www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

demarchage livre collèges

11 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,

Je souhaite démarcher les collèges de mon secteur, pour les livres scolaire (bi-manuel en particulier)
ma question est : doit-on faire une remise sur le prix éditeur, et si oui de combien maxi,

merci d'avance de vos réponses.
jpC

251 appréciations
Hors-ligne
c'est un marché qui se traite sur le volume.  Donc pour le scolaire il vous faire un minimum de 25% autrement peu de chances. Pour les livres de bibliothèques 9% + 6%  à reverser à un fond.

159 appréciations
Hors-ligne
25%de remise sur le scolaire ? Reste pas grand chose de la remise libraire.Hachette ne me concédé que 20%sur le scolaire :+((

251 appréciations
Hors-ligne
J'ai pratiqué, il faut évidemment avoir une remise de 31, 50%. La fourniture des livres scolaires au Lycées avec le soutien des éditeurs a fragilisé bon nombre de librairies et a permis aux éditeurs de baisser les remises de beaucoup d'entre nous.

Évidemment laisser 25% sur 31, 50 c'est beaucoup, mais il faut regarder la valeur faciale des livres, cela monte très vite. Certes il y a plus de marge sur la papeterie, mais les prix sont bas et beaucoup de références à gérer.

Dernière modification le jeudi 28 Avril 2016 à 08:53:15

38 appréciations
Hors-ligne
Pour accéder à "ces marchés", souvent verrouillés, il faut y croire et mettre les pieds dans le plat, mais pour gagner si peu...sans parler des démarches administratives qui sont imposées pour tous ces trucs là.
Souvent, ce sera à vous de livrer, et prévoyez aussi avec le fournisseur ce qui se passera si un acheteur se désiste tardivement...l'usage ne prévoit pas de retours pour le scolaire.
Peut être y a t il mieux à faire sans le scolaire.

Dernière modification le jeudi 28 Avril 2016 à 09:28:44

251 appréciations
Hors-ligne
j'ai arrêté cette activité il y a dix ans car même si j'avais pas mal d'écoles, collèges et lycées en portefeuille, nous avions un problème de taille.. pas assez gros.  

je connais un collègue qui s'est spécialisé dans ce domaine et fait même de l'export. C est quand même très saisonnier et demande une logistique derrière (entrepôt, livraison, etc).   il s'en sort très bien et est devenu un des plus gros clients d'Hachette.

Les temps ont changé et avec les marchés publics cela est devenu plus complexe.  C'est aussi une des raisons pour laquelle j'ai arrêté.  Pas envie de remplir des appels d'offres de papeterie ou l'adjudicataire met intentionnellement une référence  à la marque  Majuscule, ou Pichon, que vous n'avez pas à votre catalogue.

De peur d'avoir des dépôts de bilan, les éditeurs préfèrent que ce soit quelques gros qui s'en occupent plutôt qu'une multitude de petits libraires.
Il faut la déconnecter de votre activité principale afin qu'elle ne la pénalise pas. 

Dernière modification le jeudi 28 Avril 2016 à 10:25:15

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9979 autres membres