont eu lieu chez Presstalis ces dernières semaines, preuve sans doute que la messagerie met tout en œuvre pour redresser sa situation, aujourd’hui très fragile d’un point de vue financier. En effet, Michèle Benbunan se voit confier la présidence de Presstalis, en plus de la direction générale qu’elle assure déjà. Elle remplace ainsi Bruno Lesouëf, qui reste toutefois membre du Conseil d’administration de l’entreprise.
Michèle Benbunan, depuis qu’elle a été désignée comme directrice générale, a jusqu’alors mis en place des mesures fortes pour régler les problèmes. Elle a d’abord demandé au Tribunal de Commerce de Paris la nomination d’un mandataire ad hoc, qui tient également le rôle de conciliateur.
Ce dispositif permet d’accompagner l’entreprise dans la résolution de ses difficultés économique et financières. Il ne pourrait pas être mise en place si l’entreprise était en cessation de paiement. Il s’applique à la condition qu’elle soit en mesure de présenter un projet de développement ou un projet stratégique.
Puis Mme Benbunan, sur décision du Conseil d’administration de Presstalis, a décidé de conserver 25% des recettes des éditeurs en décembre et janvier, pour faire face à un besoin de trésorerie. Une mesure de protection de la liquidité, dont la contribution globale s’élèvera à 37,1 millions € au 13 janvier 2018. Un effort demandé aux éditeurs à la mesure de la gravité de la situation.
En effet, un effondrement de Presstalis se traduirait, pour toute la chaîne de distribution de la presse, y compris pour nous marchands de presse, par une situation d’insécurité et d’instabilité, ce qui n’est évidemment pas souhaitable.
Nous sommes clairement dans une période où la dimension collective de notre filière prend tout son sens. Je continue de réaffirmer le principe de solidarité entre tous les acteurs du système, sans pour autant renoncer aux acquis de notre réseau et aux attentes fortes des marchands.
Des infos et des .... A vos commentaires

242 appréciations
Hors-ligne
Pour ce qui est de EBDO lire l'édito du n°2 le message des marchands a été entendu

132 appréciations
Hors-ligne
eric fottorino‏Compte certifié @ericfotto
 11 hil y a 11 heuresPlus

Pour renflouer ses comptes, notre distributeur @presstalis bloque 25% de nos recettes depuis décembre.Au risque de nous tuer. Est-ce normal ?

   le buzz   sur Twitter      ................. Re-tweet  540


eric fottorino‏Compte certifié @ericfotto 9 hil y a 9 heuresPlus

En réponse à @Mamyanne @presstalis
pour nous distribuer ils nous prennent 45% de nos revenus auxquels ils viennent d'ajouter 25%

soit 70% pour eux !!




Dernière modification le samedi 20 Janvier 2018 à 11:11:18
Des infos et des .... A vos commentaires

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10000 autres membres