www.marchandsdepresse.com

AADP pour l'avenir des diffuseurs de presse

Nouvelle tentative des acteurs historiques de contourner le régulateur

893 appréciations
Hors-ligne
Rien ne change du côté des acteurs historiques qui ont conduit cette filière dans la situation difficile que l'on subit. Ils continuent à pratiquer l'entre-soi et tentent d'imposer un accord sur l'assortiment pour éviter une décision du régulateur. 
La nouveauté, c'est que le régulateur les oblige à présenter leur projet devant les autres acteurs (dont l'AADP) pour mettre en évidence les oppositions et faire émerger les sujets à traiter avec attention.

Le nouveau projet n'est pas différent dans l'esprit ou la forme du précédent.
Il ne répond pas à la crise de désaffection pour l'exercice de l'activité de vendeur de presse qui réduit non seulement le nombre de points de vente mais également la taille des linéaires consacrés à cette activité. 

Cette crise pourrait bien faire les affaires du SEPM qui pourrait voir d'un bon oeil le réseau disparaître et ainsi s'affranchir du régulateur, tout en prétendant haut et fort le contraire. 

Moins admissible est le soutien de CP à cette orientation.

L'absence de réaction des petits et moyens éditeurs n'est guère surprenante. Ils ne prendront réellement conscience de l'impact sur leur propre sort que quand ils seront touchés personnellement. Ils ne voient pas le lien entre notre survie et la leur. Ils ne voient pas non plus qu'ils vont disparaître si le réseau disparaît, ce qui est en très bonne voie.   

Il nous reste à espérer que le régulateur ne se satisfera pas d'un pseudo-consensus obtenu par influence et défendra sa raison d'être. Sa prise de position sera déterminante. 

S'il ne défend pas les points de vente, ceux-ci continueront à être exploités par d'autres que leurs propriétaires et certainement pas dans l'intérêt de ces derniers. Comme les décideurs historiques souhaitent s'affranchir du régulateur, ils ont tout intérêt à faire disparaître le réseau, comme ils ont fait disparaître PRESSTALIS.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Quel intérêt auraient ces décideurs historiques à faire disparaître le réseau ?
Ils ont déja le droit de vendre directement, de venir dans le réseau librairie.
Mais sans le réseau presse, une grosse part de leur visibilité se perdrait.
Pouvez vous en dire plus sur votre interprétation ?

893 appréciations
Hors-ligne
1/ Ils ont le droit de vendre directement au consommateur mais pas d'installer leurs produits partout où ils le voudraient. 
2/ En portant la concurrence entre éditeurs sur l'accès aux points de vente ils élimineraient leurs confrères de moindre taille. 
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

S’il n’y avait plus de points de ventes, la question ne se poserait plus !

893 appréciations
Hors-ligne
Ne plus y avoir de diffuseurs agréés ne signifie pas qu'il n'y aurait plus de points de vente. 
Cela signifie simplement que seuls les plus grands éditeurs auraient la possibilité de convaincre des points de vente de travailler exclusivement avec leurs produits, ou tout au moins en privilégiant leur mise en avant. Ce qu'ils ne peuvent pas exiger aujourd'hui.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

263 appréciations
Hors-ligne
Ah ces chers éditeurs qui veulent surtout vendre en dehors du réseau mais qui veulent encore imposer leurs plans.

Il faudrait peut-être leurs rappeler l'échec du projet "supérettes" et que nous sommes sans nouvelles de leur test d'assortiment dans les GMS

Rien n'interdit de réver....A la limite, s'ils peuvent proposer plus de rém, pourquoi croire que ça irait uniquement vers ceux qui ne sont pas spécialistes ?
Pourquoi tenez vous tant à la situation actuelle qui vous plombe ? 
S'ils vous proposaient plus de rém, vous feriez quoi ?

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9925 autres membres