www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Intérêt

798 appréciations
Hors-ligne
Il n'y a pastrente-six possibilités. Il n'en existe que deux.
Soit nous avons un intérêt commun avec les éditeurs, soit nous n'en avons pas.
Dans tous les procès divers et variés qui ont eu lieu la question s'est posée et les éditeurs ont plaidé contre l'intérêt commun.
A leur sens il n'y en a donc pas.
Même si c'est un grand mensonge et une grave erreur, c'est leur choix.

Cela signifie que chacun travaille dans son intérêt personnel sans tenir compte aucunement de l'intérêt de son partenaire.
Les marchands doivent donc en tirer les conséquences et agir de même que les éditeurs.
Que leurs décisions soient validées par le CSMP n’a aucune valeur puisqu’ils sont seuls à
les prendre et que notre corporation n’a aucun droit de regard sur ces décisions. Celles-ci ne nous seront opposables que lorsqu’elles seront prises par une commission paritaire composée à égalité de marchands et d’éditeurs. L’approbation donnée par des soi-disant représentants qui n’en ont que le nom et ne répondent pas aux critères de représentativité (indépendance, transparence financière, etc.) n’a aucune valeur juridique.
 Marchands, vous êtes donc libres d’agir selon votre seul intérêt.
C’est même un devoir, non seulement pour préserver vos entreprises des décisions nuisibles qui sont prises par le CSMP à leur encontre mais aussi à l’égard de vos associés qui sont en droit de vous demander des comptes.
Ainsi, lorsque vous acceptez de mettre en rayon des revues contenant des offres d’abonnements
à des prix inférieurs à ceux qui vous sont imposés, vos associés sont en droit de vous traîner en justice parce que vous ne défendez pas leurs intérêts en acceptant le détournement de clientèle de votre point de vente. Et ils gagneront car vous devez, avant toute chose, travailler pour eux, et non pour d’autres partenaires, quels qu’ils soient.
Vous êtes donc en droit (légal) de refuser la mise en vente de revues contenant ces offres
détournant vos clients de votre point de vente. Sachez-le.

Par ailleurs,puisque maintenant vous savez que vous devez travailler dans votre intérêt,
vous pouvez également choisir ce que vous mettez en rayon.
En effet, la production des éditeurs n’a aucune limite.
La fourniture est très supérieure à la capacité de vente, en totale contradiction avec votre contrat. Vous êtes donc dans l’obligation de faire des choix. A vous de faire les plus judicieux.
Choisissez ce qui vous rapporte et pas en fonction des quantités reçues.
Préférez les H à 23% que ceux à 13% par exemple. Préférez les AL aux PU.
Préférez les titres de niche que vous vendez régulièrement aux nouvelles parutions livrées en quantité et dont le taux de vente et de rémunération est ridicule. Préférez les numéros normaux aux S qui occupent une place entière pour ne presque rien vous rapporter. Préférez encore les produits qui ne vous coûtent pas en trésorerie afin que, mécaniquement du fait de la mévente, les
quantités de ces produits baissent.

Vous voyez,vous avez les moyens d’agir pour votre bien.
Maintenant si les éditeurs reviennent à de meilleurs sentiments et sont prêts à travailler
avec nous et non contre nos intérêts, nous sommes bien conscients que c’est l’intérêt
de tous.
Pour le moment ils n’en prennent pas le chemin. La décision du CSMP d’autoriser le doublement
du nombre des hors-séries ne va pas dans le bons sens. Nous allons en référer à
l’ARDP...
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

59 appréciations
Hors-ligne
Reconvertissons nous en supérette.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9926 autres membres