www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Le cas Atelier floral

773 appréciations
Hors-ligne
Aujourd'hui je reçois 17 exemplaires du n° 43. Valeur faciale 7.50 €. Total 127.50 €.
j'avais déjà reçu 11 exemplaires du précédent et 7 de celui d'avant, tous invendus.
L'arrêt de service que j'avais obtenu précédemment du fait de la non vente de ce titre (et de sa malhonnêteté financière, j'y reviendrai) n'a tenu que le temps de 2 parutions.
Auparavant j'avais reçu 3 puis 6 puis 10 puis 12 puis 24 exemplaires, sans aucune vente.

Facturé à 11 semaines ce titre n'est rappelé qu'à 13 semaines. 
Il gagne donc une semaine de trésorerie au minimum même si aucune vente n'est réalisée.
Mais il compte aussi sur les oublis.
Peu vendable, il est souvent "stocké en réserve" et il arrive qu'il y soit oublié, constituant autant de profit pour l'éditeur.

Pour ma part je vais faire un dossier contre cet éditeur que je vais adresser à la DGmic.
J'aimerais disposer de vos informations et avis sur ce titre et ceux de cet éditeur s'il en possède d'autres. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

100 appréciations
Hors-ligne
Je n'ai pas ce titre , mais il est inadmissible que les meilleurs clients des éditeurs soient les marchands de journaux , parce que les droits aux oubliés ne devaient pas exister , nous sommes et nous travaillons dans l'incohérence totale , les titres appartiennent aux éditeurs mais nous payons de notre poche , les titres ambigus , les retours différés par Presstalis ou les éditeurs , alors que se sont des numéros normaux ou la codification spéciale ou Hors série qui ne chasse pas le précédent , depuis 3 ans , toutes les semaines nous avons tous à garder dans nos linéaires bon nombre de magazines qui ne sont pas rappelés le jour de la sortie du nouveau ? A moins d'un intérêt encore financier , ils ne respectent pas la règle et nous noient encore de quantités invendables , mais à part le dire , le dénoncer, nous n'avons jamais tenter le rapport de force ? Par conséquent nous n'avons d'autre alternative que de travailler toujours dans de très mauvaise condition ,que les pertes coutent de plus en plus chères aussi aux marchands les ventes s'amenuisent aussi par le dumping des éditeurs et tous les accords sur le transport, les aides financières à la presse , de cette façon un nombre croissant de points de vente ferme chaque année , des emplois sont perdus des quartiers des centres ville de plus en plus mort , désertés , mais c'est normale , nous ne savons pas vendre , nous n'avons pas informatisé, nous ne faisons pas assez d'amplitude d'ouverture , nous ne sommes pas encore assez esclaves , non , nous sommes des travailleurs indépendants ? des patrons ? Des cons c'est certains !
Ma journée commence bien ! Je suis en forme !

773 appréciations
Hors-ligne
Ce que vous dénoncez, et nous avec, est vrai.
Pour autant,
- nous savons que le rapport de force n'est pas possible dans la situation présente,
- nous savons que les éditeurs se moquent de nos problèmes s'ils ne leur créent pas de préjudice
- et enfin nous savons que les messageries sont déficientes en matière de logistique et intéressées financièrement au traitement de volumes inadaptés aux ventes.

Nous avons dénoncé tout cela au Ministère dont nous attendons toujours les preuves de sa compétence.

En l'absence de volonté du politique et des éditeurs, rien n'est possible sur le court terme.
Nous le déplorons et n'avons que deux alternatives :
1/ démissionner pour éviter de subir les conséquences de la situation
2/ subir tout en continuant notre travail d'information dont nous voyons les fruits malgré la lenteur.

Nos analyses sont tellement indiscutables que nos idées font leur chemin.
La lenteur provient de la résistance de ceux qui dans la filière tentent de maintenir leurs intérêts au détriment de la filière. C'est normal et nous savions que nous ne changerions pas des décennies de dérives en un temps court.
Pourtant force est de constater que bien des choses sont en cours de modification, tant dans la perception des problèmes que dans les termes employés et les projets à l'étude.
Il est regrettable que le politique ne soit pas plus incisif et efficient mais ceci n'est pas propre à notre secteur d'activité (ce qui ne le dédouane pas).

En conclusion, si les choses avancent, c'est beaucoup trop lentement pour que ce soit efficace et, dans cette situation, il n'est d'autre possibilité que de changer d'activité, non parce que celle-ci ne pourrait être viable, mais en raison du manque d'intérêt.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

100 appréciations
Hors-ligne
C'est effectivement un raisonnement qui se tient , mais il faut admettre que nous n'avons jamais travaillé dans les conditions d'aujourd'hui, la dernière restructuration des messageries, a imposé aux marchands , des pratiques inacceptables, ne pas pouvoir se faire créditer des reclamations sur invendus , alors qu'ils ne peuvent certifier et protéger nos marchandises pendant le transport , les contrôls , même informatisés , il peut y avoir des erreurs , je suis allée sur place vérifier mon destockage , et la dernière étape , la saisie des bordereaux , c'est pareil , à la vitesse à laquelle la personne saisie , il peut y avoir des erreurs , d'ailleurs j'ai à mainte reprises pu vérifier que les erreurs étaient même dans les quantités saisies en déclarées. Il faut quand même se rendre compte et admettre que c'est le marchand qui perd de l'argent , que sa trésorerie ne permettra pas de payer sans cesse les erreurs financières , Il coulera , il coulera beaucoup plus vite que seul la baisse des ventes ! Cette situation est généralisée, mais néanmoins nouvelle . C'est donc pire qu'avant ?

Dernière modification le jeudi 04 Août 2016 à 11:57:12

245 appréciations
Hors-ligne
Dans le même genre le titre Best Hôtels  Codif  04057

Reçu le 04-08 2016 N°34   23 exemplaires à 15€

précédemment :
n° 33 fourni 12 vente 0
n° 32 fourni  7  vente  0

pas été servi de ce titre entre les Numéros 21 et 32 soit entre janvier 2011

n° 21 de juillet   2011  fourni 7 vente 0
n° 20 d'avril       2011  fourni 2 vente 0
n° 19 Décembre 2010  fourni 2 vente 0
n° 18 de mai      2010  fourni 3 vente 1

773 appréciations
Hors-ligne
Quelles sont les date de facturation et de rappel d'invendus pour ce titre ?
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9995 autres membres